AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284865533X
Éditeur : Sarbacane (05/09/2012)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 106 notes)
Résumé :
Juin 1964, USA. Le jeune Bibow Bradley est envoyé au Vietnam où, en toute logique, il devrait perdre un oeil comme papy (en Normandie) ou une jambe comme papa (en Corée).
Sauf que Bibow a un don : il ne connaît pas la peur. Un don très utile aux yeux de la CIA... Le voilà vite embarqué de mission en mission, entre activistes communistes à Moscou et rassemblements hippies à Woodstock !
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
LoupAlunettes
01 mars 2013
Quel grand destin pourrait imaginer ce brave Robert Bradley troisième du nom ?
Dans le bouge où Robert grandit, les gens y naissent, y vivent et y meurt sans avoir l'envie de grande aventure et l'exotisme simple au delà des frontières de la ville.
Rien de très excitant.
D'ailleurs, « Bibow » car tel est le pauvre surnom de ce petit prince des bougres cul-terreux et analphabètes de son entourage, ne connaît rien de l'excitation, du frisson .
Tout le laisse de go et ce, dû à une anomalie génétique qui le laissera complètement de marbre quelle que soit la situation.
Son départ à la guerre du Vietnam pourrait lui obtenir un grand moment de fierté familial , son grand-père perdit un oeil avec honneur lors d'une guerre et son père y laissa une jambe pour une autre. le destin lui dessinera d'autres desseins fort heureusement.
La chance frappera bel et bien et dans d'étranges circonstances.
Bibow Bradley sera recruté par la CIA après une bavure au Vietnam, en tant que super agent d'infiltration. Une pure aubaine pour l'organisation secrète américaine qui voit en lui un agent exceptionnel sans inhibitions pour des missions extrêmes. Bibow voit en cela le moyen de faire le grand saut vers l'inconnu et refaire sa vie tout simplement.
Bien que réussissant parfois ses missions malgré lui et tuant sans états d'âme, Bibow ne se montrera pas l'élément attendu car surtout à la recherche de son propre destin et avide de profiter des opportunités qu'offrent ses rencontres.
On ne fraie pas avec l'ennemi, Bibow.
Une drôle de vie que celle de Bibow Bradley.

: Un roman qui a gagné de manière Ex-Aequo avec un autre titre « la pépite du Roman Adolescent Européen de l'année 2012 » au Salon de la littérature jeunesse à Montreuil.
Le personnage de Bibow est un personnage atypique qui a droit à une seconde chance dans des conditions dramatiques et d'un humour noir. Il se débarrasse de ses camarades, en plus des « ennemis », lors d'une embuscade au Vietnam car mourir pour la patrie, telle était la volonté de ces premiers de façon absurde. Il en fut donc très logiquement ainsi.
Cette grosse bévue étouffée par la hiérarchie lui attire les faveurs de sa patrie qui secrètement en fait un agent secret de la CIA, réalisant tous les avantages d'avoir un tueur à leur solde pathologiquement sans inhibitions.
Bibow est présenté au début du roman comme une âme égarée, se posant dans divers décors américains et catégories sociales décadentes. Nous pouvions penser à la lecture des premières pages que ce pauvre bougre file son chemin comme un « Forest Gump » de Spielberg et rencontre l'Histoire de façon humoristique, tant les profils semblaient se ressembler et au regard des anecdotes véridiques très intéressantes intervenant ci et là.
Mais Bibow n'est pas un sot et cela fait une différence. C'est un esprit en devenir que son « handicap » a « protégé » de la tristesse de la bêtise humaine jusqu'alors et qui va faire naïvement ses propres choix. Il a pleinement conscience de l'absurdité du monde qui l'entoure, il questionne autour de lui comme un enfant mais il n'a pas de réponses à ses questions. Il peut réagir en ce sens de façon très surprenante dans une logique qui lui est propre puisque le monde semble en manquer pour lui.
Bibow partira à la rencontre de sa propre histoire dans l'Amérique de l'après-Guerre Froide des années 60. Nous retrouvons historiquement l'ambiance paranoïaque de l'Amérique du Président Nixon et de J. Edgar Hoover, chef du FBI. Celle qui fédère et protège la nation de la menace « invisible » venant de l'extérieur, traquant, espionnant et éliminant toutes idées déviantes à l'insu de tous, afin de conserver intact les valeurs et la tradition, socle d'une société "parfaite".
Bibow va se laisser aller à trinquer avec le russe, sympathiser joyeusement et amoureusement avec la hippie, parce que la chaleur et la bienveillance des rencontres lui procurent un bien supérieur à la suspicion et le font évoluer. Il rejette donc la xénophobie et racisme familiale et institutionnelle. Cela donne donc une petite comédie décalée, jubilatoire et percutante. C'est aussi vous le verrez clairement un message doux-amer contre la guerre et ses conséquences sur la société américaine.
le regard désabusé de Bibow, « extraterrestre » parmi les hommes, découvrant l'amitié et l'amour de l'autre, est à la fois piquant et touchant. le langage est crû, brut de décoffrage, dérangeant volontairement certe, il illustre la vulgarité d'un milieu duquel il s'extirpe. Mais la vulgarité peut aussi revêtir de jolies cravates et de beaux costumes onéreux, on le constate hélas. En tout cas, nous pouvons nous dire simplement à la lecture de l'aventure du personnage que rien n'est écrit dans le marbre heureusement. Bibow ne sortira pas indemne de cette aventure mais il aura le moyen à la fin de briser la chaîne d'une lignée triste et pathétique .
Axl Cendres offre une satire originale de l'Amérique d'hier et un peu d'aujourd'hui en peu de pages. A recommander à un public averti d'ados. Les « Young Adultes » et les autres vont « mourir » de rire et s'émouvoir tout autant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Analire
13 mars 2013
Avec La drôle de vie de Bibow Bradley, le fou rire est garanti ! Dès les premières pages, l'humour de l'auteure se fait ressentir, son style particulier et son originalité fait que ce roman est unique en son genre.
Je voudrais préciser que ce roman à reçu un prix, celui de la Pépite du Roman adolescent européen 2012 au Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, à Montreuil, prix entièrement mérité, le talent de l'auteure n'est plus à prouver...
Bibow Bradley, appelé Robert Bradley, comme son père, son grand-père et tout ses prédécesseurs, vit avec sa famille dans une petite ville du nom de Franklin Grove, où ils tiennent un bar le Bradley's and son depuis des générations. Son père et son grand-père ont tous deux participé à une guerre différente, et ils bassinent le jeune Bibow en lui disant que lui aussi, plus tard, il partira en guerre. Il n'y manque pas, car dès sa majorité atteinte, il s'embarque pour le Vietnam avec d'autres très jeunes recrues. Mais très vite, le psychiatre de l'armée découvre que Bibow a quelque chose de particulier : il ne craint pas la peur. Une aubaine pour la CIA, qui se dépêche d'aller le voir pour le récupérer dans leurs filets...
Entre guerre, espionnage, amour et alcool, Bibow se laissera bercer tout au long de sa vie, pour finalement retourner à son point de départ, comme si toute cette histoire n'avait été qu'un rêve.
Comme dit précédemment, l'auteure Axl Cendres a un style d'écriture bien particulier, qui est vraiment très agréable à lire. Elle nous met à l'aise dès les premières pages, on accroche rapidement à l'histoire et au personnage principal. Ce livre se lit tout seul, très rapidement, il contient beaucoup d'informations, et nous permet en même temps de nous faire voyager. Entre New-York, Paris, Woodstock et Saigon... pas une minute de répit pour le protagoniste, qui va être embarquer à chaque fois dans de nouvelles aventures, dans de nouveaux ailleurs...
La drôle de vie de Bibow Bradley est un très court roman rempli d'humour, qui permet également de réfléchir et d'apprendre certaines choses. Cette apprentissage basée sur le second degré est très bien pensé, plein de bon sens et d'originalité.
Le protagoniste du roman, donc Bibow, se laisse vivre tout au long du récit. On a l'impression qu'il plane sur sa vie, se laissant bercer par les aventures, ne se rendant pas vraiment compte de tout ce qu'il lui arrive. Il est un peu (bon, ok, il est beaucoup) bête, mais très attachant. Il m'a beaucoup fait rire, mais il m'a aussi émut. Notamment à la fin, où on ressent une certaine maturité, signe qu'il a mûri pendant toutes ces années.
Nous plongeant au coeur de l'Amérique des années 60, Axl Cendres va en quelque sorte faire une critique de cette société, atténué, comme toujours par l'humour. Dans un même temps, elle évoque la guerre du Vietnam, avec la conditions des soldats, et elle va mettre à nu les dessous de la CIA. Pour finir, les hippies sont évoqués, avec Woodstock, l'alcool et la drogue... Un bon cocktail d'aventures qui devrait vous mettre l'eau à la bouche !
Un roman très bien pensé, loufoque, un protagoniste un peu mou, mais avec qui on s'amuse bien !
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
CDICaousou
12 janvier 2014
Ce livre est assez spécial dans le sens ou il raconte l'histoire bizarre d'un homme bizarre. le style parait au début étrange puisqu'il est très vulgaire mais une fois que l'on s'est habitué au vocabulaire plutôt coloré de Bibow, le narrateur et héros de l'histoire, certains passages sont parfois très drôles. le ton est donné dès la première page qui contient une dizaine de mots familiers. Et l'auteur continue de faire preuve d'une imagination débordante pendant tout le livre, enchaînant les situations étranges et les expressions à faire pâlir un charretier. Un livre somme toute sympathique et assez marrant mais déconseillé à ceux qui n'aiment pas le genre vulgaire.
Edwige
Tout est dans le titre ..."la drôle de vie de Bibow Bradley"
Ecrit par Axl Cendres,ce livre retrace l'histoire de Bibow, un jeune américain.
Bibow est soudainement envoyé au Vietnam. Son séjour sera quelque peu agite mais c'est surtout pendant la période qu'il a passé la bas que ses supérieurs et la CIA vont s'apercevoir qui Bibow possède un don quelque peu étrange...Il ne connait pas et ne ressent pas la peur! Tout de suite la CIA c'est intéressé de très près a lui et a réussi a en faire son agent après une proposition difficile a refuser...Bibow va mener a bien un grand nombre de mission pour le conte de la CIA mais, justement au cour d'une de ces missions, Bradley va tomber amoureux d'une jeune fille! Cette rencontre va peu être lui posait quelques ennuis par la suite...
Ce livre est écrie dans un langage peu commun dans le monde de la littérature et c'est certainement ce qui en fait son originalité! Ce langage nécessite un petit temps d'adaptation, mais on y est vite habitué. L'histoire est très original et amusante mais manque cependant un peu de rebondissement malgré de nombreuses péripéties subit par notre cher Bibow!Je conseille donc ce livre a tout le monde mais il reste quand même celon moi, plutôt orienter a un public masculin!
Paul
Bibow Bradley est un jeune Américain envoyé à la guerre du Vietnam. Mais Bibow a un don : il ne connait pas la peur. Il est vite engagé par la CIA pour enchainer les missions; il tombera amoureux et cela lui posera beaucoup d'ennuis.
Je n'ai pas trop apprécié la lecture de " la drôle de vie de Bibow Bradley" car je trouvais cela un peu trop familier, c'est rare qu'il y ait de l'argot dans une oeuvre littéraire et personnellement je n'ai pas aimé le vocabulaire familier mais aussi le contexte de guerre car ce n'est mon type de livre.
Alice
Une vie peu commune ! C'est en effet ce qui vit Bibow Bradley dans ce livre écrit par Axl Cendres. Bilbow vit une vit tranquille et ennuyeuse au coté de son père aux Etats Unis. Il quitte cependant sa petite vie calme pour une vie d'aventure lorsqu'il part pour la guerre au Vietnam. Redouté par ses amis, la guerre est pour lui presque presque autant ennuyeuse que sa vie auprès de son père. Tout change quand la CIA le recrute pour sa principale qualité : il ne ressent pas la peur. Il enchaîne les missions avec succès jusqu'à ce qu'il tombe amoureux lors d'une mission, ce qui ne va pas lui rendre la vie facile !
Le livre m'a beaucoup plu malgré son vocabulaire argotique voire grossier. Il est relativement facile à lire et je le conseille vivement à tous ceux qui aiment les histoires de guerre ou d'espionnage !
Pierre C
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
murielan
20 avril 2013
Dans l'Amérique profonde des années 60, Bibow Bradley est un jeune analphabète qui partira pour la guerre du Vietnam où il sera recruté par la CIA pour son don particulier...
Un roman loufoque et plein d'humour, un héros décalé sous ses airs de Forrest Gump qui subit les événements sans se rendre compte réellement de la portée de ses actes et une satire de l'Amérique de cette période : tels sont les atouts et l'originalité de ce roman.
J'ai beaucoup apprécié qu'Axl Cendres nous distille des personnages historiques réels et nous permette de redécouvrir tous les complots de la CIA de cette époque. Et puis ce héros est vraiment attachant de par sa naïveté mais aussi de par son humanisation qui se profile au fil du temps.
Un coup de coeur !
Commenter  J’apprécie          143
saomalgar
30 décembre 2012
Bibow Bradley issu d'un lignée de Robert Bradley de l'Amérique profonde, est destiné à reprendre le bar d'ivrognes de son père et de son grand-père, deux figures masculines viriles qui sont rentrés de la guerre avec des membres en moins. Mais à la fierté générale Bibow va lui aussi devoir montrer son courage à la guerre, nous sommes dans les années 60 et c'est la guerre contre le Vietnam.
Un roman un peu à la Forest Gump où le héros n'est pas conscient de tout ce qu'il traverse (guerre du Vietnam, espion à la CIA, missions secrètes) car lui aussi est handicapé, il lui manque un élément essentiel : LA PEUR. Il n'en éprouve pas du tout, ce qui fait de lui un soldat vraiment à part !
C'est un roman, très drôle qui se lit très vite, bourré de rebondissements très pittoresques.
Commenter  J’apprécie          90

Les critiques presse (3)
BDGest12 septembre 2016
Tout en gardant son identité personnelle et originale, ce one-shot rappelle Le tueur, de Matz et Luc Jaquamon, par la mise en couleurs,le contexte ou l'attitude détachée et lucide du personnage principal, étrangement attachant.
Lire la critique sur le site : BDGest
Telerama17 octobre 2012
Axl Cendres donne à son héros une langue bien pendue, joyeusement relâchée et un regard vinaigré sur l'Amérique des années 1960. On s'amuse beaucoup. Et on réfléchit après !
Lire la critique sur le site : Telerama
HistoiresSansFin25 septembre 2012
Le récit de Axl Cendres est cynique et loufoque. […] Quant au style, il est fort et brillant et l’ambiance moite qui s’en dégage nous colle à la peau.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations & extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
OmeganeOmegane14 mai 2013
Quatre jours plus tard : nouvelle patrouille, nouvelle embuscade.
Sauf que cette fois-là, pendant que je tirais dans le tas, je me suis redemandé ce qui justifiait que je bute ceux-là plutôt que les autres... puisque ces cons étaient venus pour se faire buter, autant qu'on en finisse.
Alors, comme ça, sans décrisper l'index de ma gâchette, j'ai tourné mon fusil vers le type qu'était à ma droite, puis les trois autres y sont passés aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
StellabloggeuseStellabloggeuse11 septembre 2012
Combien de temps cela a-t-il duré ? Le temps et le LSD n’ont jamais été bons amis. Je sais seulement l’avoir vue debout dans l’herbe, entièrement nue et colorée, les bras ouverts comme si elle voulait prendre le ciel noir dans ses bras ; je sais qu’elle me souriait que je me suis aperçu que ses lèvres n’étaient pas bleues, alors je me suis collé à elle pour rectifier cet oubli. Et ses yeux déversaient de la lumière à en oublier la nuit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AnalireAnalire13 mars 2013
Quand vous êtes tout seul et que personne vous parle, vous êtes "un solitaire", tandis que quand vous êtes deux et que personne vous parle, vous êtes des exclus.
Commenter  J’apprécie          260
AnalireAnalire13 mars 2013
Comme personne vous comprend jamais vraiment, autant avoir affaire à quelqu'un qui vous comprend pas du tout ; ça évite les malentendus.
Commenter  J’apprécie          220
Canope81_docCanope81_doc03 juillet 2013
Le premier truc qui m'a surpris pendant l'appel du sergent Whitaker, c'était de voir qu'il y avait pas mal de Noirs, "ces pervers qui vont à l'encontre des principes de Dieu" - mais quand il s'agissait de les envoyer servir de chair à canon, apparemment ça gênait personne. Après tout, on a tous la même couleur de chair...
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : ciaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12532 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .