AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070135802
Éditeur : Gallimard (30/01/2014)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 7 notes)
Résumé :
«Au commencement, une simple requête maternelle. Celle que Cora fait à sa fille, Makina : elle doit partir à la recherche de son frère, de l'autre côté de la frontière, afin de lui transmettre un message. Voilà une mission que la jeune femme est la seule à pouvoir assumer. Mais pourquoi?
La réponse est au bout du voyage, un périple qui s'effectuera en neuf étapes aussi actuelles qu'immémoriales. Franchir un fleuve avec un pneu pour radeau, transporter des paq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
horline
  06 février 2014
La littérature latino-américaine est pleine de surprises, animée par une nouvelle génération d'auteurs inventifs et extravagants qui n'hésitent pas à utiliser à contre-courant les codes littéraires pour mettre en lumière le reflet d'une époque. Yuri Herrera est de ceux-là. Auteur mexicain, il s'intéresse dans ce roman à l'un des maux qui agitent ses compatriotes : l'immigration clandestine aux Etats-Unis.

Nul texte existentiel enfoui ici, encore moins d'angoisse douloureuse et envahissante là, mais une succession de péripéties rocambolesques dans le parcours d'une jeune fille, Makina, missionnée par sa mère pour transmettre un message à son frère parti de l'autre côté.
L'autre côté c'est le Grand Chilango, pays des Gavaches, que l'on rejoint en traversant la rivière sur des pneumatiques ou autres embarcations de fortune. Des noms purement fictifs pour un auteur qui a choisi d'emprunter le chemin du conte car quoi de mieux que de recourir à un style faussement détaché pour appréhender une réalité bien sombre et procurer au lecteur la sensation d'une leçon universelle à retenir.
Fidèle à la structure de la fable, Yuri Herrera impose dés lors un récit au rythme mené tambour battant balayant toute nuance dans les faits et la conscience de Makina confrontée à une série d'épreuves dans sa quête. La jeune fille volontaire et faussement naïve rencontre toute une série de personnages parfois sans nom mais aux traits saillants permettant de reconnaître immédiatement les passeurs, les malfrats, les naufragés de la vie…des personnages qui seront tantôt des obstacles tantôt des aides providentielles et qui bouleverseront durablement la conscience de la jeune fille.

Structure sans réelle surprise donc, et pourtant on accepte de croire sans sourciller à la tournure quelque peu merveilleuse des évènements face à l'hostilité du quotidien. On ne peut rester insensible à la détermination de Makina qui apparaît comme une lueur traversant le noir de la vie, ni à son regard sur ses compagnons d'infortune et celui qu'ils lui renvoient. Un monde d'invisibles qui peuplent les cuisines des hôtels, les arrière-cours des ateliers, pour qui se pose la question de l'abandon de l'identité et du monde connu jusqu'à présent.
C'est aussi ça l'intérêt du conte, raconter une histoire universelle : celle du dénuement, de l'incertitude, la solitude, la sensation d'être étranger au monde et de l'apprivoiser lentement par fragments pour ces migrants au regard craintif face au dédain.
Pour certains, Signes qui précéderont la fin du monde peut apparaître superficiel et léger, mais il mérite d'être lu au moins pour le texte rédigé de la main de Makina d'une sincérité et d'une beauté désarmantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          245
traversay
  21 février 2014
Le premier roman de Yuri Herrera, Les travaux du royaume, évoquait le monde des narcos. Signes qui précéderont la fin du monde aborde celui de l'immigration clandestine, le passage de l'autre côté de la frontière. L'auteur mexicain use de la même forme, l'allégorie, ou, si l'on préfère, la fable, qui lui permet d'imaginer des péripéties plus ou moins réalistes mais qui, sous l'encre sympathique, révèlent des situations tragiques. le personnage principal du livre, Makina, doit affronter un certain nombre d'épreuves pour mener à bien sa mission, comme un héros de la mythologie. le roman est riche de références, notamment à Mitclan, lieu des morts chez les aztèques, mais ce symbolisme très fort a aussi pour conséquence d'alourdir la lecture finissant par cannibaliser l'histoire en tant que telle dont il faut sans cesse interpréter les passages codés. de ce point de vue, Signes qui précéderont la fin du monde impressionne moins que Les travaux du royaume. Sans doute parce que le style et les procédés narratifs de Herrera sont désormais connus et n'ont plus la fraicheur d'une première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
horlinehorline   06 février 2014
Des baluchons. Qu’emportent avec eux les gens dont la vie, de ce côté, s’achève ? Makina voyait leurs baluchons obstrués par le temps. Des porte-bonheur, des lettres, parfois un violon pour jouer un air entraînant, une harpe pour faire la fête. Des blousons. Ceux qui s’en allaient prenaient avec eux des blousons car on leur avait dit que là-bas tout n’était que glace, même si le voyage foisonnait de déserts. Ils glissaient le peu d’argent qu’ils avaient dans leurs caleçons et un couteau dans leur poche arrière. Des photos, des photos et encore des photos. Ils emportaient les photos avec eux comme s’il s’agissait d’une promesse mais, quand ils revenaient au pays, ils les avaient déjà perdues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
horlinehorline   06 février 2014
La ville est un agencement nerveux de particules de ciment et de peinture jaune. Les panneaux d’interdiction fourmillaient dans les rues, incitant les gens du pays à se sentir toujours protégés, sûrs d’eux.
Commenter  J’apprécie          50
art-bsurdeart-bsurde   18 octobre 2014
La culpabilité fait de la réalité un serrement de cœur à heure fixe.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
257 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre