AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Christophe Bourachot (Éditeur scientifique)
EAN : 9782869595743
246 pages
Éditeur : Arléa (17/04/2002)
3.4/5   10 notes
Résumé :
5 décembre 1812. Dix heures du soir. Trois voitures quittent le village de Smorgoni et s’enfoncent dans la nuit. Il neige et la température est glaciale. Dans la première voiture ont pris place l’Empereur et son Grand Écuyer, le général Armand de Caulaincourt, duc de Vicence. La Grande Armée est enlisée dans les plaines enneigées de Russie.

Ayant appris le complot du général Maletr, l’Empereur a confié le commandement en chef à Murat et rentre en Fran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Mimeko
  24 avril 2016
Après avoir réalisé que la campagne de Russie n'aurait pas le résultat escompté, Napoléon escorté de son Grand Écuyer Caulaincourt rejoint Paris. Durant les quinze jours que dure ce voyage En traîneau avec l'Empereur, Caulaincourt recueille les confidences de l'Empereur sur une très grande variété de sujets politiques, stratégiques, économiques, sur les affaires tant intérieures qu'extérieures.
J'ai trouvé ce témoignage assez intéressant bien que quelquefois un peu rébarbatif...la première partie relate les mouvements militaires de la campagne de Russie, beaucoup de personnages connus sont cités sous le nom des domaines dont l'empereur les a gratifiés : le Maréchal Ney n'est jamais cité mais on parle du Maréchal d'Echlingen, Davout est le prince d'Eckmuhl ce qui complique le suivi de ces entretiens qui passent souvent du coq à l'âne, selon les idées fulgurantes de l'empereur....
On peut y déceler néanmoins ce que l'on connait déjà, un grand stratège mais quelquefois obtus (il ressasse son échec en Russie) sa vision politico-économique sur l'Angleterre dont il veut museler l'expansion économique sur les océans et la volonté de régence des nations européennes en les ralliant de force à ses idées..
Un témoignage très intéressant mais pour les aficionados essentiellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Ciliaris
  10 décembre 2020
Un document historique plus que littéraire - encore qu'écrit dans la belle langue française du XIXème siècle - dont la lecture est un peu - beaucoup - réservée aux admirateurs de l'épopée napoléonienne. Ce qui est remarquable c'est la vision qu'avait Napoléon de l'Europe, bien avant la réalisation politique de cette vision au XXème siècle. Concrètement, même les plus fidèles de ses fidèles grognards étaient italiens, polonais, allemands….Les descriptions terribles de la retraite de Russie sont édifiantes. On y apprend aussi que la bataille de la Bérézina fut une victoire française contre l'armée russe, sans quoi le désastre eut été plus grand encore. On y voit bien que les militaires, même liés à Napoléon par un pacte d'allégeance, faisaient allégeance au pouvoir politique, et qu'à la chute de Napoléon ils se sont naturellement ralliés à la monarchie remise sur le trône par le Tsar.
Commenter  J’apprécie          10
Nicolas5288
  10 août 2017
Fantastique, l'Empereur, désemparé se confie à Caulaincourt. Napoléon apparaît comme un homme, plus comme un Empereur.
Le plus étonnant réside dans sa réflexion sur sa vision de l'Europe. Nous mettrons un siècle et demi, peut-être plus, à parvenir à la réalisation d'une grande Europe. Mais Napoléon l'avait déjà imaginée...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   18 avril 2016
On arriva dans cette ville par une pente si raide et si encaissée, dans une partie dont la surface glacée avait été si polie par la quantité d'hommes et de chevaux qui y avaient glissé, que nous fûmes obligés de faire comme tout le monde, de nous asseoir et de nous laisser glisser sur le derrière. L'Empereur dut faire de même, les mille bras qu'on lui offrait ne présentant aucune solidité.
Commenter  J’apprécie          150
MimekoMimeko   17 avril 2016
Toutes les rigueurs de l'hiver n'arrivent pas en vingt-quatre heures, me dit-il. Moins acclimatés que les russes, nous sommes, au fond plus robustes qu'eux. Nous n'avons pas encore eu l'automne; nous aurons encore beaucoup de beaux jours avant l'hiver.
- Ne vous y fiez pas Sire, répondis-je. L'hiver arrivera comme une bombe, et vous ne sauriez trop le redouter dans l'état où est l'armée.
Commenter  J’apprécie          130
mcd30mcd30   20 mai 2018
Pendant quatorze jours et quatorze nuits, Caulaincourt, en tête-à-tête avec le maître de l'Europe, partage avec lui cet épisode unique dans l'Histoire. Durant ce voyage exceptionnel, Napoléon vit un moment capital de son fulgurant destin. Il médite sa défaite sur le sol russe, dresse un bilan provisoire de son oeuvre, mais est encore confiant en sa bonne étoile.

P. 8
Commenter  J’apprécie          130
MimekoMimeko   24 avril 2016
...l'Angleterre abuse bien réellement de sa force, de sa puissance isolée au milieu des tempêtes, et cela pour son seul intérêt, car celui de cette Europe qui semble l'entourer de sa bienveillance n'est compté pour rien par les marchands de Londres. Ils sacrifieraient tous les états de l'Europe, tout le monde entier même à une de leurs spéculations. Si la dette de l'Angleterre était moins considérable peut-être serait-elle plus raisonnable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MimekoMimeko   24 avril 2016
Les souverains, disait-il, ne doivent jamais ôter aux hommes tout espoir de pardon.
Commenter  J’apprécie          90

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2446 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre