AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756015121
Éditeur : Delcourt (14/01/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 12 notes)
Résumé :

Cette histoire se déroule au Cambodge. La guerre y a fait de nombreux ravages, année après année, laissant derrière elle de vastes champs de mines.

De nombreuses personnes en sont toujours victimes. Aki Ra, lui, continue de les retirer. Mais quel genre d'enfance a-t-il vécue ?

Voici l'histoire vraie d'un enfant soldat, le témoignage historique d'un drame que l'humanité ne devra pas oublier.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
alouett
  20 août 2013
Aki Ra est né au Cambodge en 1973. Orphelin à l'âge de 5 ans, il est placé dans un camp d'orphelins deux ans plus tard. Les soldats de Pol Pot assurent son éducation en lui apprenant à survivre dans la jungle. A 10 ans, il devient enfant-soldat. Ses aînés le sensibilisent aux mines antipersonnel, au maniement des armes et aux techniques de combat.
En 1986, il est fait prisonnier par l'Armée vietnamienne qui l'enrôle de force dans ses troupes. Il va alors combattre contre son camp et son rôle consistera essentiellement à poser des mines antipersonnel sur le territoire cambodgien. En 1989, Aki Ra a 16 ans ; suite à un assaut, les troupes cambodgiennes le capturent avant de s'apercevoir qu'il est cambodgien. Les soldats l'intègrent dans leurs rangs mais avant toute chose, ils l'envoient sur les bancs de l'école où il apprendra à lire et à écrire. de 1993 à 1997, il interviendra aux côtés des membres l'APRONUC pour commencer le déminage du Cambodge ; sa première mission consiste à sécuriser le plus haut lieu culturel et historique de son pays : Angkor Vat. Puis, lorsque les troupes internationales se retirent, Aki Ra décide de devenir mineur free-lance. Il ouvre peu de temps après, en 1999, le Musée de la mine et des enfants situé « à l'intérieur de sa propre maison. le Musée subsiste pendant de nombreuses années, sans recevoir la moindre aide financière autre que les dons des visiteurs. Afin de communiquer au monde le danger que représentent les mines mais aussi la misère due à la guerre, il y expose des mines et des bombes non explosées qu'il déterrait lui-même. Par ailleurs, il apporte de l'aide à des orphelins de guerre et à des enfants victimes de mines. le nombre de mines qu'il a désamorcées à ce jour s'élève à plus de 25000 » (extrait du texte présent en rabat de couverture).
Sur un tel sujet, il n'est pas étonnant de trouver une préface de Séra (dont j'avais apprécié L'eau et la terre). Les deux témoignages se font écho mais L'enfant soldat couvre une période plus importante ; Aki Ra permet ainsi au lecteur de découvrir l'après-guerre cambodgienne et quel a été le processus de reconstruction du pays (présentée à l'échelle de son expérience personnelle).
Le parcours de cet homme est réellement impressionnant… un ressenti d'autant plus fort lorsque j'ai fait le parallèle avec ma propre expérience. J'ai presque le même âge qu'Ari Ra puisque je suis née deux ans après lui. Son témoignage m'a frappée et bien que nous soyons de la même génération, les conditions dans lesquelles nous avons vécues nos enfances respectives sont aux antipodes ! La mienne se rapprocherait plus de celle d'Akira Fukaya, le dessinateur du diptyque, qui semble lui aussi abasourdi et fait le parallèle en injectant la seule case (dans tout le récit) qui n'a pas de lien direct avec la vie d'Aki Ra :
« Ce même jour, tandis que la femme de l'homme exécuté pleurait en cachette et étouffait difficilement ses sanglots, Akira, naïf écolier japonais, gloussait sans doute devant une quelconque émission de télé… comme d'habitude ».
On s'attache très rapidement à l'enfant. Balloté par les événements, il parvient pourtant à tirer tant bien que mal son épingle du jeu. On imagine que cela tient en grande partie à sa personnalité. Il est généreux en amitié, franc, son sang-froid impressionne. Certes, il est important de souligner que Akira Fukaya a volontairement inséré des scènes fictives afin de rendre cet homme très sympathique. L'auteur ne s'en cache pas, il le répète d'ailleurs à plusieurs reprises. Cependant, il me semble qu'il n'a fait que s'appuyer sur des traits de caractère qui préexistaient avant même que les deux hommes ne se rencontrent.
Quant aux dessins de Fukaya, ils sont très réalistes et descriptifs, loin des effets grossissants auxquels les mangakas recourent habituellement.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CDINotreDame
  06 janvier 2015
Critique de Lola :
C'est un livre qui parle d'un enfant dont la famille est partie en guerre, il est tragique. J'ai beaucoup aimé ce livre, malgré qu'il soit compliqué à lire et à comprendre. Par contre je déconseille ce livre pour ceux qui ne sont pas encore en 4° car il serait trop compliqué, mais je le conseille pour lecteur affirmé.
Commenter  J’apprécie          10
Yaneck
  09 mai 2013
EXTRAIT "Cela faisait un moment que cet ouvrage me passait sous les yeux en bibliothèque, je me suis décidé à le lire en prévision de la semaine bd engagée, et ce fût une excellente idée. Akira Furuya propose un récit fort, intéressant, et plein de sens. Il nous interpelle à de nombreuses reprises. Il nous montre les ravages d'un système totalitaire, et nous rappelle que l'enfance ne saurait-être un outil de changement au même plan que les adultes."
Lien : http://www.chroniquesdelinvi..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
alouettalouett   20 août 2013
J’avais cinq ans lorsque mes parents furent tués. A l’âge de dix ans, on m’a donné un fusil et je suis devenu soldat. Au Cambodge, on dénombrerait plus de six millions de mines encore enfouies dans le sol… dont certaines que j’ai moi-même placées
Commenter  J’apprécie          30
CDINotreDameCDINotreDame   31 mars 2015
J'ai bien aimé ce livre car le garçon nous touche et il est émouvant
Cependant je ne conseillerai pas ce livre pour les plus jeunes car il aurait du mal a le lire.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : cambodgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
124 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre