AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Susy Borello (Traducteur)
ISBN : 2352942527
Éditeur : Bragelonne (06/01/2009)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Le lieutenant Sven Tveskoeg n'est humain qu'à 98,2 %. Le reste lui permet de guérir rapidement des blessures les plus graves. Il y puise aussi sa force redoutable et d'inquiétantes tendances sociopathes. Un vrai dur à cuire au tempérament explosif, plus revanchard que les pires soudards de la galaxie : des qualités que condamnerait toute bonne société. Mais heureusement, Sven appartient à l'empire d'Octo V: machine, enfant, Dieu, bref, le mal à l'état pur. L'empereu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  12 août 2016
Douche Ecossaise .
En son temps ,
J'avais commencé ce roman , il y a assez longtemps et naguère , à ce moment-là : j'ai été stérilisé par les vingt premières pages .
Nettement et clairement , par l'apparition de l'empereur au début du roman . Un empereur qui ressemble à une caricature de Marie-Antoinette , croisée avec une commode Louis XV …
Egalement , je fus stérilisé par les passages du texte , situés dans un bar , où j'ai eu l'impression d'être dans un vrai cliché de western , il ne manquais que Calamity Jane
Ce faisceau d'éléments troublants , nimbés d'un halo de léger ridicule , m'a contraint à abandonner la lecture à mon corps absolument , pas défendant .
Je l'ai reprise plus tard , et j'ai terminé le livre grâce à une meilleure humeur sans doute , mais aussi grâce à son style , et oui en effet ! ….
Le texte est rédigé à la première personne sur un mode assez limité . Ce qui est une recette du tonnerre quand c'est bien foutu ou bien seulement presque bien foutu , comme c'est plus le cas ici ...
Pourtant bien que l'ayant un quart de millième apprécié , je comprends que les avis soient partagés sur cet ouvrage .
Nous passons en effet sans crier gare , de la caricature ( au bon sens du terme ) au caricatural stéréotypé le plus échevelé , souvent au minimum grotesque .
Nous passons aussi du cliché le plus éculé , à une phrase intense , à la profondeur affective ou philosophico-philosophale , abyssale .
Enfin , le lecteur s'expose aussi au burlesque de bon gout , pour nager deux phrases plus loin dans le ridicule le plus total et le plus fascinant .
Alors il se retrouve tétanisé , un peu dans la situation d'une biche scotchée par les phares d'une voiture la nuit .
Pour couronner le tout il y a une césure entre les deux parties du roman ( au milieu ) .
Cette césure est mise en oeuvre avec des pages superbes et poignantes ( une contradiction avec son contraire , qui est embusqué dans de nombreux recoins du texte ) .
Cette césure nous fait redouter de nous retrouver subitement et par erreur dans un autre livre . Heureusement on retrouve ses marques très vite par la suite et alors on se rend compte que cela n'a servis au final , qu'à installer une nuance dans la hiérarchie des personnages .
L'auteur a du louper un virage et puis reprendre le contrôle du véhicule , je ne vois pas d'autre explication ...
Ce roman contient donc le pire et le meilleur , mais il n'est pas inégal , je crois malgré tout .
C'est voulu par l'auteur « toussa « , même si je ne comprends pas pourquoi il se livre à cet exercice troublant ( sourires ) .
Il y a moins d'envergure dans ce second tome que dans le premier opus et c'est vraiment un récit burlesque , drôle ( souvent ) , avec des passages qui sont un fabuleux réquisitoire contre la barbarie et qui sont dignes des minutes du procès de Nuremberg .
Pour ceux qui se scandalisent de ne pas savoir à quoi ressemble hekati ..
je leur rappellerais d'abord , que le héros principal s'en fout complètement , d'une part , et que d'autre part , on l'a en visuel à la fin …
Mon personnage préféré : le flingue .
Les amateurs de d'action militaire basique y trouveront leur bonheur . Ils seront même aussi dégoutés que s'ils étaient un champ de bataille véritable .
Ce roman est-il subtile ?
Et bien en fait , c'est une vraie question , et d'ailleurs : je vous la pose ... ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Alfaric
  23 janvier 2014
Que Papa Legba le Connecté nous protègent tous ! Sven Tverskoeg est de retour !!! Si vous n'aimez pas les trucs bourrins, et bien passez votre chemin...
Le 2e tome est moins prenant que le 1er car le trek sur Hékati est moins épique que la Bataille d'Illesville. Pourtant il n'est ni moins bien écrit (gageons que si l'auteur a travaillé son non-style, Suzy Borello qui a bénéficié du travail de Grégory Bouet y est aussi pour quelque chose) ni moins bien construit. Les ficelles sont toujours là pour permettre à Sven de sévir et de s'en sortir.
Je suis resté quand même sur l'impression que David Gunn en gardait sous le coude, tant l'interlude qui lorgne sur les terres du manga "Gunnm" tranchait avec tout le reste de par sa qualité.
Commençons donc cette fois-ci par les défauts, ceux-ci étant assez enquiquinants.
Les enjeux de l'intrigue sont encore plus nébuleux que dans le tome 1.
Lacune ou parti-pris ? on peut douter car Sven le narrateur en a rien à carrer des luttes d'influences entre puissances et entre puissants, et le fait bien sentir. Tout le monde le prend pour un bourrin psychopathe et l'envoie en mission suicide. Sauf que Sven veut remplir sa mission et rester en vie. Ce n'est pas de tout repos.
Reste qu'il y a quand même des trucs limite incohérents :
La mission secrète de Sven pour l'U/libre est tellement secrète que personne ne sait de quoi il retourne… comment s'étonner que ça part en cacahuètes dès le départ et qu'on passe pas mal de temps à tourner en rond ?
Et puis c'est bizarre cet accord de paix que personne ne veut voir signé.
Et puis c'est bizarre cette façon de Vijay de laisser son escouade s'échiner en vain. Et le fait le plus marquant du roman est traité par-dessus la jambe. Les Aux' se font entuber 2 fois. Par la même personne. Et de la même manière. L'escapade finale avec ses allers-retours, c'est un beau bordel quand même !
Les aspects scientifiques sont aussi flous que dans le tome 1 voire plus :
Vu la puissance de feu des mercenaires, des octoviens et des Exaltés, on se demande pourquoi ils tremblent devant la puissance de l'U/libre… mais bon d'un autre côté on ne s'attaque pas à quelqu'un qui possède l'arme atomique puissance mille.
Les clones, les implants cérébraux, les symbiotes, les processus de résurrection, les infosphères, les intelligences collectives, les technologies divines des cyborgs vaudous…
Lacune ou parti-pris ? on peut douter car Sven le narrateur en a rien à carrer des explications scientifiques que ne concernent pas les armes et les moyens de tuer.
Pour le reste c'est assez jouissif de se retrouver à mi-chemin de "Demolition Man" (d'ailleurs Sven a un problème de coquillages dans les WC de l'U/libre) et des "Morfalous". Les répliques fusent, les répliques tuent. C'est parfois du Audiard grand cru. Grâce à un humour typiquement militaire, dès qu'un dialogue commence par « oui mon sergent/lieutenant/colonnel/général », cela part systématiquement en vrille. Durant la négociation « jacques à dit » finale, j'étais mort de rire à chaque phrase.
Et le meilleur personnage du roman est… le flingue de Sven !!!
L'arme intelligente accro à l'action et la baston est la version arme à feu de Stormbringer.
Il y a du sexe. C'est cru. Mais s'est moins prégnant que chez Richard Morgan. Il y a de la violence. C'est cru. Mais s'est moins prégnant que chez Richard Morgan.
Le passage avec les clones mercenaires est trop peu exploité.
C'est con car on avait presque la version SF des Claymores de Nohihiro Nagi.
Et il y a un non sens burlesque à cette quête qui part en cacahuètes dès le départ. Les plans de Sven sont aussi barrés que ceux de John Crichton… C'est bon de trouver l'esprit "Farscape" !!! Ajoutons que l'introduction et la conclusion c'est les "Tontons Flingueurs" dans l'Espace !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fnitter
  19 février 2012
Moins bon que le premier, Les Aux', tome 1 : le Faucheur) mais si on a lu ce premier tome (il vaut mieux d'ailleurs), on sait à quoi s'attendre et donc on n'est pas franchement déçu.
Un démarrage un peu lent, mais ensuite : baston, combat, sexe et rockn'roll. Un language assez cru, direct, en symbiose avec le personnage.
Le troisième ne sortira pas en poche et sera le dernier de la série traduit en français donc...
Commenter  J’apprécie          50
Zinzinette
  16 août 2014
J'ai beaucoup aimé ce livre : le langage nous tient en haleine : railleur, violent, et efficace.
On prends les même et on recommence ! Sven, son flingue parlant, la baston et la mort !
Ce coup-ci Sven et son équipe bossent pour l'U/Libre en tant que "prêt" et atterrissent sur Hékati, une planète qui va finir par mourir, rien ne se passe comme prévu et Sven est bientôt dans un sale état, c'est sans compter sa faculté de régénération...
Un feu d'artifice qui pète dans tous les sens. Nous sommes saturés par les sons, les odeurs et les sensations que nous laisse ce livre.
Commenter  J’apprécie          20
PerdreUnePlume
  26 mai 2009
Le premier tome est l'un de mes coups de coeur lecture pour le genre SF. C'est donc tout naturellement que je me suis précipitée d'aller acquérir le deuxième volume pour retrouver Sven et sa troupe des Aux's, impatiente de découvrir la suite de leurs aventures.
Alors oui, çà fait plaisir de les retrouver et de retrouver le style si particulier de David Gunn.
Mais pourtant, et bien que la trame de fond importait peu dans le premier tome et servait surtout de prétexte à de violentes bastons, on commence à ressentir un léger manquement au niveau de la structure...
Lien : http://www.perdreuneplume.co..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ZinzinetteZinzinette   16 août 2014
Nous y voilà, pense le général, qui regarde l'enfant se diriger vers la porte. Il essaie de ne pas se crisper lorsque Octo V fait demi-tour.
- Au fait, demande Octo V, que fait-il maintenant ?
Qui ? Le général se concentre désespérément. Qui fait quoi maintenant ?
- Vous voulez parler de Sven, monsieur ?
- Oui, acquiesce Octo V. De qui d'autre ? Que fait Sven en ce moment ?
- Le général sent sa gorge se serrer.
- On l'a prêté à l'U/Libre.
Sa Majesté impériale, Grand Commandeur, l'Invaincu, immortel souverain de plus de mondes qu'on peut en compter, Octo V rit. L'esprit du général Jaxx se brouille et son sang-froid part en fumée. Autour de lui, les murs de son bureau se mettent à tourbillonner.
- Vous avez vraiment des idées lumineuses, le félicite son empereur. Tenez-moi au courant de la suite des événements.
Indigo Jaxx aimerait répondre : "Oui monsieur, bien sûr monsieur." Mais il est à genoux. En train de vomir. Alors Octo V traverse le mur le plus proche sans que le général ait pu prononcer un mot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BrochmaelBrochmael   11 février 2018
La Victoire Avant Tout Après Tout et Toujours avance au temps digital, cent kilos/seconde par j/M, c’est-à-dire 1 125 jours standards, ou le temps qu’il faut à la lumière pour parcourir 29 139 826 917 600 mètres dans le vide. Je ne vois pas ce qui nous empêche de revenir aux bons vieux kilomètres/heure.
Le vaisseau amiral est en grande partie éteint. Il continue à dégager une trace infrarouge, me dit le SIG. Je ne sais pas trop si sa signature thermique se distingue de celle d’Hekati. Mais c’est peut-être là tout l’intérêt. La Victoire Avant Tout est certainement occupée à saigner l’habitat à blanc.
L’oxygène et l’énergie sont en libre-service. Squatter la rotation de l’habitat pour donner de la gravité au vaisseau amiral met Hekati à rude épreuve. Mais tout ce que volent les Exaltés leur permet de moins produire. Un indice de moins pour ceux qui cherchent les signatures thermiques ou les traces électromagnétiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
finitysendfinitysend   08 janvier 2016
Un couteau en dit long sur l’homme qui le choisit .
Commenter  J’apprécie          80
BrochmaelBrochmael   11 février 2018
La Terre n’a jamais existé. Celui qui dit le contraire n’est qu’un hérétique qui doute de la vérité. Cette histoire est un mythe forgé par des renégats pour expliquer pourquoi la vie est devenue plus compliquée il y a de cela plusieurs siècles. Mais ce n’est pas le cas… Je veux dire que la vie n’est pas devenue plus complexe. Ce n’est qu’un mythe de plus. Tout aussi ignoble. L’Univers n’a jamais changé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BrochmaelBrochmael   11 février 2018
Un des panneaux d’affichage, sans doute. Notre remorqueur en regorge ; je n’en vois pas l’intérêt. Quelqu’un qui n’a pas compris que les explosifs, ça fait « boum », et que se lancer dans l’espace sans une combinaison, ça tue, eh bien… il est trop con pour être en vie de toute façon
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2522 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre