AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B001859340
Éditeur : (30/11/-1)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
C'est Sous-Offs, paru en 1889, qui a fait connaître Lucien Descaves : un scandale a éclaté à la parution de ce roman franchement antimilitariste, qui a valu au jeune auteur et à son éditeur un procès reten-tissant pour injures contre l'armée. Descaves y dresse le portrait satirique et sans concession de la vie d'une caserne à Dieppe. Une galerie de sous-officiers s'offre à nous, médiocres, souvent ridicules, donnant de l'univers militaire une image à la fois dérisoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
HORUSFONCK
  12 septembre 2016
je ne me lasse jamais de relire certains passage de cette sorte d'état des lieux de l'armée française, dans le prisme de la vie d'un régiment et-particulièrement-de ses sous-officiers.
lucien Descaves a fait oeuvre de journaliste, et livré cette somme en une prose très agréable à lire.
Ces sous-officiers et leur monotone vie de garnison, nous emmène dans cette fin du XIXe siècle marquée au fer de la défaite à la guerre franco-prussienne.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   29 mai 2017
Rapidement, l'estrade fut envahie. Beaucoup de messieurs venaient saluer un gros homme coiffé du bicorne des garçons de recettes, très vieux, donnant des poignées de main de cet air las et indifférent qu'ont les distributeurs de prospectus, dans les rues. Et il en trouvait toujours ; on ne voyait que son dos de pachyderme et le continuel jet de son bras, en trompe, allant chercher du pain dans les mains tendues. Mais un nouveau personnage surgit, tête de de marin, lèvre rase, favoris, nez en dos de rasoir, glacial. Et les fonctionnaires d'arriver, d'aller s'incliner, puis, les ressorts détendus, de s'effacer pour faciliter la flexion dorsale à d'autres figurants.
Assis enfin, des habits noirs faisaient sauter devant eux des enfants, de jolies taches claires semblables à des larmes d'argent dans une tenture funèbre. La poussière soulevée par un vent d'orage, l'artillerie et les cavalcades, saupoudrait un gros de curieux écrasés contre les grilles du jardin. Au pied de la tribune principale étaient massés les officiers de la réserve et de la territoriale, affichant, en des dégaines épicières, l'imbécile orgueil du galon accidentel.
- Garde à vous !
On fit porter les armes. A mi-corps, ce fut, d'un bout à l'autre de la ligne, comme un vol transversal d'oiseaux blancs ; puis les mains gantées retombèrent dans le rang, l'aile cassée. Le colonel d'artillerie, commandant d'armes, passait devant le front des troupes. Aucune solennité, la foule morne, une hâte générale d'en finir...La cérémonie de la remise des décorations elle-même se dévêtit de prestige, dans le bredouillement des formules et le galvaudage des récompenses aux services sans éclat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
moraviamoravia   23 mai 2017
Une porte claqua et de gros souliers sonnèrent sur les marches. Dans le silence touffu d'une fin de nuit de chambrée, ce bruit tomba ainsi qu'une pierre en une eau dormante. Un frisson courut sous les couvertures ; il y eut ce pelotonnement gourmand des corps, l'hiver, à l'approche du réveil, et les respirations s'allégèrent. Cinq heures tintaient en ville.
D'autres portes battirent ; des godillots plus nombreux traînèrent dans les escaliers ; un cuisinier passa, ramassant les gamelles oubliées, les heurtant l'une contre l'autre, avec l'évidente rogne de l'homme forcément matinal.
Alors, minute à minute, la caserne s'éveilla, s'étira, grinça, lasse et cassée comme une vieille servante toujours debout la première.

(incipit)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
moraviamoravia   26 mai 2017
Généreuse, si bonne fille, et la vraie femme de trente ans, toute en lèvres et en yeux, comme l'en-tête à promesses d'une facture que son corps acquittait.
Si donnante aussi ! suivant un qualificatif accrédité. Quand elle servait, le plateau appuyé à la taille, son corsage en surplomb, entre les consommations, elle semblait s'offrir elle-même, apéritive, prête à décoiffer deux goulots, capsulés d'étoffe.
Delphine, très femme à quatorze ans et déjà s'affruitant, mais l'air hostile, la bouche en moue et un regard de fausse dormeuse, accentuant, par comparaison, l'accueil ouvert de l'autre. Le "poulot à Généreuse", un mioche de quatre ans, bien doux, vivant dans les jupes de sa grand'mère, une vieille Polletaise sèche et haute, reléguée au premier, parmi la progéniture bâtarde de sa fille. Depuis l'arrivée du nouveau détachement, cependant, elle surveillait davantage la boutique, entr'ouvrait fréquemment le judas, quand elle croyait Généreuse seule avec un militaire. L'honnêteté de l'aïeule se retrempait dans les risques courus par la propriétaire. Car ces caprices, en faveur d'un seul, dépeuplait le café, à l'inverse de la famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
moraviamoravia   16 juin 2017
Il n'aperçut, d'abord, que Delphine, en chemise, Delphine qui, après avoir entre-baillé la porte, s'était blottie contre le lit et hurlait, les mains en tampon dans les oreilles, sans discontinuer. Il la crut blessée, mais elle étendit le bras, montra Tétrelle couché sur la poitrine, à deux pas d'elle, les jambes nues, la tête diminuée, dans le sang répandu.
Du monde arrivait, se pressait derrière Favières ; des femmes surtout se penchaient sur le corps avec une horreur curieuse et insatiable. Tout à coup les cris de Delphine recommencèrent, fous, aigus...On alla vers elle...Il y avait sur les draps, jusque sur sa chemise, des morceaux de cervelle et des fragments de la calotte du crâne. Un de ses doigts en était maculé... et elle le tendait sans se résoudre à le secouer ni à l'essuyer, comme un enfant qui s'est fait une piqûre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
moraviamoravia   30 mai 2017
Ils descendirent tous les six, pénétrèrent avec précaution dans la chambre de leur collègue qui dormait.
Montsarrat et Petitmangin empoignèrent la paillasse et le matelas, les bousculèrent en criant : - Ho ! Hisse ! tandis que Chupin, réveillé, s'enveloppait dans ses draps. Mais ils les lui enlevèrent aussi, divulguant sa nudité minable, des jambes sales jusqu'aux genoux, des fesses de pauvre.
On te la la souhaite bonne et heureuse, Adonis !
Car il s'appelait exactement Adonis, sans défense contre l'ironie de ce baptême, tête de Turc jusqu'en son état civil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Video de Lucien Descaves (2) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Louis Bory reçoit le prix Goncourt
Au restaurant Drouant, le jury du Goncourt, parmi lesquels, Francis CARCO, Léo LARGUIER, COLETTE, Lucien DESCAVES, Roland DORGELES et André BILLY, ont décerné le 42ème prix Goncourt à Jean Louis BORY pour son livre "Mon village à l'heure allemande". ...
autres livres classés : antimilitarismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1762 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre