AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235522045X
Éditeur : La Découverte (24/05/2012)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
En pleine guerre froide, la CIA – sous le nom de code « KUBARK » – rédige un manuel d’interrogatoire secret destiné à ses agents. Mobilisant les résultats les plus récents des recherches en psychologie expérimentale, les auteurs de ce guide formulent les principes d’une pratique scientifique de l’interrogatoire à la violence aseptisée. Plutôt que les coups ou la douleur, il s’agit de manipuler habilement le psychisme du sujet pour le faire craquer. À cette fin, ils ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
de
  31 août 2012
Torturer, c'est imposer à un-e sujet-e captif/captive ce qui lui est intolérable
La lecture de ce « manuel » est plus qu'édifiante sur la conception du droit, de son respect à géométrie/idéologie variable dans la « démocratie » de l'impérialisme dominant.
A l'heure ou certains dressent une statue au défenseur de l'utilisation de la torture physique (le général Massu) contre les algérien-ne-s qui se battaient pour leur émancipation, il est important de connaître la version étasunienne des moyens extra-légaux, ici la torture psychologique, pour défendre une certaine conception de « l'ordre démocratique ».
Mais c'est aussi un « devoir » de mémoire envers les victimes, les torturé-e-s.
Comme le souligne Grégoire Chamayou, en absence de traces compromettantes sur les corps, les procédés utilisés « ôtent aussi à leurs victimes la possibilité de témoigner de l'intensité de leur calvaire ». Et cela fait aussi partie du procédé « prolonger la violence de la torture par son indicibilité, c'est à dire par la négation publique du vécu des victimes ».
La brochure, manuel d'interrogatoire destiné au contre-espionnage, écrite dans la « paranoïa de la guerre froide », n'appelle pas vraiment de commentaires. Je ne présente donc que la pertinente introduction de Grégoire Chamayou : « Introduction de la torture en Amérique ».
Des interrogations autour des « aveux » des procès de Moscou, de « ces pouvoirs manifestement ventriloques », de l'utilisation éventuelle de procédés chimiques… En pleine guerre froide la CIA s'interroge.
Et expérimente la psychopharmacologie. Avec humour Grégoire Chamayou indique que « faute d'avoir découvert la poudre à laver les cerveaux », ils ont cependant réussi à « transformer quelques sujets en légumes, et à en tuer d'autres », et « à faire émerger des recherches d'un tout autre genre, qui se concrétisèrent par les expériences poético-chimiques de la beat generation ».
Donc des recherches : « Ce furent les noces secrètes du contre-espionnage et des sciences du comportement, des barbouzes et des docteurs en psychologie ». En premier lieu des expériences sur l'isolement radical, puis la naissance de la torture « psy » et la « création intentionnelle de patient ». L'auteur souligne « Il faut prendre toute la mesure de l'événement que cela représente dans l'histoire du XXe siècle : la mobilisation consciente des savoirs ”psy” au service d'un programme de dislocation méthodique de la personnalité, dans un mouvement visant à exploiter une détresse psychique sciemment provoquée à des fins d'emprise et de destruction ».
Il indique aussi dans un chapitre nommé « La torture sans peine ? », que la lecture de KUBARK (KUBARK était le nom de code dont s'affublait la CIA pendant le guerre froide) montre la discrétion « quant aux procédés de violence physique directe », mais que « L'extrême violence se devine de façon inquiétante sous les blocs d'encre noire. Elle rôde à la lisière du texte et montre parfois ses babines, mais elle n'est pas centrale ni dans le corps de l'ouvrage ni dans la théorie qu'elle expose ».
Il analyse aussi « le paradoxe de l'inquisiteur », les conditions de véridicité, ce qui pousse le sujet à dire « ce qu'il pense que l'interrogateur veut entendre de lui », pour indiquer que la torture est à la fois juridiquement irrecevable et étymologiquement viciée, sans oublier que « Les mêmes raisons qui ont fait de la torture classique un pauvre moyen de preuve en font un piètre moyen de renseignement ».
En fait la torture psychologique vise à « détériorer en amont, par un assaut sévère, systématique et persistant, les capacités de résistance du sujet », d'autant que que la crainte de la douleur, par le silence assumé, entraîné un déplacement de causalité et un positionnement du sujet comme responsable de ses douleurs.
En absence de traces, « ni bleus ni cicatrices », il est important de redéfinir ce qu'est la torture. le titre de la note est issu de cette partie de l'introduction. Et les États tortionnaires n'ont pas manqué de réserver le mot « torture » pour les cas « de douleur physique extrême, et directement infligé par un tiers », ou en instant seulement sur « la durabilité de ses effets » niant ainsi la réalité des tortures et de leurs propres agissements illégaux.
La torture est à la fois « L'art de l'intolérable » et cet intolérable ne peut être défini que par la victime captive, un moyen « de vous faire taire », une question de pouvoir « Une question non pas de connaissance vraie, mais de pouvoir efficace », un « principe de rétrécissement du monde », un retournement du sujet contre lui-même….
Grégoire Chamayou conclut sur le retournement des moyens, les modalités possibles de résistance, dont « Les rituels de cette petite discipline personnelle jouaient un rôle de contre-stimulation interne ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
de
  31 août 2012
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Lexpress   12 juillet 2012
L'esprit général de ce traité cynique ferait presque remarquer l'absence de détails pratiques sur la torture physique - à se demander s'il ne vaut mieux pas les laisser au domaine de l'imagination...
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
dede   31 août 2012
Il faut prendre toute la mesure de l’événement que cela représente dans l’histoire du XXe siècle : la mobilisation consciente des savoirs ”psy” au service d’un programme de dislocation méthodique de la personnalité, dans un mouvement visant à exploiter une détresse psychique sciemment provoquée à des fins d’emprise et de destruction
Commenter  J’apprécie          30
dede   31 août 2012
Les mêmes raisons qui ont fait de la torture classique un pauvre moyen de preuve en font un piètre moyen de renseignement
Commenter  J’apprécie          50
dede   31 août 2012
L’extrême violence se devine de façon inquiétante sous les blocs d’encre noire. Elle rôde à la lisière du texte et montre parfois ses babines, mais elle n’est pas centrale ni dans le corps de l’ouvrage ni dans la théorie qu’elle expose
Commenter  J’apprécie          20
dede   31 août 2012
Ce furent les noces secrètes du contre-espionnage et des sciences du comportement, des barbouzes et des docteurs en psychologie
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : ciaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre