AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jessica Shapiro (Traducteur)
EAN : 9782266329903
432 pages
Pocket (27/04/2023)
3.26/5   53 notes
Résumé :
Lorsque ses parents l’envoient vivre chez son oncle et sa tante au fin fond de la campagne anglaise, Georgiana Ellers, une jeune femme issue de la classe moyenne, craint de s’y ennuyer à mourir. Mais, entraînée par l’envoûtante Frances Campbell et sa clique d’héritiers décadents, la voici qui plonge tête la première dans un tourbillon de fêtes de plus en plus extravagantes, où règnent l’ivresse et la débauche.
La vulnérable Georgiana, qui rêve d’idylles et d’... >Voir plus
Que lire après RéputationVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,26

sur 53 notes
Je n'ai pas du tout apprécié ce roman Réputation, et pourtant au départ tout partait bien, l'autrice dédicaçant son roman à Jane Austen ("Pour Jane Austen , Pardon Jane." ) Et je trouvais ce "pardon ", si modeste, si lucide, si mignon, car ce n'est pas facile d'écrire "à la manière de", pas facile de rendre hommage . Mais hélas, les faibles connaissances de l'auteure en histoire, son non-respect des moeurs, conventions et usages de l'époque ont eu raison de ma patience...


Losque la lectrice commence Réputation, elle fait la connaissance d'une jeune fille de dix-sept ans, confiée à son oncle et sa tante, tandis que ses parents sont partis séjourner au bord de mer , le temps que sa mère se refasse une santé. Ils sont particulièrement absents du roman. Et donc, la jeune Georgiana s'ennuie chez sa tante jusqu'à ce qu'elle rencontre une certaine Frances Campbell, métisse, très riche et surtout très dévergondée , laquelle va l'entraîner dans des fêtes toujours plus décadentes. (Et le tout sans chaperon, on y croit !.. ) .
Giorgiana est sensible à un jeune homme qui , lui, n' est pas décadent, mais Giorgiana passe beaucoup de temps à penser du mal de sa famille, à boire avec ses nouveaux amis, se droguer, voir des choses qu' aucune jeune fille de cette époque ne devrait voir... Scéne homosexuelle, viol, tentative de viol, partouze, n'en jetez-plus la coupe est pleine !
On n'y croit pas du tout...
Et Giorgiana qui, au départ , est fascinée par ses nouveaux amis, prend peu à peu conscience (avec son crush...) , qu'ils sont cruels, superficiels, dangereux, et qu'elle pourrait perdre sa réputation .

Le bien vaincra le mal, c'est la seule chose valable, la seule morale de l'histoire, pour le reste , il ne se passe rien jusqu'à, (au moins...) , les pages 200. Pendant tout ce temps, George boit, fume, aime, et ce n'est pas très intéressant à lire. Elle ment à sa tante, elle fait le mur... Je me suis ennuyée au possible.
Je ne vois pas l'intérêt d'écrire une romance historique , si ce n'est pour ignorer les codes, les moeurs de l'époque. Lex Croucher ne s'est pas documentée, et son roman est pauvre en vocabulaire , voire carrément anachronique. ( Page 320, Frances dit " Allez donc vous faire foutre ! ". Croyez-vous qu'une jeune lady employait un tel language , de telles expressions à cette époque ? ). Ni les vêtements, ni les moyens de transport, ni les habitudes, ni le language , ni la nourriture ne sont exploités : le vide abyssal !
Ce roman est un grand fourre-tout ,où l'autrice mélange et pioche ce qui l'arrange , dans le meilleur des deux siècles ( le XIX° et le XXI siècle). C'est affligeant et c'est aussi une façon de ne pas respecter la culture, la connaissance. Une façon d' abêtir les foules et spécifiquement , les jeunes adolescentes qui liront ce livre...
Heureusement qu'elle demande pardon à Jane au début...
Je ne lirai pas la suite .
Commenter  J’apprécie          425
Georgiana Ellers part vivre chez les Burton, son oncle et sa tante, ses parents partant s'installer en bord de mer pour soigner sa mère souffrante. Georgiana va alors rencontrer Frances, la fille de Lord et Lady Campbell.

Georgiana est issue d'une famille modeste, et lors d'une soirée mondaine, elle va faire la rencontre de Frances Campbell. Va alors s'en suivre différentes rencontres sous le signe de la décadence : soirée entre « jeunes » sans chaperon, où l'alcool coule à flot.

Je n'ai clairement pas accroché à cette lecture. L'auteur dédie son livre à Jane Austen, mais mis à part l'époque où se déroule l'histoire, il n'y a rien en commun avec cette auteure.
Je n'ai pas su m'attacher aux personnages, toutes ces fêtes alcoolisée, sans chaperon, et où tout est prétexte à faire n'importe quoi, ne m'ont clairement pas aidé. Tous les codes de la bonne société de cette époque sont effacés, pour laisser place à une jeunesse bien trop moderne à mon goût, ce n'est pas ce que j'attendais de cette lecture.
Le résumé ne laisse pas de doute sur cette jeune fille qui rencontre les mauvaises personnes et fait les mauvais choix, de façon cette assez naïve, mais le sujet est traité de façon XXIe siècle à mon sens.

Cette lecture saura certainement trouver son public, la romance est là, et la fin m'a davantage intéressée. J'attendais une lecture au style différent de celui proposé, ce qui a certainement provoqué cette déception.

Merci à Netgalley France et aux éditions des Presses de la cité pour l'envoi du livre.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          300
Georgiana Ellers vit dorénavant chez son oncle et sa tante, les Burton depuis que ses parents l'ont abandonnée pour s'isoler sur la cote anglaise pour des raisons de santé. Georgiana s'ennuie malgré toutes ses lectures romantiques - Ann Radcliffe. Durant l'été, elle rencontre à une fête chez les Gadforth la jeunesse de la noblesse londonienne en villégiature pendant la belle saison à la campagne et notamment Frances Campbell, une jeune femme excentrique. Il lui faut cependant attendre une nouvelle fête chez les Woodley pour connaître toute cette petite société aristocratique, riche et dépravée, rencontrer Cecily Dugray et Jane Woodley, amoureuse de Frances mais aussi les jeunes hommes, le blond Jonathan Smith, jeune gay bourré d'humour et le brun Christopher Crawley mais aussi le séduisant Jeremiah Russell et le ténébreux Thomas Hawksley. Georgiana se laisse étourdir par cette vie facile, les soirées luxueuses, les jolies toilettes et les différentes substances toxiques, alcool et drogue.

Lex Croucher est présentée par son éditeur comme une créatrice de contenu à Londres et Réputation est son premier roman.

Il s'agit d'un roman de pure chick'lit' dans la société de la Régence : la jeune femme pauvre accède aux soirées de l'artistocratie et rêve d'une vie luxueuse et du prince charmant. Elle devient amie avec une jeune femme manipulatrice, sans morale et sans scrupule mais évidemment la cruauté de celle-ci est liée à son histoire familiale. le récit enchaîne sans beaucoup de progression dans l'intrigue, les soirées mondaines durant lesquelles les héros s'enivrent beaucoup, fument des substances hallucinogènes et batifolent un peu ; le rythme s'épuise donc beaucoup d'autant que l'héroïne met beaucoup de temps à comprendre combien elle est manipulée et que l'anti-héroïne est prévisible dans ses sautes d'humeur. Par ailleurs, si le décor est historique, les personnages ont un comportement contemporain et s'expriment dans un langage souvent anachronique et quelque peu bancal ; ce décalage aurait pu être amusant s'il avait été mieux assumé par l'autrice. de même, le roman aurait pu avoir davantage de brio si l'autrice avait mieux assumé l'excentricité de ses personnages et la démesure des soirées mondaines organisées par l'aristocratie. Nous nous ennuyons souvent ; seul le dénouement offre une légère émotion attendue avec la conclusion de l'amour entre la jeune femme et l'homme ténébreux mais si sensible…
Commenter  J’apprécie          122
Je vais commencer par le commencement, ce qui m'a attiré dans ce roman c'est sa couverture et son résumé. Sa couverture m'a attiré car j'ai trouvé que, malgré l'époque de l'histoire, elle est assez inclusive en mettant à l'honneur une personne de couleur dans un univers de personnes blanches et privilégiés, même si elle n'est qu'au second plan. D'ailleurs j'ai trouvé que cette inclusion, que ce soit sur les origines d'une de nos héroïnes ou sur les morphologies de personnages secondaires, l'autrice a su en parler et normaliser nos différences. Même si j'aurais aimé qu'elle aille encore plus loin j'ai quand même l'impression qu'elle a essayé de bouger un peu les lignes des récits qui gomme souvent les différences des personnages pour les rendre plus idéale et conforme aux normes physiques sociétales.
Je dois également dire que le résumé m'a intrigué car il m'a donné envie de (re)plonger dans l'univers de Jane Austen sans forcément relire Orgueil et préjugés, que j'avais trouvé un peu long quand même. Néanmoins j'avais quelques craintes, notamment celle des longueurs et d'un rythme assez lent. Et je dois dire qu'en effet c'est parfois un peu long mais cela met en avant l'évolution du personnage central. Notamment à travers ses contradictions et son besoin de plaire qui lui fait suivre un chemin différent de ce qu'elle aurait fait si elle avait réussi à se détacher de l'image qu'elle renvoyait. D'ailleurs j'ai trouvé dommage que le premier chapitre soit si entrainant et drôle et que la suite soit un peu plus longue. J'aurais aimé que tous le roman soit du même niveau et j'ai trouvé que ce n'était pas toujours le cas.

Hors mis ces quelques longueurs dans le texte, j'ai aimé me plonger dans cette histoire car j'ai trouvé que le style de l'autrice était intéressant et que les différentes intrigues s'enchainaient très bien pour donner un récit cohérent, vivant et entrainant. le tout saupoudrer d'une dose d'humour qui fait du bien pour maintenir l'intérêt du lecteur. D'ailleurs j'ai beaucoup aimé la répartie de notre héroïne qui se laisse influencer par certains mais qui sait répondre et être satirique auprès des adultes. D'ailleurs l'autrice montre très bien l'émerveillement, le dégout ou la neutralité de George à travers les descriptions des lieux et des scènes qui sont à la fois réaliste et pleines d'émotions. Celles-ci contribuent à faire de ce roman un roman agréable que je suis contente d'avoir lu et que j'aimerais faire découvrir à d'autres lecteurs, et lectrices, pour pouvoir échanger et partager nos points de vues et nos ressenties sur l'histoire.
De plus le découpage du livre est bien fait car on a toujours envie de lire le chapitre suivant pour savoir ce qui va se passer. J'ai particulièrement aimé l'échange de correspondance qui se fait dans la deuxième partie du livre, quand notre héroïne commencent à s'éloigner de ses nouveaux amis. J'aurais aimé que cela dure plus longtemps et en même temps le fait que ce soit aussi court m'a permis d'en garder un très bon souvenir. Je crois que c'est ma partie préféré du roman!

Ce roman ce passe en Angleterre à une époque révolue mais encore tellement vivante dans notre imaginaire qu'on pourrait croire que toutes les histoires se ressemblent. Cependant j'ai trouvé que cette histoire là était originale car elle nous montre l'envers du décors, les excès et la difficulté qu'on peut avoir à se sortir d'un cercle infernal nous tirant vers le bas. Il suffit parfois de peu pour enchainer les erreurs, un peu trop d'orgueil ou d'envie d'exister aux yeux des autres et le tour est joué. En tout cas ici c'est ce qu'on retrouve de façon assez originale. du moins par rapport à mes autres lectures du genre.
De plus j'ai trouvé qu'on était vraiment immergé dans ces excès et l'atmosphère joyeuse, mais piégeante, de ce groupe d'amis de la haute société qui cache ses déboires à travers des apparences parfois trompeuses. Ce qui permet d'avoir une petite dose de suspens sur l'évolution des choses et l'évolution de Georgina.

En parlant de personnages j'ai trouvé qu'ils se complétaient plutôt bien mais qu'ils n'étaient pas suffisamment variés. En effet, beaucoup sont du même milieu avec les mêmes travers plus ou moins développer, notamment dans les personnages secondaires. Cependant il y a quand même quelques personnages qui sortent du lot et qui sont assez rafraichissant. D'ailleurs ce sont ces personnages là qui vont faire réfléchir et évoluer notre héroïne, qui est quand même un peu longue à la détente pour accepter ses contradictions et sortir de sa spirale infernale. J'ai d'ailleurs trouver dommage qu'il faille en arriver à une tentative de viol pour que ce soit le cas. C'est un évènement qui devient très courant dans la littérature et je trouve ça dommage d'utiliser toujours les mêmes choses pour faire évoluer les personnages.

Dans ce roman l'autrice aborde de multiples thèmes et ce serait trop long de tous les détailler. Cependant j'ai pu dégager plusieurs grands thèmes comme les différences sociales et leurs conséquences sur chaque individus ou les excès que l'on peut faire pour impressionner les autres ou oublier nos problèmes. le centre de l'histoire est en faite un mélange de ces deux thèmes et résulte du fait que Georgina a envie de s'extraire de sa condition de jeune fille aisée, mais pas suffisamment pour faire partie de l'élite. Pour cela elle va tout faire pour devenir la confidente et obtenir les bonnes grâce de Frances qui est la personne la plus en vue, pour son argent et son statut sociale, des environs. Malheureusement pour George c'est aussi une personne qui a de mauvaises fréquentations et de mauvaises habitudes. Des habitudes choquantes pour l'époque mais qui mettent parfaitement en lumière les excès que peuvent avoir des jeunes d'aujourd'hui avec l'alcool qui coule à flot pendant les fêtes et les drogues qui peuvent y circuler. J'ai donc trouvé que ce roman montrait comment il est facile de devenir alcoolique pour se sentir intégré, tout comme il est facile de céder à la tentation de la drogue lorsqu'on se sous-estime et qu'on veut à tout prix se faire une place près des gens qui nous semble important. Mais aussi lorsqu'on veut oublier ses problèmes car on comprend à travers les pages qu'entre l'orientation sexuel, les parents absents ou les parents qui n'assument plus leur choix du passé les secrets et les mal-être sont nombreux pour notre jeune bande d'amis et que cette plongée dans les eaux sombres leur permet de tout oublié quelques instants et de fuir leurs problèmes. Des problèmes de riches mais des problèmes quand même car personne n'a la vie parfaite malgré les apparences que l'on peut avoir.
Dans cette course à l'élévation sociale, j'ai trouvé que notre héroïne était parfois maladroite et blessante sans le vouloir. On la sent pleine de remord et pourtant elle persiste dans cette attitude jusqu'à ce qu'elle comprenne les codes et les dégâts qu'elle peut provoquer. Aussi bien avec ses mots, ses oublis, ses mensonges ou ses actes. Personnellement j'ai aimé que l'autrice mette en lumière le pouvoir des mots et des attitudes dans nos rapports avec les autres. D'ailleurs je dois avouer que notre héroïne est assez insupportable pendant une partie du livre, où on reconnait à peine la fille du début, car elle devient réellement méchante et se croit supérieur aux autres lorsqu'elle les blesse et les humilies. Même si on sent que ses actes et ses paroles sont le reflet de son manque de confiance en elle et de sa recherche d'acceptation par ses nouveaux amis, cela n'en reste pas moins détestable.
Enfin en conclusion du livre, l'autrice aborde également le rapport entre violeur, ou agresseur, et victime. Et nous remontre à quel point la société est conditionné pour croire plus facilement un homme qu'une femme dans ses conditions. En effet les premières réactions de la majorité des personnages, et dans la réalité des gens, est de dire que la jeune fille l'a bien cherché, qu'elle n'est pas si innocente que ça ou qu'elle en avait également envie. Même si je déplore cet évènement pour conclure le livre, je trouve quand même qu'il propose une fin intéressante car cela permet d'aborder un sujet très important sur le jugement hâtif que l'on peut faire dans ce genre de cas.

Pour conclure je dirais que c'est une bonne lecture que je suis très contente d'avoir découverte et que je partage avec plaisir car je pense que ce livre mérite d'être lu par le plus grand nombre. Par contre je trouve que la comparaison avec Jane Austen dans le résumé est malheureuse car il donne tout un tas d'à priori négatif, notamment sur le style et le lenteur du récit, pour le lectorat qui a peur de ce genre de littérature ou qui a été déçu par le passé.
Lien : https://uncoindebouquin.word..
Commenter  J’apprécie          20
Étant quelqu'un d'extrêmement faible, il ne m'aura pas fallu longtemps pour craquer face aux arguments de vente de la maison d'édition. Rien qu'avec la mention de Jane Austen, cette dernière pouvait déjà me compter pour sûr parmi leur lectorat et encore plus lorsque les Presses de la cité font mention d'une romance historique qui se promettait aussi rafraîchissante que décalée.

Malheureusement, cette lecture est loin de combler toutes mes espérances et je ressors plus que déçu de celle-ci. Pourtant l'idée de départ proposée par Lex Croucher se voulait gouleyante et je m'attendais à m'amuser face à tant de gaucherie et de raillerie. Cependant, l'auteure exacerbe tellement son trait d'humour que le tout en devient bien trop grotesque et caricaturé. D'autant plus que même si le cadre historique est respecté dans ses grandes lignes, il m'a semblé que la tournure des événements prenait une direction bien trop moderne et parfois assez peu crédible. Néanmoins, je ne peux que souligner la tentative de cette dernière de traiter de sujets actuels tels que le racisme et l'homosexualité. Pourtant et bien que ces thèmes soient totalement intemporels, je n'ai pas trouvé la tonalité de ce roman propice à ce genre de discours. Encore moins lorsqu'il n'apporte aussi peu d'éléments au scénario. Ainsi, Lex Croucher se contente d'une mince intrigue pour dévoiler son univers exubérant où l'alcool coule à flot et dans lequel la séduction ne cesse de demeurer. En réalité et excepté le cadre temporel ainsi que les tournures de phrases assez bien ficelées, ce roman emprunte inconsciemment les larges caractéristiques de la littérature Young Adult. Cette direction ne m'aurait pas autant dérangé si la romance se dévoilait un tant soit peu intéressante et captivantes sauf qu'il n'en est rien. L'auteure reste encore des plus sommaire et j'ai trouvé l'histoire d'amour bien trop effacée et timide comparé aux nombreuses frasques des nouvelles amies de notre jeune et innocente Georgina. Fort heureusement, la plume de celle-ci reste facile à lire et les quelques centaines de pages se lisent avec simplicité et rapidité.

Pour en revenir aux personnages et comme je l'évoquais, j'ai fait la connaissance de la jeune Georgiana envoyée vivre chez sa tante oncle et son oncle, chez lesquels cette dernière s'ennuie rapidement à cause de la monotonie de sa nouvelle vie mondaine, rythmée de dîners et autres célébrations dans lesquels elle ne se retrouve pas. Cela était sans compter sur sa fortuite rencontre avec la scandaleuse et quelque peu sulfureuse Frances. Une sortie d'amitié naîtra entre ses deux jeunes femmes que tout oppose et un nouveau monde ouvrira ses portes à notre innocente héroïne. Tout bien réfléchi, devrais-je peut-être parler de crédulité plutôt que d'innocence tant cette dernière essuie les mésaventures comme personne. Si ses premières frasques m'ont fait sourire, les suivantes m'ont légèrement agacé tant elles se répètent et tant Georgiana réalise inlassablement les mêmes erreurs. Je veux bien que par envie d'appartenir à un groupe social qui diffère du sien, cette personne soit capable de sortir de ses sentiers battus mais à ce point cela devient rédhibitoire. Il faut dire que les amis de Frances sont à son image et à des années lumières des conventions ainsi que des conduites bourgeoises de l'époque mais, une fois n'est pas coutume, la pertinence de cette caricature m'a totalement échappé. Ainsi, je ne suis pas parvenu à m'attacher à un seul des personnages présentés d'une manière bien trop succincte et superficielle pour se dévoiler un minimum intriguant ou intéressant.

En somme, je vous conseille d'oublier la mention de Jane Austen si vous désirez tenter cette lecture. En effet, Lex Croucher ne détient ni la finesse, ni la saveur de sa consoeur disparue et dévoile un roman bien peu mémorable et trop grotesque pour être pleinement délicieux et divertissant à parcourir. Seule la plume fluide et légère de cette dernière sauve quelque peu la donne.
Lien : https://mavenlitterae.wordpr..
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
“Tout ce qu'elle a dit était faux, bien sûr. Frances était en colère et blessée et... peu importe. Vous n'êtes pas obligé de lui pardonner. Vous n'êtes pas obligé de l’aimer. Il m'arrive parfois de ne pas trop l'aimer non plus. Mais c'est mon amie, et elle compte à mes yeux. (...) Écoutez, je sais que je vous déçois sans doute terriblement, mais je ne crois pas que vous compreniez. Venir ici a été une véritable renaissance, Thomas. Je m'étais résignée à l’idée que la vie me passerait sous le nez. Qu'il n'y aurait ni aventures, ni camarades, ni histoires à raconter. Que je ne serais rien, une personne insignifiante dont personne ne se soucierait. (...) Je n'ai jamais osé rêver d'une vie avec des amies comme Frances, des endroits excitants où aller, une vie où j'aurais une quelconque importance. Peut-être est-ce là un impardonnable orgueil et, pourtant, maintenant que j'ai goûté à ce monde, j'ignore comment je pourrais me contenter de ma vie d'avant. (...) Je n'aurais rien de tout cela sans Frances. J'étais tellement seule avant de la rencontrer. Cela n'excuse en rien mon comportement, mais je voulais juste... Eh bien, je voulais juste vous le dire. M'expliquer. Car ce que vous pensez de moi m'importe beaucoup, même si je m'y prends mal pour vous le montrer. Vous m' avez plu dès l'instant où j'ai fait votre connaissance. (...) Peut-être est-ce imprudent de le dire tout haut, s'empressa-t-elle d'ajouter, mais... je souhaite être imprudente. Je ne m'étais encore jamais autorisée à l'être. (...) Je suis navrée, Thomas, vraiment. Si je vous ai donné l'impression que vous ne comptiez pas pour moi, il s'agissait du pire mensonge”. pg 293
Commenter  J’apprécie          50
Un seul ne riait pas ; il arborait le genre de sourire poli que l'on adressait à son dentiste ou que l'on esquissait en écoutant le compte rendu détaillé d'une transaction bancaire. Sobrement vêtu de bleu marine et de blanc impeccable, il avait les mains jointes derrière le dos comme s'il se tenait au garde-à-vous. À y regarder de plus près, son corps tout entier était rigide ; la tension émanait de lui de manière palpable, à l'exact opposé des autres, qui étaient si décontractés qu'ils paraissaient plus couchés qu'assis. Grand, la peau brune - peut-être avait-il des origines indiennes, songea Georgiana, bien qu'elle ait peu de points de comparaison -, il était doté de boucles lâches dont la longueur n'était plus à la mode, retenues en arrière sans conviction. Ses yeux bruns, immenses mais qu'il gardait baissés, lui donnaient un air calme et mélancolique, tandis que l'arête de sa mâchoire était si nettement dessinée que Georgiana supposa que l'on risquait de se blesser en la touchant.

Elle se demanda aussitôt pourquoi elle s'était imaginé la toucher.
Commenter  J’apprécie          10
Avez-vous lu beaucoup de bons livres dernièrement, Georgiana ? Votre tante nous a parlé de vos lectures, et je dois dire que je suis très impressionnée ! Je n’en ai pour ma part terminé que quelques-uns, car ils contiennent une multitude de mots. Une véritable multitude ! Vous êtes sans doute deux fois plus intelligente que moi, vous qui connaissez tant de mots ; y en a-t-il un que vous auriez rencontré et que vous préférez particulièrement ? Un mot qui vous a étonnée, peut-être ?
Commenter  J’apprécie          30
“- Hmm, fit Jane, qui n'était pas dupe. Vous avez l'air d'une fille plutôt gentille.
- Cela ne ressemblait pas à un compliment. Merci ? répliqua Georgiana.
- Je ne le dis pas pour vous flatter mais pour vous prévenir. Vous ne venez pas d'une famille fortunée, ou du moins pas assez fortunée. Tout cela est nouveau pour vous. Vous devriez être assise quelque part dans un petit salon morne en compagnie de filles du coin, jusqu'à ce qu'on vous fasse épouser un homme aux moyens modestes, aux terres modestes, qui aurait à son service une vieille cuisinière et une domestique boutonneuse pour vous habiller et vous attacher de jolies boucles d'oreilles en toc.
Georgiana était sûre à présent qu'on l'insultait. Elle voulut prendre la parole, mais Jane poursuivit :
- Encore une fois, ne vous méprenez pas. Je ne dis pas cela pour vous blesser. J'établis les faits, de plus, il me semble que mener une vie ordinaire digne de votre rang ne vous rendrait pas malheureuse. Ici et maintenant, vous êtes tombée dans la fosse aux lions. Les occasions d'être malheureux ne manquent pas. Personne ne sera montré du doigt ni banni pour la multitude de péchés qui seront assurément commis d'ici lundi. Presque tout ce que nous pourrons faire nous sera pardonné en raison de notre richesse, de notre statut. De notre lignée. Pouvez-vous en dire autant ?” pg 154
Commenter  J’apprécie          00
Elle s’efforça de faire preuve de nonchalance face à Frances et ses amis, qui se montraient aussi crus et orduriers qu’un équipage de matelots étrangement bien chaussés. Le sexe était une chose qui se passait derrière les portes closes, dans les lits maritaux déjà rodés ou dans les recoins sombres des maisons de débauche. C’était ce qui se passait après la fin des romans d’amour ou, parfois, dans les livres plus grivois, ce à quoi l’auteur faisait brièvement allusion avant de se hâter, par décence, de passer à autre chose. Ce n’était pas une chose dont on parlait ouvertement lors d’une fête comme si l’on discutait du temps ou du prix du beurre.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : bonne sociétéVoir plus
Les plus populaires : Roman d'amour Voir plus


Lecteurs (122) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5325 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..