AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Ils ont fait l'Histoire tome 27 sur 35
EAN : 9782344019535
56 pages
Glénat (21/11/2018)
3.84/5   19 notes
Résumé :
Septembre 1939. Le monde entier entre en guerre. En quelques mois à peine, ce sont la Belgique et la France qui capitulent... L’Angleterre perd deux de ses principaux alliés. Mais alors que des voix s’élèvent pour entamer des négociations avec l’Allemagne, Winston Churchill, revenu au poste de Premier Ministre, reste ferme. La bataille de l’Angleterre ne fait que commencer. Et c’est sans doute le destin du monde entier qui est en train de se jouer.

Au... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Alfaric
  30 novembre 2018
Le destin est farceur et l'Histoire est joueuse : si la WWII n'avait pas éclaté, sans doute que Winston Churchill serait passé à la postérité pour un politicien fantasque un peu trop porté sur la boisson… Oui mais non, il est devenu le défenseur de la nation et à travers le dernier opposant à la peste brune le défenseur de l'humanité et d'une certaine idée de la liberté !
Ce 2e volet du diptyque est donc intégralement consacré à la Seconde Guerre mondiale et à ses lendemains, et le vieux lion sort du bois pour éviter que le pouvoir ne revienne aux jeunes loups pour qu'ils s'entendent voire collaborent avec le IIIe Reich d'Adolf Hitler. Donc on enchaîne du point de vue de celui qui est seul maître à bord après Dieu, le Parlement et le Roi la bataille du nord, la drôle de guerre, la retraite de Dunkerque, l'effondrement de la France, la Bataille d'Angleterre, la Campagne d'Afrique, et les alliances de dupes avec les États-Unis et l'URSS qui vont conduire au grande n'importe quoi de la Conférence de Yalta !
Le Commonwealth, le peuple britannique et la machine de guerre à laquelle ils contribuent doit subir enthousiasme pétri d'incohérences voire de volte-faces d'un Premier Ministre qui veut être au four et au moulin et chef d'orchestre derrière chaque musicien voire à la place de chaque musicien… Lui-même a fort à faire avec le bouillant Charles de Gaulle qui possède une certaine idée de la France et le flegmatique F.D. Roosevelt qui veut l'éliminer pour mettre la main sur la France ! J'ai appris dans cette BD que les dollars destinés à l'occupation américaine étaient imprimés avant même que le premier soldat américain n'ait posé un pied sur le sol français. Les auteurs ne cachent pas leurs opinions : ah ces Yankees qui font payer très cher leur soutien, qui ne s'engagent que contraints et forcés, et qui une fois impliqués veulent tout faire à leur manière en foulant aux pieds toutes les libertés pour mieux favoriser leurs petits intérêts bien calculés au mépris du monde entier… Les historiens britanniques ne se sont pas trompés en tirant à boulets rouges sur leur rôle ambigu, contradictoire voire mortifère durant la WWII. Oui il a fallu reconstruire l'Europe mais ce sont les bombardements américains plus que la barbarie nazie qui l'ont rasée, oui il fallait gagner mais les dignitaires allemands et japonais ont demandé à négocier puis à se rendre des mois voire des années avant la fin des hostilités mais les Américains ont tout balayé pour que leur ego soient satisfaits par une victoire totale, et pour ne rien gâcher ces crevards ont joué aux apprentis sorciers avec la peste rouge après avoir joué aux apprentis sorciers avec la peste brune pour des raisons bassement financières (quand je pense que l'intégralité de l'establishment européen continue de leur lécher le cul, c'est absolument affligeant pour ne dire complètement flippant !)…
La BD se termine par une ovation à Churchill au lieu de la Bérézina électorale qui suivit peu de temps après. Avec un tel personnage Vincent Delmas s'éclate dans les dialogues, François Kersaudy s'éclate dans les appendices, et Alessio Cammardella aux dessins et Alessia Nocera aux couleurs livrent un travail très professionnel qui permet d'apprécier tout cela à sa juste valeur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
bibiouest
  21 février 2019
Seconde partie de la biographie du vieux lion, ce tome 2 est centré sur les actions du grand homme pendant la Seconde Guerre mondiale.
Has-been, homme du passé, c'est par défaut que Churchill est devenue Premier ministre.
Comme quoi, ce ne sont pas les grands hommes qui font l'histoire mais L Histoire qui fait les grands hommes.
Le résultat est sans appel et ce n'est pas faire injure à Roosevelt, Staline et De Gaulle mais Churchill est l'Homme de la Seconde Guerre mondiale.
Cette biographie est une grande réussite.
Commenter  J’apprécie          583
Davalian
  25 février 2019
La première de couverture semble en dire beaucoup : nous voici désormais avec un Winston Churchill radieux qui marque le signe de la victoire. Tout cela n'est pourtant qu'apparence.
Le volume précédent s'achevait sur le début de la Seconde Guerre Mondiale et une petite note d'optimisme (toute relative certes) qui est ici balayée. Churchill n'est pas encore Premier ministre et devra attendre avant d'y arriver ! Il lui faudra ensuite faire face à la guerre, dénoncer la montée du communisme… et se contenter de son triomphe.
Les explications de la fin du volume préciseront que les auteurs n'ont pas voulu revenir sur la suite de la carrière du grand homme. Choix curieux et regrettable car nous restons ici avec un sentiment d'insatisfaction et d'inachevé, même si tout a été fait pour limiter au maximum les effets de ce manque.
De manière générale, ce deuxième volume est légèrement moins bon que le précédent : le sujet est moins vaste et déjà traité dans de nombreuses autres productions. Les dessins sont également un peu en deçà du tome précédent. Mais il s'agit là de faiblesse somme toute mineures.
Si le sujet est moins diversifié, la guerre est traitée tambour battant : il y a les combats mais également les multiples tractations, sans pour autant oublier le Winston intime. le programme est une nouvelle fois bien chargé et l'ennui n'a pas sa place dans ces planches. La qualité de l'ensemble mérite d'être reconnue à sa juste valeur.
Ce deuxième tome est une lecture indispensable pour celles et ceux qui auront découvert l'album précédent. Il clôt un dytique de grande qualité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
gege255
  30 juillet 2019
Rien à redire, une biographique dessinée passionnante et qui porte un éclairage plutôt intéressant sur un grand homme, avec ses qualités et ses défauts.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   26 novembre 2018
Les gens n’aiment pas la défaite, et n’aiment pas les explications qu’on leur donne, si convaincantes soient-elles. La seule réponse que l’on puisse donner à la défaite, c’est la victoire !
Commenter  J’apprécie          190
AlfaricAlfaric   06 décembre 2018
Si un gouvernement est obligé de regarder en permanence par-dessus son épaule, de peur d’être poignardé dans le dos, comment lui sera-t-il possible de garder l’œil sur l’ennemi ?
Commenter  J’apprécie          180
AlfaricAlfaric   25 novembre 2018
Les Américains ont d’immense ressources, qu’ils n’emploient pas toujours à bon escient.
Commenter  J’apprécie          240

Lire un extrait
Videos de Vincent Delmas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Delmas
Dans le 120e épisode du podcast Le bulleur, on vous présente la première partie d'Harlem, album qui sera décliné en deux parties, que l’on doit à Mikaël, édité chez Dargaud. Cette semaine aussi, on revient sur l’actualité de la bande dessinée et des sorties avec : - La sortie de l’album Amalia que l'on doit à Aude Picault et aux éditions Dargaud - La sortie du premier tome d'un triptyque baptisé Molière, premier tome qui s'intitule À l'école des femmes, que l'on doit au scénario de Vincent Delmas, au dessin de Sergio Gerasi et c'est édité chez Glénat - La sortie de l'album Crushing que l'on doit à Sophie Burrows et aux éditions Gallimard - La sortie du second tome de la série Karmela Krimm baptisé Neige écarlate, que l'on doit au scénario de Lewis Trondheim, au dessin de Franck Biancarelli et c'est édité chez le Lombard - La sortie de l'album Je suis toujours vivant que l'on doit au scénario conjoint de Roberto Saviano et Asaf Hanuka, au dessin de ce dernier et c'est édité conjointement chez Steinkis et Gallimard - La sortie en intégrale de Moi, René Tardi, prisonnier au stalag IIB que l'on doit à Jacques Tardi et aux éditions Casterman Dans une troisième partie, retrouvez un entretien avec Mikaël à l'occasion de la sortie de son album Harlem.
+ Lire la suite
autres livres classés : winston churchillVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2718 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre