AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Emmanuel Pailler (Traducteur)
ISBN : 2352943620
Éditeur : Bragelonne (21/01/2010)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Sven est une machine à tuer surhumaine.

Il a survécu à tous les dangers d'un univers hostile. Il est le premier à reconnaître que ce n'est pas grâce à son intelligence.
Ni à la chance : il n'attire que les ennuis. Peut-être est il resté en vie par pur esprit de rébellion ?
De toute façon, Sven ne se pose pas ces questions. Il va prendre un repos bien mérité sur la planète capitale Farlight et rendre visite à de vieux amis et à leur fille... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Alfaric
  07 juin 2015
"Le Jour des Damnés" : Senatus Populusque Farlightus
Si pour vous la SF se résume à des discours scientifiques et philosophiques amenant de vastes réflexions sur le devenir des nos sociétés et la sens de la vie, passez vous chemin. C'est ultra-bourrin, ultra-violent : les svenneries ne sont pas faites pour vous !
A plusieurs moments on sent bien la parenté avec Richard Morgan. Est-ce un hasard si Sven crache sur l'U/Libre Morgan, ce gros con suffisant, qui s'en prend plein la gueule ? Mais Richard Morgan est plus talentueux donc parvient à mieux tirer profit de son univers dans l'atmosphère (encore que moi, j'ai en travers de la gorge ses entourloupes Fantasy très décevantes au final). A plusieurs moments ont sent bien la parenté avec le manga "Gunnm" où la majorité trime dans la crasse sous le regard condescendant d'une élite nombriliste : j'ai longtemps attendu le Panzer Kunst de Leona !
Mais ce 3e tome est très en dessous des 2 autres. David Gunn rédige un tome de transition vers qqch de plus ambitieux que les délires violents de son narrateur. le cliffhanger de fin (qui suit une ellipse durant laquelle se déroulent une bataille épique et donc une véritable hécatombe) appelle clairement à une suite qui n'existe que dans la tête de l'auteur.

On recommence avec un joyeux bazar auquel on ne comprend rien pendant longtemps… Sven est en permission, on chasse le loup, on tombe sur une machine de guerre mutante génétiquement modifiée pour boire ses victimes avec ses mains, on enquête sur un crash mystérieux, on psychote tout en prenant du bon temps avec ses anciens codétenus du Paradis, l'invité aristocrate se mettant en tête d'arracher le coeur du fiancé de la demoiselle de la maisonnée… Au final on se lance à sa poursuite, et là tout part en vrille !
David Gunn nous laisse dans le schwartz durant les 2/3 du roman : entre ceux qui pètent des câbles sans raison et celles qui font des crises d'hystérie, on pourrait croire que c'est n'importe quoi… Mais pas du tout en fait car mine de rien les joyeux bordels sveniens sont très travaillés en amont. Tout est annoncé dès la page de prologue et la suite montrera que ce chaos est très organisé.
Entre infiltration, exfiltration, évasion et trahison, on multiplie les fausses pistes parfois dispensables (comme les jumelles bonasses Serafina la midinette et Simone la femme fatale) et sans s'en n'apercevoir on entre dans le coeur du roman : le coup d'Etat contre Octo V !
Et ce salopiot de David Gunn en garde sacrément sous le coude : les monologues du chapitre 35 nous laissent entrevoir un gros travail de worldbuilding qui emprunte autant à Heinlein qu'à Dan Simmons, alors même qu'on sent très fortement le détournement de Lois McMaster Bujold. Mais comme tout est raconté par un légionnaire bas du front qui ne comprend pas grand-chose à ce qu'il se passe et à ce qu'on lui explique, on n'a pas accès aux points essentiels de l'intrigue. du coup c'est un beau bordel !
Qui est Octo V ?

Qui l'a tué ?

Pourquoi ?

On est encore une fois un peu perdu : Sven et ses lecteurs peinent à savoir de quoi il retourne. du coup, on pourrait avoir l'impression d'un enchaînement de scènes de bastons sans aucun fond. (Mais même un Dan Simmons nous prend aussi pour des jambons parfois : si vous avez compris ce que sont les Lions, les Tigres et les Ours, faites-moi un signe, car ce truc est aussi fumeux que le Saint Esprit ou les mystères de "Lost" !)

Certains rageux parlent d'un daube écrite par un gosse de 12 ans sous acide avec des scènes de cul voyeuristes et des scènes d'ultraviolence insupportables… C'est vraiment con et de mauvaise foi un rageux quand même. Déjà désolé messieurs les blasés, la guerre (militaire, politique ou économique) c'est crade et c'est moche.
Ensuite, et bien ils n'ont rien compris à la démarche de l'auteur (marrant le nombre de fois où ils passent à côté)
Avec la narration épurée à la 1ère personne on multiplie les dialogues entrecoupés de pensées brutes et abruptes : on vit vraiment dans la peau d'un ex-légionnaire avec une vision assez simpliste de la vie.
Après tout dans ce roman la grande révélation lui vient de ses énièmes réflexions sur un joli petit cul…
Les complots, les machinations, les tractations, les trahisons… Sven n'en a rien à carrer car il ne comprend rien aux hautes sphères politiques et aux arcanes du pouvoir. C'est un homme de terrain : il faut agir vite, il faut tuer ou être tué. C'est à travers ses yeux que nous suivons les rivalités pluriséculaires entre puissances galactiques et les règlements de comptes entre crevards carriéristes et pervers narcissiques.
A la limite on pourrait retrouver la démarche de Heinlein qui nous raconte la guerre interstellaire contre les Arachnides à travers les yeux du trouffion Johnnie Rico qui ne comprend pas grand-chose à cette dernière. Mais l'humour noir de Sven fait bien le lien entre et le space op cyberpunk et les bidasseseries bas du front.
Après on aime ou on déteste, mais au moins c'est très différent des soaps nobiliaires bourgeois, des space-op mainstream et des néo space-op postmodernes. Reste que l'auteur à raté bien raté son coup et que ce 3e tome pas mal de bâtons pour se faire battre :
* les problèmes de construction et de structure du récit (qu'ils soient volontaires ou non) sont ici accentués par le fait qu'on n'a pas la fin de l'histoire qui devait avoir lieu dans le 4e tome. du coup on a du mal à saisir les motivations des uns et des autres et certaines réactions laissent dubitatif.

* Les compagnons de Sven qu'on avait appris à apprécier dans le Faucheur et dans Offensif, n'apparaissent qu'à 100 pages de la fin (et encore ils sont plus spectateur qu'acteurs). C'est assez clair que l'absence de Haze, dit Gras-Double, officier du renseignement de Sven et geek adepte de Papa Legba le Connecté, se ressent cruellement… Même le flingue de Sven se fait plus discret, même si parmi ses blasphèmes récurrents (Allo Sven, ici la Terre !), on retrouve encore quelques répliques cultes (mort de rire quand le SIG imite la Dictée Magique !)
* La traduction n'aide pas du tout ! Il y a pas mal de tournures de phrase qui sonnent faux, limite mot à mot, et certaines tombent carrément à plat, plombant les points fort du romans : et même si cela se tasse voire s'améliore en cours de route, c'était quand même bien plus fluide et plus percutant dans les tomes précédents. D'où une déception avec cette traduction moyenne qui castre le roman ou lieu de lui apporter une plus-value.
Je suis totalement en accord avec l'avis de l'internaute dénommé Olivier :

Un cycle frustrant car avec un univers plus explicite et des intrigues mieux présentées cela aurait grave déchiré ! On devra se contentera de 3 bouquins de SF militaire assez jouissive...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
DarkHawk
  29 avril 2013
Sven est en vacances sur la planète capitale Farlight. Pour un guerrier tel que lui, les vacances, c'est l'enfer. Il a besoin d'action pour exister. Heureusement, la paix de la planète est toute relative et celle-ci ne va pas tarder à se transformer en champ de bataille...
Le jour des damnés est le tome 3 de la série Les Aux'. J'avais adoré le premier tome et bien aimé le second, je me suis donc lancé sans appréhension dans le troisième tome. Malheureusement, celui-ci ne tient pas toutes les promesses de ses prédécesseurs.
L'entrée en matière est prometteuse. On retrouve Sven avec plaisir. En ce début de roman, son obsession névrotique pour le combat est très bien exploitée par l'auteur. On sourit volontiers dans les 50 premières pages aux multiples situations cocasses résultant du repos du guerrier.
« - Alors, demande Debro, qu'est ce que tu en penses ? Elle veut dire : qu'est ce que je pense de son toit terrasse, avec ses dalles rouges et son muret blanc, avec sa vue sur une route sinueuse qui traverse le village vers l'enceinte de sa propriété.
- Bon endroit pour une mitrailleuse à bande.
Anton rit :
- Elle te parle de la vue. »
C'est par la suite que ça se gâte. En effet, on rentre dans une intrigue politique qui permet également à l'auteur de développer le fonctionnement émotionnel de Sven. Malheureusement, ça ne fonctionne pas. C'est souvent brouillon et on finit par s'ennuyer.
Quand on aborde le dernier tiers du livre et la partie action, on se dit que l'on va retrouver cette action pure que a fait le succès de la série. Hélas, là encore ce fut la déception. Malgré quelques moments intéressants, le texte reste confus. le style fluide et efficace de l'auteur a disparu. S'est-il perdu dans son histoire, ou le changement de traducteur a-t-il influé sur la version française ? Difficile à dire, mais le résultat est là...
Il faut également signaler que certains passages de la bataille de Farlight peuvent choquer les plus sensibles. L'auteur nous livre un récit cru et imagé des barbaries infligées aux civils innocents. Une réalité sans filtre, volontairement choquante qui nous rappelle la cruauté de la guerre.
En ce qui concerne le final de ce troisième tome, il m'a laissé sur ma faim. Les questions soulevées dans ce livre restent en suspens pour trouver de possibles réponses dans la suite de la saga.
Au final, le jour des damnés est un livre décevant. Je l'ai lu sans déplaisir mais je m'attendais à beaucoup mieux. Je lirai tout de même la suite en espérant retrouver la qualité des deux premiers tomes.
Note : 5,5/10
Lien : http://www.les-mondes-imagin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1016
fnitter
  31 janvier 2012
Une narration toujours au présent.
Des phrases du type : sujet verbe complément. Un rythme très (trop) rapide.
Une intrigue simpliste, décousue, peu crédible.
Sven est à la ramasse. il réagit plus qu'il n'agit.
Les aux, véritables personnages avec sven des deux premiers tomes n'arrivent qu'à la page 250.
Du contenu à la limite du supportable :
exemple à la page 197 :
Une femme lâche un bébé d'une fenêtre à l'étage. L'enfant est toujours vivant après avoir heurté le trottoir. Il survit le temps qu'un sous-off lui écrase la tête.
La femme ne sait pas qu'il est mort, parce qu'elle se suspend à la fenêtre par les mains, mais elle glisse et atterrit mal.
Le sous-off lui écrase la figure contre le trottoir, la maintient et lui retrousse sa chemise de nuit. il crache sur ses doigts.
Elle continue à regarder autour d'elle.
Elle cherche l'enfant sur le trottoir derrière elle.
Le sous-off lui coupe la gorge une seconde avant de se retirer.
Une miséricorde involontaire, car elle meurt sans avoir vu le cadavre du bébé.
Tout cela entre deux soldats qui vomissent et trois qui défèquent.
Et pourtant, malgré tout cela, on reste scotché au livre, probablement du à une curiosité morbide mal placée. Horrifié par le ton, le contenu, le language au delà du cru. Et oui, il nous arrive de regarder et d'aimer les films d'horreur.
Vous finirez le livre avec un léger goût de vomi dans la bouche,, mais vous le finirez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          96
pascalamet
  24 août 2012
En un mot : DÉCEVANT. Autant les deux premiers tomes se laissaient lire, autant celui-ci voit le "récit" (si l'on peut dire) partir dans tous les sens. Si vous le pouvez, passez votre chemin et lisez plutôt "Black man" de R.Morgan.
Commenter  J’apprécie          00
PerdreUnePlume
  25 février 2010
Zven est en vacances prolongées ; sur la planète mère du système de l'Alliance il est censé se reposer chez un couple d'amis, les parents d'Aptitude.
Censé parce que comme à son habitude notre héros attire les ennuis encore plus que les femmes. Entre défense de sa jeune protégée, excursion meurtrière à Farlight, un coup d'état, une rébellion, un otage, une exécution et une bataille rangée : les vacances ne seront pas de tout repos...
(la suite ?)
Lien : http://www.perdreuneplume.co..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   12 janvier 2014
Une femme lâche un bébé d'une fenêtre à l'étage. L'enfant est toujours vivant après avoir heurté le trottoir. Il survit le temps qu'un sous-off lui écrase la tête.
La femme ne sait pas qu'il est mort, parce qu'elle se suspend à la fenêtre par les mains, mais elle glisse et atterrit mal.
Le sous-off lui écrase la figure contre le trottoir, la maintient et lui retrousse sa chemise de nuit. il crache sur ses doigts.
Elle continue à regarder autour d'elle.
Elle cherche l'enfant sur le trottoir derrière elle.
Le sous-off lui coupe la gorge une seconde avant de se retirer.
Une miséricorde involontaire, car elle meurt sans avoir vu le cadavre du bébé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          215
DarkHawkDarkHawk   17 avril 2013
J'ai douze ans. Un lieutenant de la Légion colle son pistolet contre ma tête.
L'arme s'enraie. Peut-être qu'il ne veut pas se fatiguer à réessayer. Peut-être qu'il décide que la déesse Fortune, cette putain dont la faveur est vitale pour les soldats, a décrété que je devais vivre. Ou encore, il est tellement ivre qu'il oublie pourquoi il allait me tuer.
Commenter  J’apprécie          70
DarkHawkDarkHawk   18 avril 2013
- Alors, demande Debro, qu'est ce que tu en penses ? Elle veut dire : qu'est ce que je pense de son toit terrasse, avec ses dalles rouges et son muret blanc, avec sa vue sur une route sinueuse qui traverse le village vers l'enceinte de sa propriété.
- Bon endroit pour une mitrailleuse à bande.
Anton rit :
- Elle te parle de la vue.
- Moi aussi.
Commenter  J’apprécie          40
PerdreUnePlumePerdreUnePlume   12 février 2010
C'est une porte minable, avec des gonds de piètre qualité. Je la démonte d'un coup de pied, et maintenant c'est une porte fracassée, avec des gonds de piètre qualité
Commenter  J’apprécie          50
BrochmaelBrochmael   11 février 2018
Bien sûr, l’U/Libre ne possède rien. Comme ils seront les premiers à vous le dire. C’est une association de peuples libres, unis dans leur désir de paix.
Le fait que nous utilisions encore de l’argent les amuse.
Sur leurs planètes, les maisons se construisent toutes seules, la météo obéit et tout est gratuit. Notre habitude de nous entre-tuer les amuse moins. Donc ils fournissent des observateurs pour s’assurer que nous nous massacrons dans les règles.
Si vous violez les règles, ça se passe mal.
Des planètes se retrouvent sur une orbite différente. Des systèmes solaires entiers disparaissent. Des cartes galactiques sont redessinées. L’U/Libre parle d’une voix douce. Mais elle a un très gros bâton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2618 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre