AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782868533869
76 pages
Éditeur : Le Temps qu'il fait (04/09/2003)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Il y avait toujours beaucoup de femmes autour de moi à la maison : maman, grand-mère, Marguerite, une cousine âgée de mes grands-parents, surnommée " la Coucou ". Toutes, sauf grand-mère, m'étaient favorables. Et maintenant, en plus, il y avait Elisa que je ne quittais guère. Elle eut, un soir, comme je montais me coucher, la faiblesse de m'embrasser. Je ne fus qu'à peine étonné. Dans les jours qui suivirent il m'arriva d'aller quêter auprès d'elle mon baiser du s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
odileep
  14 mars 2016
C'est un language fluide de la description, simple et prégnante, telle un souvenir. Les termes sont calmes et touchants. Ils sont si proches de nous que l'on projette aisément, dans les histoires de nos ancêtres. Les racines fugaces, toujours contées sur le ton qui refuse de heurter. Un moment doux et affectueux.
Commenter  J’apprécie          80
cathe
  19 septembre 2015
Nous avons découvert, avec le très beau "Passage des émigrants", ce médecin de 88 ans qui s'est tourné vers la littérature sur le tard. Ses romans évoquent le plus souvent ses souvenirs personnels, dans un style classique, un peu suranné, mais toujours plein d'humanisme.
"Elisa" est le récit de l'attachement d'un petit garçon, orphelin de père, pour sa nourrice, Elisa. Elle lui apporte la tendresse que sa mère oublie de lui donner, et, nous le verrons à la fin, elle non plus ne l'oubliera jamais.
Commenter  J’apprécie          50
mplanche
  23 octobre 2013


Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
mandarine43mandarine43   10 février 2012
J'appris qu'il n'était pas d'impatience et d'émotions assez vives que celles que suscitent à la descente d'un train l'attente, la découverte et la reconquête d'un être aimé. Elle me prit dans ses bras. Je ne savais plus tout à fait qui elle était. Tout me parut compliqué, inavoué.
Commenter  J’apprécie          100
JuinJuin   23 mars 2014
Elle m'entretenait surtout de mon père disparu. Il était mort à trente-trois pour la patrie. Je me demandais si l'on était vieux ou jeune à cet âge. Et la patrie, qu'était-ce ? Le jardin, le pré, les fermes d'alentour ?
Commenter  J’apprécie          50
JuinJuin   23 mars 2014
Entre la petite enfance et la mort de ceux que nous avons aimés s'écoule la vie. Peu de chose en somme.
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : SeinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2496 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre