AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Claudia Migliaccio (Traducteur)
EAN : 9782871298649
128 pages
Éditeur : Dargaud (02/09/2005)
3.41/5   11 notes
Résumé :
Nous sommes en automne 1939, dans la ville allemande de Hoffendorf. Elen et Maximilian deux jeunes étudiants refusent de se joindre aux organisations nazies, plus par manque de motivation que par conviction politique. Elen qui a fait brièvement la connaissance d'Alex quelques années auparavant, le croise à nouveau et ils tombent amoureux. Mais comment s'aimer quand l'Histoire bouleverse votre quotidien. Elen souffre pour sa meilleure amie, déportée parce qu'elle est... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
MissG
  14 novembre 2015
Trouver un manga qui traite de la Seconde Guerre Mondiale ce n'est pas surprenant, ce qui l'est plus, c'est qu'il ne traite pas de l'histoire du Japon mais à la place du destin de trois jeunes gens dans l'Allemagne de 1939 à 1945.
Elen et Maximilian sont frère et soeur, étudiants dans cette Allemagne qui plonge dans la guerre et l"idéologie nazie, mais ils s'y refusent, dans un premier temps par manque de motivation personnelle et dans un second temps par idéologie politique.
Il y a quelques années, Elen a fait la rencontre d'Alex, elle va le recroiser par hasard et tous les deux vont tomber amoureux l'un de l'autre.
Mais Alex est rongé intérieurement par la perte de ses parents, il soutient l'idéologie nazie et s'engage, ne trouvant du réconfort qu'auprès d'Elen : "Quand je suis avec toi, j'arrive à oublier toutes mes idées noires." .
Tous les deux vivent une parenthèse enchantée : "Ce serait tellement bien si on pouvait rester comme ça pour toujours !", juste avant le déclenchement de la guerre qui va les éloigner l'un de l'autre avant de les rapprocher, jusqu'au dénouement final.
J'ai été touchée par cette histoire et par le destin de ces trois personnages qui rien ne prédestinait à se rencontrer.
Elen et Alex n'ont pas beaucoup de choses en commun, elle est autant lumineuse que loin est sombre, pourtant ces deux-là s'attirent et vivent une forte histoire d'amour.
Peut-être que les événements y sont pour quelque chose et contribuent à amplifier leurs sentiments, peut-être aussi que dans une autre époque ils auraient été faits pour se rencontrer et vivre pleinement leur histoire.
Car il est illusoire de s'attendre à une fin heureuse, à aucun moment je n'ai espéré car ces trois personnages sont emmenés très loin, trop loin, par leurs convictions.
Max dans un premier temps va se lancer dans la résistance Allemande, bientôt rejoint par Elen, là aussi c'est un contexte historique peu abordé dans la littérature.
Quand on a lu "Seul dans Berlin", on sait qu'il n'y a pas d'issue heureuse pour les Allemands qui ont résisté et dénoncé le régime nazi.
Et puis par le biais de la guerre, Max va aussi croiser le chemin d'Alex qui se confiera à lui. Il a toujours les mêmes convictions, mais après avoir vécu la bataille de Stalingrad il se pose des questions, il croit toujours à l'idéal prôné par les nazis, un monde sans Juifs, mais il sait aussi qu'il est allé trop loin et qu'il ne pourra plus revenir : "J'ai l'impression d'être un objet. le führer pense que les Juifs sont inférieurs aux hommes. Et je suis d'accord avec lui. Pourtant je suis le premier à devenir de moins en moins "homme". Je ne suis plus humain.".
J'aime la dualité de ce personnage, gardant ses convictions, qu'on les partage ou non, mais se rendant aussi compte qu'il a vendu son âme au diable et que pour lui non plus il n'y a pas de salut possible.
C'est une histoire à la fois belle et sombre qui est contée ici, pour laquelle Keiko Ichiguchi a fait des recherches historiques et s'est inspirée de personnes ayant réellement existé, les Scholl.
Passée l'étonnement de la lecture dans un sens différent de l'ordinaire et de voir le graphisme typiquement Japonais des mangas, j'ai dévoré cette histoire d'une seule traite.
Et ce fut une belle découverte.
"1945" de Keiko Ichiguchi est un très beau et émouvant manga traitant du destin de trois jeunes gens dans l'Allemagne de 1939 à 1945, une belle surprise piochée au hasard d'une bibliothèque que j'avais envie de vous faire partager.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Tachan
  28 août 2018
Keiko Ichiguchi est une mangaka dont j'aime beaucoup le trait old school et la sensibilité qu'elle met dans ses oeuvres. Ici, elle nous propose un récit à la fois universel et intimiste sur un moment clé de l'Histoire : la Seconde Guerre Mondiale. le récit est vibrant, de force, de drame, de tristesse et d'espoir.
Japonaise expatriée en Italie, elle a fait le choix non de nous parler de la guerre vue par les Japonais, mais de la guerre vue par les Allemands. On pourrait avoir peur qu'elle cherche à racheter ceux-ci mais non, elle propose un portrait tout en nuances de ce moment tragique de notre histoire.
Dans son récit, en trois temps (les premières années, la campagne russe, la chute de l'Empire), elle nous fait suivre toute une panoplie d'Allemands pour nous montrer la diversité des individus confrontés à cet événement. Bien sûr, nous suivons avant tout un trio : un frère (Max) et une soeur (Elen), et l'amoureux de celle-ci (Alec). le premier est un anti-nazi assumé. La deuxième est une allemande qui n'aime pas le régime mais qui n'ose pas forcément agir au début. Quant au dernier, il a été fortement blessé dans sa vie et en veut beaucoup aux Juifs, il s'engage donc dans les Jeunesses hitlérienne. En plus d'eux, nous pouvons également voir des juifs, des membres de la Gestapo, des soldats russes, des citoyens allemands lambda pour et contre le régime. Bref, on brosse à peu près tout le panel des réactions possibles face à ce qui se passe et c'est une grande force du titre.
Mais comme sait très bien le faire Keiko Ichigichu, cette histoire est avant tout celle de trajectoires de vie. La vie d'abord d'Alex/Alec, ce jeune allemand dont les parents sont morts et qui s'est fait embrigader dans les jeunesses hitlériennes. On va suivre sa belle rencontre avec Elen, leurs retrouvailles, mais surtout son parcours militaire. Il commence comme jeune qui haït profondément les juifs sous de faux prétextes, puis devient soldat lors de la campagne russe et la réalité du terrain commence à le faire changer. Mais on voit toute la difficulté à sortir d'un tel engrenage quand il revient à Berlin ensuite tandis que le régime vit ses dernières heures. C'est une histoire sombre et dramatique que la sienne et j'en ai été très touchée. Puis également la vie d'Elen, sa compagne, qui est celle qui évolue le plus avec lui. Au départ, c'est une jeune fille comme les autres, qui a peur face aux horreurs qu'elle voit et qui ne sait pas comment réagir et décide donc de les fuir en se réfugiant dans de faux moments de bonheur. Mais avec la guerre qui avance, elle va se rendre compte qu'elle doit résister et participer, comme son frère, à éclairer les esprits. Elle devient alors quelqu'un de très courageux, qui est capable d'aller jusqu'au bout pour ses idéaux.
Dans ce oneshot, l'autrice nous a donc proposé un mélange de drame romantique avec l'histoire d'amour contrariée d'Elen et Alec pendant la guerre, et de drame humain plus large avec les horreurs de celle-ci. Elle nous emporte avec beaucoup de facilité dans ce récit dur et puissant mais dans lequel elle n'oublie pas de glisser une pointe d'espoir avec cette quête de liberté et de justice des héros.
1945 est un récit court, mais construit intelligemment, porté par des personnages aux trajectoires marquantes, le tout sous le trait fin et expressif de Keiko Ichiguchi qui n'est pas sans rappeler celui de Reiko Shimizu ou de Moto Hagio en moins froid. Un titre à découvrir !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Yvan_T
  05 novembre 2020
Keiko Ichiguchi est une mangaka qui réside en Italie depuis plus de 10 ans et c'est donc imbibée de l'Europe qu'elle s'attaque à un récit sur fond de deuxième guerre mondiale. Avec Osamu Tezuka comme référence dans le genre avec l'excellente "Histoire des 3 Adolf", la barre fut placée très haut pour les autres mangakas voulant s'attaquer à la grande guerre.
Tout comme Tezuka qui basa son histoire sur l'amitié impossible entre un Juif allemand et son ami qui se retrouve parmi les Jeunesses hitlériennes pendant le conflit, Ichiguchi signe ici un drame sentimental basé sur l'histoire d'amour impossible entre Alex, enrôlé dans les Jeunesses hitlériennes, et Elen, jeune Allemande qui s'oppose au régime d'Hitler depuis que sa meilleure amie, Rosa, une juive, fut déportée.
Néanmoins, Ichiguchi parvient à se distinguer de l'oeuvre de Tezuka en racontant son histoire d'un point de vue totalement allemand, tout en s'approfondissant sur le mouvement estudiantin allemand de la Rose Blanche, qui s'opposa au nazisme.
Autre différence avec l' "Histoire des 3 Adolf" qui est un manga seinen (pour adultes), est que "1945" est plutôt un « shojo » (manga pour filles) dont le scénario est beaucoup plus léger et dont le dessin idéalise les personnages dépourvus de toute laideur (blonds aux yeux bleues) afin de plaire aux filles.
Cette légèreté du scénario peut déranger durant les scènes de guerre au front et interroger le lecteur sur le fait que nos trois protagonistes se retrouvent où qu'ils soient en Allemagne, voir même à Stalingrad (le monde est petit n'est-ce pas !). D'un autre côté, avec le mouvement estudiantin de la résistance au nazisme, on prend plaisir à s'interroger sur les raisons de la guerre sur fond d'une histoire d'amour « shojo ».
Il faut enfin souligner que "1945" fut le premier manga prépublié en ligne en Europe (sur le site du quotidien belge lalibre.be) suite à l'initiative de Kana qui a développé un moteur de lecture en ligne de manga, le Kanabox.
Finalement je peux également me réjouir d'avoir reçu ma première dédicace d'un auteur manga, qui a en plus eu l'originalité de dédicacer en kimono dans un magasin spécialisé du centre de Bruxelles que je tiens à remercier. Espérons que les autres mangakas suivront !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
doran40
  21 juin 2020
L'histoire se déroule dans l'Allemagne nazie avec les jeunesses hitlériennes et les opposant au régime fasciste d'Adolf Hitler. La question a du se poser pour de nombreux allemands, quel camp choisir ? La raison guiderait vers le combat résistant mais la survie peut aussi les amener vers la facilité et la résiliation.
Ce manga est plutôt de bonne qualité et touche à un sujet peut étudié, le nazisme vu de l'intérieur par les allemands eux-mêmes. Plutôt intéressant.
Commenter  J’apprécie          20
ShineWalker
  26 juin 2015
Un livre qùi ressasse avec passion la guerre et ses faits abominables.
Le tout en bande dessinée qui intéresse peut-être plus certains jeunes que des romans explicatifs ou que leurs cahiers d'histoire!
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
Lecturejeune   01 mars 2006
Lecture jeune, n°117 - Ce manga s’ouvre sur la mort d’un oisillon, de mauvais augure pour la rencontre entre Elen et Alex, deux enfants allemands. Alors que le pays plongé dans la guerre est aux ordres du Führer, Alex, devenu adolescent, s’engage dans l’armée. Il cultive sa haine des Juifs qu’il tient responsables de la mort de ses parents. Elen vit avec son père, sa mère et son frère Max. Les deux jeunes gens sont membres d’un groupe secret qui diffuse des tracts contre les méthodes du Führer. Elen croise à nouveau le chemin d’Alex, rongé par la douleur. Elle tente par l’amour de vaincre sa haine froide. Original, ce manga emprunte beaucoup à l’Occident (thématique, personnages, codes graphiques) car le jeune mangaka Keiko Ichiguchi vit en Italie. Il traite son sujet de façon remarquablement délicate. La violence ainsi que l’angoisse de la situation sont parfaitement rendues dans l’utilisation des speed liners. En outre, la quasi-absence de trames permet au lecteur d’apprécier l’expression des personnages. Sonia Sedikki
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Lecturejeune   01 mars 2006
Lecture jeune, n°117 - Le scénario du manga s’inspire directement d’un fait historique : à Munich, un groupe d’étudiants, la Rose Blanche, tenta de s’opposer au régime nazi en distribuant des tracts. L’Histoire sert ici davantage de décor au récit d’un amour déchiré. L’étude psychologique des personnages prime, avec les tiraillements entre sentiments et devoir (dévouement à une cause). Mais la lecture laisse l’impression que le sujet est trop rapidement traité, le contexte historique et politique pas suffisamment approfondi. On reste dans l’ambiance d’un shojo, tant dans le scénario que dans le graphisme, avec des personnages idéalisés. Une postface explicative vient compléter heureusement le manga : on pourra suggérer de la lire avant le récit. Réseau de lecture : La lecture de ce manga peut être confrontée à une autre histoire d’amour dans le contexte de l’Allemagne nazie, très présent cette fois : Amours fragiles : Le dernier printemps, Tome 1 de Jean-Michel Beuriot et Philippe Richelle (Casterman, 2001) mais aussi au passionnant manga L’Histoire des 3 Adolf de Tezuka (4 vol., Tonkam, 1998-1999). Cécile Robin-Lapeyre
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MissGMissG   14 novembre 2015
J'ai l'impression d'être un objet. Le führer pense que les Juifs sont inférieurs aux hommes. Et je suis d'accord avec lui. Pourtant je suis le premier à devenir de moins en moins "homme". Je ne suis plus humain.
Commenter  J’apprécie          30
MissGMissG   14 novembre 2015
Ce serait tellement bien si on pouvait rester comme ça pour toujours !
Commenter  J’apprécie          00
MissGMissG   14 novembre 2015
Quand je suis avec toi, j'arrive à oublier toutes mes idées noires.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Keiko Ichiguchi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Keiko Ichiguchi
Retrouvez le bilan de mon échec monumental pour le challenge French-read-a-thon! Plus de vidéos ici : http://goo.gl/HVLQ2O ?Tu veux des infos? Click sur "Plus"?
Livres Cités: -Les cerisiers fleurissent malgré tout de Keiko Ichiguchi -Le livre de Perle de Timothée de Fombelle ___
Vidéos Citées: -Pal du #FRRAT: https://www.youtube.com/watch?v=kjuZj2s1Trg ___
Musiques présentes dans la vidéo: -You Make Me Happy - Jérôme Faby ___
Me retrouver:
-Mon blog: http://bibliothequemisterkev.blogspot.fr/
-Twitter: @BMisterkev https://twitter.com/BMisterkev
-Instagram: @bmisterkev http://instagram.com/bmisterkev/
-Facebook: https://www.facebook.com/bibliothequemisterkev
-Livraddict: http://www.livraddict.com/profil/misterkev/ ___
Ma Wish-List Amazon: http://www.amazon.fr/registry/wishlist/2MY5MCW7X9OWF ___
Mes partenariats:
-My Little Dreams: # Blog: http://mylittledreams.eklablog.com/ # Chaine: https://www.youtube.com/channel/UC3zaNj1mUmwfNtskpFZUo3w
-Read Us: # Blog: http://readusblog.canalblog.com # Chaine: https://www.youtube.com/channel/UC-cjXoSPjbe-bEKOySGTQvA __
-Appareil de Tournage: Nikon Coolpix S4150
-Logiciel de Montage: CiberLink PowerDirector V.8
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2339 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre