AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081421984
Éditeur : Editions Arthaud (17/01/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Barberine s'entraînait déjà dans le liquide amniotique. C'est dire si sa détermination à devenir ballerine était entière. Mais la discipline est militaire. Le parcours, semé d'embuches. Sans compter qu'à tout moment, le gène du sein lourd menace. Et voilà que ses seins, Dextre et Sinistre, prennent voix. Un chant choral se met en place. C'est leur récit contre celui de Barberine. Parcours initiatique de la danse classique à la danse post-moderne de Bruxelles à New Y... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
latina
  09 janvier 2018
« Couvrez ce sein que je ne saurais voir » : cette déclaration de Tartuffe, Barberine Blin aurait pu la reprendre à son compte !
Cette jeune personne déteste ses seins, et ceux-ci en sont offusqués.
Il faut dire que Barberine a la danse dans le sang, d'abord la danse classique à Bruxelles, ensuite la danse moderne et même post-moderne à New-York. Mais tout le monde sait que pour danser, les seins sont encombrants. Avez-vous déjà vu une danseuse aux gros seins ?
Depuis l'éclosion de ses seins, qu'elle considère avec stupéfaction, elle essaie par tous les moyens de s'en débarrasser, du bandage au régime qui affame, en passant même par l'opération.
Ils sont un frein à sa carrière ! du moins, c'est elle qui se donne cette excuse...
En parallèle, chaque chapitre est doublé d'un monologue d'un des seins, le Dextre, qui raconte sa vie intimement liée à son jumeau et à leur « hôtesse ». Loufoque, farfelu, mais relié à Mère Nature, plein de traits justes, ce point de vue particulier nous replace au coeur des choses. Les cinq sens sont convoqués à tout instant avec humour.
Ce roman m'a bien amusée.
Même si par moments, je trouvais que les Seins de mademoiselle s'égaraient un peu trop dans un style trop précieux, je reconnais que « La ballerine aux gros seins » a le mérite de nous faire sentir, voir, toucher, humer la matière, de nous rapprocher du Vivant.
Merci donc à Babelio et aux éditions Arthaud de m'avoir fait découvrir cette auteure belge étonnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5313
viou1108
  12 janvier 2018
Dextre et Sinistre sont deux seins. Dès leur naissance, ces deux jumeaux sont dotés d'un solide bon sens et d'un appétit de vivre tout aussi costaud. Epicuriens en devenir, ils attendent impatiemment le moment où ils pourront s'épanouir plantureusement dans le giron de leur « hôtesse », et profiter à pleine peau des plaisirs de la vie et surtout du toucher. Mais ils sont plutôt mal tombés. Barberine, leur hôtesse, n'a qu'une obsession, depuis sa naissance aussi (et même avant) : devenir ballerine. Et c'est bien connu, une ballerine, c'est grand, mince et... plat. Parce qu'elle se doit d'être aérienne et que des seins volumineux (« féminins ») la plombent dans sa lutte contre l'attraction terrestre. Menacée par le gène du sein lourd mais têtue comme une planche à pain, Barberine se donne les moyens de ses ambitions : régime strict (qui la conduit à l'hôpital), bandage écrasant (qui la mène chez le dermato), chirurgie... Mais Dextre et Sinistre ne s'affaissent pas, ne se laissent pas tomber. Disposant d'au moins autant de volonté que leur hôtesse, tels des Phénix bien en chair, ils renaissent chaque fois de leurs cendres, images de la Nature triomphante tous tétons dehors.
Récit dans lequel Barberine puis ses seins s'expriment à tour de chapitre, cette fable est chorale mais cacophonique, puisque l'hôtesse est littéralement sourde aux exhortations de ses attributs et ne chante pas la même partition qu'eux : la litanie classique de l'esprit contre la mélopée baroque de la chair, la Raison sage contre la Nature exubérante. Ce roman qui nous emmène, de Bruxelles à New York, en balade dans l'univers de la danse classique corsetée dans ses codes puis de la danse moderne synonyme de libération, est virevoltant et original, globalement amusant malgré un vocabulaire précieux et des séries d'énumérations un peu lassants à la longue. Et puis la fin, où ces deux sacrés jouisseurs de Dextre et Sinistre voient leur raison d'être (et de vivre) réduite à leur fonction nourricière, me laisse un goût amer...
Merci aux Editions Arthaud et à Babelio pour cette opération Masse critique (qui n'a jamais aussi bien porté son nom) privilégiée.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
cicou45
  08 janvier 2018
Dès sa naissance, Barberine a découvert l'art de se mouvoir avec grâce, l'art premier de se déplacer à quatre pattes puis sur ses deux jambes et enfin l'art de danser. Seulement, malédiction pour cette jeune fille qui se destinait à conquérir les hautes sphères de la danse classique, être pourvue de gros seins. Je tiens tout d'abord à remercier Babelio et notamment Nicolas Hecht qui m'a proposé de découvrir cet ouvrage lors d'une opération Masse Critique Privilège et les éditions Arthaud sans qui je n'aurais probablement jamais découvert cet ouvrage. le fait qu'il soit écrit pas une femme m'a tout de suite mis en confiance car j'avais un peu peur que cet ouvrage soit machiste alors qu'il n'en est rien. Ici, nous découvrons comment une femme peut se retrouver handicapée à cause de son anatomie. Certes, il est vrai que les seins, qu'ils soient trop petits ou bien trop gros peuvent gêner celle-ci dans ce qui constitue une grande partie de sa féminité. Par choix, Barberine va décider sciemment de se faire opérer afin de procéder à une réduction mammaire mais si il y en a bel et bien deux qui ne sont pas d'accord dans cette histoire-là, ce sont bien Dextre et Sinistre, à savoir les jumeaux qui lui empêchent de se mouvoir librement sur scène et lui pourrissent la vie, ou, j'ai nommé les seins de celle su'il appellent leur "hôtesse". non, non, vous ne rêvez pas : eux aussi ont droit à la parole et s'indignent de se voir ainsi charcuter. Cependant, ils n'ont pas dit leur dernier mot, loin de là. Oui, notre corps parle et s'exprime, même si nous faisons souvent tout pour le faire taire ou feindre de ne pas l'entendre. Aussi, lorsque Barberine va se rendre compte que sa carrière de danseuse étoile ou ballerine puisque telle est le titre de cet ouvrage, elle va devoir mettre pour un temps son rêve aux oubliettes, sans pour autant abandonner la danse pour autant et découvrir que nous pouvons finalement parvenir à retourner ce que nous considérions de prime abord comme un handicap à notre avantage.
Un ouvrage à trois voix pour ainsi dire : le parcours de Barberine d'une part et celui de Dextre et Sinistre de l'autre, cette protubérance que les femmes ont au niveau de la poitrine et qui attire généralement la gent masculine. Les voix des uns n'allant pas sans celle des autres car faisant partie d'une même personne. Barberine a trop souvent voulu cacher, dissimuler ou encore mutiler cette partie de son corps mais parfois, la vie reprend le dessus et alors nous sommes bien obligés de faire avec et de s'accoutumer malgré tout.
Un ouvrage, il est vrai, qui s'adresse plutôt aux femmes mais rassurez-vous, messieurs, vous n'en êtes pourtant pas exclus et si le coeur vous en dit, je ne peux que vous inciter à découvrir, vous aussi, cet ouvrage. Un livre plaisant, rempli d'humour et agréable à lire, même si il comporte quelques passage assez durs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
zabeth55
  07 janvier 2018
Quel drôle de titre !
Intriguée, je survole la quatrième de couverture pour ne pas trop en apprendre.
Je saisis juste qu'il s'agit d'une ballerine, Barberine.
Depuis toute petite, elle danse, encore et encore.
Mais en grandissant, ses seins poussent et pour elle c'est une catastrophe.
J'ai beaucoup aimé ce livre.
Chaque chapitre, raconté par Barberine, est suivi d'un chapitre bis, écrit par Sinistre et Dextre, les seins de Barberine. Et leur version n'est pas tout à fait la même !
Par delà l'histoire, qui nous plonge dans le monde de la danse et nous raconte son évolution, de la danse classique à la danse post-moderne, qui nous mène de Bruxelles à New-York, j'ai particulièrement apprécié l'écriture. et le style.
C'est incroyable. On sent que c'est écrit par une danseuse qui a réussi la prouesse de faire danser les phrases. Les mots tournent et virevoltent. C'est très agréable à lire.
De plus le vocabulaire est plus que choisi.
Beaucoup de mots rares : sybaritisme, marasquin, spirille, méphitique, diaphorèse, exhérédé, béatilles…………….. sans que ça ne soit jamais lourd ni pédant.
J'adore découvrir des mots nouveaux, surtout lorsqu'ils sont distillés dans une histoire plaisante à lire.
Une belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
Bazart
  16 janvier 2018
Voilà dans notre PAL de la rentrée de cet hiver littéraire 2018 (de plus en plus grossissante mais on ne va pas se plaindre quand même) sans doute l'ouvrage au titre le plus intriguant : La Ballerine aux gros seins, le nouveau roman de la belge Véronique Sels a le mérite de l'incongruité.
Une incongruité que l'on retrouve dans le contenu même du roman puisque l'auteur nous propose de suivre le parcours d'une jeune ballerine par deux voix différentes, la sienne et celle de …ses seins !!
Barberine, jeune fille aux seins volumineux est dans un de ces rares milieu où hélas cet atout de la nature n'est pas forcément bien vu, en effet, la danse est un secteur dans lequel « les seins sont à la ballerine ce que la surdité est au musicien : une malédiction ».
Ainsi, dès que ses seins pointeront le bout de leur nez téton, notre héroïne fera tout ce qu'elle peut pour les oublier, régime strict bandage écrasant chirurgie, sauf que c'est sans compter sans l'abnégation de cette paire de seins qui veut se faire respecter.

Bref, Véronique Sels nous offre une autobiographie mammaire réjouissante et délirante, qui alterne entre le point de vue de la danseuse, et la vision de ses propres seins... Sinistra (la gauche en latin) et Dextre (la droite) !!
Voilà un sujet original et traité avec pas mal d'audace et d'inventivité, qui nous plonge dans le monde de la danse de la danse classique à la danse post-moderne, et qui nous mène de Bruxelles à New-York
Bref, une histoire que même les lecteurs masculins pourra largement lire avec une certaine jubilation pour tenter de comprendre ce problème certes très féminin mais o combien mystérieux pour les mâles ! En effet, malgré de régulières touches de fantaisie et d'humour, ce destin de cette Barberine est très touchant, et dit pas mal de choses très justes et fortes sur le rapport d'une femme à son corps et sur les affres de l'adolescence au moment où le corps se transforme pas forcément comme on le voudrait et cela, même les garçons ont connu cela !
On pense à l'univers de deux auteurs belges assez déjantés : Nadine Monfils et surtout Amélie Nothomb, avec le même sens du surréalisme des personnages aux noms pour le moins tirés par les cheveux et un roman très documenté (l'auteur a été élève au conservatoire de danse), et dont la singularité marque vraiment!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   12 février 2018
J'ai rencontré un garçon. Josh appartient à un collectif d'artistes installés dans East Village. Il est à la fois musicien et danseur et possède de solides bases techniques pour quelqu'un qui pratique la danse depuis seulement trois ans. Le fait qu'il soit venu à la danse sur le tard suffit à m'impressionner, moi qui ai ébauché mes premiers pas de bourrée dans la paroi utérine pour n'être encore nulle part à vingt ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gabrielleviszsgabrielleviszs   12 février 2018
Avant de se rendre au cours de danse, elle descendit à la pharmacie s'acheter des bandages. Les bandages s'étaient maintes fois avérés utiles, surtout depuis qu'elle dansait sur pointes. Leur texture, mélange de fibre textile et de caoutchouc, permettait d'apporter un soutien sûr au cou-de-pied, à la cheville, au ménisque, aux muscles et aux ligaments croisés meurtris.
Commenter  J’apprécie          00
LuniverLuniver   03 février 2018
Je l'aime. Il aime mes seins. Fin de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          80
viou1108viou1108   08 janvier 2018
- Je ne vous comprends pas, mademoiselle Blin, toutes les femmes rêvent d'avoir de gros seins.
Cette phrase, qui voudrait nous convaincre que nous ne sommes vraiment femme que munies de deux bouées d'amarrage suspendues à nos flancs, je l'entendrai toute ma vie, principalement de la bouche des femmes elles-mêmes.
Commenter  J’apprécie          292
cicou45cicou45   08 janvier 2018
"Le corps est la seule âme qui vive, Dextre, le seul esprit qui soit. Tout est là, dans le corps. Lui porter atteinte est l'unique sacrilège? Ce n'est tout de même pas compliqué, merde...Qui prétend le contraire n'a pour but que de te subordonner à lui. Prenons la main par exemple. La main occupée à jouer La Nocturne n° 9 de Chopin. Eh bien, elle comprend aussi bien ce qu'elle joue que les hémisphères cérébraux, crois-moi. Et, sans les bons et loyaux services du tympan qui lui transmet le son dans les plus subtiles nuances, cet imbécile d'encéphale n'aurait jamais connu Chopin."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Véronique Sels (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Sels
Vidéo de Véronique Sels
autres livres classés : danseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre
. .