AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782918135173
150 pages
Éditeur : Editions Dialogues (14/06/2010)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 15 notes)
Résumé :
« Le 25 novembre 2009, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé - Afssaps - annonce la suspension de l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament. Il s’agit du Mediator, commercialisé depuis plus de trente ans par le laboratoire Servier, alors consommé quotidiennement par près de 300 000 Français. Cette décision fait suite à la révélation d’une toxicité grave directement liée au médicament : une atteinte des valves du coeur, aux conséqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LiliGalipette
  11 juillet 2010
Document d'Irène Frachon.
Voici quelques propos de Charles Kermarec, directeur de la Librairie Dialogues, qui résument et le livre et la polémique qui l'entoure: "Le Mediator 150mg est un médicament antidiabétique souvent prescrit comme coupe-faim, dont l'autorisation de mise en marché a été suspendue par l'Afssaps (Agence du médicament), en novembre 2009, en raison de sa toxicité avec risque avéré d'atteinte des valves du coeur que sa consommation entrainait pour les patients. Les valvulopathies sont des maladies qui peuvent être mortelles. Deux millions de personnes ont consommé du Mediator. Et 300 000 encore tous les jours au moment où l'interdiction faite aux pharmaciens de le vendre a été prononcée.
Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, a été l'un des médecins dont l'enquête a conduit l'Afssaps à faire retirer le Mediator du marché. Elle est l'auteur du livre Mediator 150mg combien de morts ? A l'issue de son enquête serrée, scientifique, son livre se termine par cette phrase : "Il me reste une question : combien de morts ?". Cette question est donc la question prospective, et légitime, d'un médecin soucieux de ses malades et des politiques de santé.
Le laboratoire Servier a attrait en justice les éditions dialogues, éditeur du livre, et demandé que soit retirée de la couverture cette mention : "Combien de morts" au motif qu'elle risquerait de lui causer un préjudice grave. Action judiciaire en référé vu l'urgence et l'imminence du préjudice allégué. Par un attendu ahurissant, le juge a fait droit à cette demande. Il écrit notamment : "la défenderesse (les éditions dialogues) en effet minimise l'impact de l'intitulé de son ouvrage en soulevant le fait que la diffusion du produit est aujourd'hui suspendue, et que le dommage serait en conséquence peu important. Or cet argument peut être retourné. S'il advenait finalement qu'après analyse la suspension soit levée, et la diffusion des produits à base de benfluorex rétablie, le dénigrement provoqué par la mention litigieuse se révèlerait alors grandement source de discrédit tant pour le produit que pour le fabricant du produit." En somme le juge nous dit : si un médicament qui est un poison était demain considéré comme un bonbon inoffensif, alors demain il y aurait préjudice. C'est reconnaitre qu'aujourd'hui il n'y en a pas. Et d'imminent non plus. Dès lors, la décision du juge brestois s'analyse clairement et simplement en une censure d'un sous-titre, légitime s'agissant de la toxicité avérée, reconnue par l'Afssaps, d'un médicament qui peut être cause de valvulopathie. Une censure du sous-titre. Une censure du livre. Dont la couverture doit être modifiée sous astreinte de 50 euros par exemplaire distribué. le métier de libraire consiste avant tout à se dresser contre la censure. Je fais appel.
Ce livre sera de nouveau en vente la semaine prochaine. Son sous-titre sera désormais "sous-titre censuré". Il me reste une question : qu'est ce qui est préjudiciable ? le sous-titre : combien de morts ? Ou les morts ?"
Je n'ai que peu de choses à ajouter aux propos de Charles Kermarec. Si scandale il y a, ce n'est pas Irène Frachon qui le crée ou qui l'alimente. J'ai apprécié l'analyse factuelle que mène l'auteure. Elle présente des faits, des chiffres, des noms, des téoignages de personnes malades. Sa pugnacité est remarquable tout comme sont révoltantes l'inertie et l'hypocrisie de l'AFSSAPS.
On croirait vraiment lire une enquête policière, à la poursuite des coupables, avec collecte de preuves et de témoins. Sur la carte qui accompagnait ce livre, une main avisée a écrit: "Un livre qui se lit comme un polar. Un polar qui vous glace le sang. Mais un polar où tout est vrai." On ne pourrait mieux parler de ce livre, document troublant et inquiétant qui alerte sur la sécurité des patients et la connaissance des médicaments.
Un grand merci aux éditions-dialogues qui m'ont offert ce livre.


Lien : http://lililectrice.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
Alexmotamots
  05 septembre 2010
Voilà le combat d'une femme, puis d'une équipe, qui découvre par hasard les effets indésirables d'un médicament pour maigrir. En effet, le Mediator était prescrit par tout médecin pour permettre de perdre quelques kilos. Sauf qu'une de ses substances actives altérait le coeur. D'où le décès de bon nombre de patients.
Ce qui m'a étonné dans ce récit des événements, ce n'est pas tant l'acharnement du laboratoire Servier que son obsession de vouloir gagner du temps, donc de l'argent, car chaque jour, 300 000 personnes prenaient une de ces petite pillule.
Tout se passe en réunions presques feutrées, en pleine crise du H1N1, la fameuse.
Qui plus est, pratiquement tous les pays européens avaient interdits cette substance avant nous, mais comme nous le savons tous, tous les effets indésirables s'arrêtent à la frontière française.
Au final, un récit qui se lit comme un polar (sauf que l'on sait dès le départ qui est le coupable....).
Ce qui est peu rassurant, c'est de savoir que les médicaments que nous prenons ont des effets à long termes non encore identifiés (outre ceux indiqués sur la notice). Ou qui le seront par hasard, ou peut-être jamais.

Lien : http://motamots.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
hanyrhauz
  20 avril 2012
Bien sûr, ce n'est pas un ouvrage qui brille par son style, mais en même temps ce n'est pas ce qu'on lui demande. Mediator 150mg présente de manière claire et concise les découvertes d'Irène Frachon et de ses collègues et le parcours du combattant pour que l'AFSSAPS reconnaisse la dangerosité de ce médicament.
Il faut que ce genre d'ouvrage existe pour que les informations soient relayées, et il faut les lire pour comprendre ce qui se trame derrière notre dos.
Commenter  J’apprécie          30
charlottelit
  11 novembre 2011
à lire d'urgence, revoir aussi l'émission d'arte. à propos du médiator, viagra, médicament anti cholestérol : une vaste entreprise de DEMOLITION DU PATIENT qui heureusement s'impatiente et se révolte !!!!
Commenter  J’apprécie          50
liratouva2
  17 septembre 2010
De quoi s'agit-il ? D'une question vitale et bien symptomatique de la toute puissance des laboratoires pharmaceutiques en France, dernier pays où le Médiator était encore prescrit jusqu'en novembre dernier.
Dans cette histoire, une femme se dresse seule au départ contre un des plus grands groupes pharmaceutiques de notre pays pour que soit interdit un médicament dangereux. Pendant ce temps, l'état français commandait d'urgence cette énorme quantité de vaccins qui s'avérera inutile contre une hypothétique pandémie de grippe H1N1 qui terrifiait tant les autorités médicales d'alors ! Qui maîtrise quoi?
Lien : http://liratouva2.blogspot.c..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
liratouva2liratouva2   17 septembre 2010
" L'omniprésence de l'industrie pharmaceutique à tous les stades de la décision est un fait, avant d'être une critique. Elle n'est évidemment que la conséquence du retrait des pouvoirs publics de ce champ et donc du poids croissant du financement par l'industrie des différentes instances de contrôle des médicaments. Résultat: ce sont les producteurs eux-mêmes qui, de fait, procèdent à l'évaluation de leur production. La commission d'AMM, par exemple, qui décide en dernier ressort de la mise en circulation des médicaments et de leurs indications précises, enjeux de première importance financière, est financée aux trois quarts par des laboratoires."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Irène Frachon (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Irène Frachon
16.10.2019 : Procès du Mediator : entretien avec la lanceuse d'alerte Irène Frachon
autres livres classés : médicamentsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
207 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre