AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
50 pages
Éditeur : Publications BLD inc. (01/06/2016)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Les pires placements de produits. Quand Ironman va manger un gros burger chez Burger King après un épisode de stress intense, cela vous ouvre-t-il l'appétit ?… Bitcoin pour les nuls. C'est le rêve des anarchistes, le cauchemar des grandes banques et des États : une monnaie que tout le monde peut… le grand « backup
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cielvariable
  11 janvier 2018
Dossier vraiment pertinent et intéressant sur les stratégies publicitaires visant directement les adolescents. de bons textes à travailler avec des élèves du secondaire.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   01 juin 2018
« On ne peut pas mentir sur ce qu’on aime. Internet, dans le monde du placement média, c’est une mine d’or », affirme Luc Dupont, professeur au département de communications à l’Université d’Ottawa.

Tout ce qu’on écrit, est colligé, dit-il. Absolument tout. Facebook et Google en savent autant (peut-être même plus) sur vous que vos meilleurs amis ! Et pas besoin de développer des trésors d’ingéniosité pour mettre la main sur ces informations : nous les leur servons sur un plateau d’argent.

C’est M. Facebook (Mark Zuckerberg) lui-même qui le dit : on vous a demandé votre âge, vous nous l’avez donné. Votre date de naissance, vous nous l’avez donnée. Alors, on vous a demandé si vous étiez en couple, et comme vous avez répondu, on vous a demandé avec qui. Chaque fois, c’est vous qui avez accepté de répondre.

Zuckerberg : 1 – Internautes : 0

Vous devenez célibataire et en faites l’annonce sur Facebook ? Soyez assuré que la publication ne passera pas inaperçue. Auprès de votre « prospect », on vous le souhaite. Auprès des publicitaires, c’est garanti.

Comme la majorité des nouveaux célibataires, vous finirez par sécher vos larmes et déciderez de vous reprendre en main. Facebook et ses amis algorithmes le savent… Croyez-vous vraiment que ces publicités de gym et d’aliments santé sont le fruit du hasard ?

MAIS JUSQU’OÙ L’INDUSTRIE PEUT-ELLE METTRE SON NEZ DANS NOS DONNÉES « PRIVÉES »?

À vous de dire STOP.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   01 juin 2018
Vous êtes amateurs de soccer ? Vous suivez l’actualité sportive, partagez les meilleurs coups de Didier Drogba et êtes abonnés à la page Facebook de l’Impact de Montréal ? Gageons que vous voyez souvent apparaître des publicités pour des souliers à crampons ou des billets de soccer sur votre fil.

Les agences de marketing observent les comportements des internautes pour leur proposer des produits en fonction de leur profil : c’est ce qu’on appelle du ciblage publicitaire.

D’abord sur les réseaux sociaux, cette stratégie s’impose désormais sur toutes les plateformes web. Le but, c’est de trouver le plus court chemin entre le client et l’annonceur, dit Dan Posalski, président-directeur général chez Black Angus.

Black Angus est une entreprise française spécialisée dans le marketing programmatique. Une forme de marketing en ligne qui recourt à différents logiciels et algorithmes. Il existe une vingtaine d’entreprises comme celle-ci dans le monde.

L’entreprise s’assure d’adresser le bon message à la bonne personne. Et ça vous évite les annonces sur l’incontinence urinaire (!) et les résidences pour personnes âgées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   01 juin 2018
Ce printemps, des éditeurs de sites web français (Le Monde, Le Parisien, Le Figaro, L’Équipe, etc.) se sont mobilisés pour sensibiliser les internautes aux effets pervers des bloqueurs de publicités. Certains sont même allés jusqu’à interdire l’accès à leurs contenus gratuits aux visiteurs dotés d’un adblock actif.

On estime qu’environ 200 millions d’internautes utilisent des bloqueurs de publicité. Au Canada, 6,5 millions de personnes recourent aux adblocks.

Le hic ? C’est que certains sites web, surtout ceux qui offrent leur contenu gratuitement, dépendent des revenus de la publicité.

Prenez les sites d’informations, par exemple. Sans publicité ? Pas de revenus. Sans revenus ? Pas de journalistes. Et sans journalistes, pas d’information. Selon une étude réalisée par l’éditeur de logiciels américain Adobe et la société irlandaise PageFair (août 2015), les bloqueurs de publicités risquent d’entraîner des pertes de plus de 41 milliards de dollars cette année chez les éditeurs de sites web. C’est un pensez-y-bien…

« Tout l’édifice médiatique repose sur la publicité. » – Luc Dupont, professeur en communication
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   01 juin 2018
Nos téléphones récoltent quantité d’informations pour ensuite les échanger et les vendre. C’est un marché de données. « On est passés de l’achat d’emplacements publicitaires à l’achat d’audience », résume Dan Posalski. Et tout ça se fait en temps réel. Car la machine se met en branle dès que vous accédez à un site web.

Au début, le site comprend des espaces publicitaires vides. Lorsque vous vous connectez, le gestionnaire du site fait une demande d’enchères à partir des cookies (information sur l’utilisateur – en l’occurrence, vous) dont il dispose.

Comme en bourse, on utilise ici de puissants algorithmes et des superordinateurs capables de détecter des micromouvements de marché dans des temps record. Si bien que votre oeil n’a pas le temps de distinguer l’espace vide avant que la publi-cité qui remporte les enchères ne s’affiche sur votre écran de mobile, de tablette ou d’ordinateur.

Vous cliquez ? Vous achetez ? On dispose alors de nouvelles informations sur votre profil de consommateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   01 juin 2018
À Paris, loin des grandes artères de la ville, existe un monde de squelettes, de monstres à six pattes et de têtes écorchées.

Le musée de l’école nationale vétérinaire d’Alfort est l’un des plus anciens du pays. Il a été créé en 1766, dans le but d’exposer aux futurs médecins, chirurgiens et vétérinaires l’aspect de corps sains et de corps affectés par la maladie.

Le hic, c’est qu’à l’époque, le réfrigérateur n’était pas encore inventé. À température ambiante, les cadavres de vaches et de chevaux se décomposaient rapidement, attiraient les asticots et exhalaient de fortes odeurs (pouvant nuire à la concentration des étudiants). Jusqu’à ce que Honoré Fragonard, premier professeur d’anatomie des écoles vétérinaires de Lyon et de Paris, trouve le moyen de préserver les spécimens…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : publicitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus