AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur American Psycho (212)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
isajulia
  08 décembre 2013
En quatrième de couverture de l'édition 10/18, Beigbeder qualifie American Psycho comme étant l'Apocalypse de notre temps et il n'en fallait pas plus à une lectrice comme moi pour me lancer dans l'aventure... Malgré les avis opposés concernant ce bouquin, j'ai pris un plaisir presque malsain à entamer cette lecture qui traîne derrière elle comme un arrière goût d'interdit... et là ce fût le choc... C'est donc ça le livre qui a fait scandale?
Politiquement incorrect, dérangeant certes... moi en tout cas je ne lui ai rien trouvé de scandaleux. Je dirai même qu'il s'avère intéressant quand on prend la peine de le lire avec attention.

L'histoire met en scène Patrick Bateman, jeune golden-boy de New-York, âgé de 27 ans. Riche, relativement bien gaulé, notre bonhomme ne porte que de la haute-couture, possède une Amex platine, ne fréquente que les restos et clubs à la mode où l'on croise uniquement le gratin de la population New-Yorkaise. Question poudre aux yeux, on peut dire qu'il assure et d'ailleurs vu qu'on est dans la poudre, il n'oublie pas de s'en mettre un petit coup dans le nez quand l'envie lui en prend, histoire d'accentuer ce petit côté ostentatoire propre à sa "détestable" personnalité.
Patrick Bateman, voilà un lascar qui vend du rêve !
Heureusement pour nous, pauvres cancrelats que le monsieur écraserait volontiers du bout de sa chaussure Armani, on va vite découvrir que notre gugusse n'est pas aussi parfait que ce qu'il montre. La nuit venue, entre deux J&B on the rocks, il viole, torture, dévore, tue les pauvres âmes qui ont eu le malheur de croiser son chemin. Clochards, prostituées, collègues de travail etc... n'ont plus qu'à faire leurs prières car la tornade Bateman déferle sur leur passage et croyez moi, quand la frénésie meurtrière habite le jeune homme, c'est presque du grand art, mais ça je vais vous laisser le découvrir par vous même...

Je crois qu'Américan Psycho, soit on aime, soit on déteste. Pour ma part j'ai ressenti les deux. Au départ je n'ai pas du tout accroché, je me suis même mise en colère, pestant intérieurement sur un éventuel foutage de gueule de l'auteur vis-à-vis de son lectorat.
Dans quel bordel me suis-je embarquée? Voilà ce que je me suis dit pendant de nombreuses pages dans lesquelles s'enchaînaient discussion futiles entre Bateman et ses cons d'amis et descriptions de vêtements de marque dont personne n'a rien à secouer... J'ai été à deux doigts d'abandonner ce foutu bouquin et à chaque fois quelque chose m'a attirée de nouveau vers lui. Il fallait que je sache, que je voie par moi même toute l'horreur dont un homme peut être capable. Et là, ô miracle, une étincelle, pas plus grosse qu'une puce, a commencé à jaillir dans mon esprit.. Les éléments s'emboîtaient d'eux mêmes, tout ce qui m'avait paru inutile prenait tout d'un coup un sens... Vous l'aurez compris, plus moyen de lâcher ce petit pavé de 526 pages !

American Psycho est une démarche audacieuse, une analyse pertinente d'une société dépourvue d'humanité où chacun se crée ses propres codes dans l'indifférence la plus totale. Je pense que c'est ce qui peut choquer quand on fait la connaissance de Patrick Bateman, il est logique de se demander "Pourquoi quelqu'un qui a tout peut avoir de tels agissements?". Finalement on se rends compte que l'argent, la situation sociale, les biens matériels, ne donnent pas l'essentiel, car, en plus d'être schizophrène, Patrick Bateman est un complexé chronique. Il trouve un exutoire à son infériorité dans la souffrance qu'il inflige aux autres.
D'ailleurs, il paraît que le côté choc du livre réside dans les scènes de meurtres, moi je trouve qu'elles sont utiles au récit, même si elles sont gore. Cela nous permet de comprendre un peu plus l'étendue des dégâts dans le cerveau de ce cher Patrick et c'est ce qui fait la richesse du livre.
Finalement j'ai vraiment bien aimé et je lui met 4 étoiles de notations. Je relirai sûrement American Psycho car je suis convaincue que ce livre ne dévoile pas tout quand on l'aborde la première fois.
Pour ceux qui voudraient tenter l'expérience, je vous conseillerai de ne pas vous fier aux avis existants afin de vous faire votre propre opinion.
A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          985
Ode
  28 octobre 2012
American Psycho, le livre qui a ébranlé l'Amérique, a un titre aussi intraduisible que son contenu est inclassable. La vision qu'offre Bret Easton Ellis de la déshumanisation des rapports sociaux, émaillée de crimes sexuels d'une violence extrême, fait passer notre Houellebecq national pour un Bisounours philanthrope.

On pourrait résumer ce roman à la caricature glaçante d'une génération perdue, car matérialiste et sans idéaux : la génération nommée X en sociologie du travail, née dans les années 60 et 70 (Ellis est né en 1964). Contrairement aux précédentes, cette génération n'a pas dû se battre pour ses libertés, a toujours connu le confort lié au progrès technique mais a grandi dans le contexte de la guerre froide et d'une une économie déstabilisée par les chocs pétroliers, avec comme diktat la réussite sociale (entendez financière), encore plus prégnante aux États-Unis qu'en Europe.

Il n'est donc pas surprenant que Patrick Bateman, le psychopathe du roman, soit un golden boy de Wall Street élégant, brillant et beau comme un ange de l'enfer. L'auteur insiste sur la domination de l'argent en décrivant avec une précision chirurgicale les tenues, les repas et les vaines distractions de Bateman et de ses amis (si l'on peut qualifier d'amis ce groupe de personnes égocentriques). Mais cette apparente perfection cache un gouffre intérieur que la drogue ne suffit pas à combler et qui rend Bateman imperméable à tout sentiment. Convaincu de sa supériorité, il éprouve un tel dégoût pour le reste de ses semblables que la nuit venue, à l'instar de Mr Hyde, il va assouvir ses pulsions meurtrières, en toute impunité et dans l'indifférence générale. Cela débute par la mutilation d'un clochard et évolue vite vers de macabres chorégraphies pornographiques, plus perverses les unes que les autres, et décrites avec la même précision que sa garde-robe.

Après l'émoi et l'indignation bien légitimes suscités par la publication d'American Psycho, Bret Easton Ellis a laissé entendre qu'il fallait prendre les agissements de Bateman au second degré. Les scènes de crimes seraient seulement fantasmées : cela expliquerait l'étrangeté de certains passages, notamment le fait que Bateman ne soit jamais identifié ou arrêté.

Reste une lecture violente, entre horreur et fascination, dont les images me hantent encore plusieurs années après. Elle fait même tinter une petite sonnette d'alarme quand il m'arrive de rencontrer un individu arrogant à la mise tellement parfaite qu'elle en devient suspecte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          820
Ellane92
  04 avril 2016
Patrick Bateman est un golden boy dans les années 80 aux USA. Dans un monde des apparences, où chaque objet a un prix, où l'on n'achète que le meilleur, où chaque rapport sexuel est à hauteur du prix du restaurant dans lequel on dine avant, tout pourrait paraitre lisse et sans saveur, griffé Armani. Mais Patrick a des petits passe-temps bien à lui pour tromper l'ennui et donner un petit peu de piment à sa vie.


Quel livre, non mais quel livre !!! Je ne sais même pas si j'ai détesté ou adoré ! Et il m'aura fallu également pas mal de temps pour comprendre ce que me racontait ce livre. Et pour lui trouver une interprétation qui m'aille bien. A défaut d'autre chose, American Psycho aura testé ma résistance sur le descriptif d'habits, de mobilier, de restaurant, de fil dentaire, de femmes (oui, oui, dans l'esprit de Bateman, toutes ces choses sont de même niveau...), avant de m'horrifier par quelques passages tombant littéralement dans le gore, le porno, la torture la plus extrême. On trouve très peu de ces derniers éléments au départ, ils sont noyés dans les éléments du décor (au sens propre). Ils deviennent par la suite de plus en plus fréquents, au fur et à mesure que le délire de Bateman prend le pas sur sa réalité. du coup, Armani et consort, ça repose !
De nombreuses critiques évoquent American Psycho comme une critique acerbe (certes !) de la société capitaliste, libérale et consumériste, notamment américaine (pour moi, cela renvoie au premier mot du titre). Les personnes qui les ont écrites en parleront beaucoup mieux que moi ! Dans American Psycho, aujourd'hui, moi, je voudrais vous parler du côté Psycho. Et en premier lieu, du désert affectif dans lequel évolue notre héros. le monde tel que Bateman le voit, c'est un monde capitaliste, libéral et consumériste (la différence avec ce que je disais juste avant, c'est que là, je ne parle que du monde tel que le perçoit Bateman, son interprétation propre), dans lequel ce qui compte, c'est ce qui se voit, de préférence le plus cher et le plus clinquant. Tout se juge et se jauge à partir de critères rationnels et quantifiables, aussi bien la cravate que la musique (d'où quelques analyses amusantes de groupes de musique américains dans le livre!). Dans ce monde, ce qui est terrifiant je trouve, c'est l'interchangeabilité des choses, mais surtout des gens, au même titre que les chemises. Les noms sont interchangeables, les personnes, et même ces fameux traders côtoyés quotidiennement (on tuerait sa mère pour obtenir un nouveau portefeuille convoité). Il n'y a qu'à voir toutes ces références à, lors des diners entre collègues dans les restaurants à la mode, "ce ne serait pas untel ?", "ce ne serait pas la femme de celui-ci ?"... Alors les SDF, les prostituées, les petites amies mêmes, les animaux, on s'en cogne. S'il en manque à l'appel, il y en a des dizaine qui prendront la relève. Dans ce monde, Bateman lui aussi est interchangeable et non nécessaire, le statut n'a au final d'importance que sur le moment, et la vie n'a pas beaucoup d'intérêt. On est vivant aujourd'hui, on sera mort demain, quoi !
Bref, Ellis Easton nous fait entrer dans la réalité de Bateman, en nous faisant croire que c'est la réalité tout court. J'ai mis beaucoup de temps à voir cette différence, un peu plus de 500 pages quoi... Et pourtant, les indices trainent et sont semés tout au long du texte... Je me rappelle d'un dialogue entre Bateman et sa petite amie qui le gonfle, et à laquelle il ne répond pas poliment (quelque chose comme "ta gu*" ou "tu m'emm*"). Sauf qu'elle ne l'entend pas. Parce qu'il ne l'a pas vraiment dit, excepté dans sa propre réalité. Batemant navigue constamment entre fantasmes et réalités, une navigation largement facilitée par l'alcool et la drogue. Il est plein de routines, d'idées fixes, méticuleux à l'extrême, obsessionnel pourrait-on dire. Il ne rate jamais la diffusion du Patty Winters Show, au pire, il l'enregistre. Il loue toujours la même cassette vidéo porno. Et il s'éclate toujours en la voyant. Les misérables, chef d'oeuvre de la littérature française, revient tout au long de l'ouvrage, en référence. A se demander qui ils sont, ces Misérables là !
Et puis, quand Bateman tue l'un de ses collègues, ce dernier est pourtant vu plus tard, à Londres. D'ailleurs, quand il se rend à son appartement dont il a conservé les clés, il ne reconnait même plus le bâtiment ! Bref, des indices qui montrent le délire de Bateman, il y en a tout un tas, disséminés dans le texte, au lecteur de les prendre. Ou pas. Parce que le problème, c'est que tout ce qui est écrit parait diablement crédible, horriblement réaliste, toujours dans ce style froid et factuel. Il y a bien quelques moments d'émotion, au plus fort de la folie meurtrière et sadique, lors d'un concert de U2, de façon totalement inattendue, ou lors d'un diner avec sa secrétaire. Mais ces moments-là sont très rares. du coup, American Psycho apparait comme un livre ambigu laissant à chacun sa propre interprétation : fantasme, réalité, mélange des deux.
C'est une parodie poussée jusqu'au bout des travers de la société capitaliste des années 80, une critique sociale horriblement cynique, qui titille la part sombre qui est nous. Bateman y apparait comme un monstre engendré par ce monde, qui cherche en lui-même des limites qu'il ne trouve pas en-dehors, élargissant ainsi le cercle de la torture et de la mise à mort. Mais qu'on se le dise : serial killer ou pas, le business comme le sexe continuent de faire tourner le monde. Et ça, ça fait froid dans le dos ! Impressionnant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          701
belette2911
  02 mars 2013
ABANDON !! Oui et je vous jure que ça me fait bien râler (pour rester un tant soit peu polie) parce que ce roman, je voulais à tout prix le découvrir, surtout en lisant toutes les critiques positives sur Babelio.

Et oui, je savais ce qui m'attendait, du moins en ce qui concerne les scènes gores.

En fait, ce n'est pas ça qui m'a fait décrocher, mais les quantités de ce que je nommerai "des élucubrations" (celles d'Antoine me faisaient rire, pas celles des personnages du roman).

Déjà, dès les premières pages, j'ai soupiré en découvrant la scène du taxi et les dialogues sans queue ni tête. Surréaliste...

Et ce ne fut qu'une longue suite de soupirs en tournant les pages et en tombant sur des pavés indigestes de bla-bla, de liste de marques pire que si je me trouvais sur une chaîne consacrée aux pubs.

Ok, c'est bien que l'auteur insiste sur le fait que l'argent a fait d'eux des esclaves, que le dieu fric est leur maître et que ces gens ont perdu toute notion de ce qu'est la réalité. Mais de là à nous décrire, jusqu'à l'indigestion, les détails de leurs repas et toutes leurs vaines distractions... Soupirs, soupirs.

Heureusement que ces divagations endormantes étaient entrecoupées de scènes plus sanglantes pour me réveiller.

Patrick Bateman, notre personnage principal est psychopathe à ses heures perdues et il dézingue des SDF. On passe son temps comme on peu, non ?

Golden boy friqué, il est élégant, ne porte que des costumes qui valent votre mois de salaire, il est plus brillant qu'un sapin de Noël illuminé et nous pouvons dire que c'est une espèce de bôgosse. Bôgosse infernal et infect, oui !

Le pire, c'est que nous entrons à un moment dans l'ère du surréalisme poussé à pleine puissance puisque personne ne s'émeut des traces de sang sur les draps, le sol, les journaux imbibés de fluide vital que la femme de ménage dépose tout simplement dans la poubelle.

Il l'a vraiment fait ou pas ? Il a rêvé, fumé, disjoncté tout seul ?

Je n'en sais rien parce qu'au final, j'ai zappé des centaines de pages, les tournant en grimaçant pour finir par lancer le livre sur la table, de rage.

Même le sang qui giclait m'énervait à cause de tout le reste.

Le plus râlant ? Au boulot, tout était terminé, plié, encodé, clôturé, bref, j'avais le droit de m'affaler dans mon fauteuil de bureau, de mettre les pieds sur la table et de lire durant 4h...

Non, je n'avais rien d'autre à lire avec moi... et là, ce fut un long cri de douleur. Mes collègues ont cru que le PC avait planté, serveur y compris et que toutes les données étaient perdues. Z'ont eu peur.

No stress, c'était juste ma frustration de lecture après quelques chef-d'oeuvre littéraires. American Psycho ne sera pas mon coup de coeur et ma critique ira dans le sens contraire des autres.

Le livre qui a ébranlé l'Amérique ne m'a pas ébranlé, moi...

P'têt que le film avec Christian Bale sauvera les meubles ?

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7053
HORUSFONCK
  18 mars 2019
J'ai acheté et lu American Psycho, vers la fin du vingtième siècle.
Je n'utilisais pas encore Internet, et avec qui partager le sentiment, le goût que m'avais laissé la lecture du roman de Brett Easton Ellis?
Je lis dans les critiques babeliotes, que certains ou certaines n'ont pu aller au bout d'un livre dont certaines scènes sont insoutenables, et que d'autres ont détesté le bouquin.
Je les comprend.
Mais quelle autre façon avait Easton Ellis de montrer cette horreur américaine que, bien des années avant, avait clamé Erskine Caldwell, Horace Mac Coy, Don Tracy ou même John Steinbeck?
Bateman n'est que ce prurit généré par une économie de marché, magnifiée par l'ère Reagan, cet acteur devenu président et chantre des yuppies.
Bateman, le propre-sur-lui, le raffiné, le financier jeune et "pepsodent", qui commet des actes innommables mais somme-toute logiques. Bateman, qu'on a élevé dans cette élite pour laquelle il est défendu d'être faible, inutile et pauvre.
Bateman restitue toute cette horreur ordinaire, qui perdure dans ce début de vingt-et-unième siècle. Ce cauchemar qui amène un chef d'état à réclamer un mur.
Alors oui, American Psycho n'est pas nécessairement lisible par tout le monde! mais ce n'est qu'un livre et il ne faut lui accorder que cela... Tout cela. Et c'est loin d'être confortable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
darkmoon
  17 juin 2013
Un navet à éviter. C'est long, incohérent, insipide, malsain avec de la violence gratuite sans intérêt.

1) Critique du livre :

"American Psycho" ou la transition de la conscience et de la maîtrise de soi vers l'inéluctabilité de la montée en puissance d'une folie sanguinaire et schizophrène... Considéré par certains comme un roman culte, un best-seller révolutionnaire en terme d'étalage d'une psychologie néfaste envers son prochain. Mais de ce séduisant concept ne découlera pas une histoire si crédible et honorable. American Psycho n'est à mon sens qu'un exercice de style fade et sans saveur, sans la moindre intensité, ingéniosité.

L'immersion dans le petit monde des golden boys de la bourse New-Yorkaise est douloureuse tant l'on détestera rapidement ses protagonistes. Hormis les humeurs et les atrocités de Patrick Bateman (un homme caché sous ses artifices et qui y perd son identité, une "victime de la société" totalement paumé dans son monde et qui n'est rien car il s'invente tout), l'on ne ressent dès lors que ressentiments et répulsion pour ces nouveaux riches détestables, ces gamins parachutés dans la sphère de l'argent, en voulant toujours plus que l'autre. Comparatif de cartes de visites, concours de la plus belle cravate, du plus bel appartement et j'en passe, concours de plus belles conquêtes féminines aussi. Bref, comment éprouver réellement des sensations lorsque l'univers dépeint est aussi repoussant qu'il peut l'être. L'on attend donc qu'une seule chose, que le psychopathe massacre tout le monde dans les cris et l'ignoble. Rien ne vient cependant, si ce n'est une horreur psychologique ou suggérée, qui ne fonctionne pas. Rectification : aucune horreur puisqu'on ne sursaute jamais, juste de la violence gratuite. On giflerait bien volontiers ce dernier à de maintes reprises.

Le final, complètement inerte et sans intérêt, sera la cerise passée sur un gâteau préalablement tout écrasé, sans saveurs. Oui, passé sur un personnage principal mal exploité. On nous mitraille de noms de restaurants chics, de couturiers célèbres, de buildings cotés tout du long. C'est simple, dans mon cas, je ne peux pas aimer American Psycho car je n'apprécie absolument rien dans ce que Bret Easton Ellis y dépeint.

2) Critique du film :

"American Psycho" a été réalisé en 2000 par Mary Harron. le résultat final, peu emballant regroupe un peu de bon et beaucoup de mauvais. Ce qu'il y a de remarquable dans ce film, c'est sa capacité à prendre de la distance par rapport à l'horreur des événements, livrant finalement une vision reculée et terriblement cynique d'un homme brillamment intégré socialement mais tueur en série pervers à ses heures perdues. L'humour est omniprésent et donne un charisme certain au personnage principal dont les actes morbides deviennent mis en scène presque auto parodiques, jouissant d'un formidable sens de la dérision. Un bon point donc et pas des moindres puisqu'il pose par la même occasion la question de la légitimité de la violence à l'écran, quant à savoir jusqu'où peut-elle être montrée avant d'être prise au sérieux. Pour le reste, il n'y a plus qu'à aller se coucher. Si l'ouverture laissait augurer une réalisation originale très froide et splendide, le reste tombe vite dans le sans-intérêt vulgaire jamais inventif, à la limite du téléfilm. le scénario ne retient à aucun moment l'attention dans la mesure où il ne parvient jamais à se sortir des sentiers battus. L'interprétation est minable, à commencer par Christian Bale totalement transparent (le seul à relever le niveau est Willem Dafoe n'apparaissant qu'à trois reprises !). Pas grand-chose à sauver, quelques séquences ridicules, le tout est assez prévisible, la bande-son s'avère affreusement niaise tandis que l'esthétique paraît très laide (merci la photographie sans relief et démodée !). Raté tout simplement.

A mon avis, American Psycho sera critiqué par deux types de personne : ceux qui l'ont vu et ceux qui l'ont lu. Peu importe, les deux catégories seront déçues. Les uns parce qu'il s'agit d'une trahison du livre et du personnage de Patrick Bateman, les autres parce que le scénario complètement passif, sans émotion, sans surprise, sans attente et sans frisson, n'a aucune cohérence.

On peut donc s'en passer des deux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4114
greg320i
  08 avril 2014
American Psycho , un Best seller ? Laissez moi rire, ou plutôt pleurer devant les termes employé pour le désigner. Non, décidément les mots ne sont plus employé à leur juste valeur dans notre société exacerbé et poussé à toujours vouloir agrandir les choses.

Quelques informations s'impose : Il s'agit ici d'un roman allant dans un sens unique :la folie . Celle d'un homme, pardon, d'un 'Américain'( puisque le titre le veut ainsi ) qui va nous montrer deux visages détestable en diable, l'un autant que l'autre . D'un côté le beau gosse trop parfait , stylisé et connaissant les royalties de la haute société jusqu' aux suffisances les plus inutiles .
Ses futilités et son savoir comme preuve de son intelligence , il brille donc en image de gentleman envié , prisé et évidemment courtisé .

Et cela pendant tout le roman !
Non, jamais inquiété ou menacé, ni insulté voir contrarié . Pensez-vous , l'auteur l'a peut-être fait à son image ,,
Trêve d'ironie, sa face B elle , beaucoup plus inquiétante va devenir le point intéressant du roman. Mais seulement le temps de trois- quatre chapitres dissimulé ici et là. le reste , j'ai le regret de vous l'annoncer,sera très mauvais ,hors contexte:prétexte à d'affreux déluge de minauderies

Pourquoi vouloir nous assommer de détails à n'en plus finir ?
Pourquoi tant d'effort à déformer les phrases sous une pluie torrentielle d'artificiel ?
L'auteur utilisait-il ces raccourcis dans un but précis ?Simagrées et autres phrases dénués d'intérêt pour cacher l'insuffisance primaire de l'histoire?
Pourquoi vouloir nous constituer un tel florilège de marques de luxe , de description à foison de tout et surtout n'importe quoi ?


La raison : abattre un roman avec suffisamment de pages pour supporter l'emphase de l'originalité , c'est à dire ,,pas grand chose.
Hormis donc ces petits chapitres qui feront hurler par leur substances de dégoût, on n'y voit pas la preuve d'un intérêt digne sauf évidemment meubler et justifier le titre qui propose Psycho comme poisson d'appât pour alanguir le lecteur désireux et souhaitant une lecture un tant soit peu hors norme.

Mais voilà , triste constat, nouvel échec , bris de glace et cri d'effroi chez nombre d'usurpé qui ont cru au tollé général (faussement ) annoncé.


Mon avis sera alors pris et j'espère compris comme un jugement sur les faiblesses, les prouesses commercial à nous déformer la réalité :
Qu'il existe bel et bien de nos jours des romans pouvant susciter l'attention s'en pour autant honorer et rendre grâce au phénoménal 'mal' aguicheur , tentateur, libérateur d'émotion. Toutes les nouveautés ne détrônent pas les succès passés et si vous souhaitez vraiment prendre votre pied , lire du Waouh , du Wa ! & livres-que-vous-n'oublierai-jamais , un conseil :
Ne prêter pas trop attention au grand remue ménage qui accompagne souvent une sortie littéraire.
Car c'est bien connu : la réussite s'accentue et se perpétue dans le secret de l'humilité et encore plus dans l'utilité de s'en ficher des retombés crédité ,certifié-garanti et tutti quanti ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4012
manu_deh
  23 décembre 2015
Cette lecture est sans autre pareille.
A commencer par le style d'écriture qui traduit l'inhumanité et la folie froide du narrateur, un psychopathe BCBG commettant des crimes sexuels d'une inouïe barbarie.
C'est une lecture qui m'a été difficile, longue. Elle atteint et affecte. La noirceur est profonde et constante.
C'est une expérience étrange, noire, inoubliable je pense, que cette débauche de violence gratuite et froide, "inimaginable", dans une oeuvre de littérature.

A essayer donc, si vous n'avez pas peur d'en faire des cauchemars sordides.
Commenter  J’apprécie          322
la_fleur_des_mots
  27 octobre 2013
Une fois n'est pas coutume, je m'attaque à un livre dont on a beaucoup parlé. Et pour cause... Patrick Bateman est un jeune golden boy new-yorkais, il est raisonnablement cocaïné, fréquente les lieux les plus hype, ressemble à une gravure de mode et passe ses nuits à tronçonner des jeunes femmes. Dans une société de consommation à outrance, il se fond dans un paysage superficiel où seules comptent les apparences.

Rarement un livre ne m'a mise aussi en colère. le trait est follement caricatural, le propos finalement assez simpliste et les critiques trop souvent dithyrambiques. le héros, qui navigue dans un monde indifférent où la facture d'une carte de visite est plus importante que l'individu qui la tend, se raconte avec cynisme, violence et froideur. Cette critique de la société américaine des années 80, manque farouchement de finesse, l'auteur entraîne le lecteur dans un récit où l'horreur côtoie le porno souvent assez gratuitement, dans un style sec et impersonnel.

Un livre qui ne laisse clairement pas indifférent et que j'ai, pour ma part, purement et simplement détesté.
Lien : http://lafleurdesmots.fr/ame..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          305
Petitebijou
  19 mai 2012
Il y a suffisamment de critiques sur Babelio de ce roman pour que la mienne n'ajoute quelque chose de vraiment original. Aussi, elle sera brève.
Incontestables, la virtuosité et l'audace de l'écrivain.
Brillant, le portrait d'un personnage vraiment fort.
Pourtant, et peut-être est-ce un mécanisme de défense inconscient de ma part, la surenchère dans l'horreur m'a lassée très vite. Et surtout, j'ai ressenti une certaine complaisance de la part de l'auteur qui semble nous dire "Regarde comme j'écris bien, et attends un peu, je peux aussi faire pire...".
Je me suis profondément ennuyée, ai commencé à sauter des pages, puis j'ai abandonné peu avant la fin.
Mais peut-être le but de l'auteur est ainsi atteint, puisque le livre refermé, le sentiment qui domine est la vacuité de la chose littéraire et du monde qu'elle décrit. Je n'ai pas vraiment perçu d'humour comme d'autres lecteurs, tout juste un détachement à l'image du personnage, une distance un peu dandy.
Au final, je n'ai pas lu le chef-d'oeuvre annoncé, simplement une oeuvre qui sans doute a dû paraître scandaleuse à sa sortie, mais semble aujourd'hui furieusement datée dans ce qu'elle pouvait apparaître comme moderne il y a vingt ans. Et, somme toute, l'oubli sera vite là, et "American Psycho", sitôt refermé, ne me semble plus que synonyme d'échec et d'indifférence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

American Psycho

Qui est le personnage principale ?

Patrick Bateman
Timothy Price
Paul Allen
Georges Batman

5 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : American Psycho de Bret Easton EllisCréer un quiz sur ce livre
.. ..