AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754816356
Éditeur : Futuropolis (24/08/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
À la mort de Margaret Thatcher, trois amis d’enfance se retrouvent et décident de lutter contre la morosité économique que la politique de la « Dame de fer » a fait peser pendant des années sur leur petite ville côtière du sud de l’Angleterre. Ils ont pris de la bouteille mais c’est aujourd’hui l’âge de la revanche. Tournée générale ! Celle des pintes de bières et celle des souvenirs … et faire une chevauchée sur la Norton Manx, autre dame de fer, une moto de légend... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
deuxquatredeux
  13 septembre 2017
En 1988 dans « Margaret on the Guillotine » (sur l'album Viva Hate), Morrissey, ex-The Smiths, chantait :
« The kind people
Have a wonderful dream
Margaret on the guillotine
Cause people like you
Make me feel so tired
When will you die?
When will you die?
When will you die?
When will you die?
When will you die?
And people like you
Make me feel so old inside
Please die
And kind people
Do not shelter this dream
Make it real
Make the dream real
Make the dream real
Make it real
Make the dream real
Make it real ».
Il aura fallu attendre plus de 25 ans pour que La Dame de fer ou Miss TINA (There Is No Alternative) exerce le rêve de Morrissey. Certes Morrissey n'est pas le seul à avoir souhaité ou célébré la mort de Margaret Thatcher - même Klaus Nomi l'a fait avec son Ding Dong ! The Witch is Dead - et de nombreux artistes (Billy Bragg, The Clash, Elvis Costello, Pink Floyd, ...) ont chanté l'anti-Thatchérisme.
La mort de Margaret Thatcher est le point de départ de la bande dessinée de Michel Constant. À la mort* de Margaret Thatcher, trois amis désormais quarantenaires se retrouvent en effet dans le village de leur enfance à l'invitation de l'un d'entre eux qui s'est découvert un cancer et dont le pub à l'activité périclitante se trouve l'objet de la convoitise du maire du village qui voudrait agrandir le Golf du village. La dame de fer s'est aussi le surnom que les trois amis avaient donné à une moto parce que cette « garce tire à droite » comme Margaret Thatcher.
Il ne faut pas s'attendre ici à une critique du Thatchérisme (d'autre l'ont fait) même si quelques événements sont évoqués - par exemple, le sort des mineurs** - mais plutôt à une agréable virée au pays des Docs (Martens), des T-shirts Fred Perry, du fish and chips, de la Guinness, des Clash (version I fought the Law and the Law won), des Buzzcoks ou des Kinks, le tout étant narré en alternant le présent et le passé des protagonistes de façon plutôt habile.
Récemment, le Royaume-Uni a opté pour le Brexit tandis que Margaret Thatcher expliquait déjà en 1979 que l'Europe devait rendre l'argent avec son célèbre « Ce que je veux, monsieur Palmer, c'est tout simple : je veux qu'on me rende mon argent ». Une partie de l'Albion est décidément bien perfide...
* Un des personnages de Michel Constant se refuse à se réjouir de sa mort en raison de son éducation. De toutes façon, « Il ne faut pas souhaiter la mort des gens/Ça n'est jamais assez méchant/Il ne faut pas souhaiter la mort des gens/Ça les fait vivre plus longtemps » (Dominique A).
** À écouter, le "Between the wars" de Billy Bragg
« I was a miner
I was a docker
I was a railway man
Between the wars
I raised a family
In times of austerity
With sweat at the foundry
Between the wars
I paid the union and as times got harder
I looked to the government to help the working man
And they brought prosperity down at the armory
We're arming for peace, me boys
Between the wars
I kept the faith and I kept voting
Not for the iron fist but for the helping hand
For theirs is a land with a wall around it
And mine is a faith in my fellow man
Theirs is a land of hope and glory
Mine is the green field and the factory floor
Theirs are the skies all dark with bombers
And mine is the peace we know
Between the wars
Call up the craftsmen
Bring me the draftsmen
Build me a path from cradle to grave
And I'll give my consent
To any government
That does not deny a man a living wage
Go find the young men never to fight again
Bring up the banners from the days gone by
Sweet moderation
Heart of this nation
Desert us not, we are
Between the wars »
et à voir The Miners' Hymns de Bill Morrison avec la bande son de Johan Johansson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
bdelhausse
  09 juillet 2018
I fought the Law and the Law won...
Rien que cela me transporte loin, très loin... Death or glory... becomes just another story...
Trois amis perdus de vue se retrouvent après la mort de la Dame de Fer. Ils se sont quittés dans les années Thatcher, celles rythmées par le capitalisme forcené et les grèves des mineurs que la Dame de Fer ignorera jusqu'au bout. Ils se retrouvent parce que l'un deux (tenancier de bar) a un cancer.
Deux hommes, une femme... combien de possibilités? aucune, vu qu'il s'agit de liens d'amitié. Mais entre eux, une Norton Manx, une bécane comme on n'en fait plus... ou plutôt une bécane comme on n'en fait qu'en Angleterre.
En une 70aine de planches, les auteurs nous promènent dans la campagne anglaise sur fond de rock punk, de doigts d'honneur et de désillusion capitaliste. C'est comique, caustique et souvent inabouti. Mais... j'ai tellement kiffé The Clash, les Doc Martens et les clichés Mods... que je ne peux que donner 4 étoiles.
A mon avis, cela méritait au moins deux, voire trois albums de longueur normale, plutôt que ce tome allongé. Toute l'histoire est envoyée à toute vapeur, sans trop de finesse ni de suspense. Cela méritait mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
trust_me
  11 octobre 2017
« La salope a cané, bordel ! »
8 avril 2013, Margaret Thatcher passe l'arme à gauche et une grande partie de l'Angleterre se réjouit de cette excellente nouvelle. Quelques jours plus tard Donald, Abby et Owen se retrouvent après des décennies de séparation. Les deux derniers ont quitté leur bourgade d'enfance du Kent pour rallier Londres tandis que Donald est resté sur place pour succéder à son père aux commandes du seul pub du village. Avec le retour de ses amis d'enfance, il revit sa jeunesse tumultueuse, à l'époque où les mesures économiques de Miss Maggy la Dame de fer en faisaient baver à la classe ouvrière de tout le pays.
Une bière à la main, un bomber noir sur le dos, des Doc Martens aux pieds et les Clash en fond sonore dans un troquet enfumé alors que la pluie tambourine aux fenêtres, Michel Constant fait revivre l'Angleterre de 1985 avec un joli soupçon de nostalgie. C'est une belle histoire d'amitié, bon enfant et positive. le dessin très « ligne claire », typique des BD franco-belge des années 80, est parfait pour restituer les décors de l'époque thatchérienne.
Pas forcément l'album de l'année mais un sympathique moment de lecture teinté d'optimisme mettant en scène des personnages touchants en diable. Simple et efficace à défaut d'être inoubliable, je connais quelques quinqas qui avaient vingt ans sous le premier septennat de Mitterand à qui cet album rappellera de bons souvenirs.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
yaki
  22 mars 2018
Alors que Margaret Thatcher vient de mourir, Donald reprend contact avec ses deux amis de jeunesse, Owen et Abby sous prétexte de vouloir les revoir avant de mourir bientôt. C'est le prétexte pour revivre leurs années de jeunesse et monter sur la Norton Manx, une moto que Donald a gardé depuis leur jeunesse.
Une BD avec un scénario plutôt classique, des illustrations agréables et des personnages sympathiques. Un bon moment de lecture mais une BD qui sera sans doute vite oubliée…
Commenter  J’apprécie          00
julienleclerc45
  14 juin 2018
Cette BD interroge l'esprit de révolution. Les 3 amis, dans leur jeunesse, tentaient d'aller contre l'ordre établi et défendaient une liberté de ton et d'être. La vie les a un peu assagis mais pas trop. Michel Constant ne met pas en scène des vieux révolutionnaires qui auraient passé l'arme « à droite ». Il décrit une amitié qui s'est perdu et des valeurs légèrement dissimulées derrière la vie, celle édictée par le monde de la Dame de fer. Tout au long de cette BD, on pense à cette femme, celle qui par son pouvoir, par ses idées a transformé l'Angleterre mais également le monde. Elle est l'un des visages du capitalisme. Michel Constant décide alors de créer les visages d'un autre monde, d'un monde à l'envers. En réimplantant les 3 amis dans cette petite ville, l'auteur les fait dynamiter des codes mais surtout les met en face des limites d'aujourd'hui. Ils font de l'opposition avec les « armes » du système. L'une des dernières images reste quand même celle d'une posture qui renverse tout, très facilement, avec douceur et folie. Cette BD est l'éloge d'une folie tranquille et salvatrice, support d'une révolution heureuse.
Lien : https://tourneurdepages.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Sceneario   19 septembre 2017
Une BD ayant des airs "à la Ken Loach"... Une fiction douce-amère à découvrir aux éditions Futuropolis.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   12 septembre 2017
- Et meerde ! Mes docs ! .... Ça m'arrive à chaque fois !... Hé ne regarde pas comme ça, toi ! T'as pas idée du prix de ces trucs-là !... Ce ne sont pas des chaussures, ce sont des œuvres d'art... des institutions ! Quand tu portes ça aux pieds, tu as l'impression d'être béni des dieux et que plus personne ne peut t'atteindre. T'es un roi.
Commenter  J’apprécie          100
Lire un extrait
autres livres classés : punkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Béa Constant (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3497 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre