AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070772101
Éditeur : Gallimard (07/03/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Le train souterrain traverse la ville de part et d'autre. La distance entre les stations donne son rythme au trajet, les intervalles sont plus ou moins longs. Dans un des wagons un homme sauvage attaque les passagers par ces mots : «Et encore vous. Et encore devoir être parmi vous. Alléluia! Miséréré. Marée basse sans marée haute. Si au moins vous étiez des malfaiteurs.» Personne ne répond. C'est seulement quand une femme sauvage monte à son tour que la donne change... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ATOS
  16 février 2016
Une pièce de Peter Handke. Première lecture. Souterrain-blues. Underground. Sous la terre. le refuge d'Hadès ? Dans les entrailles de notre nature. L'humain. Civilisation de l'humain. Cette nouvelle sauvagerie que ne supporte pas le sauvage. Cette colère, froide. Face au manquement à l'état d'être humain. Ce manquement qui n'est que laideur pour le sauvage. Petitesse, étroitesse, abandon, servitude, lâcheté, obéissance, mensonge, bassesse, ignorance. le sauvage ne leur pardonne pas. L'humain lui est devenu insupportable. Indifférent à lui même. Vide de sa propre humanité.
Le sauvage parle, interpelle. Il dit ce qui est laid. Il dit ce qui est beau. Il sait. Il sait jusqu'à ce qu'il n'y est plus d'humain. Plus une âme qui vive. Et puis il sait de moins en moins, il sait une chose. Elle le saisit et l épouvante. Il est seul et cette horde d'humains que pourtant il rejetait, accusait, cette laideur, lui manque, lui manque épouvantablement.
Et la sauvage entre. Et la sauvage l'accuse. L'accuse d'avoir chasser ce qu'il y avait de plus humain, d'avoir dénaturer la vérité, dénaturer en ne voulant rechercher que la beauté. Rien ne serait digne à ses yeux que la beauté. Mais la nature de l'homme n'est pas dans sa beauté, elle est avant tout dans sa vérité. le sauvage a manqué de discernement. Il a fait preuve de manquement à sa propre nature. Reconnaître le vivant.
Dualité permanente entre pluriel et singulier, entre beauté et vérité, entre le le naturel et le spirituel, entre le sacré et le profane, entre le corps et l'âme, entre la gueule et le visage.
Peter Handke n'accepte l'humain que dans sa globalité. Aucun manichéisme possible. Parce qu'il est de sang mêlé, mêlé de bien, de mal, de beau et de laid, que l'humain est humain. Il ne peut y avoir de bon humain, comme de bon sauvage. Rien n'est écrit. Aucune certitude. Personne ne sait ce que l'humain peut devenir. Et c'est en perdant cette notion de transgression toujours possible de sa nature que l'humain se dénature et se perd .
L'écriture de Peter Handke est un agent provocateur. Provocateur par les questions soumises à la limite parfois du tolérable, du supportable, d'ailleurs il n'est pas rare que certains spectateurs quittent la pièce avant la fin de la lecture de cette pièce. Agent provocateur, corrosif. Révélateur ?
Il soumet nos angles morts à notre bon droit. Il souffre et nous en brûlons parfois.
On accepte ou pas. Mais il convient de l'entendre et de le lire sans aucun doute . Pour comprendre le peintre il faut connaître sa peinture. Pour comprendre l'auteur il faut avant tout commencer par le lire.
Astrid Shriqui Garain

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ATOSATOS   16 février 2016
" Vos corps n'étaient ils pas des hiéroglyphes, jadis, qui, ensemble, formaient une phrase ?"
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Peter Handke (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Handke
Wim Wenders : "Les cinéastes sont des gentils gangsters" .Les dernières réalisations de Wim Wenders nous ont, dans l?ensemble, déçus. Raison de plus pour se replonger dans la première période du cinéaste allemand - sa meilleure ? grâce la reprise en salles de six films impeccablement restaurés: L?angoisse du gardien de but au moment du pénalty (1971, d?après le roman de Peter Handke), Faux mouvement (1974, une adaptation contemporaine de Goethe), les superbes road-movies Alice dans les villes (1973) et Au fil du temps (1975), le polar L?ami américain (1976, où tous les personnages de gangsters sont interprétés par des cinéastes !) et L?Etat des choses (Lion d?or à Venise en 1981, que le réalisateur présentait comme « l?ultime série B »). On y retrouve sa cinéphilie partageuse (avec de multiples hommages à John Ford et Fritz Lang), sa fascination pour l?Amérique, son goût du voyage et sa passion pour le rock. Wim Wenders était cette année le parrain de Toute la mémoire du monde, le festival international du film restauré organisé à la Cinémathèque française du 7 au 11 mars 2018. C?est là que qu?il s?est livré, avec beaucoup d?humour et d?émotion, à notre ludique interview sur papiers colorés. Entretien Samuel Douhaire Réalisation Pierrick Allain Télérama.fr - Mars 2018
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtre allemandVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
251 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre