AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782371775930
232 pages
Éditeur : publienet (11/03/2020)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Quel est le nom de cette ville qui brûle en moi ? Que ce soit lors de ses errances citadines, ses voyages souterrains ou hors la ville, Christophe Grossi aime observer ce qui nous relie ou nous oppose. Au fil des rencontres fugaces ou vivaces, des moments de tension ou d'apaisement, il s'interroge sur notre présence au monde, notre immobilité en mouvement et nos désirs de fuir. Si la ville fascine, elle peut griser aussi. Et dans nos va-et-vient, comment habiter les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
EvlyneLeraut
  27 mars 2020
Transcendant « La ville soûle » est un grand livre. Millénaire à l'aube née, épiphanie tremblante de beauté. Bouleversant, dans cet espace-monde où la ville palpite à l'instar d'un périple dans le désert où règne l'impalpable et les murmures des intériorités. L'homme marche, glane, ses poches gorgées de mots sable-glaise, Babel en délivrance. Tout est si lumineux dans « La ville soûle ». Des fragments puisés dans le puits des certitudes où les regards régénérants invitent à la générosité des expressions vierges de non-dits. C'est une ville mappemonde, microcosme, macrocosme d'un monde où chacun (e) trace sa voie. Christophe Grossi n'écrit pas. C'est un sachant. Il est humble. Il accorde au chant littéraire l'espace des grandeurs d'âme. La matière se transforme. Les mots deviennent subrepticement des secrets éclatés. Chaque instant est un sablier renversé face au vent des merveilles alphabétiques. Rester sur le seuil grammatical. Attendre l'heure la plus belle du lever du jour sur cette apothéose. Sous terre, sur terre, les lignes du métro, arborescences poétiques, hédonistes, citadines épures, voûtes vivifiantes qui s'élèvent. Rester, écouter, sentir le passage du langage, arrêt du temps. « Ligne 6 » « Entre Nation et Denfert-Rochereau. » « Ici, chaque matin à quelques minutes près, des corps se collaient coûte que coûte à la vitre. Là-bas les pages étaient offertes au spectre infini des prunelles. Si, près de nous, l'âme étroite se signe au-delà du geste qui rectifie l'arme à l'oeil. Tu parleras plus tard des regards aveugles. » « Si près de nous, chaque concession au cimetière est en passe d'être géolocalisée. Tu parleras, plus tard, du nombre de minutes avant le signal. » Les reflets intérieurs d'une ville qui se risque au contre-sens, à ce qui se heurte aux falaises des épreuves. Trame citadine, dans cet espace-temps où, « … croisait dans la vitre ou dans les yeux d'un autre étonné ce qu'il croyait être son double et qui n'était souvent qu'un fantôme, sa propre angoisse incarnée, un reflet. » Christophe Grossi sème sur les rames qui s'emmêlent les chants profonds d'une vérité mise à nue. Plus de bruits, de mouvements, persistent l'ampleur d'une vertu philosophique hors norme. D'une rare contemporanéité, « Combien fouillent le monde dans leurs poches, cachent des valises dans leurs manches, perdent une écharpe, un gant, une douceur, leur temps. » Christophe Grossi prend les chemins de traverse. Cherche les passages les plus vifs, lacérés au cutter des habitus, des aléas, des souffrances intestines. Des passants perdus dans le flou de leurs souvenirs, dans la violence âpre d'un monde qui décroche le dernier wagon, emblème des inégalités, du rejet de l'étrange(er). « La ville soûle », idiosyncrasie de cette modernité qui broie ses bienfaiteurs, ses romantiques, ses assoiffés des certitudes. « Dans ces tiroirs, il y a de quoi répondre de mes traces devant mes semblables. » « Ne nous laissons pas distraire par nos possibles démissions. » « La ville soûle » est un plan de ville à apprendre par coeur. Le lire, c'est vivre. Le retenir c'est comprendre. L'étreindre, c'est renaître. Lisez- le doucement, comme le nectar d'une rencontre avec les destinées allouées Culte. « Ce soir la lumière est belle. » Publié par Les majeures Editions Publie.net Guillaume Vissac. Beau à pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Lire un extrait
Video de Christophe Grossi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Grossi
Entretien avec Christophe Grossi
Le web a t-il changé, modifié, voire permis une nouvelle forme d'écriture ? Rencontre avec Christophe Grossi, l'auteur de la revue en ligne « Déboitements ».
autres livres classés : récit de voyageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
475 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre