AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Danièle Valin (Traducteur)
ISBN : 2070129357
Éditeur : Gallimard (29/04/2011)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 377 notes)
Résumé :
Quelque part dans les Alpes italiennes, un chamois domine sa harde depuis des années. D'une taille et d'une puissance exceptionnelles, l'animal pressent pourtant que sa dernière saison en tant que roi est arrivée. En face de lui, un braconnier revenu vivre en haute montagne, ses espoirs en la Révolution déçus, sait lui aussi que le temps joue contre lui. Sa dernière ambition de chasseur sera d'abattre le seul animal qui lui ait toujours échappé. Et puis, face à ses ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (108) Voir plus Ajouter une critique
ClaireG
  28 décembre 2015
Deux solitudes.
Deux forces vieillissantes.
Deux vies bien remplies.
Deux élans arrêtés.
Le chasseur et le chamois, sorte de dieu Janus.
Le commencement et la fin.
Un papillon léger sur une corne de bête, trop lourd sur l'épaule de l'homme.
Aucun mot de trop. Emotion croissante jusqu'au bout.
La montagne et sa pureté. La montagne et sa dureté.
Puis, il y a le pin des Alpes, sa force, sa grâce, ses deux bras tendus... et sa solitude.
Merveilleux Erri de Luca.

Commenter  J’apprécie          842
carre
  22 juillet 2014
Avec ce récit très court (+ une petite nouvelle d'une dizaine de pages pour terminer), Erri de Luca nous démontre une nouvelle fois sa grande qualité de conteur. Comme toujours chez lui (en tout cas dans ce que j'ai lu), il y a une économie de mots, tout est méticuleusement pesé et soupesé pour aller à l'essentiel, on se laisse porter par la narration efficace et brillante, une ode à dame nature et à la liberté à travers deux personnages que De Luca réussit à rendre attachant, ce qui avec un chasseur et un chamois n'était pas forcément évident. le poids des années conjugué avec celui d'un papillon est le coeur du roman Toute la poésie de De Luca aussi.
Un petit livre pour un grand plaisir.
Commenter  J’apprécie          781
Moovanse
  23 juillet 2015
Ce livre est incroyable, si petit, si puissant Harmonique. Poétique.
Il est la légèreté de l'air, la pureté de la neige, l'abrupt des montagnes, la virginité des hauteurs, le silence rugit des altières solitudes, l'exactitude des mots qui épousent l'hiver, hiver des cimes, hivers, vertiges ultimes de l'homme et de la bête.
Ce livre craque, comme des pas sur la neige ou comme un bois qui braise dans un feu consumé, il craque la vie qui s'use, les forces qui déclinent, le passage obligé, si proche, si las, si là. En bout de flamme, la vie, rude, chaude et fière, la vie des solitaires, belle comme « une fin de bougie ».
Homme-animal unis, chasseur-chassé mêlés, tous deux rois et maîtres des lieux chacun à leur manière, tous deux vêtus de vent et d'éraflures du temps.
Leur unique rendez-vous, aux odeurs de novembre, sera de toute beauté, émouvant, magnifié dans la froide épure des glaces.
Ce livre claque, comme la rugosité des pics, délivre l'authentique, féroce et charitable, la friction de la nature telle qu'elle : sauvage, cruelle et brute et … belle.
L'écriture est sublime, lumineuse, les mots choisis, économes, savamment semés sous nos yeux, telles de petites étoiles propres à créer l'éblouissement.
Le livre s'achève en ravissement au bord du vide, « au bras » d'un arbre, en suspension, en prolongement libre du tout premier silence.
Rien d'autre à dire qu'à LIRE !
« le soir émousse, polit une dernière fois au papier de verre le jour fait à la main »
Demain sera un autre jour, un nouveau règne,
Et peut-être sur ces sommets, les jours de lune, entendra t'on vibrer la neige … d'un souffle d'harmonica aussi léger - qu'un poids de papillon.

(Merci à Olivier de m'avoir incitée à découvrir cet auteur et indirectement ce petit bijou ;-))
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7116
Nastie92
  27 août 2015
C'est une histoire de vieillesse et de fin de vie.
C'est l'histoire d'un vieux chasseur et d'un vieux chamois.
C'est une histoire pleine de tendresse et de poésie.
C'est une histoire qui résonnera longtemps en moi.
Une fois de plus, l'immense poète et grand amoureux de la montagne Erri de Luca vise juste. En très peu de pages, il arrive à exprimer tant de choses ; c'est l'économie des mots au service de l'émotion pure.
Il arrive à nous faire entrer tour à tour dans la tête du chasseur et du chamois. Ils sont vivants sous nos yeux, ou plutôt, ils vivent en nous, notre coeur bat avec le leur, nous sommes dans leurs pensées.
Aucune parole dans ce court récit, tout est dans le ressenti. Un texte bref et intense qui ne m'a pas lâchée, jusqu'à une fin magnifique.
Les grands thèmes chers à l'auteur sont là : la nature, la montagne, la liberté, le respect. C'est poétique, c'est beau, c'est authentique, c'est simple et puissant.
Comme l'a si bien écrit Bernard Pivot (dans le JDD du 14 mai 2011) : "Le Poids du papillon, d'Erri de Luca, pèse peu dans la main et beaucoup dans le coeur et la mémoire". Tout est dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
le_Bison
  18 novembre 2016
L'homme est vieux, le cheveu grisonnant, les articulations grinçantes.
Le chamois est vieux aussi, une barbe grisonnante mais des bonds encore assurés.
La montagne est là depuis des siècles, le soleil encore plus. Et depuis longtemps ce lieu retiré du monde voit le combat entre l'homme et l'animal. Souvent l'homme gagne, il emporte ses trophées, les cornes et la peau, laisse les viscères aux aigles. Souvent. Mais le roi des chamois résiste. A l'homme. A ses fils. Il est majestueux sur son rocher, dans le genre le roi lion, la crinière en moins. Vingt ans qu'il domine cette montagne.
L'homme est vieux, habite seul dans sa cahute en bois au sommet de la montagne, loin de la civilisation, loin des autres hommes, et des femmes. le vrai solitaire qui préfère jouer de l'harmonica plutôt que de parler. Il apprécie cette solitude, le silence de la montagne. Guide, chasseur, voleur de bétail, il se définit ainsi, mais avant de prendre sa retraite, il veut dans sa ligne de mire le roi des chamois qu'il côtoie depuis 20 ans sans le voir. Sa dernière chasse, son dernier trophée.
Le chamois est seul au sommet de sa gloire, les jeunes pousses ne l'ont pas encore chassé dehors, il continue toujours à mettre en cloque son cheptel en chaleur.
Mais jusqu'à quand. Jusqu'à quand sera-t-il le roi des chamois, jusqu'à quand le chasseur pourra tenir son fusil sans trembler ?
Deux histoires, d'homme et de chamois.
Deux histoires de solitude au coeur des Alpes italiennes.
Deux histoires de vieillesse et ce dernier soubresaut pour finir la vie en beauté.
Erri de Luca ne sacralise pas le chasseur, ni le chassé. N'aie pas peur du viseur, derrière ce fusil se dévoile un grand moment de poésie, d'une pureté aussi rafraîchissante qu'alpine. Minima des mots, maxima des émotions. La plume est belle, toute poétique, comme ces aigles royaux virevoltants au-dessus des cadavres éventrés de jeunes chamois succombés à la suprématie du roi des chamois.
Deux histoires, un grand moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544

critiques presse (2)
Actualitte   04 août 2011
Tel un long poème, on souhaiterait pouvoir retenir chaque phrase du texte, se les rappeler dans les moments de doute et de crainte, entendre leur douce musicalité apaisante, ressentir le souffle du vent, les parfums d’amande… Un livre qu’on ne range pas, qu’il faut garder à portée de main. Nécessaire et remarquable
Lire la critique sur le site : Actualitte
Lexpress   14 juin 2011
En lisant ce petit livre éblouissant, on pense au combat du capitaine Achab avec la baleine blanche : une chasse subtile qui ressemble à une quête spirituelle, sous la plume du dernier mystique des lettres transalpines.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (163) Voir plus Ajouter une citation
Geraldine2005Geraldine2005   15 mai 2011
Il attendit là, sans bouger, bombant le torse, la balle de onze grammes qui traversa son coeur de haut en bas.Il mourut avant d'entendre le fracas de la détonation, un coup de marteau contre la tôle du ciel.Il tomba du haut de la pierre et roula vers les chamois. L'homme vit alors une chose jamais vue jusque-là. Le troupeau ne se dispersa pas en s'enfuyant, il fit lentement le mouvement inverse. D'abord, les femelles, puis les mâles, puis les petits nés au printemps montèrent vers lui, à la rencontre du roi abattu. Un par un, ils penchèrent leur museau sur lui, sans une pensée pour l'homme aux aguets. Ils touchèrent de leurs cornes, d'un léger coup, le dos roux et épais de leur père à tous. Les femelles donnèrent deux coups, les petits frottèrent timidement leurs premiers centimètres sur le manteau hivernal, déjà combre, de leur patriarche.
Rien n'était plus important pour eux que cet adieu, l'hommage rendu au plus magnifique des chamois qui eût jamais existé. L'homme regardait, l'arme encore sur l'épaule, le corps sur ses coudes. Il baissa son fusil. La bête l'avait épargné, lui non. Il n'avait rien compris de ce présent qui était déjà perdu. C'est à ce moment-là que la chasse prit fin pour lui aussi, il ne tirerait plus jamais sur d'autres animaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
SachenkaSachenka   11 septembre 2016
C'est le mois de novembre, l'homme entend tomber le rideau métallique de l'hiver. Dans les nuits où le vent arrache les arbres les plus exposés à leurs racines, la pierre et le bois de la cabane se frottent entre eux et lancent une plainte. Le feu fait craquer des baisers de réconfort. L'âpreté extérieur donne des coups d'épaule, mais la flamme allumée garde unis le bois et la pierre. Tant qu'elle brille dans le noir, la pièce est une forteresse. Et l'harmonica est là aussi pour dominer le bruit de la tempête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          435
le_Bisonle_Bison   15 septembre 2016
Ce jour de novembre et de fatigue, le roi flaira la neige toute proche, derrière la courbe rapide du jour de soleil. Il flaira la neige amie qui pousserait son espèce à se pelotonner dans les tanières de glace. Le soleil faisait son tour d'adieu sur les hauts pâturages, le troupeau de chamois était nerveux. Il avait flairé l'homme, puis l'avait perdu. Les mâles ne broutaient pas, ils bondissaient dans des courses saccadées pour voler une odeur à l'air immobile. Ils soufflaient leur respiration comprimée dans un sifflement. On aurait dit de brefs défis interrompus, sans victoire, qui ne leur appartenaient pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
araucariaaraucaria   06 août 2013
A une époque, il avait partagé la montagne avec un ours. Ils se rencontraient souvent et s'arrêtaient à quelques pas de distance. L'ours flairait l'homme, l'homme regardait par terre, de côté, en haut. L'ours mangeait les viscères des bêtes abattues. L'ours et sa fourrure étaient bons à vendre, mais on ne tue pas un spécimen unique. Puis l'animal était mort de vieillesse, il avait trouvé sa carcasse dans un bois du versant nord et il l'avait enterrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
Nastie92Nastie92   04 septembre 2015
L'espèce humaine est dotée de bien peu de sens. Elle les améliore grâce à au résumé de l'intelligence. Le cerveau de l'homme est un ruminant, il remâche les informations des sens, les combine en probabilités. L'homme est ainsi capable de préméditer le temps, de le projeter. C'est aussi sa damnation, car il en retire la certitude de mourir.
Commenter  J’apprécie          300
Videos de Erri De Luca (95) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erri De Luca
Erri De Luca a Ferentino pt 7
autres livres classés : ChamoisVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
446 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
. .