AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020972832
Éditeur : Seuil (03/04/2008)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Alors que 20 % des humains s'accaparent plus de 80 % des ressources naturelles de la planète, que les capacités de celle-ci à absorber les pollutions que nous émettons ont largement été dépassées et que les ressources fossiles s'épuisent, avons-nous encore le choix, dans les pays riches, entre croissance et décroissance ? La croissance " verte ", " propre ", " dématérialisée ", ou le " d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
wellibus2
  06 novembre 2015
Voici sans doute le plaidoyer le plus intelligent, donc le plus convaincant, paru à ce jour en faveur des thèses de la décroissance. Celle-ci vise, précise l'auteur, " à atteindre un point d'équilibre de partage pérenne et équitable des ressources naturelles ", à substituer l'épanouissement au développement, à privilégier l'être sur l'avoir, à fonder l'humanité sur des valeurs communes partagées. Dans un monde qui consomme plus que la nature ne peut fournir, nous nous illusionnons en affirmant que la science finira bien un jour par trouver une solution : cette forme nouvelle de scientisme sert au fond à protéger les privilégiés, à empêcher ou à freiner toute prise de conscience. Possibles. Vincent Cheynet voit dans la croissance une " croyance " qu'il importe de dénoncer parce qu'elle ne peut aboutir que sur une impasse dramatique. Revendiquer la décroissance, pour lui - ancien publicitaire qui croit à la force des mots -, c'est moins proposer un système ou un modèle qu'introduire du débat (du " dissensus ", écrit-il), ouvrir le champ des possibles et bousculer l'emprise idéologique marchande qui nous emprisonne. Bien qu'il ne la cite pas, on pense à la fameuse phrase de Gorz : " N'est bon pour moi que ce qui est accessible à tous. " L'un des intérêts de ce livre est que, s'il rompt des lances avec les publicitaires et les économistes, accusés des pires turpitudes - y compris Guillaume Duval, rédacteur en chef d'Alternatives Economiques, " sympathique et honnête journaliste " pourtant méchamment pris à partie quatre fois pour avoir qualifié les partisans de la décroissance de réactionnaires -, il balaye aussi dans sa propre cour, où se trouve également une " minorité de déséquilibrés, aux délires en tous genres " : malthusiens, antirépublicains, " biorégionalistes "… Mais, a-t-on envie de demander à l'auteur, les excès même des partisans de la décroissance ne justifient-ils pas les propos du rédacteur en chef de ce journal ? Limites. Livre intelligent donc, mais aussi contestable. D'abord parce qu'il tend à passer sous la table tous les problèmes concrets posés par une telle inflexion de trajectoire. Ce n'est pas seulement parce que des publicitaires leur " bourrent le mou " que tant de personnes sont fascinées par la voiture. Exalter le commerçant de proximité en vouant aux gémonies les grandes surfaces, c'est un peu simpliste, non ? Ensuite, l'auteur voit dans l'économie et les économistes l'incarnation du diable : comme si une société de " simplicité volontaire " pouvait se passer d'une analyse coût/efficacité, d'un système de prix, d'une redistribution des revenus. Enfin, la croissance n'est pas un objet, mais un agrégat : certaines de ses composantes sont utiles, socialement et environnementalement, d'autres sont nocives. On peut taxer lourdement celles-ci et détaxer les autres pour faire en sorte que la croissance soit propre. L'économie peut être aussi au service d'un projet pour une société à la fois plus conviviale, plus égalitaire et moins prédatrice.
www.alternatives-economiques.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
felixgilles
  07 octobre 2011
Un très bon livre pour expliqué le concept de décroissance et les dangers de celui de développement durable
L'auteur, rédacteur en chef à « La décroissance », a un parcours particulier (ancien publicitaire) qui rend le discours encore plus pertinent
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   06 novembre 2015
La télévision, média de la superficialité par excellence, est une grande productrice de ces débats simplificateurs et stériles. Elle participe à la diffusion, dans la société, d'un mode de fonctionnement binaire dévastateur qui constitue le meilleur moyen d'éviter toute structuration et tout développement de la pensée. Ce fonctionnement est une extraordinaire machine à abêtir."
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Vincent Cheynet (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Cheynet
Vincent Cheynet partie 2/2 Association-EntrculturesPar Association-Entrcultures
Vincent Cheynet partie 2/2 par Association-Entrcultures L'association Entr'Cultures vous présente une interview de Vincent Cheynet co-fondetur de "casseur de Pub" et rédacteur en chef de"La Décroissance", cette interview avait été diffué sur la radio lyonnaise "radio trait d'Union"
Dans la catégorie : Au plan internationalVoir plus
>Production>Développement et croissance économiques>Au plan international (18)
autres livres classés : Décroissance soutenableVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Vincent Cheynet (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre