AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754801146
Éditeur : Futuropolis (21/10/2010)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 139 notes)
Résumé :

Futuropolis a mis les petits plats dans les grands et propose une édition luxueuse au (très) grand format pour 570 privilégiés. Les 72 planches de Jean-Pierre Gibrat seront reproduites en couleurs, à une taille plus proche des originaux, pour en apprécier toute la force du trait, et les couleurs exceptionnelles. Recherches de personnages, croquis inédits complèteront ces ouvrages qui permettront au lecteur de dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
16 juin 2017
Le front pataugeait à moins de 200 km, mais Paris sifflotait, Paris s'en foutait. J'imaginais une ville sans hommes, tu parles ! Les bourgeoises avaient toutes un coquin crocheté à leur bras, fumant sous les ombrelles. Des permissionnaires ? Des réformés ? Des planqués ? Des chanceux ! Il fallait peut-être ajouter aux misères du front celle d'être cocu.
Oui, Paris s'amusait, ça piaffait d'insouciance à pleines terrasses, la guerre planquée au fond du jardin.
p56
Anarchiste, pas par conviction, plutôt héréditaire
Bolchevik, armée blanche, prolétaires il s'y perd
Par chemin de fer, il rejoint les barricades
Guerre et Paix à Petrograd
Révolution Russe, son organisation intrinsèque
1917-1918 MattéO échecs
encore une belle fresque historique
JP Gibrat un petit rien d'héroïque...
Commenter  J’apprécie          420
carre
19 juin 2014
Mattéo tome 2.
Voici notre jeune héros amoureux déçu, plongé dans la révolution russe du côté de Petrograd, au grand désespoir de sa mère. Dans ces périodes tourmentées, Mattéo découvre la complexité de la situation et ses dangers. Mais les bras de la pasionaria Léa apaisent les douleurs du coeur.
Des dessins d'une grande force, visuellement magnifique, un scénario top niveau, avec une belle illustration des problématiques de l'époque, un héros à l'empathie évidente, des personnages fouillés qu'on prend plaisir à suivre, il n'en faut pas plus pour faire de ce tome 2 une vraie réussite. Gibrat dose grande histoire et destin personnel avec une justesse qui nous emporte sans problème.
Un bonheur à regarder à et lire.
J'ai adoré.
Commenter  J’apprécie          420
Macha_Loubrun
17 juillet 2014
1917 - 1918 le vent de l'histoire souffle fort un peu partout en Europe. Sur les traces de son père anarchiste, Mattéo est parti mener son combat en Russie, il va immortaliser la révolution avec son appareil photo.
L'hiver est glacial à Petrograd, pourtant les esprits s'échauffent, les affrontements sont rudes et complexes mais qu'il est bon pour Mattéo de se retrouver dans les bras de la belle Léa, véritable passionaria.
Une nouvelle fois, Mattéo est au coeur de toutes les tourmentes, le souvenir de Juliette le hante, ses idéaux sont mis à l'épreuve. le scénario est bien ficelé, laissant la place à de nombreux personnages secondaires, sans caricatures. Les dessins sont toujours aussi superbes, l'album fait plus de soixante-dix pages mais on tourne la dernière page à regret.
Commenter  J’apprécie          310
LVI
17 mars 2012
Cimenter le nouveau monde !

Jean-Pierre Gibrat (né en 57), scénariste et dessinateur de bandes dessinées, s'est fait connaître au travers des aventures d'un adolescent, le désormais fameux ‘Goudard', imaginées avec le concours d'un certain Jackie Berroyer (5 albums entre 78 et 85) ; après quelques BD mineures, il sort en 95 ‘Pinocchia', une histoire érotique conçue avec la collaboration de Francis Leroi (l'intello parmi les cinéastes des années 70 spécialisés dans les films pornographiques) et en 96 ‘Marée basse' avec le scénariste Daniel Pecqueur, après quoi il s'est mis à produire des histoires complètes en deux parties (‘Le sursis' en 97 et 99, ‘Le vol du corbeau' en 2002 et 2005 et ‘Mattéo' en 2008 et 2010) qui ont fait de lui en quelques années l'un des dessinateurs-phares de la BD française contemporaine, un artiste unique, un véritable peintre, de son époque comme des périodes historiques dans lesquelles il situe ses récits, de grandes fresques romanesques et dramatiques, sensuelles et avec suite.

Avec ce magnifique second volet (de 2010) sur les guerres qui se prêtent aussi à l'amour, Jean-Pierre Gibrat, après s'être consacré à la Seconde guerre mondiale au travers du ‘Sursis' comme du ‘Vol du corbeau', et nous avoir plongé, au travers du premier opus (en 62 pages en couleur) de cette nouvelle saga, dans les remous de la Première guerre mondiale au travers de l'histoire de Mattéo Cortes (le fils d'un anar espagnol mort en mer, qui vit en France avec sa mère et qui est amoureux fou de Juliette, qui travaille pour les ‘de Brignac', de riches propriétaires terriens viticoles du sud-ouest qui l'ont quasiment adoptée, et qui, au moment où la guerre éclate, s'engage, contre l'avis de tous, pour ne pas risquer de perdre l'estime de sa belle et découvre ainsi l'horreur de la boucherie des tranchées -également plusieurs fois décrite de manière tout aussi saisissante par le grand Jacques Tardi-, mais aussi le doux plaisir que d'être soigné par une tendre infirmière, en l'occurrence la douce Amélie), nous entraîne cette fois-ci dans les tourbillons de la Révolution russe (en 71 pages en couleur + une courte postface de son éditeur + 5 pages de croquis préparatoires) aux côtés du même Mattéo, qui déserte pour se retrouver mêlé en tant que photographe à une guerre tout aussi meurtrière du côté de Petrograd et, côte à côte avec la splendide Léa, la communiste mutine, dans les rues fissurées de barricades de la ville, découvre que toutes les guerres se valent et en l'occurrence ne valent pas forcément que l'on meurt pour elles, et finit même par retrouver et la tendre Amélie et son grand amour Juliette dans des circonstances que je vous laisse évidemment découvrir…

Si vous goûtez le beau dessin à l'ancienne, mis en couleurs avec grâce, digne du grand André Juillard, sautez à pieds joints sur cette occasion de vous consacrer plus avant à cette histoire digne du mythique ‘Docteur Jivago'. Quand la BD devient exceptionnelle et rejoint l'art de la peinture, on ne peut que s'incliner : Jean-Pierre Gibrat est un Maître et il nous illumine de son travail sur l'ombre et la lumière, la beauté des femmes et le sacré qui s'en dégage. Entrez dans sa lumière !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
milado
20 octobre 2012
Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais j'ai préféré ce deuxième épisode des aventures de Mattéo...plus exotique cette plongée au coeur de la révolution bolchévique ? décors plus citadins sublimes ? Ah, ces aquarelles, ces coups de crayons que l'on devine encore en dessous, particulièrement sur les visages. Esthétiquement une grande réussite, un scénario intelligent, documenté, instructif, cette fois je suis vraiment rentré dans l'univers de Mattéo, vivement la suite !
Commenter  J’apprécie          140
Citations & extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse16 juin 2017
C'est ça, fais le malin... Mais bordel de merde, quand on sulfate la vigne, on flingue des coccinelles.... C'est comme ça... Faut penser aux vendanges, pas aux coccinelles...

P26
Commenter  J’apprécie          181
JumaxJumax25 avril 2012
" La révolution, ma mère, elle était pas contre mais avec une préférence à voir d'autres fils que le sien s'en occuper... Une vraie mère quoi ! "
Commenter  J’apprécie          230
zenzibarzenzibar07 avril 2013
-Savez-vous que j'ai gardé précieusement le livre que vous m(avez offert vous vous rappelez?
-Bien sur "une vie" de Maupassant vous avez aimé?
-Ben je ne l'ai pas lu
-Oh!
-Je plaisante, j'ai adoré c'est d'une tristesse absolue mais j'ai adoré...et l'autre Guy le votre c'est toujours le grand amour?
-Il s'est fait tuer à Péronne il y a vingt mois et douze jours
-Oh je suis désolé
-C'est comme Maupassant d'une tristesse absolue mais je l'ai adoré
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
liratouva2liratouva216 mars 2011
Au moment de risquer sa peau, on se demande si c’est une bonne idée d’avoir des idées… On se dit finalement, la révolution, c’est la guerre avec des prétentions d’idées… Pas plus…
Commenter  J’apprécie          100
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat12 janvier 2014
-Tu te laisses pousser la barbe ? Il nous fait son petit Lénine... C'est nouveau ça.
-Mon cher Gervasio, une révolution imberbe, ça fait pas sérieux... Ce sont les petits détails négligés qui perdent les grandes causes!
-C'est surtout toi qui fais négligé...
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Jean-Pierre Gibrat (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Gibrat
Le Vol du Corbeau, Théâtre, interview Jean Pierre Gibrat
autres livres classés : révolution russeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2657 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre