AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Danièle Valin (Traducteur)
EAN : 9782754832977
80 pages
Futuropolis (23/03/2022)
3.93/5   631 notes
Résumé :
Quelque part dans les Alpes italiennes, un chamois domine sa harde depuis des années. D'une taille et d'une puissance exceptionnelles, l'animal pressent pourtant que sa dernière saison en tant que roi est arrivée. En face de lui, un braconnier revenu vivre en haute montagne, ses espoirs en la Révolution déçus, sait lui aussi que le temps joue contre lui. Sa dernière ambition de chasseur sera d'abattre le seul animal qui lui ait toujours échappé. Et puis, face à ses ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (153) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 631 notes

Harioutz
  06 juillet 2019
Au terme de ma lecture, je ressens de la tristesse, même si la fin du chamois, comme celle de tout être vivant est inéluctable ... et je regrette que l'homme ne soit pas capable de s'en tenir à admirer, respecter, partager l'espace qui ne lui appartient pas, qui n'appartient à personne.
L'écriture, dont chaque mot est emprunt de poésie, est très belle, nostalgique. Erri de Luca est un magicien, et , tels les sabots du chamois, il ne se trompe pas d'un millimètre.
Commenter  J’apprécie          14510
ClaireG
  28 décembre 2015
Deux solitudes.
Deux forces vieillissantes.
Deux vies bien remplies.
Deux élans arrêtés.
Le chasseur et le chamois, sorte de dieu Janus.
Le commencement et la fin.
Un papillon léger sur une corne de bête, trop lourd sur l'épaule de l'homme.
Aucun mot de trop. Emotion croissante jusqu'au bout.
La montagne et sa pureté. La montagne et sa dureté.
Puis, il y a le pin des Alpes, sa force, sa grâce, ses deux bras tendus... et sa solitude.
Merveilleux Erri de Luca.

Commenter  J’apprécie          1135
ordinary_reader
  12 décembre 2018
Une de ces lectures qui vous renverse, et que l'on est certain de ne pas oublier. J'en ressors fortement émue, saisie par tant de grâce, de fulgurance et de véracité.
Confrontation entre deux mondes, deux règnes, celui de l'animal et celui de l'homme.
Affrontement silencieux entre deux âmes, fatiguées, blessées, fières et solitaires. Mais l'une se montrera plus humble, digne et majestueuse que l'autre.
Je vous invite à découvrir qui sera le vainqueur de ce duel, le véritable "roi" de ce conte moral et universel...
J'avais déjà énormément apprécié la plume de l'auteur dans Trois chevaux.
Ici, je l'ai trouvée sublimement métaphorique, puissante, tant par sa sobriété que par sa sagesse.
Le temps s'est suspendu, avec délectation, je me suis envolée dans le sillage d'un papillon blanc. (...)
--------------------------------
NB : récit suivi de "Visite à un arbre" (11 pages, d'une grande beauté également).
Commenter  J’apprécie          10530
carre
  22 juillet 2014
Avec ce récit très court (+ une petite nouvelle d'une dizaine de pages pour terminer), Erri de Luca nous démontre une nouvelle fois sa grande qualité de conteur. Comme toujours chez lui (en tout cas dans ce que j'ai lu), il y a une économie de mots, tout est méticuleusement pesé et soupesé pour aller à l'essentiel, on se laisse porter par la narration efficace et brillante, une ode à dame nature et à la liberté à travers deux personnages que De Luca réussit à rendre attachant, ce qui avec un chasseur et un chamois n'était pas forcément évident. le poids des années conjugué avec celui d'un papillon est le coeur du roman Toute la poésie de De Luca aussi.
Un petit livre pour un grand plaisir.
Commenter  J’apprécie          921
Moovanse
  23 juillet 2015
Ce livre est incroyable, si petit, si puissant Harmonique. Poétique.
Il est la légèreté de l'air, la pureté de la neige, l'abrupt des montagnes, la virginité des hauteurs, le silence rugit des altières solitudes, l'exactitude des mots qui épousent l'hiver, hiver des cimes, hivers, vertiges ultimes de l'homme et de la bête.
Ce livre craque, comme des pas sur la neige ou comme un bois qui braise dans un feu consumé, il craque la vie qui s'use, les forces qui déclinent, le passage obligé, si proche, si las, si là. En bout de flamme, la vie, rude, chaude et fière, la vie des solitaires, belle comme « une fin de bougie ».
Homme-animal unis, chasseur-chassé mêlés, tous deux rois et maîtres des lieux chacun à leur manière, tous deux vêtus de vent et d'éraflures du temps.
Leur unique rendez-vous, aux odeurs de novembre, sera de toute beauté, émouvant, magnifié dans la froide épure des glaces.
Ce livre claque, comme la rugosité des pics, délivre l'authentique, féroce et charitable, la friction de la nature telle qu'elle : sauvage, cruelle et brute et … belle.
L'écriture est sublime, lumineuse, les mots choisis, économes, savamment semés sous nos yeux, telles de petites étoiles propres à créer l'éblouissement.
Le livre s'achève en ravissement au bord du vide, « au bras » d'un arbre, en suspension, en prolongement libre du tout premier silence.
Rien d'autre à dire qu'à LIRE !
« le soir émousse, polit une dernière fois au papier de verre le jour fait à la main »
Demain sera un autre jour, un nouveau règne,
Et peut-être sur ces sommets, les jours de lune, entendra t'on vibrer la neige … d'un souffle d'harmonica aussi léger - qu'un poids de papillon.

(Merci à Olivier de m'avoir incitée à découvrir cet auteur et indirectement ce petit bijou ;-))
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8616


critiques presse (4)
CNLJ   06 septembre 2022
À la beauté de l’écriture d’Erri de Luca s’allie l’élégance du dessin d’Andrea Serio, composant avec des subtiles nuances de bleu, rehaussées d’ombre et de lumière.
Lire la critique sur le site : CNLJ
Actualitte   10 février 2021
Si Le poids du papillon est le titre éditorial du roman d’Erri de Luca, il est aussi le titre de la plus importante des deux nouvelles qui sont rassemblées dans ce petit opuscule. Il ne faut pas entendre le mot « importante » de manière erronée : en fait, c'est la nouvelle la plus longue. Et tous les écrits d'Erri de Luca sont importants !
Lire la critique sur le site : Actualitte
Actualitte   04 août 2011
Tel un long poème, on souhaiterait pouvoir retenir chaque phrase du texte, se les rappeler dans les moments de doute et de crainte, entendre leur douce musicalité apaisante, ressentir le souffle du vent, les parfums d’amande… Un livre qu’on ne range pas, qu’il faut garder à portée de main. Nécessaire et remarquable
Lire la critique sur le site : Actualitte
Lexpress   14 juin 2011
En lisant ce petit livre éblouissant, on pense au combat du capitaine Achab avec la baleine blanche : une chasse subtile qui ressemble à une quête spirituelle, sous la plume du dernier mystique des lettres transalpines.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (207) Voir plus Ajouter une citation
HarioutzHarioutz   06 juillet 2019
Les sabots des chamois sont les quatre doigts d'un violoniste. Ils vont à l'aveuglette sans se tromper d'un millimètre.
Ils giclent sur des à-pics, jongleurs en montée, acrobates en descente, ce sont des artistes de cirque pour le public des montagnes.
Les sabots des chamois s'agrippent à l'air. Le cal en forme de coussinet sert de silencieux quand il veut, sinon l'ongle divisé en deux est une castagnette de flamenco.
Les sabots des chamois sont quatre as dans la poche d'un tricheur.
Avec eux, la pesanteur est une variante du thème, pas une loi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
SachenkaSachenka   11 septembre 2016
C'est le mois de novembre, l'homme entend tomber le rideau métallique de l'hiver. Dans les nuits où le vent arrache les arbres les plus exposés à leurs racines, la pierre et le bois de la cabane se frottent entre eux et lancent une plainte. Le feu fait craquer des baisers de réconfort. L'âpreté extérieur donne des coups d'épaule, mais la flamme allumée garde unis le bois et la pierre. Tant qu'elle brille dans le noir, la pièce est une forteresse. Et l'harmonica est là aussi pour dominer le bruit de la tempête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485
le_Bisonle_Bison   15 septembre 2016
Ce jour de novembre et de fatigue, le roi flaira la neige toute proche, derrière la courbe rapide du jour de soleil. Il flaira la neige amie qui pousserait son espèce à se pelotonner dans les tanières de glace. Le soleil faisait son tour d'adieu sur les hauts pâturages, le troupeau de chamois était nerveux. Il avait flairé l'homme, puis l'avait perdu. Les mâles ne broutaient pas, ils bondissaient dans des courses saccadées pour voler une odeur à l'air immobile. Ils soufflaient leur respiration comprimée dans un sifflement. On aurait dit de brefs défis interrompus, sans victoire, qui ne leur appartenaient pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
araucariaaraucaria   06 août 2013
A une époque, il avait partagé la montagne avec un ours. Ils se rencontraient souvent et s'arrêtaient à quelques pas de distance. L'ours flairait l'homme, l'homme regardait par terre, de côté, en haut. L'ours mangeait les viscères des bêtes abattues. L'ours et sa fourrure étaient bons à vendre, mais on ne tue pas un spécimen unique. Puis l'animal était mort de vieillesse, il avait trouvé sa carcasse dans un bois du versant nord et il l'avait enterrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
Nastie92Nastie92   04 septembre 2015
L'espèce humaine est dotée de bien peu de sens. Elle les améliore grâce à au résumé de l'intelligence. Le cerveau de l'homme est un ruminant, il remâche les informations des sens, les combine en probabilités. L'homme est ainsi capable de préméditer le temps, de le projeter. C'est aussi sa damnation, car il en retire la certitude de mourir.
Commenter  J’apprécie          370

Videos de Erri De Luca (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erri De Luca
Le saviez-vous que l'auteur italien Erri de Luca était engagé en politique et a multiplié les métiers manuels avant de se consacrer à la carrière d'écrivain ? Invité de la saison 2022 des Masterclasses littéraires "En lisant, en écrivant", Erri de Luca est interviewé par Olivia Gesbert, journaliste et productrice sur France Culture.
En collaboration avec le Centre national du livre et France Culture à parler de sa pratique de l'écriture.
Pour retrouver toutes les Masterclasses du cycle "En lisant, en écrivant" : https://www.bnf.fr/fr/agenda/masterclasses-en-lisant-en-ecrivant
autres livres classés : ChamoisVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
713 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre