AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505002635
80 pages
Éditeur : Dargaud (18/01/2008)
3.78/5   57 notes
Résumé :

"Okhéania" aurait pu s'appeler "Le Monde vert". Imaginez en effet une planète dont la surface serait entièrement recouverte par la végétation... Une végétation à perte de vue, si haute, si épaisse et si profonde qu'elle en serait totalement impénétrable... Une végétation si serrée et si dense que, lorsque votre œil épouse cette étendue, il a l'impression de contempler un véritable océan, avec ses vagues, ses creux, ses vents, ses ondulations et ses coura... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 57 notes
5
0 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

TheWind
  15 septembre 2018
Okhéania est une planète entièrement recouverte par la végétation. A Okhéania, on vit sur d'immenses vaisseaux semblables à des villes flottantes et errantes. Ces lieux de vie s'avèrent plutôt ennuyeux pour les plus jeunes qui ne rêvent que d'une chose : transgresser les interdits et surfer sur les vagues de cet océan vert mû par le vent et les courants.
Jasper et Jon, habitants du "Vagabond" sont de ceux-là ; pour échapper à la routine, ils passent beaucoup de temps à pratiquer le surf'ace. .
Un jour, malheureusement, un tsunami les surprend. Jasper se retrouve à bord d'un vaisseau en mission commanditée par l'imperator. Quant à Jon, il a tout simplement disparu, avalé par le feuillage dense d'Okhéania...

Voilà un premier tome fort attrayant ! le décor très verdoyant et les vaisseaux qui semblent tout droit sorti de l'imagination de Jules Verne font rêver. Sans trop en dire, on a même l'impression que les auteurs se sont parfois inspirés de l'univers d'Avatar et pourtant la Bd est parue en 2008 alors que le film n'est sorti qu'en 2009.
Si le scénario et les dialogues restent un peu en surface, on passe tout de même un bon moment de lecture.
Je lirai la suite avec plaisir, en espérant, néanmoins, que les personnages et la vie sociale, politique et culturelle qui règne sur Okhéania soient un peu plus développés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Shaynning
  18 août 2020
Avant de me lancer dans la critique de cette Bd jeunesse, je suis tombé sur une critique incendiaire, voir lapidaire de ce premier opus et même si je ne partage pas la note que cet auteur lui a octroyé, je constate qu'il apporte une dimension fort pertinente à des éléments qui m'avaient fait sourciller moi aussi, à savoir le nombre effarant d'incohérences dans le scénario et dans la logique de ce monde.
Donc, si je me concentre sur les éléments positifs, je dirais que la Bd est jolie. le nuancier des couleurs est très bien, les machines inspirées du Steampunk de Verne sont créatives ( surtout ce gecko-arche-de-Noé géant) et les décors intéressants.
Les personnages, le scénario et l'univers en lui-même sont toutefois carencés. Je ne suis pas d'avis que parce que l'oeuvre cible le lectorat jeunesse qu'il doit comporter une moins grande part de logique, de bon sens ou d'intelligence. Or, il en manque.
Les personnages, bien que peu aidés du fait de leur manque d'expression ( la faute au crayon), sont creux et ne semblent capables ou habités que d'une seule émotion. La guerrière animé d'une colère disproportionnée quasi-constante, le capitaine presque toujours saoul ou léthargique qui se contredit lui-même, la jeune fille juste gentille, la femme juste triste, le grand-père juste cynique...ils manquent de relief, de consistance et surtout de variété émotionnelle. Je suis aussi en peine de décrire le héro. Aventurier et prédisposé aux bêtises, traits généralement admis chez les personnages masculins de 12 ans , en somme.
Je me suis beaucoup interrogé sur l'absence ou l'incohérence des notions les plus élémentaires de Physique. Certes, les univers imaginaires ont souvent des lacunes de cet ordre, mais de manière générale, ces univers sont également magiques ou chimériques ( dimension des rêves), expliquant du coup les incohérences. Ici, nul mention de magie. On figure, à la vue des navires, un univers Steampunk, mais rien n'explique vraiment comment on peut avoir un étendu vert à perte de vue.
Quelques exemples:
- Les navires ne peuvent pas naviguer: Les surfs le peuvent.
-Si c'est bien un immense tas de feuilles qui recouvre la planète: les feuilles devraient au moins êtres brunes, puisque non rattachées à un arbre.
- S'il y a un monde caché en dessous d'un vaste étendu de feuilles opaques, comment expliquer alors la lumière ambiante de ce monde en-dessous?
-Jon tome dans les feuilles: en ressort en riant. Tombe une seconde fois: est englouti.(?)
Je ne vais pas dresser une liste exhaustive, mais ce genre d'exemple a une fâcheuse tendance à s'accumuler.
Ensuite, le scénario. Il ne tient pas la route. Je ne donnerai qu'un exemple situé au début, histoire de minimiser les spoilers: Jasper tome dans les feuilles, perd contact avec son surf et est englouti: pourtant on explique juste après l'avoir trouvé SUR le surf, inconscient et dérivant. Oups. Pire, il a un "beeper"( Une sorte de balise GPS), alors pourquoi est-il considéré disparu par ses pairs? Ça ne marche pas. Imaginez ensuite ce genre d'incongruités scénaristiques tout au long de l'histoire.
Il est évident qu'un monde pareil nécessite beaucoup d'explications pour comprendre son fonctionnement, mais le soucis est que justement, le premier tome devrait mettre l'accent sur les détails susceptibles de nous guider dans cet univers. Or, cet univers est incompréhensible. Je me pose beaucoup de questions, mais dans mon esprit, ce devrait être à propos des détails, et non de la base même que je devrais m'enquérir. C'est expéditif, voir même "garroché ( jeté avec désinvolture)" comme histoire.
Et on ne m'aura pas aussi facilement: c'est beaucoup trop calqué sur "Avatar" ce monde "d'en dessous".
Finalement, je peine à trouver la finalité derrière le simple fait de divertir. On ne prêche pas de valeurs, on se sort aucune morale, on ne met aucun enjeux social, aucun abus ou politique défaillante. Ah, mais il y a ENCORE une princesse kidnappée. ( À quand un prince kidnappé histoire de faire au moins un truc nouveau). Mais même cette "quête" est un peu sortie de nul part, comme une tentative de mettre du piquant, je ne sais pas, c'est creux et ça manque d'originalité.
Donc, je suis assez déçu par le rendu, au final. Oui, les dessins sauvent la mise et quelques idées d'inventions sont intrigantes, la page couverture est belle, mais ce n'est pas ce qui fait une BD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
claireo
  07 juin 2013
Premier tome d'une série de cinq, c' est une B.D. passionnante aux très beaux dessins. On découvre le monde d'Okhéania, la planète verte, avec sa faune particulière. Sur la surface de feuilles qui la recouvre presque entièrement, naviguent des vaisseaux sur lesquels vivent les hommes. Si l'on tombe dans le tapis de feuilles, on se noie, entraîné vers le fond. Jon et Jasper surfent sur les vagues vertes lorsqu'ils pris dans un tsunami. Jon tombe vers le fond tandis que son camarade Jasper est fait prisonnier...
Commenter  J’apprécie          131
LeScribouillard
  20 janvier 2018
Après avoir compris que non, il ne s'agissait pas d'un remake des "Elfées" (oui, ce sont bien des garçons aux cheveux longs), je l'avais feuilleté et il s'était avéré qu'il s'agissait de planet opera, un sous-genre de la SF que je connais beaucoup trop mal (même si avec les révélations du tome 3, on va se rendre compte qu'il s'agit surtout de post-apo, ). En-dehors des multiples sous-genres, c'est une BD aux graphismes superbes et à l'imagination débridée. Que je vous explique un peu ce monde-là : la surface est recouverte d'arbres dont le feuillage est si dense que des structures importantes peuvent se déplacer dessus (style des vaisseaux arboricoles complètement délirants), et on peut y surfer dessus. Par contre, si vous marchez dessus, vous êtes morts. Oulah, vous me direz, le fait que le feuillage peut supporter des dizaines de tonnes et pas un être humain, c'est limite de la hard-SF ! Bon, ça peut s'expliquer du fait que tous les matériaux n'ont pas la même densité et que les structures doivent être en perpétuel équilibre et mouvement sous peine de chuter (alors, pourquoi diable les vaisseaux peuvent-ils s'arrêter dans ce tome-ci ?).
Toujours est-il que ça n'en reste pas moins une ode à la nature, un peu influencé par le style japonais qui lui confère un style superbe. le format est petit, mais ça ne gêne pas (et puis ça change, comme je dis assez souvent). le mauvais côté des chose est bien sûr qu'il s'agit d'une BD pour enfants, du coup les intrigues volent pas bien haut (mais peu à peu les intrigues se mettent en place, et sans vous spoiler, il y aura même de la politique). Un autre point faible, les répliques ("Les anges, c'est des créatures adorables, comme toi par exemple"), mais on n'est pas encore non plus dans de la romance à la con...
Tout ça pour vous dire qu'à l'époque, j'avais adoré. Et avec le recul, ce tome-ci m'a l'air à peine moins mauvais que je l'avais trouvé à l'époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mondaye
  06 mars 2016
Un très bon premier album qui pose bien l'univers d'Okheania (même si on aura l'occasion de remettre en cause plus tard ce que l'on en connait)
Une bande dessinée qui propose un univers d'une grande originalité, et porteuse d'une certaine réflexion (je pense surtout au tomes suivants, au révélation surprenante)
Mais laissez vous porter par l'imagination. Une planète sur laquelle à perte de vue, il n'y a que des feuilles, des branches qui montent si haut que il n'y a plus ou bien peu de terre habitable, un océan de verdure, agité par tempêtes et tsunamis au gré des vents parfois violent. Un univers ou l'on survit seulement sur des bateaux-village, et en croise un autre par hasard est un événement si rare qu'il donne lieu a des jours de célébration...
Okheania...
Un monde où l'injustice règne, invisible aux yeux des deux jeunes adolescents qui sont nos héros jusqu'au jour ou... l'histoire commence et l'aventure avec.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
issablagaissablaga   03 mai 2014
JASPER : - Vous me garantissez qu'il est possible de vivre sous le tapis de feuilles d'Okhéania ?
LE CAPITAINE DU POSEIDON : - Bien entendu !
Mais en fait, peu de gens le savent... C'est bien pratique... L'ignorance du plus grand nombre assure le pouvoir de quelques-uns !
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Éric Corbeyran (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Corbeyran
Grégory Charlet est devenu dessinateur de BD très jeune. Après "Le maître de jeu" aux côtés de Corbeyran chez Delcourt, il a réalisé "Kabbale" chez Dargaud en tant qu'auteur complet... avant de connaître une traversée du désert, due à des problèmes physiques (l'épaule qui lâche). Il est revenu par la porte de chez Bamboo avec "Le carrefour" et "Les s?urs Fox" (le tome 2 est à paraître à l'automne 2019). Mais aujourd'hui, c'est dans le registre de l'espionnage qu'il inaugure au côté de Régis Hautière l'adaptation BD de l'émission culte de France Inter "Rendez-vous avec X". Sous ses crayons, le premier dossier chaud rapporté par Mr X se déroule dans le cadre de la révolution culturelle "Chinoise"...
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Métamorphose

En quelle année est paru pour la première fois "La Métamorphose" ?

1938
1912
1915

11 questions
169 lecteurs ont répondu
Thème : La Métamorphose de Franz Kafka de Éric CorbeyranCréer un quiz sur ce livre

.. ..