AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782743661229
208 pages
Payot et Rivages (08/11/2023)
3.39/5   18 notes
Résumé :
Elles sont parmi les habitants les plus nombreux de notre planète et pourtant la philosophie les a négligées, voire haïes : les plantes ont depuis toujours été la cible d'un snobisme métaphysique. Malgré le développement de l'écologie, la démultiplication des débats sur la nature ou sur les questions animales, les plantes – leur forme de vie, leur nature – restent une énigme pour la philosophie. En mêlant exemples tirés de la philosophie, des sciences naturelles et ... >Voir plus
Que lire après La vie des plantesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Courez, courez, courez acheter ce livre. Nous y apprenons que respirer c'est déjà se mélanger. La forme de pensée qui se déploit ici fonctionne par impression, osmose, échange. Elle est chaleureuse et nouriccière. Par endroit elle ressemble aux fulgurances qui ont permis d'imaginer le boson de Higgs. Bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          70
Désolée mais, malgré mes efforts, j'ai abandonné rapidement ce livre faute de comprendre la pensée de l'auteur. Rien ne m'a donné l'envie d'aller chercher dans le dictionnaire la signification des nombreux mots qui m'étaient inconnus et pourtant, tout ce qui traite des plantes d'habitude m'intéresse. Je pense que le postulat de départ sur l'existence de Dieu m'a bloquée. Quelques jours plus tard, j'ai assisté ç une conférence de l'auteur, espérant une meilleure compréhension de ses idées. Là non plus la magie n'a pas fonctionné et j'ai failli en déduire que mon intelligence était défaillante ou insuffisante avant de me reprendre et de conclure qu'entre Emmanuele Coccia et moi, c'était juste un problème de connexion.
Commenter  J’apprécie          10
Je mentirai si je disais avoir compris toutes les idées lancées dans ce livre. Mais ce que je peux dire, c'est que maintenant je regarde les plantes et les arbres différemment. Ce n'est pas que nos positions ont changé, c'est que mon regard porte plus loin, à travers et autour des plantes.
Je le relirai, peut-être que je comprendrai d'autres choses.
Commenter  J’apprécie          10
La vie des plantes est un titre malhonnête.

C'est visiblement un artifice éditorial visant à tromper le lecteur afin de surfer sur la vague verte du retour à la Nature.

Emanuele Coccia, avec des propos des plus abscons, nous livre sa vision du monde qui tient en 2 mots : le monde est atmosphère et mélange.

Les plantes ne sont qu'alibis et non sujets.

La vision universelle de Coccia, qui se veut originale, n'est qu'un médiocre salmigondis de considérations présocratiques.


Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          11


critiques presse (1)
LaViedesIdees
27 juillet 2017
Au lieu d’aller directement de l’humanité à l’animalité, E. Coccia se propose et nous propose un détour par le végétal. Ce détour par les plantes est pour lui un autre moyen de s’interroger sur soi-même et sur la philosophie en général.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
 
 
Grâce aux fleurs, la vie végétale devient le lieu d’une explosion
inédite de couleurs et de formes, et de conquête du domaine des
apparences.
[…]

Les formes et les apparences ne doivent pas communiquer du sens
ou du contenu, elles doivent mettre en communication des êtres dif-
férents.

La raison est une fleur.
[…]

La fleur est la forme paradigmatique de la rationalité : penser,
c’est toujours s’investir dans la sphère des apparences, non
pour en exprimer une intériorité cachée, ni pour parler, dire
quelque chose, mais pour mettre en communication des êtres
différents.
Commenter  J’apprécie          50
Le souffle est la première activité de tout vivant supérieur, la seule qui peut prétendre se confondre avec l’être. C’est le seul travail qui ne nous fatigue pas, le seul mouvement qui n’a pas d’autre fin que lui-même. Notre vie commence avec un (premier) souffle et se terminera avec un (dernier) souffle. Vivre c’est : respirer et embrasser en son propre souffle toute la matière du monde. (Page 74)
Commenter  J’apprécie          60
Respirer signifie savourer le monde. Et le monde est pour tout être vivant et pour tout objet ce qui se donne à travers et grâce au souffle. Le monde à la saveur du souffle. Si tout esprit fait monde, c’est parce que tout acte de respiration n’est pas la simple survivance de l’animal qui est en nous, mais la forme et la consistance du monde dont nous sommes la pulsation. (Page 96)
Commenter  J’apprécie          60
Vivre est essentiellement vivre de la vie d’autrui : vivre dans et à travers la vie que d’autres ont su construire ou inventer. Il y a une sorte de parasitisme, de cannibalisme universel, propre au domaine du vivant. (Page 19)
Commenter  J’apprécie          100
L'origine de notre monde n'est pas un événement, infiniment distant dans le temps et dans l'espace, à des millions d'années lumières de nous-elle ne se trouve pas non plus dans un espace dont nous avons plus aucune trace. L'origine du monde est saisonnière, rythmique, caduque comme tout ce qui existe. Ni substance ni fondement, elle n'est pas plus dans le sol que dans le ciel ; mais à mi-distance entre l'un et l'autre. Notre existence n'est pas en nous, - mais en dehors, en plein air. Elle n'est pas quelque chose de stable ou d'ancestrale, un astre aux dimensions démesurées, un dieu, un titan. Elle n'est pas unique. L'origine de notre montre ce sont les feuilles : fragiles, vulnérables et pourtant capables de revenir revivre après avoir traversé la mauvaise saison.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Emanuele Coccia (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emanuele Coccia
La rencontre entre Andreas Vogler, Emanuele Coccia et Charlotte Poupon nous emmène sur orbite afin de penser la conception des matrices spatiales, navettes ou vaisseaux, dans la perspective de missions de longues durées.
Comment penser un intérieur quand l'extérieur n'existe pas? Cet extérieur, le vide cosmique, qui contraint les êtres vivants à vivre dans les replis d'une machine, bijou de technologies auquel ils doivent leur survie, seconde après seconde. Peut-on oser parler de confort? Et si oui, quel est-t-il ? Est-ce le moelleux d'un coussin? Mais le moelleux existe-t-il seulement en apesanteur? Ou bien plus prosaïquement, un petit, minuscule espace à soi et rien qu'à soi. Un espace, un temps, un espace-temps dans l'Espace-Temps pour se sentir toujours « en vie » dans la Machine.
Cycle de quatre rencontres organisées par le LéaV-Ensa Versailles, l'École Camondo Paris-MAD, le Centre culturel suisse. On Tour. Sous la direction de Claire Hoffmann, Alexis Markovics et Annalisa Viati Navone.
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (89) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
437 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..