AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2953981799
Éditeur : Magnani Editions (23/10/2013)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Si j’avais dû trouver un élément pour symboliser mon père, j’aurais choisi les pierres. Mais, attention pas les galets lisses et doux. Non plutôt, les rochers qui piquent les pieds si on leur marche dessus sans chaussures. Ceux qui sont recouverts d’aspérités. Ceux qui râpent, qui coupent, qui sont agressifs et froids. Mon père était un rocher sur lequel on aurait aimé s’agripper sans se blesser. Sous lequel on aurait aimé s’abriter sans se sentir menacé. Marion Fay... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
trust_me
  01 décembre 2014
La narratrice raconte l'agonie de son père. C'est d'abord un poumon qu'on lui ôte, puis le nez, qu'il va dorénavant porter au cou comme un ruban, et enfin la bouche. On lui offre de nouveaux poumons, qu'il doit traîner derrière lui comme une valise à roulettes. Petit à petit, le père redevient un enfant dont il faut s'occuper sans cesse, incapable de marcher, incapable de se nourrir seul, qui ne parle plus, faisant la sieste chaque après-midi et qu'il faut embrasser chaque soir sur le front pour le rassurer avant de dormir. Un père tyrannique auquel chaque membre de la famille offre son temps sans jamais avoir le moindre remerciement. Un père finalement condamné le jour où la sentence des médecins tombe, définitive : « Papa va mourir ».
Incroyable album à l'inventivité graphique sans limite, parfois proche du surréalisme, épuré à l'extrême et d'une force d'évocation stupéfiante. le rapport au père est souligné avec une pudeur bouleversante. On sent la souffrance, la perte à venir, les non-dits, ces mots d'amour qui jamais ne viendront. L'accompagnement vers les derniers instants est décrit avec une sensibilité qui mettrait la larme à l'oeil au gros dur le plus aguerri. Au delà du sujet pour le moins douloureux, je trouve le rapport texte/images proprement fascinant. Un très, très, très grand album.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
som
  05 janvier 2015
L'auteure met en image la maladie puis la mort de son père. Au début, de façon faussement légère, à l'aide de dessins et de dialogues presque enfantins, elle décrit les organes touchés et les conséquences sur le malade, sur sa famille. Avec la progression de la maladie, le récit prend des accents plus touchant. Plus le père s'affaiblit, plus il prend physiquement de place dans les planches et d'espace dans la vie de ses enfants, qui par la force de choses deviennent maternant pour leur parent. le ton et les images deviennent poétiques pour ne pas verser dans le larmoyant. Ellipses et clins d'oeil du côté du surréalisme disent alors la déchéance du corps et la douleur d'une séparation par trop annoncée, parfois attendue.
Bien que je ne sois pas tout à fait fan du style graphique, j'ai été à la fois touchée et impressionnée par la manière d'aborder ce thème avec une créativité et une délicatesse qui n'exclut en rien la réalité.
Commenter  J’apprécie          40
Fanou87
  31 mai 2018
Perdre un poumon, puis le nez, la bouche, ensuite redevenir enfant et se prendre pour un roi. Telles sont les étapes de la maladie que Marion Fayolle décrit avec beauté et puissance en y ajoutant de la poésie et de la rêverie.
Il faut pourtant faire face à ce mal qui est entré dans la famille. S'entraider pour ne pas sombrer, pour ne pas s'oublier. Cependant l'attention est énorme. le père réclame terriblement de temps. Mais cette maladie permet aussi de mettre des mots sur les sentiments ressentis, sur ce qu'on ne s'est jamais dit.
« Je pensais que la maladie et toute sa malchance auraient fini par le rendre plus tendre. » Mais non, ce père est toujours une pierre rugueuse, recouverte d'aspérité, coupante. Un désir de tendresse qui n'arrive pas mais qui n'altère pas l'amour que la narratrice lui porte.
Marion Fayolle est douée. Vraiment. Rendre compte d'une histoire tragique et la rendre poétique grâce aux métaphores, peu y arrivent. Elle oui. C'est tout un monde de poésie qui s'ouvre à nous pour accompagner cette famille dans leur quotidien.
J'avais déjà été séduite par les traits particuliers des dessins colorés dans « Les coquins » et je dois avouer qu'avec l'ajout des textes et cette calligraphie si particulière, j'ai eu un coup de coeur pour l'auteure. C'est avec beaucoup d'émotion que les pages se tournent pour arriver à la dernière, le coeur un peu gros et les yeux un peu mouillés
Lien : https://pagesversicolores.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Medulla
  09 janvier 2018
Un sujet difficile et lourd : le cancer et l'accompagnement d'un parent en fin de vie. Marion Fayolle traite ce thème avec brio et finesse. Les dessins portent une tendresse et une rigueur que j'associe volontiers au ressenti familial. le discours sous couvert de naïveté contient beaucoup d'affect, de gravité.
Une lecture qui m'a bouleversé par sa poésie et l'imaginaire qui permet de prendre de la hauteur dans des situations où souvent les murs, les espaces, les émotions.. tout semble clos.
Commenter  J’apprécie          10
nrisovics
  09 avril 2016
La narratrice qui nous parle de la maladie de son père. de la perte de son poumon, à la venue des infirmiers à domicile. Je n'ai pas trop aimé le dessin assez simple et enfantin et je suis resté à distance de pas mal de personnages qui manquent un peu d'épaisseur à mon sens. Sur ce type d ethème l'ascencion du haut mal, la parenthèse sont à mon sens bien plus forts.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
Telerama   18 décembre 2013
C'est par le dessin, qui tient du funambulisme graphique, léger et précis, tout en mouvements suggérés, en décalages oniriques et contrepoints ironiques, que Marion Fayolle réinvente le quotidien comme une expérience unique, hypersensible. On est bien au-delà, cette fois, de l'exercice de style.
Lire la critique sur le site : Telerama
BoDoi   19 novembre 2013
Le résultat est épatant : une très belle petite comédie noire, d’une touchante et discrète solennité, sublimée par un parti pris inventif et une édition soignée.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
HarioutzHarioutz   14 juillet 2016
On a enterré un poumon de papa. C'était un jour de printemps, les arbres étaient chargés de cerises et la nature était belle. On s'habilla pourtant tous en noir pour assister à la cérémonie. Toute la famille était là. Des hommes en blancs portaient sur leurs épaules l'énorme poumon. Papa assistait avec nous à l'enterrement d'une partie de son corps. Certains reniflaient dans leur mouchoir. D'autres suivaient le cortège sans vraiment réaliser qu'un morceau de mon père venait de disparaître et que peut-être, bientôt, on lui retirerait d'autres bouts de son corps, jusqu'à l'enterrer tout entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MrsFolyotMrsFolyot   01 mars 2015
Je pensais que la maladie et toute sa malchance auraient fini par le rendre plus tendre. J'avais vu un documentaire qui expliquait comment les pierres devenaient des galets puis du sable fin, à force d'être secouées par la mer, roulées dans ses vagues puissantes. C'était le principe de l'érosion.
Commenter  J’apprécie          20
loup0loup0   11 août 2018
C'est toujours flatteur de faire moins que son âge. Il y a des gens qui paient des fortunes pour ça.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Marion Fayolle (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Fayolle
Vidéo de Marion Fayolle
autres livres classés : roman graphiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3617 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre