AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284172610X
Éditeur : L'Atalante (20/09/2012)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Dans les profondeurs du métro de Saint-Pétersbourg, où la mort revêt tant de visages, la puissante Alliance littorale arme une expédition en surface. Des stalkers ont aperçu une lumière qui aurait sa source sur l’île de Kotline, dans la baie de la Neva. Serait-ce le signal de cette Arche de salut qu’espèrent les fidèles de l’Exode, une secte qui prolifère à travers le métropolitain ? Gleb, un jeune adolescent de la station Moskovskaïa, sera du voyage. Mais quels p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Th0uar_V1k
  08 novembre 2012
Un roman dans la lignée des "Métro 2033" et "Métro 2034" de Dmitry Glukhovsky.
Un univers post-apocalyptique où les survivants se terrent pour échapper, entre autres, à la malveillance de la radioactivité.
Sauf que cette fois-ci, les protagonistes se hissent des souterrains crasseux moscovites pour foncer à la lumière du jour et ce dans le but de trouver la trace d'autres survivants humains.
Ce faisant, l'équipe de recherche sera alors confrontée à de multiples dangers plus mortels les uns que les autres (radioactivité, mutants,...).
A l'instar des romans de Dmitry Glukhovsky, cette aventure s'avère être une quête initiatique où une jeune personne (ne connaissant que sa station d'accueil) apprend à grandir à côté de son mentor, stalker expérimenté (on ne change pas une formule qui gagne!) et ainsi à appréhender la réalité qui l'entoure.
Dans "Vers la lumière", Gled, le disciple, nous fait partager la vision cauchemardesque d'un monde en décrépitude totale où les monstruosités de la nature ainsi perturbée touchent aussi bien les animaux que les hommes.
Ce roman, rapide et énergique, qui s'appuie sur de nombreux codes issus de l'univers des jeux vidéos, s'avère ne pas être trop répétitif : la quête en surface amène une certaine bouffée d'air frais... enfin presque.
Bien équilibré et agrémenté de quelques coups de théâtre intéressants, ce roman bénéficie d'une troisième partie particulièrement angoissante digne de l'esprit tordu des maîtres de l'horreur.
Un livre pour ceux et celles qui adhérent à l'univers initié par Dmitry Glukhovsky.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JaneDoeFromNowhere
  12 août 2014
Contrairement à Metro 2033, que j'avais par ailleurs beaucoup aimé, la mise en place est moindre donc l'action débute très rapidement et les péripéties s'enchaînent sans nous laisser reprendre notre souffle, nous plaçant dans la même situation que les personnages, partageant leurs malheurs. Car la (sur)vie en surface est dure et brutale, rien ne doit être laisser au hasard, le moindre imprévu pouvant être fatal. Les nerfs à vifs, le stress et la peur peuvent transformer les Hommes aussi radicalement que les radiations, les poussant parfois à des actes extrêmes aux conséquences dramatiques.
Bien que l'action soit très présente et haletante, ce roman nous livre aussi des réflexions pertinentes sur l'Homme, l'espoir et le désespoir... L'accent est mis sur les interactions entre les personnages et leur psychologie. Cela rend le tout très réaliste et participe à notre immersion dans le roman, pour le meilleur et pour le pire quand vient le temps des pertes et des révélations.
Pour un premier roman, Andreï Dyakov sort du lot avec un post-apo efficace qui nous prend aux tripes et ne nous lâche plus. A la hauteur de son aîné, Metro 2033, j'attends donc avec impatience la sortie de Vers les ténèbres qui s'inscrit dans la continuité du premier tout en pouvant se lire indépendamment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Devi
  08 septembre 2016
VERS LA LUMIÈRE D'andreï Dyakov est le 1er roman de la série "Univers METRO 2033" initiée par Dmitry Glukhovsky suite au succès de Métro 2033 et Métro 2034. Son ambition est d'enrichir le monde imaginé par l'auteur en y faisant participer des romanciers de tous les pays. Andreï Dyakov est un de ces jeunes écrivains. Son livre a enthousiasmé aussi bien les lecteurs russes qu'allemands et espagnols.
Etant maintenant un ... (allez oui ont va le dire) fan de Metro 2033 je ne pouvais que me motiver à lire ce livre. J'avoue avoir été un poil sceptique au début car l'auteur "n'était pas un écrivain connu, mais j'ai été très vite rassuré. Et c'est un belle exemple de roman plutôt cool en mode fan fict (et même plus).
Ici nous allons suivre Gleb petit jeune du métro de St Pétersbourg arraché de sa station Moskovskaïa par Taran le stalker solitaire. Il va devoir le suivre au travers d'un périple le menant à enquêter à la surface dans les ruines de la vieille ville. Ils feront des rencontres aussi bien bonnes que mauvaises et Gleb découvrira les horreurs et les dangers de la vie d'un stalker. Qui est celle qui lui est réservé comme il le découvrira très vite (si toute fois il ne meurt pas avant hein -joke- )
Le roman fait 311 pages qui se lisent vraiment très facilement. Si vous êtes à la recherche d'une grande plume avec du style et du style passer votre chemin. Non pas que l'auteur soit mauvais mais le style est simple, efficace et tout est dans l'histoire qui est vraiment très prenante. On se met vraiment à la place de ce pauvre gamin embarqué dans cette aventure et découvrant la vie hors de sa station pour la première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Galah
  02 juillet 2017
Ce livre est vraiment tout tout bon. Presque un coup de coeur pour ce premier roman d'un auteur amateur, franchement chapeau. L'histoire est bien ficelée et cohérente, et surtout super prenante.
C'est avec un énorme plaisirs que j'ai replongé dans cet univers glauque mais addictif qu'est Metro 2033. Pour situer un peu l'histoire et les circonstances d'édition de ce livre, il fait partie d'un grand projet initié par Dmitry Glukhovsky appelé "L'univers de Metro 2033". L'objectif de ce projet est de permettre à des auteurs amateurs de tous horizons de créer leur propre histoire autour de l'univers inventé et étoffé par Glukhovsky. Je trouve cette idée juste géniale, elle a permis donc à Andreï Dyakov de publier son premier livre, qui a connu un fort succès en Russie.
Ce qui m'a le plus frappé et plu dans Vers la lumière, est que Andreï Dyakov a su s'approprier un univers Ô combien déjà géniallissime créé par un autre auteur, mais en y ajoutant sa touche très personnelle afin de créer son propre sous-univers, ou devrais-je plutôt dire son propre para-univers, car il n'a pas grand chose à envier à son prédécesseur.
Au début le cadre semble plutôt similaire, hormis qu'il se déroule dans les tunnels sous Saint-Pétersbourg et non plus ceux de Moscou. Mais petit à petit le récit prend une tournure assez différente, Dyakov préférant davantage visiter la surface dévastée de la ville, qui compte aussi son lot de monstruosités et d'engeance en tout genre, si pas plus que dans les tunnels.
Le gros point fort du livre est pour moi ses personnages, et surtout le duo Taran/Gleb. Je suis totalement conquise par l'alchimie qui se passe avec ces deux là, ça marche juste super bien. le personnage de Gleb est vraiment attachant et j'ai pris énormément de plaisirs (et des frayeurs aussi) à suivre son évolution. Il est l'un des rares points de lumière dans ce récit, sa naïveté et l'espoir qu'il porte sur ses frêles épaules sont touchants et adoucissent un peu le ton très sombre de l'histoire. Les personnages secondaires ne m'ont pas toujours conquis par contre, certains étant un peu sous-exploités à mon avis, mais de manière générale ils sont assez bien construits et leurs interactions sont très chouette à suivre.
Vers la lumière est donc un livre que je conseille sans hésiter, si lire du trash est votre tasse de thé, car oui ce livre est assez hard durant certaines scènes d'actions. Si l'hémoglobine et le plein de testostérones ne vous fait pas peur ce livre est fait pour vous. On a droit à un bestiaire assez sympathique et varié. Un superbe récit post-apocalyptique qui m'a captivé tout du long et su me surprendre par quelques rebondissements bien placés.

Lien : http://voyageaucentredeslivr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15
colin22
  03 mai 2017
Dans la lignée de métro 2033,vers la lumière tiens ses promesses avec le'petit plus,beaucoup d actions.
Tout comme l indique son titre,un peu d espoir et de lumiere pour nos deux heros Gleb et Taran.
Auuteur a suivre qui pour ma part ne démérité pas.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Th0uar_V1kTh0uar_V1k   28 octobre 2012
L'espoir est semblable à un reflet aquatique. Un instant il est là, puis il disparaît soudain, voilé par les rides des circonstances versatiles. Malgré cette disparition brutale, il laisse dans son sillage un parfum ténu et se blottit dans les tréfonds de la conscience pour, quelque temps plus tard, à la faveur d'émotions apaisées, réapparaître sous un de ses nombreux masques. Dans ces instants fugaces prédomine l'impression d'avoir retrouvé une chose perdue depuis longtemps. Quelque chose que l'on peut perdre à tout instant. Dans un cycle sans fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Th0uar_V1kTh0uar_V1k   08 novembre 2012
Si tu décides de faire quelque chose, fais le premier pas. Et n’aie pas peur ensuite de faire le deuxième. Crains l’inaction. Fixe-toi un but et chasse tout le reste de ton esprit…
Commenter  J’apprécie          130
UnpapillondanslaluneUnpapillondanslalune   11 octobre 2012
Celui qui n'a jamais désespéré ne vaut pas grand chose. Ce n'est qu'après avoir éprouvé ce sentiment accablant que l'on peut apprécier à sa juste valeur le charme d'une vie réussie.
Commenter  J’apprécie          60
UnpapillondanslaluneUnpapillondanslalune   11 octobre 2012
T'es aussi utile qu'une chaussette dépareillée ! Impossible à porter, mais des scrupules à jeter...
Commenter  J’apprécie          60
GalahGalah   02 juillet 2017
- Mais, Moscou, c'est très loin.
- Oui, c'est loin. Seulement, ils n'en ont rien à cirer. Ils cherchent la délivrance... L'espoir, mon gars, c'est un truc dangereux. Plus effrayant encore que la bêtise humaine.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2647 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre