AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Alain Frappier (Autre)
EAN : 9782368461464
360 pages
Steinkis Editions (18/06/2020)
4/5   36 notes
Résumé :
L'histoire se déroule au Chili. Soledad a quinze ans, Ricardo 18. C'est elle qui raconte. Il est membre du Mir, mouvement de la gauche révolutionnaire, elle est membre d'une fratrie de neuf frères et sœur issue d'un couple de paysans pauvres. Ils se rencontrent en août 1970 sur le campamento Rigoberto Zamora. Il est responsable de la toma, une occupation illégale de terrain sur laquelle se sont installées 360 familles dans l'espoir d'obtenir une maison. Elle fait pa... >Voir plus
Que lire après Le temps des humblesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Édifiant, bouleversant, révoltant.
La gorge serrée, j'ai eu du mal à arriver au bout, quel choc.

C'est un documentaire, sous forme de témoignage, qui raconte les trois années de pouvoir d'Allende au Chili (1970-1973), pouvoir qu'en réalité, il n'a jamais pu réellement exercer, toujours entravé par une droite et une extrême droite agressive, aidées par les intérêts des USA et de leurs multinationales vampiriques.

Désiré et Alain Frappier on fait un travail remarquable, justement illustré, très complet sur les évènements, sur la vie au Chili à cette époque, presque au jour le jour. C'est bien écrit, des discours politiques se mêlent aux considérations quotidiennes, il y a de l'horreur, de l'espoir, de la beauté, c'est raconté avec pudeur et justesse. Soledad, une jeune femme à l'époque, mariée à un militant du MIR, témoigne. Cette histoire démontre qu'Il y a des gens, des états, des grands patrons qui préfèrent voir les gens crever de faim à leur porte plutôt de partager les richesses qu'ils accumulent sur leur dos, ça présente le vrai visage du capitalisme sans éthique, du fascisme, il est facile, par des médias corrompus, des faux mouvements sociaux, de détourner la réalité, d'accuser les gentils qui se font avoir, de faire croire que le partage avec les plus pauvres est une gabegie, ou que les gens qui se noient dans la mer Méditerranée sont un danger pour nous (rien à voir avec le Chili, mais avec l'extrême droite, si). Ce roman graphique nous montre l'horreur de la nature humaine, mais aussi sa beauté. On suit ça avec Soledad et Alejandro, dans leur lutte pour que tout le monde ait un toit, puisse se nourrir convenablement et ait un accès à l'éducation et à la santé. Simplement vouloir que le monde aille mieux et soit plus équitable est passible de la peine de mort.

Les plus grandes tragédies lyriques, romanesques, les grandes sagas historiques, de fantasy, de science-fiction, les thrillers politiques, nous font trembler, nous émeuvent, mais ils n'inventent rien, c'est déjà dans l'histoire de l'humanité. C'est ce que démontre ce roman graphique édifiant, révoltant et totalement bouleversant.

Je ne sais pas s'il faut dire “Il faut le lire”, c'est sans doute un récit trop dur pour certains, mais une chose est sûre, ce roman graphique, il fallait l'écrire.
Commenter  J’apprécie          330
Roman graphique historique qui déroule les années au pouvoir de l'unité populaire au Chili. Les 1000 jours (1970-1973)
Allende, président élu, sera enfin celui qui donne voix et vie au peuple chilien. Socialistes, marxistes, ils luttent tous ensemble pour la libération sociale. C'est une victoire qu'on conscientise au fil des pages, une révolution incroyable. Mais surtout une lutte innommable contre des pressions extérieures (états unis, multinationales, CIA, CIA bon sang!!...) et pressions intérieures (manifestations, grèves, marchés parallèles de la bourgeoisie, montée du fascisme, haine des niches dorées...). C'est le coeur du livre : expliquer les tenants et aboutissants civico-politique, civico-militaire qui mènent à un coup d'état pour faire basculer de nouveau le pays dans la corruption, l'asservissement, la violence, le chaos, les assassinats, les déportations. Et les exils. Les riches de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres again. Pinochet comme dictateur jusqu'en 1990.

le roman graphique est riche et dense, c'est de l'histoire qu'on nous explique clairement, discours et preuves à l'appuis, dates, témoignages, des documents et le poignant article de Luis Sepulveda en fin d'ouvrage, appuient la dure réalité mise en dessins.

C'est révoltant, y a pas un coin du monde qui n'épargne son voisin. Bien que le pouvoir totalitaire chilien ait mené une campagne d'effacement des mémoires, la révolte est toujours aussi vibrante aujourd'hui. C'est ce qu'on comprend avec les évènements de fin 2019. C'est ce que j'ai mieux compris après avoir traversé une partie du Chili quelques mois auparavant. Il était temps que je découvre pleinement l'histoire de ce pays, ses pudeurs et sa jeunesse bouillonnante, et ce roman est un support incontournable.
Commenter  J’apprécie          71
Soledad a quinze ans lorsqu'elle s'installe au campement 26 de Enero, dans les quartiers sud de Santiago. Comme des milliers de Chiliens qui vivent dans les bidonvilles en 1970, elle espère obtenir un logement promis par Salvador Allende lorsqu'il arrivera au pouvoir. Sur le campement, où la solidarité et l'espoir font face à la misère, la ferveur révolutionnaire fait entendre la détermination d'un peuple à reprendre la main sur son destin. Avec Alejandro, le charismatique responsable des lieux, Soledad découvre l'amour et l'engagement. Lorsque Allende est élu le 4 septembre 1970, un vent de légèreté et d'optimisme se lève.

Le Temps des humbles raconte l'histoire des mille jours du gouvernement populaire, entravés par les coups politiques et la violence de ses opposants. Avec un dessin délicat et en s'appuyant sur une documentation fouillée, Désirée et Alain Frappier retracent trois années de lutte acharnée. En leur confiant son récit d'une incroyable richesse, Soledad rappelle le combat d'un peuple et rétablit la mémoire des disparus, victimes de la dictature.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
BoDoi
02 octobre 2020
Le Temps des humbles est un récit brillant et captivant, profondément mélancolique, une invitation à la lutte sous la forme d’un splendide roman graphique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Chers Désirée et Alain Frappier,
Vous avez choisi un beau titre, et le plus juste qui soit, pour votre magnifique saga. Le si regretté Luis Sepulveda a raison -des mille jours de l'Unité populaire- c'est le temps de ceux qui n'étaient rien et deviennent les acteurs de leur vie. En choisissant de raconter ce temps, par le regard, l'action de Soledad, vous avez rendu puissamment sensible la réalité de ses trois années, les mesures de justice, les luttes, et aussi, peut-être, l'erreur d'Allende de refuser une armée populaire, l'honneur enfin. Je ne vous cacherais pas que j'ai pleuré en vous lisant, pour la première fois depuis le 11 septembre 1973 , à cause de cet immense espoir noyé dans le sang auquel nous avions cru. Vous le saviez, j'étais allée 2 semaines au Chili en mars 1972, Allende avait reçu notre groupe du nouvel observateur et évoqué le lait distribué aux enfants. Ce qui, à l'époque ne m'avait pas frappée outre mesure, m'a submergée par son sens son importance dans le temps des humbles. Merci pour ce livre. Pour ce qu'il ne faut jamais oublier.
Annie Ernaux.
Commenter  J’apprécie          20
Les momios (bourgeois, classe dirigeante) ont toujours privé le peuple d'instruction. C'est tellement plus facile de manipuler des gens qui pensent avec leurs émotions au lieu de penser avec leur cervelle.
Commenter  J’apprécie          60
Ce n'est pas l'amour qui rend aveugle, mais ceux qui éteignent la lumière...
Commenter  J’apprécie          160
C'est tellement plus facile de manipuler des gens qui pensent avec leurs émotions au lieu de penser avec leur cervelle.
Commenter  J’apprécie          21
Ce qui est certain, c'est que notre mère nous aimait et qu'elle faisait tout ce qui était en son pouvoir pour nous offrir une enfance meilleure que la sienne.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Désirée Frappier (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Désirée Frappier
Des livres et Vous (Saison 7) Episode #055​ (avec Désirée et Alain Frappier)
autres livres classés : chiliVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (85) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5159 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}