AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070378838
182 pages
Gallimard (16/06/2005)
3.47/5   777 notes
Résumé :
Ayant vidé la poubelle sur le trottoir, il trouva vite le sac qu'on plaçait dans la salle de bains, en retira des coton-tiges, un vieux tube de dentifrice, un autre de tonique pour la peau, des lames de rasoir usagées. Et les poils étaient là. Pas tout à fait comme il l'avait espéré : nombreux, mais dispersés, alors qu'il imaginait une touffe bien compacte, quelque chose comme une moustache tenant toute seule. Il en ramassa le plus possible, qu'il recueillit dans le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (80) Voir plus Ajouter une critique
3,47

sur 777 notes

Allantvers
  02 avril 2017
Il y a quelque chose d'un peu masochiste à se lancer dans un Carrère dont les oeuvres amènent toujours quelque chose de troublant, de douloureux, de dérangeant.
J'ai retrouvé dans celui-là, pourtant plus ancien, le même sentiment de malaise croissant que dans « l'Adversaire », ce même glissement progressif et inéluctable d'une situation apparemment stable, installée, bourgeoise, vers des recoins obscurs de l'âme, qui se mettent peu à peu à résonner sur nos propres zones de vide et foutent franchement la trouille.
Ainsi de ce personnage archétypal du type à qui rien ne peut arriver, architecte, parisien, bien marié, belle situation, dont la vie va pourtant partir en vrille quand il va se raser la moustache et que personne ne s'en rendra compte. Ni sa femme, qui lui affirme qu'il n'en a jamais porté. Ni ses amis, qu'il n'a peut-être jamais eus.
Le doute, la paranoïa s'installent, il tombe dedans et le lecteur avec. Tout vacille, jusqu'aux fondements de son existence, les solides briques sur lesquelles reposent sa vie se délitent et pire, s'évaporent. Effroi vertigineux quand tout ce qui lui paraissait être disparaît, entraînant son être dans le néant…
Il va me falloir un petit moment à me remettre de ce roman flippant et fascinant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
medsine
  10 septembre 2012
Lorsque, comme moi dans ce cas, on a vu le film avant de lire le livre dont ce dernier est tiré, il est difficile d'extraire de son esprit le visage des acteurs superposé à celui des personnages du roman. C'est donc avec Vincent Lindon en tête que j'ai redécouvert avec plaisir cette histoire simple et brillante. le trouble de la lecture était encore accentué par le fait que je n'arrivais pas moi-même à me souvenir du visage de Vincent Lindon avec une moustache, tant on a l'habitude de le voir glabre.
L'idée est donc toute simple et géniale. Un jour, un homme décide de raser sa moustache pour s'amuser et pour surprendre son entourage, sa femme, ses amis. Personne ne remarque rien et ne réagit, ce qu'il prend à son tour pour une blague organisée à ses dépens. La blague tourne court et l'homme s'enfonce dans une forme aiguë de paranoïa. le récit est construit de telle façon qu'on ne sait qui a raison. Les indices s'effacent, on ne sait si c'est l'homme qui les détruits lui-même, si c'est sa femme qui les dissimule et veut ainsi le rendre fou où s'ils n'ont tout simplement jamais existé. Sa vie elle-même a-t-elle existé et ses proches sont-ils des êtres réels ?
Emmanuel Carrère construit son livre un peu comme un roman psychologique, il touche presque à la science-fiction et nous force à réfléchir par l'absurde sur la condition humaine et le principe de réalité. Une réalité tout à fait relative qui peut être déniée par le simple regard des autres.
5 septembre 2012
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Arakasi
  17 septembre 2012
« La Moustache » commence et se termine par un coup de rasoir. Tout un programme, n'est-ce-pas ? le présupposé de départ est pourtant très simple, presque amusant dans son absurdité. Un soir, un homme décide de raser la moustache qu'il porte depuis dix ans, espérant ainsi prendre par surprise et amuser son épouse et ses amis. Une petite plaisanterie innocente a priori tout à fait dépourvue de conséquences. Problème : personne ne semble noter la disparition de ladite moustache. Aux questions répétées du personnage principal, tous apportent la même réponse extravagante : il n'a jamais porté de moustache de sa vie. Et la farce tourne à l'aigre… D'abord oscillant entre l'agacement et l'amusement, le personnage principal se laisse progressivement gagner par l'inquiétude. A l'inquiétude succède la peur. A la peur, la paranoïa.
Ni thriller, ni policier, ni fantastique, « La Moustache » est un roman à part, un de ceux qui vous prend à la gorge, fait monter dans votre oesophage une angoisse diffuse, indéfinie. Ce malaise est accentué par le style employé par l'auteur, très précis, très détaillé et rapportant chaque action de ses protagonistes avec une méticulosité presque maniaque. Dès le début du roman, on s'identifie facilement au personnage principal, on partage sa peur et sa confusion, le sentiment de trahison grandissant qu'il développe vis-à-vis de ses proches, mais cette identification même devient rapidement source de crainte. le doute s'installe progressivement : que se passe-t-il exactement ? Une farce sinistre ? Un complot ? Une distorsion improbable de la réalité ? Ou l'explication la plus vraisemblable et la plus terrifiante de toutes : la démence, la vraie, celle qui vous coupe des autres, vous ronge de l'intérieur, démence d'autant plus glaçante qu'elle s'appuie sur un comportement et un raisonnement rationnels.
« La Moustache » n'est pas un roman agréable à lire (et, comme l'affirmait une critique précédente, indubitablement pas un livre à terminer en mangeant. Aux trois quarts du bouquin, je caressais vaguement l'idée de regarder l'adaptation filmée avec Vincent Lindon et puis… ben non, peut-être pas, tout compte fait), mais tout de même un excellent roman. Il m'a marquée durablement et le malaise causé par la lecture a perduré longtemps après la dernière page tournée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
zabeth55
  11 juin 2014
Mais quelle histoire démente !
Un matin, un homme se rase la moustache. Sa femme ne s'aperçoit de rien. A ses questions étonnées, elle répond qu'il n'a jamais porté de moustache.
Qui ment ? Qui est fou ?
Au fil des pages on est emporté dans une spirale hallucinante, obsédante et angoissante où le narrateur craint de sombrer dans la folie (et le lecteur avec). Pour sûr il tombe dans la paranoïa.
Je ne sais pas trop quoi en penser. c‘est fatigant un roman pareil.
L'écriture est belle, descriptive, cinématographique, mais l'histoire vraiment tordue.
De plus,la fin inattendue fait encore plus perdre les pédales et n'apporte pas de réponses.
Commenter  J’apprécie          394
Billie72
  27 janvier 2022

Toutes proportions gardées, je serais tentée de comparer ce roman d'Emmanuel Carrère à Truismes, de Marie Darrieussecq.
Pourquoi ?
Comme Marie Darrieussecq dans Truismes, l'auteur réussit le pari d'élaborer une histoire autour d'une situation de départ confinant à l'absurde. Ici, le personnage central s'est-il ou non rasé la moustache ?
Je poursuivrais ma comparaison en parlant de l'écriture précise et méticuleuse, qui s'attache à chaque geste, chaque pensée, jusqu'aux élucubrations les plus folles.
Enfin, le glissement progressif et inéluctable d'un protagoniste dont l'existence jusque là « normale » se dérègle et « part en vrille ». Un personnage central qui se retrouve isolé dans sa « folie » et en vient à douter de tout et de tous, à l'instar du lecteur qui n'a d'autre possibilité que d'appréhender la « réalité » à travers le regard de cet homme en perte de repères. le doute s'installe pour ne pas nous lâcher, et nous refermons le livre sans véritablement savoir « le fin mot de l'histoire ».
Les situations diffèrent tout de même, dans la mesure où dans Truismes il est beaucoup question de métamorphoses physiques et le personnage (féminin) a malgré tout certaines formes d'« interactions sociales », alors que les divagations du héros d'Emmanuel Carrère le coupent totalement de ses proches.
La moustache est un roman original, déroutant et dérangeant, habilement construit.
En avez-vous déjà entendu parler ? Il a été adapté au cinéma en 2005 par Emmanuel Carrère lui-même, qui a choisi Vincent Lindon pour interpréter le rôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          236

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Zazette97Zazette97   17 avril 2010
En y réfléchissant, dans l'eau qui refroidissait, il comprenait avec déplaisir ce qui l'avait le plus troublé dans la scène de la veille : pour la première fois, Agnès avait introduit un des numéros de son cirque mondain dans leur sphère protégée. Pire encore, afin de lui donner plus de poids, elle avait exploité pour faire ce numéro le registre de voix, d'intonations, d'attitudes, réservé au domaine tabou où cessait en principe toute comédie.
Violant une convention jamais formulée, elle l'avait traité comme un étranger, inversant les positions en sa défaveur avec toute la virtuosité acquise à force de pratiquer ce sport, et de façon presque haineuse : il se rappelait son visage chaviré d'angoisse, ses larmes.
Elle avait vraiment paru effrayée, elle l'avait vraiment, en toute conviction, accusé de la persécuter, de l'effrayer délibérément, sans raison. Sans raison, justement...Pourquoi avait-elle fait cela? De quoi voulait-elle le punir? Pas d'avoir rasé sa moustache, tout de même. p.41
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
colimassoncolimasson   30 décembre 2011
Il oscillait entre la colère et un attendrissement nauséeux à l’égard d’Agnès, pauvre Agnès, Agnès sa femme, fragile de partout, fine d’attaches, fine mouche, fine paroi aussi entre l’esprit vivace et la déraison qui commençait à la dévorer. Les signes avant-coureurs devenaient clairs, rétrospectivement : sa mauvaise foi scintillante, son goût outré du paradoxe, les histoires de téléphone, de porte murée, de radiateurs, la double personnalité, si maîtresse d’elle-même le jour, avec des tiers, et sanglotant la nuit dans ses bras, comme une gamine. Il aurait fallu interpréter plus tôt ces signaux de détresse, cet excès d’éclat, et maintenant c’était trop tard, elle sombrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   20 août 2016
Qu'il dût ou non sortir et paraître à son avantage, ce rite vespéral tenait sa place dans l'équilibre de la journée, tout comme l'unique cigarette qu'il s'accordait, depuis qu'il avait cessé de fumer, après le repas du midi. Le calme paisible qu'il en tirait n'avait pas varié depuis la fin de son adolescence, la vie professionnelle l'avait même accru et lorsqu' Agnès raillait affectueusement le caractère sacré de ses séances de rasage, il répondait qu'en effet c'était son exercice zen, l'unique plage de méditation voué à la connaissance de soi et du monde spirituel qu lui laissaient ses vaines mais absorbantes activités de jeune cadre dynamique. Performant, corrigeait Agnès, tendrement moqueuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ApoapoApoapo   27 novembre 2017
« Il s'efforçait, pour situer ce geste anodin, de reconstituer en détail les 24 heures précédant son départ, mais la vanité de son effort ne l'affectait pas, une sorte d'engourdissement privait de tout enjeu des actes qui, doucement, glissaient vers l'irréel, la brume d'une légende dont il n'était plus le héros. Avec la même indolence, il étouffait les projets ou représentation à long terme de son avenir […] : tout devenait indifférent, les questions autrefois coupantes comme des rasoirs s'émoussaient, l'urgence de choisir ou de ne pas choisir retombait. » (p. 167)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   20 août 2016
Les fous semblaient paisibles, leurs hôtes pas mécontents de ces revenus locatifs qui avaient l’avantage de tomber tous les mois, à coup sûr, de ne pas risquer de se tarir, car leurs pensionnaires restaient jusqu’à leur mort. Chacun vaquait à ses occupations, un des malades, depuis vingt ans, écrivait sans trêve la même phrase pompeuse et dépourvue de sens, une autre berçait des baigneurs en celluloïd, changeait leurs couches toutes les deux heures, se déclarait heureuse… En voyant le reportage, il avait pensé, c’est horrible, bien sûr, mais comme on trouve horrible la famine en Ethiopie, sans se représenter Agnès assise sur les marches d’un cabanon, au fond du jardin, répétant d’une voix douce que son mari n’avait jamais porté de moustache […]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Emmanuel Carrère (115) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Carrère
Sortez une feuille et un stylo, c'est l'heure de la dictée géante ! Cette semaine, Rachid Santaki vous propose un extrait de "L'Adversaire", d'Emmanuel Carrère. Un roman écrit à partir d'une histoire vraie, celle de Jean-Claude Romand, cet homme qui a tué sa famille et tenté de se suicider après avoir mené une double vie durant des années.
L'extrait choisi pour cette dictée est un moment du procès de Jean-Claude Romand. Celui-ci vient de s'évanouir car son avocat a évoqué son chien, qu'il a tué en même temps que le reste de sa famille. le prévenu est donc évacué de la salle et l'audience est suspendue.
Bonne chance à tous, n'oubliez pas de commenter vos difficultés et vos succès !
#Dictée #Orthographe #FranceCulture ___________________
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : folieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Limonov

Limonov a fondé le parti national-bolchevique. Ses sympathisants sont …

des nasbols
des lepénistes
des zeks

8 questions
165 lecteurs ont répondu
Thème : Limonov de Emmanuel CarrèreCréer un quiz sur ce livre