AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alexis Fouillet (Traducteur)
EAN : 9782847200843
365 pages
Éditeur : Gaïa (14/03/2007)
3.76/5   96 notes
Résumé :
Le roman de Bergen a le souffle des grandes épopées.
Voici le premier volume de cette saga norvégienne haute en couleurs.
À l'aube du 1er janvier 1900, l'inspecteur Moland est réveillé par des coups frappés à sa porte. Ce jour de congés qu'il aurait dû passer avec femme et enfants va bouleverser sa vie. Un notable de Bergen, le consul Frimann, a été assassiné après avoir passé la nuit en compagnie non pas de son épouse, mais d'une fort jolie et très se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 96 notes
5
8 avis
4
10 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

sandrine57
  06 mars 2018
Au matin du 1er janvier 1900, la jeune Trine découvre le corps de son patron, roué de coups, au pied des marches de la maison familiale. le consul Frimann venait de fêter le passage au XXè siècle en compagnie de quelques amis, tous d'éminents notables de la ville de Bergen. La police de la ville est sur les dents pour retrouver le coupable de ce meurtre odieux. L'inspecteur Moland, qui jusque là n'a eu à gérer que des crimes entre ivrognes, se voit confier l'affaire. Son enquête le mène sur la piste de Maren Kristine Pedersen qui semble avoir connu intimement la victime ainsi que ses amis. Tout s'enchaîne ensuite très vite, le meurtrier est identifié et l'affaire est classée. Pourtant, des doutes subsistent. Et si le jeune paysan accusé était innocent. Au fil du temps, le meurtre du consul Frimann continuera de hanter ceux qui été aux premières loges ce fameux 1er janvier...
Délaissant pour un temps son détective fétiche Varg Veum, Gunnar Staalesen se lance dans l'ambitieux projet de raconter Bergen au XXè siècle. Auteur de polar oblige, il démarre son roman par un meurtre mais celui-ci est secondaire, son but étant bien de décrire sa ville au moment où elle se lance à la conquête du nouveau siècle. Deuxième ville de Norvège, cité portuaire, centre théâtral, Bergen attire ceux qui veulent quitter leurs fermes montagnardes ou leurs bateaux dans les fjords pour réussir. le pays tout entier est en pleine expansion. le chemin de fer se développe, donnant lieu à des prouesses techniques et nécessitant de la main d'oeuvre volontaire et courageuse. Mais les ouvriers ne sont pas les seuls à caresser des ambitions, la petite bourgeoisie aussi veut s'élever. On spécule, on investit, on rêve d'une ville prospère, en mesure de concurrencer la capitale.
A travers le destin de quelques berguénois issus de toutes les couches de la population, Staalesen nous emmène dans une visite de la ville, jusqu'en 1916. Bergen, en quinze ans environ, va connaître un essor considérable plongeant de plain pied dans la révolution industrielle et son cortège de progrès. Un premier tome passionnant qui augure une suite à sa mesure. Une belle preuve d'amour de Staalesen pour sa ville natale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          364
tynn
  28 juillet 2016
Autant prévenir le lecteur de suite, car s'il désire connaître la vérité sur le meurtre de ce premier tome, il lui faudra attendre l'avoir lu le sixième...
C'est dire que l'intérêt de cette énorme saga est ailleurs!
Gunners Staalesen est natif de Bergen. On peut affirmer qu'il a planché son sujet et que cette oeuvre romanesque de 1600 pages est un véritable travail de sociologue.
Sur un siècle d'histoire de la ville, il déplie une saga de familles diverses, d'origines sociales différentes, offrant un vrai panoramique de la cité et de son expansion.
Bergen en est le premier personnage, construite, détruite, reconstruite. Elle vit, grandit, se transforme avec ses habitants, la révolution industrielle, la guerre, l'occupation allemande, le feu, les épidémies et la découverte du pétrole.
La description de la ville est précise, et invite au voyage. J'ai même vécu cette lecture avec un plan en mains pour mieux suivre les personnages. Ils sont légions et il est à noter que les arbres généalogiques n'apparaissent que dans les derniers livres.
Tableau du xxème siècle norvégien, fresque historique et sociale dont le fil rouge est un assassinat, cette lecture demande le souffle du coureur de fond mais on est largement récompensé par la connaissance et l'érudition acquise concernant la Norvège et cette belle Bergen.
Osez cette lecture. C'est une oeuvre majeure et remarquable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
paulotlet
  23 août 2012
Au matin du jour de l'An 1900, une jeune domestique retrouve le corps du consul Frimann assassiné alors qu'il regagnait son domicile après une nuit de fête. L'inspecteur Moland est chargé de l'enquête. Tout semble indiquer qu'une demoiselle Pedersen, connue de nombreux notables de Bergen pourrait bien avoir un rôle dans l'affaire.
A partir de cette intrigue, somme toute assez secondaire, Gunnar Staalesen se lance dans une chronique des années 1900 à Bergen, ville en pleine mutation. Il décrit les différentes classes sociales et leurs aspirations. La bourgeoisie commerçante qui est en pleine ascension, accumule le capital et se met à rêver de concurrencer les capitalistes de Kristiania, les fils de paysans, nés dans les montagnes et au fond des fjords qui tentent leur chance à la ville.
Staalesen montre très bien comment la ville de province se hisse au rang de métropole du sud, grâce notamment à l'arrivée du chemin de fer et à son port qui devient incontournable au fur et à mesure que les transports intérieurs s'améliorent.
Les personnages de Gunnar Staalesen ne manquent pas d'épaisseur, il prend le temps de décrire les mentalités, de montrer les valeurs. Dans ce premier tome, il met en scène une bourgeoisie triomphante, qui est prête à écraser tout ce qui pourrait faire obstacle à son triomphe qui est certes du côté du progrès économique mais continue à véhiculer des valeurs étriquées et, assez classiquement, n'entend rien aux aspirations des classes laborieuses, prête à financer la construction d'un nouveau théâtre mais se méfiant des oeuvres trop modernes.
Le livre se termine avec la description du grand incendie de 1916. Et on ne sait toujours pas qui a tué Frimann.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ASAI
  21 novembre 2020
J'entame cette saga de six volumes sur les conseils d'un ami Babélio (comment, au fait, doit-on dire, babélionaute, babéliaute, babélioiste ???)... Je l'en remercie vivement. PGilly, merci ! Je termine ce premier tome enchantée, ravie, j'ai appris plein de choses...
Sous un prétexte et une étiquette de "polar nordique", ce livre est multigenre, et j'apprécie énormément.
Donc certes, il existe bien une intrigue policière, toute simple, on pourrait dire bêtasse (mais c'est fait tout exprès), on peut la révéler, un homme de la haute société norvégienne de la ville de Bergen, est assassiné premier jour de l'an 1900. Et un duo de policiers enquête.
Simplissime.
Mais, l'auteur construit son roman comme une intrigue. Tisse des tableaux qui ne s'entrecroisent pas toujours à l'évidence, met en scène des personnages, une véritable fourmillière, qui finit par brosser toute la société berginoise.
Dans un contexte historico-socio et un peu politique fabuleux : la construction du chemin de fer et le creusement des tunnels (et donc la condition des travailleurs sortis de leur campagne), l'exode rural, l'indépendance de la Norvège, la condition des femmes, aussi bien les bourgeoises que les filles de fermes et les domestiques, l'urbanisation, l'arrivée de l'âge industriel, la fée électricité, l'automobile.
On aurait pu craindre une espèce de sac à malices, de fourre-tout, vide-poches, du genre, j'y colle tout et chacun y trouvera son compte. Non, parce que c'est remarquablement construit, glissé, d'un personnage à l'autre, d'un lieu à un autre, et au niveau temporel, la synthèse allège considérablement le récit. L'écriture sait être elliptique quand il le faut.
J'ai hâte de passer au second volume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Rolleton
  22 mai 2020
Il s'agit de la vie croisée de petites gens et de grands bourgeois et aristocrates habitant Bergen et sa région en 1900.
Le roman commence par un meurtre. L'enquête menée principalement par deux policiers progresse puis piétine. Mademoiselle Pedersen est un "témoin clé" de l'assassinat.
Un viol commis sur une bonne dans une maison de notable, événement qui semble habituel à l'époque dans les "grandes maisons", aura des conséquences pour la ville entière.
Un plan de Bergen, en début de livre, permet de suivre les déplacements des personnages et de situer les adresses de chacun. En pratique, j'ai eu quelques difficultés à lire les noms de rues et de lieux dans la langue de Staalesen.
Je reste sur ma faim, car j'ai bien envie de connaître le suite de cette saga de 1600 pages, tant le style de l'auteur est agréable. je dois progresser dans la lecture du norvégien. Mais pour cela, je devrai me procurer les tomes suivants.
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (1)
Telerama   20 juillet 2011
La grande histoire croise ici sans cesse la petite, la chronique politique renvoie à la vie familiale. La prouesse rejoint le plaisir.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
kathelkathel   11 avril 2012
Ils pénétrèrent dans une grande pièce oblongue, où derrière un paravent, les comédiens masculins du théâtre disposaient de place pour s’habiller, d’un miroir et d’une coiffeuse. L’éclairage y était meilleur, des lampes à gaz étaient réparties dans les coins de chaque miroir, de sorte que les comédiens puissent eux-mêmes mettre leurs masques. Mais la pièce froide était mal entretenue : des traces de fuites étaient visibles depuis le plafond, et il y avait des zones dégarnies sur le mur, à l’endroit où la peinture s’était écaillée en grandes plaques. Bien que les fenêtres aux rideaux tirés laissent passer de vigoureux courants d’air, un lourd parfum de crèmes grasses, de poudres et d’odeurs corporelles flottait à l’intérieur et Berstad tordit ostensiblement le nez, comme pour bien faire comprendre qu’il ne se sentait vraiment pas chez lui dans ce décor.
L’homme qui se leva de devant l’un des miroirs et qui contourna le paravent jaune sale à la façade passée était de belle prestance, aidé par un plastron bouffant et un abdomen imposant. Son nez était fort et arqué, il avait de petits yeux bleu sombre, des restes de maquillage sous les oreilles, et ses cheveux denses et grisonnants étaient coiffés vers l’arrière, révélant que son front se dégarnissait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RolletonRolleton   11 mai 2020
- Il ne t'arrive jamais de te demander : qu'est-ce que j'ai accompli ? Qu'est-ce que j'ai atteint? Est-ce que j'ai même fait quelque chose de ma vie?
Madame Helgesen avait presque l'air gênée.
- Non, je... Nous sommes des femmes, Christine...
Commenter  J’apprécie          80
paulotletpaulotlet   23 août 2012
Je l'ai dit à Krohn-Hanssen il y a moins d'un an. Je suis tout, sauf persuadé que nous ayons définitivement résolu l'affaire, mais il s'en est fichu, comme d'habitude. Pour lui, il valait mieux que l'affaire soit archivée et terminée, plutôt que ne soit défrisé un seul cheveu de l'un de ses frères de la loge!
Commenter  J’apprécie          20
laure14laure14   16 août 2015
La vie pouvait prendre fin de manière tellement brutale en aussi peu de temps qu'il n'en faut pour basculer d'un siècle dans le suivant, aussi impitoyablement que le jour devient nuit ou qu'une météorite tombe du ciel.
Commenter  J’apprécie          30
NikozNikoz   14 septembre 2014
Je l'ai dit à Krohn-Hanssen il y a moins d'un an. Je suis tout, sauf persuadé que nous ayons définitivement résolu l'affaire, mais il s'en est fichu, comme d'habitude.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Gunnar Staalesen (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gunnar Staalesen
Concours Citoyenneté Européenne - Interview de Gunnar staalesen Né à Bergen, en Norvège, en 1947. Il crée en 1975 le personnage du privé Varg Veum, qu’il suivra dans une quinzaine de romans, rencontrant un vif succèspuisqu’ils se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires en Norvège. Le roman de Bergen, en 6 volumes, est venu confirmer qu'il est aussi un grand romancier au sens classique du terme. L’enfant qui criait au loup est le 10 ème opus consacré à Varg Veum.
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La nuit, tous les loups sont gris" de Gunnar Staalesen.

Quel est la manie de Hjalmar Nymark ?

il tape du poing sur la table
il donne un coup de pied dans la table
il donne un coup de journal sur la table

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit tous les loups sont gris de Gunnar StaalesenCréer un quiz sur ce livre