AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Feltrinelli (01/11/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Un frère et une sœur passent la nuit de la Saint Sylvestre ensemble. Ils échangent péniblement des souvenirs, ils dînent sous les yeux discrets d'Italia, la bonne. Lui, préférerait que la soirée se termine vite, mais sa sœur souhaite que le rituel soit entièrement respecté, avec la tombola. Et pour la tombola, les parents font leur apparition. On ne peut jouer qu'à cette condition. Toute l'œuvre de De Luca provient d'une écoute. Ce texte théâtral, en particulier, pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
isabellelemest
  04 octobre 2013

Une très courte pièce de théâtre où Erri de Luca renonce à sa prose poétique si personnelle, employée dans ses autres textes, pour laisser la place au dialogue, autour des thèmes de la nostalgie, de la mémoire, des regrets, du vieillissement peut-être...
Une situation inédite : à Naples, ville natale de l'auteur, un frère et une soeur sexagénaires se retrouvent pour le réveillon du Nouvel An, malgré la lassitude et les refus de l'un, qui ressemble beaucoup à l'auteur. Mais le traditionnel jeu de tombola se jouera à quatre, car les ombres de leurs parents auront été convoquées à cette soirée dédiée aux souvenirs et aux réminiscences.
En vieillissant les fratries comprennent qu'elles sont les dernières dépositaires du souvenir de leurs parents, de ces détails insignifants et irremplaçables vécus dans leur enfance et qu'elles seules peuvent "convoquer", comme on invite des fantômes au tribunal de la mémoire...
Pour "lui", le frère , c'est d'abord son amour de Naples, si longtemps refoulé, qui revient avec l'usage de la langue natale, le dialecte, non traduit en italien, avec des plaisanteries et des jeux de mots trop faciles, qui lui sont d'ordinaire si peu communs. Pour "elle", la soeur, c'est la présence d'un spectre allégorique, la bonne "Italia", qu'elle accuse de faire disparaître les objets qui lui tiennent à coeur et qui suscite effroi et dégoût chez son frère...
Cette apparition des parents mal aimés, de cette Italia qui a volé le frère et le fils (Erri de Luca raconte ailleurs comment il a quitté Naples et sa famille de but en blanc à dix-huit ans, pour Rome, puis le nord du pays) fait naître une émotion poignante, celle des remords et du temps enfui, que seule l'écriture peut racheter. Mais cette pièce de théâtre est aussi le lieu du dialogue, des mots qui rebondissent, des anecdotes vraies ou fantaisistes qui surgissent avec chaque numéro de la tombola, d'un rire d'enfance retrouvé.
Comme souvent chez De Luca, Naples, plus que toile de fond, reste un personnage essentiel, omniprésent dans le texte, par sa langue, ses coutumes, ses façons d'être et de vivre en commun.
Un opus atypique, mais qui par son sens de l'ellipse et de la suggestion, réveille chez le lecteur (spectateur ?) des sentiments riches et antagonistes, au croisement entre les ambivalences de la vie et la hantise de la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mireille.lefustec
  11 octobre 2013
En V.O.
Brève pièce théâtrale en trois parties avec seulement deux personnages.
Une femme et un homme, désignés sous ELLE et LUI. Ils sont frère et soeur, sexagénaires, de caractères opposés.
La scène se déroule à Naples, dans l'appartement de la soeur. Elle a invité son frère, qui a quitté la ville et la région, afin de passer la soirée de fin d'année, comme autrefois.
Il s'y prête à contre-coeur, ne veut voir personne, ne veut pas répondre au téléphone. Il reste contre la fenêtre et sursaute à chaque explosion du feu d'artifice.
La fête est au dehors, dans la ville en liesse. Il la rejette. Il refuse les fêtes imposées.
ELLE, cependant, prépare un repas tout simple et, pour attendre minuit, prépare la traditionnelle tombola familiale. Mais comment jouer à seulement deux?
A la stupeur de LUI, ils seront quatre comme avant : elle a convoqué les fantômes de leurs parents.
En tirant des numéros, il faut raconter 'une histoire, inventée ou mêlée de souvenirs. C'est l'usage.
Erri de Luca transparaît dans le personnage. Comme lui, il a une soeur, il fuit les festivités imposées,"mi urta i nervi" . Il écrit et aime la tranquillité.
Il a quitté Naples, mais elle reste ancrée en lui et il en retrouve le dialecte.
On retrouve son père, libéré de ses obligations militaires suite au bombardement de sa maison, ce qu'il avait bien raconté dans "Il sole in una stalla" .
De même, sa grand-mère paternelle était américaine.
Je n'ai probablement pas bien compris les règles de la tombola napolitaine, mais ce n'est pas gênant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
isabellelemestisabellelemest   04 octobre 2013
Naples
ELLE : L'autre jour dans la ruelle qui est là en bas, j'ai vu une dame sortir d'un portail avec des chiens. Elle en avait trois ou quatre en laisse. La ruelle est étroite, pourtant les voitures y passent, les habitants des rez de chaussée n'ont pas de balcon et ils installent deux bâtons sur le trottoir avec un fil pour y suspendre le linge, là sur le trottoir. Un petit vieux met sa chaise dehors, lit son journal, fume son cigare toscan. Donc vient la dame avec sa meute derrière elle et ces fichus chiens vont tourner autour de la chaise, derrière un bâton à linge, le petit vieux perd l'équilibre, est secoué sur son siège, le linge tombe par terre, les laisses s'emmêlent et s'embrouillent, les chiens tirent, la dame s'énerve du contre-temps et des obstacles qu'elle a trouvés pendant sa promenade, la femme du rez de chaussée sort pour tirer le linge piétiné par les chiens, le petit vieux essaie de s'accrocher à sa chaise pour ne pas être renversé, et personne ne dit rien : c'est une scène muette et frénétique. Ça aurait pu être une danse tribale pour chasser les diables. Enfin la dame regroupe sa meute de chiens et s'éloigne sans un mot. Un autre petit vieux, assis sur une chaise sur le trottoir d'en face, pour résumer la scène, fait ce commentaire : " Ce matin 'ne dame est pa'tie à la chasse". Il aurait fallu applaudir. J'avais envie de les embrasser, tous, même la dame.
LUI : Tu viens de décrire le théâtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
isabellelemestisabellelemest   04 octobre 2013
ELLE : La guerre, ce sont les femmes qui l'ont faite sous les bombardements aériens. Naples a été pilonnée à cause du port comme si elle était sur le front. Les femmes ont combattu plus que les hommes. Maman a fait plus de jours de guerre que papa. Même dans les quatre journées de fin septembre 43, elle était là, papa non. Les femmes n'ont pas pu jeter l'uniforme
Commenter  J’apprécie          30
mireille.lefustecmireille.lefustec   11 octobre 2013
incipit
Le théâtre est un récit dans lequel l'écrivain disparaît.Il ne peut écrire: "C'est une belle nuit avec la lune" .Un des personnages doit le dire. Les événements sont racontée par leurs voix. Le théâtre expulse le narrateur de la page, la parole est exclusivement à qui la prononce.
Commenter  J’apprécie          10
isabellelemestisabellelemest   04 octobre 2013
Le dialogue, et ses personnages, peuvent tous avoir tort et s'affronter sous la pression d'instincts, de sentiments et d'autres variables. Le dialogue survient entre un écueil et les ailes qui y font leur nid, entre la graine et la terre, entre les nuages et le vent, entre les vagues et un bateau en perdition, le dialogue est une feuille qui se détache, avec l'automne, jusqu'à la dernière oscillation et le moment où elle s'abandonne au vol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mireille.lefustecmireille.lefustec   11 octobre 2013
La tombola napolitaine sort, en même temps, un numéro et une histoire. C'est le voyage opposé à celui des rêves, qui d'une histoire venue dans le songe suggère les numéros à jouer ao loto.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Erri De Luca (97) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erri De Luca
Pourquoi faut-il venir à Livre Paris 2019 ? Réponses en trois questions à Sébastien Fresneau, directeur de Livre Paris, et Gauthier Morax, responsable de la programmation.
Livre Paris invite l'Europe avec une scène spécialement dédiée à la culture européenne. 2019 est une année décisive pour l'avenir de l'Europe, à deux mois des élections européennes.
Erri de Luca, Orhan Pamuk, Peter Sloterdijk, Hubert Védrine ou encore Javier Cercas : de grands noms de la culture européenne nous font l'honneur de leur présence à Livre Paris 2019 !
Retrouvez également vos auteurs préférés pendant 4 jours de débats, de conférence et d'échanges sur 9 scènes différentes : Nicolas Mathieu, François Begaudeau, Olivier Guez, Raphaëlle Giordano, Jérôme Ferrari, Joann Sfar, Bernard Werber, Olivier Adam, Morgane Ortin, Blet Buckler, Antoine Jacquier et bien d'autres. Plus de 3500 auteurs présents !
https://www.livreparis.com
+ Lire la suite
autres livres classés : naplesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
522 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre