AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'épouvanteur tome 9 sur 16
EAN : 9782747045018
315 pages
Bayard Jeunesse (02/11/2012)
4.36/5   595 notes
Résumé :
"Regarde, tu saignes! La mort guette. La douleur est terrible. Ton ennemi s'avance, prêt à prendre ta vie. Est-ce la fin ? Es-tu vaincue? Non ! Le combat ne fait que commencer. Crois-moi, je sais de quoi je parle. Je suis Grimalkin."

Détruire le Malin, c'est le but que s'est fixé Grimalkin, pour venger le meurtre de son fils. Après avoir aidé Thomas Ward et l'Epouvanteur à entraver le démon, en Irlande, elle a regagné le comté. Elle doit à tout prix ... >Voir plus
Que lire après L'Epouvanteur, tome 9 : Grimalkin et l'épouvanteurVoir plus
L'apprenti d'Araluen, Tome 1 : L'ordre des rôdeurs par Flanagan

L'apprenti d'Araluen

John Flanagan

4.42★ (4351)

12 tomes

Magyk, Tome 1 par Sage

Magyk

Angie Sage

4.10★ (6195)

7 tomes

Tunnels, Tome 1 par Williams

Tunnels

Brian Williams

4.39★ (1363)

6 tomes

Merlin, tome 1 : Les années oubliées par Barron

Merlin

T. A. Barron

3.92★ (1931)

11 tomes

Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
4,36

sur 595 notes
5
39 avis
4
10 avis
3
10 avis
2
1 avis
1
0 avis
Décidément, l'auteur n'a pas fini de nous surprendre. Bien que ce neuvième tome s'intitule "Grimakin et l'épouvanteur", il pourrait tout aussi bien s'appeler "Grimalkin" tout court. Eh oui, désolée que cela vous paraisse trompeur mais ici nous n'assistons pas à un combat entre ces deux personnages, comme cela pourrait porter à croire, mais simplement (et c'est un véritable coup de maître de la part de l'auteur), à l'histoire, narrée, non pas par Thomas Ward, l'apprenti de l'épouvanteur (comme ce fut le cas dans les huit tomes précédents), mais par Grimalkin en personne. Quel étonnant revirement de situation, n'est-ce pas ? Jusqu'à présent, le lecteur voyait les événements à travers les yeux de Tom et de son maître, John Grégory, qui combattent toutes créatures de l'obscur, et ici, il les voit à travers les yeux de la plus redoutable des sorcières du clan Malkin, celle qui est redoutée de tous puisqu'elle n'hésite pas à couper les pouces de ses victimes afin d'accroître sa puissance, Grimalkin. Cependant, les choses ne sont pas toujours soit toutes blanches, soit toutes noires. Dans cet ouvrage, l'auteur dévoile au lecteur les secrets les plus intimes de cette redoutable sorcière, à savoir entre autre pourquoi elle en est venue à haïr à ce point le Malin et démontre également que cette dernière est dotée de sentiments, notamment lorsqu'elle combat à côté de celle qu'elle a formée, la jeune Thorne.

Bien que le Malin ait été entravé dans le tome précédent et sa tête arrachée de son corps, cela ne veut pourtant pas dire que celui-ci soit complètement mort et ne puisse pas revenir sur Terre car tant qu'il aura des partisans qui seraient prêts à donner leur vie pour lui en rattachant les deux moitiés de ce qui fut jadis son corps, la menace est toujours aussi grande.
Bien que Tom et et son maître soient absents de ce tome, comme je vous l'ai dit, la haine de Grimalkin envers le Malin est grande (pourquoi ? Je ne vous le dirai pas mais vous le découvrirez si vous vous décidez à lire cet ouvrage), peut-être même plus grande encore que celle que John Grégory a envers ce dernier et elle est prête à tout pour qu'il ne revienne jamais à la vie ! Comment fera-t-elle ? Bien qu'accompagnée de son apprentie, que peuvent bien faire deux sorcières, même aguerries, face à une telle force démoniaque ?

Un ouvrage, quoique très noir et émouvants par moments que j'ai trouvé extraordinaire tant le lecteur en vient à s'attacher à ce personnage de Grimalkin, et ce, en seulement un tome ! L'auteur avait déjà démontrer dans le précédent que cette sorcière pouvait être attachante mais là, je dis bravo car il réussit un véritable coup de maître ! Quant à l'écriture, elle est toujours aussi fluide et limpide et je m'en veux d'avoir lu ce tome dans la journée car maintenant, je suis réellement frustrée étant donné que la médiathèque de ma ville ne possède pas (ou pas encore, ce que j'espère) le tome suivant...
A découvrir et faire découvrir !
Commenter  J’apprécie          230
Pour la première fois on change de narrateur et avec Grimalkin , tout est plus rapide et passionnant encore ! On est obligé de l'aimer : une personnalité forte qui va montrer dans ce tome sa vulnérabilité et son côté humaine. On aperçoit Tom rapidement mais il ne manque pas quand on est au côté de Grimalkin ! Contente par contre de voir un peu plus Alice , on imagine sans peine qu'elle sera sans doute la sorcière la plus puissante à venir , c'est prometteur pour la suite ! Une suite que j'enchaine tout de suite d'ailleurs parce la course est lancée pour détruire définitivement le plus grand ennemi de Tom et je ne voudrais pas rater ça ^^
Challenge Mauvais genre
Challenge séries 2019
Commenter  J’apprécie          293
Une vrai belle surprise en ouvrant ce livre : Il est toujours écrit à la 1ere personne, mais là, c'est Grimalkin qui parle.
Depuis le début de la série, mon intérêt pour cette sorcière n'avait fait que grandir et je m'étais même rendue compte que je développais un certain attachement pour elle. C'est confirmé. Ce tome nous la rend plus "humaine" et du coup, je me suis sentie en empathie avec elle.
Bref, un tome très réussi qui aurait pu relancer l'intérêt pour la série si celui ci s'était amenuisé. Vite, la suite dans ma PAL.

Pioche de juillet 2020 choisie par Taganga2000
Commenter  J’apprécie          270
Quelle ne fut pas ma surprise de constater que le narrateur - et, en l'occurrence, la narratrice - n'était pas Thomas Ward, mais Grimalkin, la sorcière la plus puissante du clan Malkin. Après les événements survenus dans le destin de l'Epouvanteur, Tom, Alice et l'Epouvanteur sont retourné·e·s à Chipenden afin de rebâtir la maison suite à l'incendie, tandis que Grimalkin doit cacher la tête du Malin, afin que son corps ne soit pas reconstitué, en attendant de trouver un moyen de l'empêcher de nuire définitivement.

Contrairement à ce que je pensais de prime abord, il n'y a pas de combat entre Grimalkin et l'Epouvanteur, et ce dernier est même complètement absent de ce tome. Quant à son apprenti, il n'est présent que durant quelques lignes - et même Alice ne fait qu'une apparition très brève.

Néanmoins, j'ai apprécié ce renouveau. J'avais été déçue du précédent tome, et celui-ci rehausse la série qui commençait un peu à s'essouffler. Là, nous en apprenons bien plus sur Grimalkin, un personnage que je trouvais déjà mystérieux et intéressant, et ce qui se passe durant ce livre n'a fait que confirmer ce que je pensais.

Malgré tout, il y a parfois des moments très longs, et très routiniers, malgré la présence d'une narratrice complètement différente. Et puis, cette histoire était un combat entre le mal et le mal, ce qui était plutôt inattendu il y a encore quelques volumes. Pour conclure, j'ai hâte de voir ce que la suite va donner !
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
Commenter  J’apprécie          270
Les dévots du Mal aux trousses, Grimalkin, la plus grande tueuse faite sorcière, courre les bois, la tête du Malin cornu fermement dans une main, son arme dans l'autre.
Depuis sa victoire contre celui qui lui ravit son fils par le passé, Grimalkin tentera d'éloigner la tête de la puissante créature du reste de son corps, mystiquement entravé par des pics, afin que ce dernier ne revienne jamais.
L'ennemi de son ennemi est désormais son ami.
Grâce à son alliance inattendue avec le vieil épouvanteur Grégory, son ennemi du bien de toujours, son apprenti Tom Ward, septième fils d'un septième fils et enfant de la légendaire lamia qui affaiblit le puissant diable et Alice, jeune sorcière du clan rival Deane, Grimalkin tient la promesse qu'elle se fit le jour du funeste destin de son fils. Elle réalise enfin sa vengeance.
Les troupes du mal se rapprochent et malgré son endurance et ses extraordinaires performances physiques, Grimalkin devra trouver refuge rapidement afin de trouver le moyen de se débarrasser de la fameuse tête.
Tombant hélas sous les griffes empoisonnées d'un Kretch, créature mi homme mi loup, Grimalkin trouvera désespérement asile dans son ancien antre, la Tour Malkin, occupé par deux féroces lamias.
L'ennemi de mon ennemi est désormais mon ami.
Acculée dans la tour, combattant le poison qui s'immisce lentement, la plus redoutable sorcière fera finalement appel à sa jeune protégée de seize ans pour lui prêter main forte, Thorne, avant qu'il ne soit trop tard.
La jeune sorcière ne demandera pas mieux que de prouver qu'elle pourra être digne de la mission qui lui est offerte et surtout une digne héritière de la grande Grimalkin.


: Ce volume se montre palpitant mais également aussi noir et violent que le volume hors-série, mais néanmoins excellent, « Les Sorcières de l'épouvanteur ». Inhérent donc à la nature extrêmement crédible et redoutable des personnages des sorcières imaginées par Delaney, nous ne sommes pas en face de gentilles sorcières glamours qui jettent des sorts devant un lourd grimoire et accompagnées d'un petit chat noir.
Bien au delà, ici elles inspirent la peur par leur physique et leurs sombres pratiques, la peur est la réputation de la meilleure des sorcières. Ceci dresse un tableau d'épouvante, un contexte de frisson auquel la série nous a progressivement habituée depuis le début et qui a fait une part de son succès.
L'auteur met nos héros habituels de côté afin de donner la part belle à cet autre personnage charismatique, Grimalkin. Nous suivons donc son périple haletant pour sa vie et en même temps, le volume vient apporter une sorte de conclusion à l'histoire personnelle de la sorcière déjà abordée dans le hors-série. Les lecteurs continueront de percevoir dans cette introspection une part de chaleur et de bienveillance bien tapie sous la « carne » d'un caractère forgé protecteur mais bien présente, délivrée épisodiquement surtout par la présence de Thorne, sa jeune disciple et finalement l'enfant qu'elle n'a pu élever.
Un lien fort et presque filiale noue les deux sorcières, Thorne se régalant des histoires contées des "éclatantes" victoires de son "idole". Ceci apporte des instants d'émotion qui contrebalancent les moments d'actions sauvages et féroces.
Les fans se régaleront tout du long.
Ce titre est à réserver à un public averti à partir de 15 ans.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
L'instant d'après, mes pires craintes se confirment.
C'est le corps de Thorne.
Ca ne fais aucune doute. Mon dernier espoir s'effondre.
Elle gît sur le dos, raide morte. Elle fixe le vide de ses yeux grands ouverts, le visage figé dans une expression de douleur. Ses mains ont été mutilées. Ils lui ont pris ses pouces, ils lui les ont coupés, alors qu'elle vivais encore.
Je m'agenouille auprès d'elle et je pleure.
Grimalkin ne pleure pas.
Pourtant, je pleure.
Le temps passe. Combien de temps? Je ne sais pas.
Accroupie devant un feu, je rôtis un morceau de viscère. Je tourne la broche régulièrement pour que sa cuisson soit parfaite.. Puis, je le coupe en deux.
Il y a deux moyens de s'assurer qu'une sorcière ne reviendra pas dans le monde des morts. Le premier est de lui manger le cœur, le second est de la brûler. Je me suis doublement assurée que le vœu de Thorne soit exaucé.
J'ai brûler son corps. Maintenant, je mange son cœur. Et je pleure.
Quand j'ai terminé, je me mets à parler à voix haute, et le vent emporte mes paroles à travers les arbres jusqu'aux quatre coins de la terre:
- Tu as été brave dans la vie ; sois brave dans la mort! Qu'importe la perte de tes pouces! Ils te les ont pris mais, ils n'ont pas pu t'enlever ton courage.
Ils n'ont pu réduire a néant ce que tu étais. Car, si tu avais vécu, tu serais devenue la plus grande tueuse du clan Malkin. Tu aurais pris ma place, surpassé mes hauts fais, empli tes ennemis de terreur.
Si tu t'inquiètes pour ta renommée, sois sans crainte! Qui osera prétendre:
"Nous lui avons pris ses os"? Ils ne seront plus la pour s'en vanter, car aucun ne survivra. Je les tuerais tous. Je les tuerais jusqu'aux dernier. Aussi, repose en paix, Thorne, car ce que je dis, je les fais.
Il en sera ainsi.
Je suis Grimalkin.
Commenter  J’apprécie          40
Quand j'atteins le centre du bois, j'enlevai le lourd sac de mon épaule et je le placai a terre devant moi. Puis je mis un genou a terre et défis la corde qui le fermait. [...] Je grimacai et enlevai ce qu'il contenait le tenant devant moi par ses cheveux gras et emmelés par la saleté.
Il faisait tres sombre sous les arbres et la lune ne devrait pas se montrer avant une heure. Cépendant, mes yeux de sorcière me permettait de voir clairement malgré les tenebres et je regardais la tete coupée du démon, le Diable lui-meme.
C'était une vue terrible a contempler. J'avais cousu ses paupières fermées pour l'empecher de voir. j'avais farci sa bouche avec une grosse pomme verte et amere enveloppée dans un entrelacs d'épines de roses, il ne pouvait donc pas parler. Mon ennemi était bien occupé, traité comme il le méritait. Malgré la puanteur, ni la tete ni la pomme n'avaient pourri. Le 1er à cause de son pouvoir, la 2eme grace a ma magie. Je répandis le sac à terre et posa la tete dessus. Puis je m'assis en tailleur en face, scrutant avec attention mon ennemi.
D'une facon ou d'une autre, sa tête semblait plus petite maintenant que lorsqu'elle avait étée fraichement coupée mais elle était tout de meme 2 fois plus grande que celle d'un humain. Sa contraction était-elle le résultat d'etre séparé de son corps ? Je m'interrogeais. Ses cornes, qui sortaient de son front, étaient enroulées et courbées comme celles d'un bélier. Son nez ressemblait à un bec d'aigle. C'était un visage cruel et il méritait la cruauté que je lui avais infligé a son tour.
Sur tout mon corps, une série de courroies en cuir portait les fourreaux qui tenaient mes armes et outils
Commenter  J’apprécie          20
Redis-toi chaque matin que tu es la meilleure,
la plus forte, la plus redoutable.
Tu finiras par en être persuadée.
Un jour, cela sera vrai. Ça s'est révélé vrai pour moi.
Je suis Grimalkin.
Commenter  J’apprécie          180
Je suis prête, maintenant. Prête à tuer. A les tuer tous. Je suis la mère de la mort. Elle court sur mes talons, s'accroche à ma jupe avec des ricanements de joie, laissant sur l'herbe verte de fraîches empreintes de sang.
Commenter  J’apprécie          110
- De tels mots ne peuvent rester sans réponse, siffla la lamia.
- Ce ne sont que des mots, repris-je d'un ton apaisant. Ne les écoutez pas! Cette créature vous provoque en espérant vous pousser à l'imprudence. "Courage" et "lâcheté" sont des termes inventés par des fous pour satisfaire leur amour-propre et dénigrer leurs ennemis. Au combat, il convient de rester calme, précise, maîtresse de soi. Telle est la technique des tueuses, et je vous la conseille.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Joseph Delaney (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Delaney
L'apprenti épouvanteur 1
autres livres classés : sorcièresVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus



Lecteurs (1977) Voir plus



Quiz Voir plus

L'Épouvanteur

Pour devenir épouvanteur, il faut d'abord être :

Le fils d'un épouvanteur
Le fils du Diable
Le septième fils d'un septième fils
Le dernier fils d'une sorcière
Orphelin

11 questions
132 lecteurs ont répondu
Thème : Joseph DelaneyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..