AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dan WILLIAMS (Autre)Valérie Bourgeois (Traducteur)
EAN : 9782264075444
56 pages
Éditeur : 10-18 (12/11/2020)
4.43/5   74 notes
Résumé :
Dans une longue lettre, un père prie en regardant son fils dormir, implorant d'être protégés lors de la périlleuse traversée qu'ils vont entreprendre. Il évoque également leur vie à Homs en Syrie et la transformation de la ville en zone de guerre. Un texte rendant hommage aux réfugiés syriens à l'occasion du troisième anniversaire de la mort du jeune Alan Kurdi en 2015.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
4,43

sur 74 notes
5
21 avis
4
9 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis

TerrainsVagues
  13 janvier 2019
Comme il fait bon fouiller parfois, au hasard de vieux billets, on y fait de belles découvertes. Merci loneliness pour ce billet qui ne m'a pas laissé d'autre choix que de répondre à l'appel de la prière.
Une prière avant le grand départ.Migrants. Départ vers l'inconnu, vers la vie. Sur la plage, l'attente du bateau, l'angoisse, la tristesse, mêlées à l'espoir. Un parcours, un père, un fils, hier, aujourd'hui… demain ? Oui demain… si la mer le permet.
Khaled Hosseini met quelques mots sur des aquarelles de Dan Williams à moins que ce ne soit ce dernier qui illustre quelques mots de l'auteur, qu'importe, le résultat m'a profondément touché. L'un aurait pu publier sans l'autre pour raconter la même histoire tant les peintures et les mots semblent jumeaux. J'ai vraiment beaucoup aimé les aquarelles, qui m'ont ramené à certains passages de « Là où vont nos pères ». Elles sont plus puissantes que les mots. Les mots suggèrent, l'image impose et dans ce cas il n'est plus possible de se cacher, d'ignorer.
« Intégristes » de littérature, n'attendez rien de cet ouvrage où les mots sont rares, discrets, tournés sur l'émotion et non sur la syntaxe.
« Ce ne sont que des mots
Le tour de passe-passe d'un père.
Cela fend le coeur de ton père
Cette foi que tu as en lui
Parce que ce soir, je n'arrive à penser
Qu'à une chose : combien la mer est profonde,
Et vaste, indifférente.
Et combien je suis impuissant à te protéger d'elle. »

Pas doué pour les prières, j'ose deux ou trois maux en ecchymose, comme un bleu blanc blues…
Une prière à l'amer
Ni dieux ni maîtres
Et vivent les hommes libres
Prière à la mer
Rends à ces hommes l'espoir
Invente leur un futur
Eau de vie, donne-leur en le sel
Réhydrate les coeurs
Entends les pulsations
A la mer veille du monde
La prière à la mère
A la terre
Ma prière à l'âme hère
Enfants de personne, gens de rien
Relevez nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          586
popie21
  16 avril 2019
Magnifique, ce livre est une oeuvre d'art ! Entre les aquarelles de l'artiste londonien Dan Williams et la superbe "Une Prière à la Mer" de Khaled Hosseini, j'ai été vraiment émue par tant de beauté en dépit de l'immense douleur que ce duo décrit. Cette douleur est celle des milliers de migrants qui s'arrachent à tout ce qu'ils ont connu dans l'espoir de réussir à atteindre l'autre rive de la mer. La rive où tous les espoirs sont permis, une terre d'accueil pour survivre et se construire une vie meilleure, loin de la guerre et de la répression.
Je ne connais Khaled Hosseini que par les critiques très positives sur ses livres, notamment "Les cerfs-volants de Kaboul" mais sa prière m'a séduite au point que ses livres vont définitivement rejoindre ma PAL.
Pour couronner cette réussite, à chaque vente du livre, un euro est reversé à l'association La Cimade qui oeuvre pour les migrants, les réfugiés et les déplacés, les demandeurs d'asile et les étrangers en situation irrégulière. Alors certes un euro c'est peu mais comme disait Raymond Devos "pour trois fois rien, on peut déjà s'acheter quelque chose" alors, mille bravos pour ce bel ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5210
Stelphique
  18 avril 2019
✨Si seulement✨
Si seulement, la mer entendait
Le souffle désespéré des naufragés
Les clapotis de leurs bras épuisés
Leurs milliers de coeurs affolés.
🙏🏻🌊
Si seulement, la mer entendait
Le vacarme des bombes lâchées
Les échos d'une ville assiégée
Leurs milliers de coeurs pétrifiés.
🙏🏻🌊
Si seulement, la mer entendait
Les âmes quitter leurs corps déchirés
Les poussières d'étoiles s'éteindre à jamais
Leurs milliers de coeurs envolés.
🙏🏻🌊
Si seulement, la mer entendait
L'espoir de ses vies brisées
L'héritage d'une culture fracturée
Leurs milliers de coeurs éjectés.
🙏🏻🌊
Si seulement, la mer entendait
Le cri de cet enfant, noyé
Les promesses d'un père éploré
Leurs deux coeurs submergés.
🙏🏻🌊
Si seulement, la mer entendait
Alors peut être que j'adresserai
Une prière à la mer, espèrerai
Et mon pauvre coeur ravagé...
🙏🏻🌊
Mais la mer le sait, ce n'est
Qu'un requiem pour les réfugiés,
Et leurs milliers de coeur oubliés
Se mélangent dans les flots déchaînés.
🙏🏻🌊
✨Stelphique✨
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          483
Amakir
  20 juillet 2020
Dans la catégorie bel objet, ce livre m'a été offert au moment de mon anniversaire.
J'ai en main une édition unique puisqu'elle a été customisée après avoir été légèrement abîmée par le transport. Créations picturales qui masquent ouverture et fermeture amochées et subliment un cadeau.
Une combinaison parfaite pour la riche association proposée par les textes de Hosseini et les dessins de Dan Williams.
Une prière à la mer est un bouquet de souvenirs déposé sur une pierre, une éternelle comptine fredonnée dans l'oreille d'un enfant, un hommage aux réfugiés qui risquent leur vie et celles de leurs proches pour échapper à la guerre.
Khaled Hosseini se met en retrait au profit des aquarelles de Dan Williams qui apprivoisent le fil de l'histoire. Colorées et vivantes en témoignage d'une époque heureuse où la liberté avait sa place en Afghanistan. Puis le gris et le noir viennent effrayer les pages et effacent toutes traces de bonheur.
"Mais cette vie, cette époque, ont tout d'un rêve aujourd'hui, même à mes propres yeux, comme une rumeur depuis longtemps éteinte."
Une prière à la mer est un poème dont l'inspiration prend sa source dans l'histoire vraie d'un petit garcon de trois ans qui a laissé son enfance et sa vie en mer pour fuir les persécutions.
"Ce ne sont que des mots.
Parce que ce soir, je n'arrive à penser
Qu'à une chose : combien la mer est profonde,
Et vaste, et indifférente.
Et combien je suis impuissant à te protéger d'elle."
Khaled Hosseini et Dan Williams dédicacent une oeuvre commune aux milliers de familles réfugiées qui périssent chaque année dans de terribles conditions.
Ce livre est beau de délicatesse et d'humilité face à l'insoutenable.
Lu et admiré en juin 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          407
Nowowak
  19 juin 2020
J'ai un peu de mal avec les "beaux livres" écrits en marge d'une carrière bien remplie. Cela sent le redressement fiscal ou le séjour à Bali. Cela sent le réchauffé et la facilité. Que nenni ! Mes préjugés me seront fatals (ou fato, comme vous voulez). Ici l'auteur défend une noble cause. Les droits partent directement vers une oeuvre humanitaire : "La Cimade".
Dans ce court récit d'une trentaine de pages non numérotées (j'ai dû toutes les compter, effort méritoire), je suis d'abord ébloui par le talent prodigieux de l'artiste londonien Dan Williams dont chaque illustration est un tableau merveilleux qui aurait sa place dans n'importe quel musée ! C'est plutôt le texte qui semble assujetti aux images, nonobstant mon immense respect pour cet excellentissime auteur.
Le récit est inspiré par l'histoire effroyable d'Alan Kurdi, petit réfugié syrien de trois ans qui s'est noyé dans la Méditerranée en tentant de rejoindre l'Europe avec son père. C'était en septembre 2015, le livre a été publié fin 2018. Lorsque l'on connaît ce préambule, on ferme les yeux sur un style un peu trop sobre, descriptif, factuel dont le panache ne se réveille que dans les dernières lignes. C'est sans doute voulu. L'auteur s'efface devant le drame et prête sa plume afin de rendre hommage aux réfugiés et non pour les asservir une seconde fois.
Sur un vol de mouettes au-dessus d'une mer noire, le père de Marwan murmure à son enfant qu'il est "une cargaison précieuse, la plus précieuse qui ait jamais existé." Il prie pour que la mer le sache. Inch'Allah. Les dieux ont dirigé le destin vers la mort d'un enfant qui s'ajoute aux milliers d'âmes disparues en mer en tentant un voyage vers une nouvelle terre promise. Pas une phrase n'est plus haute que l'autre pour décrire ces vagues humaines qui subissent la furie des guerres et la fureur des éléments.
C'est avec tact et douceur que l'auteur conte sans emphase cette nuit fatidique sur une plage éclairée par la lune. le père berce son fils en attendant l'aube et l'arrivée d'un bateau. Il lui parle de sa mère, de sa famille, de son passé, brisés telle une rumeur éteinte. le ciel s'est mis à cracher des bombes entraînant tout un peuple dans la faim, les cimetières, l'exode. La fumée a tout envahi, même le bleu est noir. Les maisons se sont transformées en cratères, le rouge vif repeint les murs. Dans cette avalanche de fissures, ils ont fui tous les deux, laissant derrière eux les morts qui brillent de moins en moins au soleil.
Une ombre bienveillante, la lune peut-être, s'approche pour caresser les traits fins et les paupières de l'enfant endormi.  "Tout ira bien" dit-elle au petit assoupi à côté de son père, dans un sommeil innocent. Mais la mer est profonde et vaste. Elle nous rend tous impuissants, pensent les réfugiés. Par-dessus le bruit de l'océan, la voix de la mère flotte, s'élève. Parmi mille, elle reconnaît les pleurs de son enfant et lui murmure à l'oreille des paroles réconfortantes. Sa maman est là. Son petit va lui aussi emmener son malheur ailleurs.
Nowowak

Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          366


critiques presse (1)
Liberation   13 septembre 2018
Dans un texte superbement illustré, l’écrivain allie un récit de son histoire à son fils et un hommage aux vies brisées par l’exil, de la Syrie à l’Afghanistan.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
TerrainsVaguesTerrainsVagues   12 janvier 2019
Afghans, Somaliens, Irakiens, Erythréens, Syriens, nous sommes tous impatients de voir le soleil se lever, et tous effrayés aussi.
(...)
J'ai entendu dire que nous étions les indésirables, les importuns.
Que nous devrions emmener notre malheur ailleurs.
(..)
S'ils pouvaient voir, ne serait ce que la moitié de ce que toi, tu as vu, ils se montreraient plus bienveillants, c'est sur.
Commenter  J’apprécie          180
struffieuxstruffieux   17 septembre 2018
Parce que mes seules pensées, ce soir, sont la profondeur de la mer, son immensité, son indifférence. Mon impuissance à te protéger d’elle. Je ne peux que prier. Prier que Dieu guide ce bateau à bon port, lorsque les côtes échappent à la vue et que nous sommes une moucheture dans le soulèvement des flots, chavirant et versant, facilement engloutie.

Parce que toi, Marwan, tu es une cargaison précieuse, la plus précieuse qu’il ait jamais été.

Je prie pour que la mer le sache.

Inch’Allah.

Combien je prie, pour que la mer le sache.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
WyomingWyoming   06 janvier 2019
On se réveillait le matin au son de la brise
Dans les oliviers, des bêlements
De la chèvre et du tintement des casseroles
De ta grand-mère, à cette heure fraîche où
Le soleil dessinait à l'est un cercle pâle
Semblable au fruit qu'on appelle le kaki.
Commenter  J’apprécie          110
AmakirAmakir   26 juin 2020
Mais cette vie, cette époque, ont tout d'un rêve aujourd'hui, même à mes propres yeux, comme une rumeur depuis longtemps éteinte.
Commenter  J’apprécie          93
struffieuxstruffieux   17 septembre 2018
Je t’ai dit : « Prends ma main. Rien ne nous arrivera. » Ce ne sont que des mots. Le stratagème d’un père.

Cela tue ton père, ta confiance en lui.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Khaled Hosseini (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Khaled Hosseini
Khaled Hosseini: 2013 National Book Festival
autres livres classés : afghanistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mille Soleils Splendides

Quand elle est petite, Jalil parle à Mariam d'un lieu où est enterré le grand poète Jami. Il s'agit :

D'une Vallée
Du Pied d'un Arbre
D'un Cimetière Persan
D'un Minaret d'Herat

14 questions
84 lecteurs ont répondu
Thème : Mille soleils splendides de Khaled HosseiniCréer un quiz sur ce livre

.. ..