AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754801146
Éditeur : Futuropolis (21/10/2010)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 158 notes)
Résumé :

Futuropolis a mis les petits plats dans les grands et propose une édition luxueuse au (très) grand format pour 570 privilégiés. Les 72 planches de Jean-Pierre Gibrat seront reproduites en couleurs, à une taille plus proche des originaux, pour en apprécier toute la force du trait, et les couleurs exceptionnelles. Recherches de personnages, croquis inédits complèteront ces ouvrages qui permettront au lecteur de dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Sebthos
  22 novembre 2017
Mattéo gardera-t-il sa barbe ?
Avant son départ pour Petrograd, Mattéo se laisse pousser la barbe, pour faire plus « sérieux » devant la révolution qu'il va voir se réaliser devant ses yeux. Il ne se rasera « que dans la contrariante éventualité d'une revanche de l'ancien monde » (p. 13).
En 1917, la capitale russe brûle d'une fièvre révolutionnaire inextinguible. Mattéo ne peut résister à ce feu qui l'attire. Son ami Gervasio, qui l'accompagne, craînt même qu'il fasse son « petit Lénine » (p. 13), et lui rappelle qu'ils ne sont pas bolchéviques, mais anarchistes.
Mais, il n'y a pas que le feu libertaire qui étreint Mattéo, la flamme de la passion ne va pas tarder à se raviver. Avec Juliette, qui le fait tant espérer, puis avec Léa, qu'il rencontrera là-bas, en Russie. Elle lui fera connaître un amour libéré. En sera-t-il de même du modèle de société qu'elle va lui présenter ? On connaît la suite, les bolchéviques tiennent le haut du pavé, et les idéaux communistes qui les font tant vibrer seront vite abandonnés.
Ce deuxième tome mêle une nouvelle fois admirablement la petite et la grande histoire. La passion amoureuse pour libérer les hommes, et le désir que la justice règne enfin sur la société et libère l'humanité. Devant la décomposition bolchévique de l'idéal communiste, Mattéo gardera-t-il foi en l'espoir et brûlera-t-il encore du feu libertaire hérité de son père ? Un album remarquable !
Lu en novembre 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
ninosairosse
  16 juin 2017
Le front pataugeait à moins de 200 km, mais Paris sifflotait, Paris s'en foutait. J'imaginais une ville sans hommes, tu parles ! Les bourgeoises avaient toutes un coquin crocheté à leur bras, fumant sous les ombrelles. Des permissionnaires ? Des réformés ? Des planqués ? Des chanceux ! Il fallait peut-être ajouter aux misères du front celle d'être cocu.
Oui, Paris s'amusait, ça piaffait d'insouciance à pleines terrasses, la guerre planquée au fond du jardin.
p56
Anarchiste, pas par conviction, plutôt héréditaire
Bolchevik, armée blanche, prolétaires il s'y perd
Par chemin de fer, il rejoint les barricades
Guerre et Paix à Petrograd
Révolution Russe, son organisation intrinsèque
1917-1918 MattéO échecs
encore une belle fresque historique
JP Gibrat un petit rien d'héroïque...
Commenter  J’apprécie          520
carre
  19 juin 2014
Mattéo tome 2.
Voici notre jeune héros amoureux déçu, plongé dans la révolution russe du côté de Petrograd, au grand désespoir de sa mère. Dans ces périodes tourmentées, Mattéo découvre la complexité de la situation et ses dangers. Mais les bras de la pasionaria Léa apaisent les douleurs du coeur.
Des dessins d'une grande force, visuellement magnifique, un scénario top niveau, avec une belle illustration des problématiques de l'époque, un héros à l'empathie évidente, des personnages fouillés qu'on prend plaisir à suivre, il n'en faut pas plus pour faire de ce tome 2 une vraie réussite. Gibrat dose grande histoire et destin personnel avec une justesse qui nous emporte sans problème.
Un bonheur à regarder à et lire.
J'ai adoré.
Commenter  J’apprécie          440
Macha_Loubrun
  17 juillet 2014
1917 - 1918 le vent de l'histoire souffle fort un peu partout en Europe. Sur les traces de son père anarchiste, Mattéo est parti mener son combat en Russie, il va immortaliser la révolution avec son appareil photo.
L'hiver est glacial à Petrograd, pourtant les esprits s'échauffent, les affrontements sont rudes et complexes mais qu'il est bon pour Mattéo de se retrouver dans les bras de la belle Léa, véritable passionaria.
Une nouvelle fois, Mattéo est au coeur de toutes les tourmentes, le souvenir de Juliette le hante, ses idéaux sont mis à l'épreuve. le scénario est bien ficelé, laissant la place à de nombreux personnages secondaires, sans caricatures. Les dessins sont toujours aussi superbes, l'album fait plus de soixante-dix pages mais on tourne la dernière page à regret.
Commenter  J’apprécie          340
michfred
  16 avril 2018
Entraîné par Gervasio, vieil anar' catalan, que vient chercher Matteo, déserteur de la boue des Flandres , dans cette nouvelle guerre, librement choisie pourtant, qui oppose blancs et rouges, mencheviks et bolcheviks, communistes et anarchistes, au coeur de cette révolution russe qui met le feu aux neiges tsaristes ?
Peut- être seulement la confirmation qu'il n'y a pas d'idéal qui ne se compromette, pas de révolution qui ne se piège elle-même, pas de justice humaine à espérer quand les enjeux du pouvoir sont si prégnants, l'idéologie si drastique, la bureaucratie si aveugle et le bordel ambiant si..bordélique, précisément?..
L'épopée de la désillusion continue pour Matteo, éclairée par les grands yeux de Léa la bolchevique aux libres amours, le souvenir tenace de la lointaine Juliette, sans oublier l'amitié indéfectible de l'ami Paulin et la finesse intuitive de la douce Amélie, tous deux retrouvés dans une parenthèse parisienne, entre le bruit et la fureur de deux combats si différents ...
Toujours aussi inspiré, le dessin de Gibrat se met au service d'une vision lucide et vite désenchantée, analysée avec une grande finesse politique, dans un contexte historique complexe et confus, où les plus enthousiastes perdent vite leur latin..ou leur russe!
La fin est dans le droit fil de ce deuxième tome: d'un pessimisme sans concession, littéralement revenue de tout...
A suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
michfredmichfred   16 avril 2018
- Ces cochons de bolcheviks tiennent les barricades...et déguisés comme vous êtes, ils vous demanderont pas vos papiers, ils vont tirer à vue...et même soûls, ils tirent assez juste...
- Tu n'es pas bolchevik, alors?
- Ce sont des bandits! Nous sommes socialistes- révolutionnaires ! Et on soutient quand même Kerensky. Bonne chance à la révolution, camarades!
Commenter  J’apprécie          150
michfredmichfred   16 avril 2018
Les camarades ne pouvant juger des écrits, se contentaient des tirages, sans commentaires, juste des clins d'oeil que j'avais la faiblesse de prendre pour des encouragements.
Les produits de mon potager ne régalaient Léa que modérément , les textes provoquaient des grimaces d'acidité, les photos, c'était pire...elle aurait préféré que la vérité soit photographiée le dimanche, bien habillée, à la sortie de la messe, mais il n'y avait plus de messe.
- C'est un peu..
- Chipoteur?
- Voilà. ..tu peux faire mieux, tu vas faire mieux!
- Et Dimitri, t'as des nouvelles?
- Aucune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
michfredmichfred   16 avril 2018
De ses poches fatiguées, il a sorti une nouvelle petite boîte à musique qu'il me moulinait sous le nez, puis me l'a tendue en riant de ses dents rescapées. ..
Je sortis quelques roubles...niet, niet, c'était cadeau.
J'affichai un sourire de crétin qui comprend juste qu'il ne faut pas fêler l'instant...j'étais content pour lui, tout salaud qu'il était peut- être. ..
Commenter  J’apprécie          00
SebthosSebthos   21 novembre 2017
– C’est curieux, on aime les gens pour ce qu’ils sont...
...mais surtout pour ce que l’on croit qu’ils sont...
...et c’est toujours la deuxième partie qui déçoit...
...et on ne peut s’en prendre qu’à soi...

Page 69, Futuropolis, 2010.
Commenter  J’apprécie          370
SebthosSebthos   19 novembre 2017
– Elle est bien bonne, celle-là... Alors t’es un commissaire bolchévique ?
– Et tu te déguises en bourgeois pour faire poiler les camarades... Mattéo, prends la photo, faut pas cacher ça aux Espagnols... La Révolution roule en carrosse et se fringue mieux que le tsar...

Page 33, Futuropolis, 2010.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Jean-Pierre Gibrat (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Gibrat
Le Vol du Corbeau, Théâtre, interview Jean Pierre Gibrat
autres livres classés : révolution russeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2955 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
. .