AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809823608
500 pages
L'Archipel (07/02/2018)
4.07/5   45 notes
Résumé :
Londres, 1954. Estella mène une vie des plus confortables... jusqu’à ce qu’elle découvre que son mari, en plus d’avoir fermé son cabinet d’avocat et dilapidé leur fortune, la trompe.
Le cœur brisé, Estella décide de refaire sa vie en Australie, où un poste de vétérinaire l’attend. Mais la jeune femme n’est pas seule à effectuer la traversée : elle est enceinte.
Arrivée à Kangaroo Crossing, Estella déchante. Peuplé d’une poignée d’habitants, le hameau e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 45 notes
5
13 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

ladesiderienne
  14 mars 2019
Après avoir découvert que son mari la trompait, Estella décide de fuir Londres sans lui avouer qu'elle est enceinte. Sur la proposition de sa tante Florence, elle accepte de partir en Australie, reprendre le cabinet de Ross, le frère de cette dernière, décédé accidentellement il y a peu. Mais en 1954, Kangaroo Crossing, situé en plein bush n'a pas obtenu la palme du meilleur accueil et certains ont du mal à accepter qu'une jeune citadine inexpérimentée puisse faire l'affaire et remplacer efficacement son prédécesseur en qui ils avaient toute confiance. Bien décidée à faire ses preuves, Estella ne leur dévoile ni son état, ni les raisons qui l'ont poussée à s'expatrier et encore moins que l'ancien vétérinaire n'est autre que son père biologique.
Sous la plume de Colleen Mc Cullough, ce genre de roman a fait mon bonheur, il y a quelques années. J'aime encore de temps en temps m'évader avec l'un deux et Elizabeth Haran, que je découvre avec ce titre, n'a rien à envier à la célèbre auteure australienne. L'écriture est agréable et efficace. Elle a su me transporter dans cet aride bush australien où, sans entraide, les quelques habitants aussi téméraires fussent-ils, ne survivraient pas. L'auteure a très bien su décrire l'ampleur de la tâche qui attend Estella : s'adapter à un environnement hostile climatiquement parlant, et parvenir à s'intégrer dans cette société rurale qui n'a rien de comparable avec la vie londonienne. J'ai beaucoup aimé sa découverte de la population aborigène, sa désapprobation devant leurs rites ancestraux va peu à peu se muer en acceptation, puis en intérêt. Elizabeth Haran a bâti une grande part de son intrigue sur le fait que dans cette petite communauté, beaucoup de personnages ont un pan de leur existence à cacher, ce qui apporte un peu de suspense bien utile dans ce genre de littérature.
Je ne vous cacherai pas que ce que j'y apprécie avant tout c'est le voyage, la découverte de contrées et de modes de vie inconnus. J'en déplore malheureusement souvent l'aspect trop sentimental qui va souvent de pair. Alors évidemment, la fin du livre, un peu trop "fleur bleue" à mon goût, va faire baisser la note. J'accorde tout de même un 14/20 à cette lecture. J'ai déploré aussi le fait que ce ne soit pas réellement une saga familiale qui s'étende sur plusieurs générations. (Une petite question me vient à l'esprit : pourquoi cette catégorie du "roman d'évasion" bénéficie-t-elle généralement de titres aussi mièvres qui la desservent ?)
Merci aux Éditions Archipel et principalement à Mylène pour ce voyage dans le bush australien tous frais payés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
LadyRomance
  09 juillet 2018
J'ai trouvé Etoiles dans le ciel du sud presque aussi bien que le gros coup de coeur que j'avais eu pour le pays du soleil rouge. J'y ai trouvé la romance, l'humour et l'aventure moins prépondérants ou moins efficaces.
Il y a une intrigue plus importante qui se joue à Londres au sujet du mari dont Estella, l'héroïne, divorce au début de l'histoire parce qu'il la trompe avec sa cousine qui possède une fortune. En effet, son mari est un goujat de premier ordre qui n'a pas hésité à l'abandonner lorsqu'il s'est vu ruiné et criblé de dettes à l'insu de sa femme. La solution, il la trouve auprès de la cousine de celle-ci qui lui permet de jouir de la vie fastueuse à laquelle il aspire et surtout sans enfant à charge qui viendrait compliquer sa vie. C'est pour cette raison que Estella, 25 ans, lui cache sa grossesse qu'elle a apprise juste avant de se voir trompée par son mari. Lorsque Estella est informée par sa tante que son père biologique qu'elle n'a jamais connu lui lègue sa maison avec son cabinet de vétérinaire en Australie, elle voit cet exil comme une solution à sa situation. En effet, elle possède un diplôme de vétérinaire sans avoir jamais su que son père avait exercé cette profession. C'est dans cette nouvelle région de ce vaste pays qu'est l'Australie qu'elle va suivre les pas de son père et y découvrir une faune et surtout une flore bien connue des aborigènes qui va beaucoup l'intéresser au niveau médical...
Ce roman confirme mon goût pour cette autrice car j'adore son style et sa manière agréable et sympathique de raconter la rudesse de la vie d'une petite communauté sous un climat extrêmement sec et chaud. La façon de vivre de ces gens en dépend forcément et chaque nouvel habitant doit faire ses preuves surtout lorsqu'on est une jeune femme vétérinaire dans les années 50. Car être vétérinaire à Londres n'a rien à voir avec être vétérinaire à Kangaroo Crossing, les déplacements dans les fermes se font en avion et traversent des lieux désertiques, entre autres...
L'héroïne est magnifique avec sa fragilité mais dotée d'un grand courage, les personnages sont très attachants et l'intrigue est très bien menée réservant de nombreuses surprises. Les aspects dramatiques permettent de mettre en valeur les différents personnages dans l'acceptation de leur passé car souvent se retrouvent dans ces coins isolés ceux qui ont souffert d'événements tragiques. Mais c'est du pur divertissement entre romance, aventure et humour avec un ton enthousiaste propre à Elizabeth Haran. Un régal de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Ninis47
  10 avril 2018
En une journée Estella perd tout. Après avoir appris qu'elle était enceinte, elle voit son mari qui la trompe avec sa cousine, qu'il est ruiné et qu'il souhaite divorcer... Alors qu'elle ne sait pas ce qu'elle va devenir, sa tante la pousse à accepter le poste de vétérinaire laisser vacant par son père récemment décédé en plein coeur du bush australien. Elle qui a toujours vécu dans le luxe londonien, le contraste va être saisissant et elle va devoir en plus se faire accepter par les habitants de Kangaroo Crossing assez hostiles à sa venue.
Je n'ai pas dévoré ce livre, j'ai pris mon temps pour le lire et le savourer. Déjà parce qu'il est assez dense et ensuite parce que j'ai tellement aimé me retrouver immerger dans le Bush australien que j'avais plaisir à m'y plonger.
Je me suis beaucoup attachée au personnage d'Estella. En un chapitre au début du roman, elle connaît toutes les émotions possibles. Elle apprend qu'elle est enceinte, puis elle se fait quitter par son goujat de mari. Dans ce tumulte d'émotions, elle se réfugie chez sa tante qui va l'aider à accepter les perspectives qui s'offrent à elle. Partir pour le fin fond de l'Australie n'était pas dans ses premiers plans, mais finalement elle va accepter de se faire à l'idée.
Tout au long du roman elle fait preuve de beaucoup de ténacité et de courage. ça ne va vraiment pas être gagner car dès le soir de son arrivée, les locaux ne sont pas vraiment ravie de la voir débarquer. Malgré toutes les difficultés, elle va faire front, elle va s'adapter. Elle ressent beaucoup d'empathie pour les gens, elle est très touchante et attachante. Mais à côté de ça, elle peut paraître très naïve à certains moments et ça peut être agaçant!
Même si bien entendu, une romance va éclore, ce roman c'est surtout l'histoire d'une femme qui va se reconstruire, se chercher et se trouver, l'histoire d'une renaissance. Comment une femme qui a toujours vécu dans le confort, qui a toujours été dorloté, va affronter les difficultés de la vie et y faire face.
L'écriture de l'auteure est vraiment agréable et très immersive. Elle alterne les dialogues et les passages plus narratifs, ce roman se lit facilement. On est totalement plongé dans le Bush australien, son climat dur et aride, ses paysages de sable à perte de vue.
Ce roman est une superbe histoire de reconstruction avec des personnages attachants, une écriture totalement dépaysante, tout est réunit pour passer un très joli moment de lecture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Valmyvoyou_lit
  04 janvier 2019
1954, en Angleterre. le jour où Estella apprend qu'elle attend un enfant, son monde s'écroule. Elle découvre que son mari, James, la trompe avec Davinia, sa cousine à elle, et qu'il est ruiné. Son époux lui annonce qu'il demande le divorce.
Estella n'a jamais connu son père. Sa tante lui révèle son identité et lui dit qu'il est mort. Il était vétérinaire dans le bush australien. La femme bafouée fuit sur les traces de son père. Elle est détentrice du même diplôme que lui mais n'a jamais exercé.
Les débuts dans le petit village sont difficiles...

Alors que le monde d'Estella s'effondre, elle a le courage de recommencer sa vie, à l'autre bout du monde. J'ai été admirative de cette femme qui se dépasse. Elle est très attachante, car même si elle relève des défis incommensurables, Estella doute, les difficultés sont grandes et, par moments, elle s'effondre. C'est une femme comme les autres, avec ses fragilités, ce sont les épreuves qui l'obligent à faire preuve de force.

L'auteure décrit admirablement le bush australien. Les difficultés à se procurer de l'eau, en raison de la grande sécheresse, les déplacements en avion au-dessus du désert, pour se rendre chez les éleveurs, etc. J'ai eu la sensation d'y être, j'ai ressenti la chaleur, j'ai été gênée par la poussière, j'ai vu les mouches bleues. le cadre est si bien décrit que nous sommes plongés dans l'ambiance. La solidarité entre les habitants est merveilleuse.

Estella m'a beaucoup touchée. Je me suis sentie proche d'elle. J'ai été très émue par la manière dont elle s'occupe des animaux. A son arrivée à Kangaroo Crossing, elle s'occupe avec beaucoup de patience, de persévérance et de douceur, d'un cheval qui souffre. Ces passages m'ont attendrie.

Ce livre montre aussi les obstacles qu'Estella a rencontrés, lors de son installation. Elle n'a pas été accueillie les bras ouverts ...

La suite sur mon blog.

Lien : http://www.valmyvoyoulit.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
analyse
  27 février 2018
Je remercie les éditions de l'Archipel de m'avoir envoyé ce superbe livre ( la première de couv est juste magnifique!) afin que je puisse en apprécier chaque pages.
J'ai vraiment apprécié de lire ce roman moitié aventure moitié romance qui se passe dans le fin fond de l'Australie. le dépaysement est garanti par la façon dont l'auteur nous décrit les paysages, l'immensité du ciel étoilé, la découverte de la faune et des aborigènes qui vivent en totale autarcie avec la nature, tout ça au travers des yeux d'Estella. Je découvrait cela en même temps qu'elle: des paysages d'une beauté à vous couper le souffle c'était magique.
Les personnages de ce roman sont authentiques et profondément humains. Ils cache tous le pourquoi ils sont venus et restés dans cette contrée désertique . Quand Estella arrive à Kangouroo Crossing, elle découvre alors une ville minuscule, un paysage aride et inhospitalier qu'elle va devoir apprivoiser loin de tous ce qu'elle aurait pu imaginer jusque là. Elle va aussi découvrir qu'ici on vit à crédit la plupart du temps, que les gens payent en nature et non en liquide comme on le fait en ville ce qui va la surprendre et remettre en question ses projets de gagner de l'argent pour sa nouvelle vie.
Estella est une jeune femme avec du caractère, courageuse car vivre dans un lieu perdu, seule, enceinte sans eau courante, avec une chaleur extrême et des personnes qui ont du mal à vous accepter n'est pas donné à tout le monde. Beaucoup aurait laissé tomber y compris moi mais pas elle. Je dois dire que j'adore ce genre de personnages qui va arriver après plusieurs mésaventures à se relever. En effet, l'auteur va la mettre face à quelques embûches qui vont lui permettre de comprendre comment les habitants , occidentaux et aborigènes , vivent dans cette partie reculée de l'Australie.
Nous sommes donc à Londres en 1954, avec Estella, jeune femme privilégiée qui apprend la même journée qu'elle est enceinte, que son mari la trompe avec sa cousine et qu'en plus elle est ruinée. Elle décide de tout quitter et refaire sa vie en Australie. Elle va remplacer son père biologique Ross qu'elle n'a jamais connu au poste de vétérinaire. Elle ne va pas divulguer de suite ni son état, ni son lien de filiation avec Ross car elle souhaite être accepter pour ce qu'elle est.
Quand elle arrive dans le petit village de Kangouroo Crossing, rien ne se passe comme elle l'avait prévu.La maison est sale, l'air y est étouffant, les gens pas très amicaux et en plus les mouches sont partout. Il va falloir apprendre à vivre avec . Comment Estella va t elle réagir? Comment va-t-elle se faire accepter ?
La lecture de ce roman est facile, fluide et assez addictive, je n'ai pas pu le lâcher.
Dans ce livre, l'auteur a privilégié les dialogues à la narration ce qui donne un bon rythme à l'histoire, de ce fait on ne s'ennui pas.
Mon conseil lisez ce livre vous ne serez pas déçu!!!
Vous allez vivre une aventure passionnante , captivante qui se lit vite, trop vite…
Lien : https://chapitrealire.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   11 mars 2019
Un autre soir, au pied d'un mulga, l'Aborigène se mit à creuser au moyen d'un bâton. Quelques minutes lui suffirent pour localiser un nid de fourmis. Estella constata qu'il s'agissait de fourmis à miel.
- Mange, fit sa compagne.
L'Anglaise tordit le nez en regardant Mai s'emparer d'un insecte, qu'elle tint par la tête et les pattes avant de dévorer son abdomen. La perspective d'ingurgiter une créature vivante, susceptible, par surcroît, de mordre pour se défendre, répugnait à Estelle, mais la douce odeur du miel lui mettait l'eau à la bouche. Binnie ayant son tour, avec des gestes experts, avalé quelques fourmis, la jeune femme se sentit obligée de s'y mettre, sous peine, de passer pour une poltronne. Les insectes, selon elle, possédaient à la fois la suavité du miel et l'acidité du citron.
- Toi faire du bon thé avec, lui sourit Mai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienneladesiderienne   08 mars 2019
Des rafales d'un vent brûlant soulevèrent les rideaux dans la chambre d'Estella, lui offrant une vue plus vaste sur le paysage aride, d'un brun rougeâtre, qui s'étendait par-delà l'hôpital, sur le magasin général, ainsi que deux maisons au loin. De temps à autre, des tourbillons de poussière serpentaient à travers le décor, cependant qu'à l'horizon tremblait un mirage d'eau. Elle ne se trouvait à Kangaroo Crossing que depuis la veille, mais déjà elle ne rêvait plus que de se promener au bord d'un lac, d'une rivière ou de l'océan. Hélas, il n'y avait pas, ici, d'autre humidité que celle de la sueur exsudée, sans répit semblait-il, par chacun des pores de sa peau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LalectriceamoureuseLalectriceamoureuse   24 mars 2018
Quand je me suis retrouvé aux portes de la mort, je me suis rendu compte que le bonheur avait tôt fait de vous filer entre les doigts. Si on le saisit pas à l'instant où il passe, on risque de manquer sa chance.
Commenter  J’apprécie          10
LalectriceamoureuseLalectriceamoureuse   24 mars 2018
- Tout le monde est seul.
- Non, mademoiselle. Il vous suffit d’apprécier votre propre compagnie.
Commenter  J’apprécie          20
LalectriceamoureuseLalectriceamoureuse   24 mars 2018
Il aurait dû pleuvoir, comme il pleuvait dans son cœur. Le gris du décor se serait accordé à son humeur. A son malheur.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : expatriationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura