AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Brice Matthieussent (Traducteur)
ISBN : 2081222663
Éditeur : Flammarion (01/09/2010)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 136 notes)
Résumé :
Dans la veine de ses plus grandes nouvelles, Jim Harrison tisse trois destins solitaires, trois personnages tragiques en quête de rédemption qui évoluent dans l'Amérique idéale de l'écrivain, aux habitants aussi rudes que les saisons du Montana.

On découvre Sarah, une adolescente qui cherche à assouvir un désir de vengeance irrépressible après l'agression dont elle a été victime à l'âge de quinze ans. On retrouve avec délectation Chien Brun, à la rech... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  08 décembre 2012
Cet ouvrage se compose de trois nouvelles "La fille du fermier", "Chien Brun, le retour" et enfin "Les Jeux de na nuit" qui a donné son nom au recueil.
Le dois dire que mon avis sur ce dernier est assez mitigé car s'il est vrai que j'ai beaucoup aimé la dernière nouvelle intitulée, comme je viens de le dire, "Les Jeux de la nuit" car elle ressemble à une nouvelle fantastique où l'homme est parfois un loup pour l'homme pour reprendre un cliché bien connu. En effet, ici, le protagoniste, après avoir été successivement piqué à la joue par un volatile et mordu dans le cou par un louveteau, subit d'étranges modifications du comportement et est en proie à des envies de viande insatiables et toutes autres sortes de lubies aussi bizarres qui se produisent essentiellement pendant la Pleine Lune.
Donc, s'il est vrai que cette dernière nouvelle m'a relativement ravie, j'avoue avoir été relativement déçue par les deux premières car il n'y est quasiment question que de sexe (surtout dans celle intitulée "Chien brun, le retour" ou il est question d'un indien métis qui n'a pratiquement que cette idée en tête. Il y a néanmoins une pointe d'émotion dans cette dernière car il est aussi question d'une jeune fille muette qui, bien que n'étant pas la fille de Chien brun, il l'a élevée comme telle et dont on lui retire la garde soit-disant pour le bien de l'enfant).
Bref, je ne vais pas vous faire un résumé détaille de chaque nouvelle mais disons, pour résumer, que mon avis est très partagé quant au fait de savoir si j'ail réellement aimé ce livre ou non car, d'un côté, il y a une description des paysages à couper le souffle ainsi qu'une pointe de'émotion dans chaque histoire et de l'autre, il y a ce thème du sexe qui revient régulièrement, pour ainsi dire, presque à chaque page (bon j'exagère sûrement un peu mais du moins, c'est l'impression que cela m'a fait) et avec un langage très cru. Il s'agit de la baise pour de la baise sans tous les sentiments qui vont avec.
En un mot, pour ceux qui me connaissent un peu à travers mes critiques et savent que je suis très sensible sur ce côté-là, lisez cet ouvrage et jugez-en par vous-mêmes car il m'arrive de ne pas être très objective de ce côté-là. En tous cas, je suis néanmoins heureuse d'avoir découvert Jim Harrison, un auteur que je connaissais uniquement de nom jusqu'à présent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Corboland78
  26 mars 2012
Par des moyens légaux mais que je ne peux dévoiler ici, j'ai en ma possession le nouveau bouquin de Jim Harrison, Les Jeux de la nuit, qui ne sera en vente que le 1er septembre.
Chaque nouveauté de l'écrivain américain est attendue avec impatience par de nombreux lecteurs dont je fais partie. Ce nouveau livre est un recueil de trois nouvelles d'une centaine de pages chacune où à chaque fois, un personnage solitaire cherche à calmer une souffrance qui le ronge et trouver la rédemption.
La fille du fermier nous narre le désir de vengeance de Sarah, une très jeune adolescente violée par un fils d'éleveur après une fête bien arrosée. Sarah n'a pas d'amis, ou si peu, une copine Marcia beaucoup plus délurée qu'elle et un jeune gars affligé d'un pied-bot. « Son piano était littéralement sa parole, la seule conversation qu'elle entretenait avec le monde. Son père parlait peu, et sa mère, tout occupée à trouver ce qu'elle allait répondre, n'écoutait pas. »
Chien Brun, le retour, comme son nom l'indique nous retrouvons ici Chien Brun, l'ami Indien de l'auteur qui va et vient au gré de l'inspiration de Jim Harrison à travers son oeuvre forte aujourd'hui de près de vingt-cinq livres. Aujourd'hui Chien Brun, célibataire endurci, est sorti illégalement des Etats-Unis vers le Canada avec sa nièce que les autorités veulent placer dans un foyer pour jeunes handicapés. Une épopée paillarde où l'Indien nous livre quelques secrets sur sa vie passée tout en étant à l'affût de la moindre occasion pour satisfaire sa libido débordante alors que son amie Gretchen abonnée aux plaisirs saphiques exclusivement, a jeté son dévolu sur lui pour une insémination artificielle !
La dernière nouvelle qui donne son titre à l'ouvrage, Les jeux de la nuit est une variante du mythe du loup-garou. En voulant sauver un louveteau orphelin, un jeune garçon est mordu accidentellement par l'animal et chaque mois quand survient la pleine lune, une puissante force intérieure le ronge et le pousse dans des excès de gloutonnerie et de sexe. La solitude semble inexorable, l'obligeant à ces époques à fuir vers les grands espaces déserts des forêts et montagnes.
Sans entrer dans les détails pour ne pas vous gâcher la lecture, disons que Jim Harrison ménage une porte de sortie plutôt optimiste à ses personnages même si l'avenir de certains ne s'annonce pas vraiment rose. Les trois textes ne sont pas du même niveau d'écriture qui va du très bon (Les Jeux de la nuit) au moyen (Chien Brun, le retour), on trouve des répétitions étranges entre les textes où par exemple tout le monde écoute la même chanson de Patsy Cline, mais on se régale toujours des paysages de cette Amérique chère à l'écrivain et à notre coeur, du Montana au Texas, la nature toute puissante, la faune et la flore, les parties de pêche, les bivouacs au bords des rivières. Les préoccupations basiques de Jim Harrison sont toujours les mêmes, boire de bons coups, bien bouffer mais, et c'est là le bémol que je mettrai à ce livre, ses délires sexuels égrillards d'autrefois semblent prendre une part plus importante et frôler la pornographie, une facilité moins intéressante trahissant les fantasmes d'un vieil homme (73 ans) en difficulté de ce côté-là ? A cette heure le luron est toujours vivant et il nous offre un très bon bouquin, c'est tout ce qui compte pour nous au pays des lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Taraxacum
  22 janvier 2013
C'est difficile de noter un recueil de nouvelles quand sur les trois, on en a beaucoup apprécié 2 et laissé tomber celle du milieu en cours de route! C'est la présence dans ce recueil de la nouvelles qui lui donne son nom," Les jeux de la nuit", qui m'a poussé à le lire: j'étais curieuse de voir comment un auteur tel que lui réinterprétait le vieux mythe de la lycanthropie, réinterprétation d'ailleurs brillante, tant par la façon dont le jeune homme est contaminé que par l'interprétation de la maladie, crises de gloutonnerie, de violence et de sexe qui épuisent le personnage bien trop vite.

Commencer par ce recueil était sans doute une étrange idée et il est probablement à réserver à des personnes ayant déjà lu d'autres choses de Jim Harrison. D'ailleurs le personnage de la nouvelle que j'ai abandonnée en cours de route est apparemment récurent chez cet auteur. Peut-être que si je l'avais rencontré avant, j'aurais eu plaisir à le retrouver au lieu de renoncer en cours de route.
La façon que Harrison a de décrire l'Amérique, ses personnages paumés et solitaires, et son écriture rendent très plaisantes à mes yeux les nouvelles "Les jeux de la nuit" et "La Fille du Fermier" et me donnent envie de donner une autre chance à cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Thyuig
  12 février 2013
Chien Brun a enfin couché avec Gretchen !
Ouais !
Je ne le montre pas vraiment mais mon enthousiasme est à la hauteur de l'événement ! Ca fait tout de même trois ou quatre bouquins qu'on attend ça...
Bon, sans rire, c'est pas le meilleur Harrison, à la rigueur un vague sourcil d'intérêt se hausse parfois, mais l'ensemble reste bien trop pailard et égrillard pour être tout à fait intéressant.
Fort heureusement le grand Jim se rétablira par la suite avec Grand Maître, parce que ce recueil de trois nouvelles est à oublier : les jeux de l'ennui.
Commenter  J’apprécie          140
cathe
  01 septembre 2015
Trois nouvelles composent ce recueil.
Dans La fille du fermier, on fait la connaissance de Sarah, adolescente vivant dans le Montana. Quand sa mère, pourtant confite en dévotion, part avec un autre homme, elle reste avec son père et partage avec lui la vie rude de cette région. Elle a pour seuls amis leur voisin le plus proche, le vieux Tim, et Vagabonde, son chien. Mais elle grandit et les hommes commencent à essayer de l'approcher. Quand l'un deux abuse d'elle, elle jure de se venger, même s'il lui faut attendre longtemps.
Dans Chien Brun, le retour, on retrouve le héros déjà présent dans plusieurs récits de l'auteur. C'est un peu le double de Jim Harrison. Force de la nature, il n'a pas de sang indien mais est Indien dans sa tête. Son existence est passionnée, nomade, imbriquée dans la nature. Sa nature sensuelle lui fait regarder de près chaque femme qui s'approche, mais aussi chaque bouteille de whisky et chaque bon plat bien consistant.
Il n'y aura pas de troisième nouvelle pour moi car je dois avouer que je n'ai pas été convaincu par les deux premiers récits. J'ai tellement aimé des romans tels que Dalva, La route du retour, Retour en terre, que, malgré les descriptions lyriques de la vie au fond du Montana et le caractère bien trempé des héros, j'ai regretté une certaine facilité dans l'écriture et la narration. Jim Harrison est merveilleux dans les longs récits où il a le temps de laisser s'épanouir toute sa verve et tout son lyrisme. Je suis moins convaincu par ces nouvelles où on a l'impression qu'il court derrière ses personnages. Croyez que je suis déçue d'avoir été déçue car Jim Harrison est dans mon Pantheon personnel des meilleurs écrivains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62

critiques presse (1)
LeSpectacleduMonde   14 juin 2011
Trois récits habités par une force narrative, qui confine parfois au lyrisme, où l’auteur, explore un de ses thèmes favoris : le rapport de l’homme à la nature et à son animalité qui peut aussi bien l’élever vers une fusion mystique avec l’univers que le faire basculer dans l’horreur.
Lire la critique sur le site : LeSpectacleduMonde
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   07 décembre 2012
"Aimer quelqu'un qui ne t'aime pas est une des plus vieilles histoires du monde, et des plus tristes. Aimer quelqu'un qui croit t'aimer est parfois pire. Il n'y a aucune garantie, mais si tu n'aimes pas, alors tu es un lâche."
Commenter  J’apprécie          390
mesrivesmesrives   23 août 2015
Il gara le pick-up, puis nous remontâmes le cour d'un torrent; huit cent mètres plus loin, dans une belle petite clairière, ce torrent formait un bassin rocheux. Comme il faisait très chaud, je me déshabillai et nageai dans ce bassin, stupéfait par les centaines de colibris qui voletaient parmi les massifs en fleurs. L'un de ces volatiles vint soudain planter son bec dans la tache de rouge à lèvres laissée sur ma joue par Celia, la femme de Nestor. Quand je poussai un cri, Nestor déclara en riant que cette petite plaie était un signe de chance, ce dont je doutais aussitôt. Il ajouta que pour les Indiens des environs, qui avaient presque tous été assassinés par les cow-boys mexicains, les colibris abritaient en leur corps l'âme du tonnerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ThyuigThyuig   05 février 2013
"Tu es une véritable énigme biologique, avait-elle répondu. En général les femmes désirent un peu de romantisme, mais quand elles cherchent un compagnon au long cours, elles comptent sur l'homme, au moins inconsciemment, pour les entretenir. Toi, tu te présentes comme un raté complet, mais si tu réussis quand même à baiser, c'est parce que tu aimes intensément les femmes, sans la moindre ironie."
Commenter  J’apprécie          100
Corboland78Corboland78   26 mars 2012
Ce premier automne, nous faisions de longues virées parmi les collines des environs, cachant nos vélos avant de poursuivre à pied dans les canyons, tuant des serpents à sonnette avec la Remington de calibre .22 à un coup de Lawrence. Il achetait des cartouches bourrées de chevrotine et dégommait des cailles qu’Emelia cuisait ensuite avec habileté sur une pierre plate entourée de braises. Petit Dicky avait toujours du sel sur lui, dans une bourse fixée à sa ceinture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cicou45cicou45   08 décembre 2012
"Il est si difficile d'emballer certaines sensations avec des mots."
Commenter  J’apprécie          331
Videos de Jim Harrison (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Harrison
Cet épisode du podcast Homo Ethicus est un hommage à Jim Harrison et, plus particulièrement, à sa vision toute personnelle de la sagesse. Sa vision du monde était faite d'amour de la nature sauvage, de gueuletons inimaginable, d'amitié, de poésie et d'écriture que nous voyons à travers des citations de plusieurs de ses ouvrages.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jim Harrison, l'homme du Michigan...

Parmi ces nouvelles, laquelle ne figure pas dans le recueil "Légendes d'Automne" paru en 1979?

Une vengeance
Légendes d'Automne
En route vers l'Ouest
L'Homme qui abandonna son nom

10 questions
90 lecteurs ont répondu
Thème : Jim HarrisonCréer un quiz sur ce livre