AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213682054
Éditeur : Fayard (27/01/2016)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Raoul ne manque ni de talent ni d’énergie. Plein de projets, prêt à payer de sa personne, il mérite l’argent qu’il gagne. Seulement c’est plus fort que lui : quand il dispose de 1000, Raoul en dépense 1100. Toutes les excuses sont bonnes : déguiser un achat en investissement, fêter une bonne nouvelle, s’octroyer des vacances objectivement méritées. L’argent qu’il a lui brûle les doigts. Mais par-dessus tout l’argent qu’il a dépensé sans l’avoir le hante : les dettes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ladyshania
  14 février 2016
Tout d'abord, je tiens à remercier l'équipe de Babelio et les Editions Fayard pour l'envoi de ce roman lors de l'opération Masse Critique.
Raoul cumule deux emplois : intérimaire et écrivain afin de toucher assez d'argent pour vivre décemment. Seulement, c'est plus fort que lui, il ne peut s'empêcher de vivre au-dessus de ses moyens et de dépenser plus qu'il ne gagne. Il accumule alors les dettes, les crédits, les pénalités de retard... Les avertissements de son banquier Gilles Marzotti le hantent jour et nuit. Il ment sur sa situation financière à ses amis et à sa compagne Nicole, ce qui précipitera leur rupture. Persuadé que tous ses ennuis sont la faute de son banquier, Raoul songe de plus en plus à se débarrasser définitivement de ce dernier...
Si vous cherchez un vrai polar avec une vraie enquête et des assassinats, passez votre chemin, ce n'est pas de ce type de livre qu'il s'agit, comme le laisserait penser le titre et la couverture. C'est un roman noir qui nous plonge dans la vie chaotique et dépressive d'un homme. L'histoire n'est pas trépidante mais elle reste tout de même intéressante et bien contée, on a réellement l'impression d'être à la place de Raoul. L'alternance fréquente du passé et du présent ainsi que l'emploi de phrases courtes contribue à faire ressortir le sentiment d'égarement de Raoul. Un style qui tend à donner une atmosphère particulière au roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DesLivresEtMoi7
  07 février 2016
Une agréable surprise pour ce roman prenant: L'assassinat de Gilles Marzotti, de Christophe Desmurger, chez Fayard.
Le pitch: Raoul Cordet, jeune écrivain en devenir, n'aspire qu'au bonheur. Son rêve devient réalité lorsqu'il rencontre, après avoir signé un contrat avec son éditrice Michelle Smith, la sublime peintre Nicole, qu'il sait être la femme de sa vie. de leur amour naît le petit Mattéo. Puis, avec la petite fortune que lui a laissé sa vieille amie Claudine, Raoul monte une petite société d'assistance aux personnes âgées qui prospère assez vite.
Alors qu'il a tout pour être heureux, une ombre vient cependant assombrir ce beau tableau: Raoul ne peut s'empêcher de dépenser plus qu'il ne gagne, pour des raisons parfois futiles. Sauf qu'il ne vend pas suffisamment de livres, et que sa société bat de l'aile... Pris dans l'engrenage, Raoul multiplie alors les crédits et se couvre de dettes. Mais surtout Raoul commence à mentir, à tout le monde, même à Nicole. La vie de Raoul bascule lorsque celle-ci découvre la vérité et, n'aimant plus l'homme qu'il est devenu, fini par claquer la porte. Au fond du trou, Raoul finit par personnifier ses problèmes financiers sous le visage de Gilles Marzotti, son banquier. Ce dernier l'obsède et finit par le hanter jour et nuit. La haine de Raoul grandit pour cet homme qui ricane de son sort, le toise, le nargue, et l'enfonce chaque jour un peu plus dans son trou. Raoul est décidé: il doit lui faire payer...
Découvert à l'occasion de l'opération "Masse Critique" de Babelio, j'avais coché, un peu par hasard, ce roman au titre intrigant et au résumé séduisant. Et à la joie d'être sélectionnée a succédé le plaisir de lire ce roman!
Avec délicatesse et sensibilité, l'auteur nous conte ici l'histoire d'un homme empêtré dans ses problèmes d'argent, ce qui pourrait finalement arriver à n'importe qui. le personnage de Raoul est parfois exaspérant mais surtout attachant. On le voit avec émotion se débattre et tout tenter pour s'en sortir, même si l'on sait qu'il ne fait pas toujours les bons choix.
Le rythme est fluide, rapide, ce qui est accentué par le style nerveux de l'auteur et ses phrases courtes.
L'intrigue est simple mais très bien menée. le suspense nous tient en haleine jusqu'aux derniers chapitres: Va-t-il succomber à la folie et passer à l'acte?
En bref, un roman très original et touchant, à découvrir!
Lien : http://deslivresetmoi7.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sharon
  08 février 2016
Le titre compte double. Est-ce Gilles Marzotti qui est assassiné ou est-ce lui qui assassine ? Il est un personnage récurrent dans ce roman, celui qui ancre le narrateur dans le réel économique contemporain, celui qui va également focaliser toute la haine contre lui. Gilles Marzotti, un banquier ordinaire.
Le roman commence quasiment par la fin, et c'est là que nous rencontrons le narrateur. Quitté par Nicole, la femme qu'il aime, séparé par la force des choses de son fils Matteo, Raoul est un romancier qui ne parvient plus à écrire. Aussi, tout le reste du roman, en dépit de moments de joie certains (la parution de son roman, la naissance de son fils) ne peut qu'aboutir à cette désillusion finale. Reste à savoir justement comment Raoul en est arrivé là.
Raoul et Nicole, Nicole et Raoul, deux artistes aux prénoms hors du temps – seul Matteo, leur fils, est bien ancré dans les années 2000. A travers eux, l'auteur posent la question de la création artistique : Raoul et Nicole ne vivent pas hors du temps, d'ailleurs Raoul apprécie d'offrir à sa compagne des signes de réussite sociale, que ce soient des vacances ou une belle voiture. Leur paradoxe est là : ils sont des artistes, mais aussi des consommateurs. Leur situation est tristement banale : l'un ne sait pas gérer un budget, l'autre ne semble pas s'y intéresser, du moins pas avant que les difficultés n'interviennent, leur fibre artistique n'a rien à voir là-dedans puisqu'ils ne se sont pas endetter pour créer mais pour avoir un certain confort (et pour avoir été aussi négligent).
La création est bien là, mais passe au second plan face à la dépression dans laquelle plonge Raoul. Elle n'est pas nommée puisqu'il est dedans et qu'elle l'empêche de voir, de comprendre. En même temps, le fait de nous focaliser sur Raoul nous empêche véritablement de connaître ceux qui l'entourent : lors du dénouement, il n'y a pas que Raoul qui sera surpris, le lecteur aussi. Il permet aussi d'utiliser des ellipses : nous ne pouvons pas savoir toutes les étapes de la dégringolade de Raoul, puisque lui-même se voile la face.
Reste la question de l'assassinat de Gilles, ou plutôt de savoir ce qui fait de nous un assassin ? Est-ce l'acte en lui-même ou le fait de le désirer ? Pour moi, la réponse est évidente – et ce n'est pas le questionnement du narrateur qui me fera changer d'avis.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BooksnPics
  01 mars 2016
Marié et papa d'un petit Matteo, Raoul est intérimaire et écrivain. Il aurait tout pour être heureux si il était moins dépensier.
Tel un navire prit dans la tempête, son compte en banque coule...Et sa vie suit le même chemin. Il peine à sortir la tête de l'eau, ignorant les multiples avertissements de Gilles Marzotti, son banquier. Hanté par ce dernier, développant une haine sans égale envers lui, Raoul va se retrouver dos au mur, mentant à ses proches jusqu'à en perdre sa bulle d'oxygène, sa famille.
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, "L'assassinat de Gilles Marzotti" ne relève en rien du roman policier. Se plongeant dans le chaos qu'est devenu l'existence de son personnage principal, Christophe Desmurger nous livre ici un roman d'une noirceur profonde.
Utilisant le "Je" narratif, l'auteur nous fait entrer dans la peau de son personnage. Un personnage tantôt excessif et à fleur de peau, tantôt naïf et fragile.
Un texte dynamique, composé de chapitres courts, qui font de ce roman un très bon moment de lecture!
Je remercie les éditions Fayard pour cette lecture.

Lien : http://booksnpics.wix.com/bo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nat76170
  08 février 2016
Je suis un peu déçue de ce livre car je ne m'attendais pas à un roman aussi noir en lisant la 4e de couverture.
Quand je lis, je veux m'évader, mais ici, on se plonge dans nos propres soucis quotidiens et il n'y a pas une pointe d'humour pour nous faire sourire. Je trouve ce roman, déprimant. Malgré une écriture fluide, je n'ai pas été transportée comme je l'aurais voulu car bien sûr, on déprime avec le personnage mais n'est-ce pas ce que l'on vit à un moment de notre vie ???
En conclusion, ce n'est pas un livre que je conseillerai sauf à quelqu'un a qui tout réussit et qui aurait pris la grosse tête.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SharonSharon   01 février 2016
Jaloux de mon fils comme d'un rival ? De ce petit bonhomme au regard doux ? C'est atroce. Mais limpide. Le temps, les caresses, toutes les tendresses qu'elle lui offre, son regard plein d'étoiles, tout ça ne m'est plus consacré. Je n'ai plus l'exclusivité. Et même si c'est immoral, j'en veux un peu à Matteo.
Commenter  J’apprécie          10
SharonSharon   01 février 2016
Ce n'est jamais qu'une dispute. Mais c'est la première fois que je suis un pauvre connard qui s'en va en claquant la porte.
Commenter  J’apprécie          40
ladyshanialadyshania   14 février 2016
Je n'ai pas résisté à l'envie de montrer que je ne suis pas devenu ce qui m'était promis. Un paumé. Un dingue comme mon père. Je suis devenu écrivain. Mieux encore. Un homme. p.90
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 janvier 2018
L’erreur consiste à imaginer un trou sans rien.
Un néant sombre et des parois verticales.
Le trou ne ressemble pas à un trou.
Il ressemble à tout ce qu’on a connu avant. Au monde extérieur. Toutes les apparences y sont.
Les lieux, les personnages.
Commenter  J’apprécie          00
94chris94chris   23 février 2016
Un pseudonyme ne sert à rien quand on ne connaît personne.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : paranoïaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Christophe Desmurger (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre