AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2896984070
Éditeur : Le Quartanier (29/10/2018)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Françoise a dix-sept ans à l’été 1997 et elle va où elle veut. Elle fait comme bon lui semble. Elle a volé pour la première fois à neuf ans et ne s’est plus arrêtée. Elle vole parce qu’elle le peut. Toutes sortes de choses, une sloche dans un dépanneur, des bombes aérosol pour taguer les wagons de train dans la gare de triage, où elle entre par un trou dans la clôture. Parfois, quand elle est seule, explorant une maison qu’elle squatte alors que ses propriétaires so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
malafee1
  17 février 2020
Les critiques de ce livre sont généralement assez bonnes car Daniel Grenier est un écrivain méritoire, et le projet qui sous-tend ce livre - comment on peut se construire en s'appropriant l'histoire d'une autre personne, en l'occurrence ici celle d'Helen Klaben - est intéressant.
Là où la lecture est plus difficile, c'est que, bien que ce ne soit pas mentionné ni probablement intentionnel, le personnage principal, Françoise, a tous les traits du narcissisme ; elle n'éprouve pas d'empathie pour les gens autour d'elle et ressent très peu d'émotions, comme en fait foi le premier chapitre, qui raconte comment son petit frère s'est fait mordre par un renard quand ils étaient petits.
Conséquemment, cette quête de soi/de l'autre ressemble plus à une sorte de vampirisme qu'à une vraie recherche identitaire. Je dis vampirisation car il m'apparaît que Françoise n'a pas de personnalité propre et qu'elle se construit en vampirisant les autres. En effet, elle ne crée rien ; elle tague ce qui ne lui appartient pas et, surtout, squatte les maisons des autres pour s'approprier leur vie :
« Ça lui permettait de penser à plein de choses, elle se sentait étrangement chez elle, au centre d'une activité humaine interrompue, des pièces sans personne dedans, mais fonctionnelles, animées par des lignes de vie, des circuits de mouvement qu'elle tentait d'imaginer. » (34)
Elle vole pour la même raison (son premier vol, le peigne de sa grand-mère, elle le vole parce qu'il sent les cheveux de sa grand-mère, pas même une odeur agréable) – et de toute façon elle finit par jeter les choses qu'elle vole - preuve supplémentaire s'il en était besoin qu'elle s'en fout des autres.
S'approprier l'histoire d'Helen Klaben est un pas de plus, un défi plus grand qui devrait donner plus de consistance à Françoise, même si à certains moments cela semble un prétexte pour se mettre à parcourir les routes : « Elle avait le même âge qu'Helen Klaben et elle avait soudain trouvé une raison de s'acheter un billet d'autobus pour l'Oregon, ou la Californie. »
Difficile, donc, de s'attacher à une telle héroïne et, sans les passages sur Klaben, merveilleusement rendus, le tout rappelle un peu le froid de l'acier et on prie pour ne pas croiser la route de Françoise ou de ses copines, au Yukon ou ailleurs. Gare à vos portefeuilles.
Bref, l'auteur a l'ambition tout à fait louable d'inscrire son héroïne dans une lignée de femmes fortes et indépendantes mais n'a réussi qu'à me donner froid dans le dos, malheureusement. J'ai aussi été un peu agacée par le fait que, même si une grande partie du roman se passe "en anglais", le tout demeure écrit en québécois, ce qui ne permet pas un réel sentiment d'étrangeté. Par exemple, la fille du Tennessee: "C'est le temps de décrisser, envoye, a répété Sam" ???
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CathRoy
  03 janvier 2019
Je viens tout juste de terminer ce livre... deux jours de lecture relativement tranquille. Ce livre m'a fait ni chaud ni froid, c'est une lecture simple et agréable lorsque l'on ne souhaite pas s'investir. J'aurais aimé par contre que l'auteur nous en dise plus long sur le personnage principale, qu'il nous la rendre plus attachante, je suis resté sur ma faim à ce niveau. Cela reste malgré tout un petit livre sympatique.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (3)
LaPresse   19 décembre 2018
Un style unique, enlevant. Daniel Grenier nous fait entrer et sortir de la tête d'une jeune femme qui va très loin, partout en Amérique, en fait, pour se perdre en soi. Quelque chose comme le plus beau voyage qu'on puisse souhaiter.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   23 novembre 2018
À de longues années-lumière de son premier roman peuplé de gars, Daniel Grenier a écrit, avec Françoise en dernier, son premier road novel de filles. Une fugue américaine, un élan de liberté où une adolescente habite les accidents de sa vie.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeDevoir   29 octobre 2018
Roman de la route, pastorale américaine, envolée buissonnière, récit d’apprentissage, petit manuel féministe, Françoise en dernier est la trajectoire d’une conscience libre. Celle d’une adolescente bouillonnante et assoiffée d’expériences — mais sans un iota de sexualité — qui choisit de donner une forme à ses rêves.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gboss1976gboss1976   31 décembre 2018
Je ne veux plus jamais me retrouver dans un endroit où si je crie personne ne peut m'entendre.
Commenter  J’apprécie          00
gboss1976gboss1976   31 décembre 2018
La mort, c'était un peu comme les odeurs, ça revenait hanter l'esprit plusieurs années après.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Daniel Grenier (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Grenier
(Version originale anglaise) Novembre 2015 ? 35 min.
Welcome to Between the Pages, the program where we sit down with authors and book professionals to discuss the big subjects shaping literary culture. Dimitri Nasrallah received his guests at Montreal?s historic Gaston-Miron building.
Host: Dimitri Nasrallah
New Francophone Writing
Host Dimitri Nasrallah sits down with authors Catherine Leroux and Daniel Grenier, and translator Lazer Lederhendler to discuss the new generation of Francophone voices finding their way into Canadian literature.
autres livres classés : quête de soiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1754 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre