AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070441457
560 pages
Gallimard (02/02/2011)
4.34/5   22 notes
Résumé :

Après René Char (Commune présence), Henri Michaux (L’espace du dedans), Paul Éluard (J’ai un visage pour être aimé), voici en Poésie/Gallimard, L’encre serait de l’ombre, l’anthologie personnelle de Philippe Jaccottet. Un choix qui reprend l’ensemble d’un parcours, mais qui apparaît surtout comme la reprise continue d’une suite de questionnements. Car si la voix de Philippe Ja... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Franz
  01 juillet 2020
« Je recommence lentement dans l'air »
Comment aborder une anthologie poétique aussi dense conçue par son auteur, Philippe Jaccottet, courant de 1946 à 2008 ? Peut-être en picorant, en glanant, indépendamment de la logique temporelle ? le lecteur saura peut-être mieux ressentir les dernières proses poétiques du poète suisse, les « Notes du ravin » et « Ce peu de bruits… » datées d'après 2000. Des miettes de texte lancées par des Poucet rêveurs permettraient de jalonner les itinéraires suivis par le poète dans sa Drôme adoptive, ses déambulations attentives à recommencer encore et toujours au rythme des saisons et des élans malgré la faim d'ogre d'un temps, dévoreur aveugle et béant. Penser que le poète disparaîtra sème l'effroi et sa survivance par les livres paraît bien pauvre. Pourtant, quelle belle manière d'honorer Philippe Jaccottet en prenant ses sentes de funambule et des notes extraites de ses « Semaisons » sur un papier volant ou un carnet de route pour tout viatique ? : « Herbe vue à contre-jour, naissante encore, peu dense, fine et droite : presque un filtre, une harpe… ou, tout près de la terre, ma dernière lyre. Pour faire entendre la lumière du soir qui est comme dorée, dans les rafales du vent déjà froid. » Ainsi soit-il !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
frandj
  15 octobre 2020
Ce recueil est l'un des plus gros volumes édités dans la collection Poésie/Gallimard. Il contient de la prose et de la poésie, choisies par l'auteur lui-même. La date de ces textes est comprise entre 1947 et… après l'an 2000, Il s'agit donc d'une vue d'ensemble sur la production de l'auteur. Il inclut, par exemple, "A la lumière de l'hiver" dont j'ai déjà rendu compte sur Babelio.
La poésie de Philippe Jaccottet est loin d'être facile à apprécier: elle est sobre, délicate et allusive. On peut être perplexe ou rester de glace devant ces poèmes. En tout cas, je regrette ici l'absence de toute préface qui serait bien utile aux lecteurs, en éclairant le parcours de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          60
Sinjord
  26 août 2013
Je ne connaissais pas Philippe Jaccottet avant d'ouvrir cette anthologie composée par le poète. Je dois tout d'abord lui dire merci, merci pour la justesse de ses mots, l'expression de ces sentiments si humains que je n'arrivais pas à formuler moi-même. Merci pour cette balade fantastique entre ombre et lumière, dans la contemplation de la nature et dans la sublimation de la douleur. Je craignais une poésie trop joyeuse et trop colorée, mais chaque poème contient, parfois sous un vernis de lumière, une face plus sombre plus ou moins cachée derrière les mots.

Je me dois ensuite de le remercier de m'avoir réconciliée avec le genre poétique avec lequel j'étais fâchée depuis quelques années. Je ne pense pas saisir toutes les nuances de ses mots mais son message m'est parvenu.

Je conseille évidemment la lecture de cette anthologie, pour ceux ou celles qui, tout simplement, cherchent à être surpris à chaque nouveau poème, à être séduit par l'esthétique d'un langage simple et frappant de beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
Lhumanite   30 juillet 2012
Avec lui, nous nous sentons à nouveau vivants, et comme assurés de nous-mêmes et du monde. Un peu moins lourds, un peu moins sérieux, un peu plus légers. Toujours plus résistants. Debout. Encore.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
LeFigaro   29 novembre 2011
C'est toujours difficile d'expliquer pourquoi est-on attiré par les écrits d'un poète. Parfois, même, on reste subjuguer par des mots, une phrase, un vers sans pour autant tout comprendre.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
sonatemsonatem   19 septembre 2022
.
Je me redresse avec effort et je regarde :
il y a trois lumières, dirait-on.
Celle du ciel, celle qui de là-haut
s’écoule en moi, s’efface,
et celle dont ma main trace l’ombre sur la page.

L’encre serait de l’ombre.

Ce ciel qui me traverse me surprend.

On voudrait croire que nous sommes tourmentés
pour mieux montrer le ciel. Mais le tourment
l’emporte sur ces envolées, et la pitié
noie tout, brillant d’autant de larmes
que la nuit.


Autres chants, dans « Chant d’en bas », 1974.

(Repris dans « À la lumière d'hiver, Gallimard ; précédé de, Leçons ; et de, Chants d'en bas ; et suivi de, Pensées sous les nuages», Gallimard, 1994 ― & en Introduction dans « L'encre serait de l'ombre; Notes, proses et poèmes choisis par l'auteur », 1946-2008, Gallimard, 2011).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
nadejdanadejda   20 décembre 2011
LUNE A L'AUBE D'ETE

Dans l'air de plus en plus clair
scintille encore cette larme
ou faible flamme dans du verre
quand du sommeil des montagnes
monte une vapeur dorée

Demeure ainsi suspendue
sur la balance de l'aube
entre la braise promise
et cette perle perdue
Commenter  J’apprécie          421
gauthiermylenegauthiermylene   27 avril 2018
" Beauté : perdue comme une graine, livrée aux vents, aux orages, ne faisant nul bruit, souvent perdue, toujours détruite; mais elle persiste à fleurir, au hasard, ici, là, nourrie par l'ombre, par la terre funèbre, acceuillie par la profondeur. Légère, frêle, presque invisible, apparemment sans force, exposée, abandonnée, livrée, obéissante — elle se lie à la chose lourde, immobile; et une fleur s'ouvre au versant des montagnes. Cela est. Cela persiste contre le bruit, la sottise, tenace parmi le sang et la malédiction, dans la vie impossible à assumer, à vivre; ainsi, l'esprit circule en dépit de tout, et nécessairement dérisoire, non payé, non probant. Ainsi, ainsi faut-il poursuivre, disséminer, risquer des mots, leur donner juste le poids voulu, ne jamais cesser jusqu'à la fin — contre, toujours contre soi et le monde, avant d'en arriver à dépasser l'opposition, justement à travers les mots — qui passent la limite, le mur, qui traversent, franchissent, ouvrent, et finalement parfois triomphent en parfum, en couleur — un instant, seulement un instant. À cela du moins je me raccroche, disant ce presque rien, ou disant seulement que je vais le dire, ce qui est encore un mouvement positif, meilleur que l'immobilité ou le mouvement de recul, de refus, de reniement. Le feu, le coq, l'aube : saint Pierre. De cela je me souviens. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nadejdanadejda   20 décembre 2011
LE LIVRE DES MORTS (1956)

II (...) Ame soumise aux mystères du mouvement,
passe emportée par ton dernier regard ouvert,
passe, âme passagère dont aucune nuit n'arrêta
ni la passion, ni l'ascension, ni le sourire.

Passe : il y a la place entre les terres et les bois,
certains feux sont de ceux que nulle ombre ne peut réduire.
Où le regard s'enfonce et vibre comme un fer de lance,
l'âme pénètre et trouve obscurément sa récompense.

Prends le chemin que t'indiqua le suspens de ton coeur,
tourne avec la lumière, persévère avec les eaux,
passe avec le passage irrésistible des oiseaux,
éloigne-toi : il n'est de fin qu'en l'immobile peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gauthiermylenegauthiermylene   18 mai 2018
Je pense quelquefois que si j'écris encore, c'est, ou ce devrait être avant tout pour rassembler les fragments, plus ou moins lumineux et probants, d'une joie dont on serait tenté de croire qu'elle a explosé un jour, il y a longtemps, comme une étoile intérieure, et répandu sa poussière en nous. Qu'un peu de cette poussière s'allume dans un regard, c'est sans doute ce qui nous trouble, nous enchante ou nous égare le plus; mais c'est, tout bien réfléchi, moins étrange que de surprendre son éclat, ou le reflet de cet éclat fragmenté, dans la nature. Du moins ces reflets auront-ils été pour moi l'origine de bien des rêveries, pas toujours absolument infertiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Philippe Jaccottet (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Jaccottet
« […] Je ne puis oublier ce rôdeur. Comme il s'effaçait en marchant ! On aurait dit qu'il cherchait non seulement à ne pas peser sur le sol, mais encore à ne pas déranger l'air de chaque côté de son corps : il s'émaciait, s'allégeait. Il n'était presque plus rien que le tremblant et douloureux point de rencontre de quelques souvenirs, de quelques visions. […] » (Philippe Jaccottet, Un poète suisse-français : Edmond-Henri Crisinel, L'entretien des muses, Éditions Gallimard, 2015)
« Chez Edmond-Henri Crisinel (1897-1948) […] la poésie ne s'est nullement développée organiquement avec les années ; elle a été un affleurement d'ombres et de trésors profonds que recouvraient d'ordinaire les eaux du quotidien le plus monotone, le plus quotidien. […] le deuxième affleurement, c'est le récit en prose d'Alectone et son épilogue plus tardif, Nuit de juin (1939-1945) […]. Un sentiment de culpabilité extrêmement profond […], une intense nostalgie de la lumière mais aussi du goût pour les ténèbres […], telle fut, nourrie, creusée, authentifiée par l'expérience de la folie, la matière de sa poésie. À cause de sa souffrance, de son angoisse, de son égarement, Crisinel avait entendu des plaintes, surpris des regards, entrevu des mondes dont il ne lui était pas difficile de comprendre qu'ils étaient, même réprouvés, plus réels dans leur ambiguïté que la mécanique de sa vie apparente, que les dialogues et les rapports préfabriqués d'un monde qu'il n'habitait d'ailleurs pas vraiment. Disons qu'il avait éprouvé, non seulement deviné ou appris, que l'homme est un abîme, que cet abîme est horreur et merveille tout ensemble ; fasciné, il avait peine à en détacher le regard. Il en avait peur, mais sans doute aimait-il aussi la volupté mêlée à cette peur. […] Par la poésie, il amenait son combat avec les ombres dans le monde du jour, il le communiquait et s'en rendait maître ; ou, mieux, il chantait avec une joie tremblante sa passagère victoire, il remerciait d'avoir retrouvé la terre, enrichie de ce qui flotte par-dessous : les fautes, les larves, les morts. L'expérience de l'asile de fous n'est plus […] qu'une sorte de cavité, de creux sombre qui donne plus de résonance à la musique un peu grêle des cordes. […]
[…] Lentement, il écrivit Alectone, un bref récit qui est son plus beau livre […]. Pour triompher plus sûrement de ses démons, ou pour goûter une fois de plus à leur troublante présence, ou encore pour l'un et l'autre, Crisinel s'efforça de mieux cerner le détail de son expérience […].
[…] Ces visions […] nous paraissent d'autant plus pénibles que nous savons que Crisinel ne leur a échappé, un an plus tard, que par le suicide. Prouvant ainsi par un geste presque inconcevable chez un être aussi craintif, aussi frêle, la vérité de l'écrit ancien, de la prophétie d'Alectone :
Il ne te sera pas laissé de répit dans l'humiliation, la détresse et l'outrage que tu ne sois mort, parfaitement mort...
[…] » (Philippe Jaccottet, Un poète suisse-français : Edmond-Henri Crisinel, L'entretien des muses, Éditions Gallimard, 2015)
« […] La maison dort, mais ceux qui l'habitent continuent le jeu, mus par la force qui gît dans les ténèbres, devant d'impassibles témoins.  […] »
« […]
« Corps et âme, je t'appartiens désormais, Alectone ! À demi-mot, tu me le fais comprendre, selon tes voies détournées, familières à ceux qui ont commerce avec les douces créatures de l'enfer. Plutôt se crever les tympans que d'entendre tes insinuations, plus insupportables que les piqûres du taon attaché aux flancs de la génisse errante ! Mais que t'importent les oreilles grossières, Alectone, ta voix est plus puissante que celle de l'homme qui crie vengeance, elle traverse les déserts de la surdité même, quand tu veux frapper ta victime, lui faire payer le prix de sa témérité. » (Edmond-Henri Crisinel, Alectone, première partie)
0:04 - Alectone [Première partie] 1:43 - Alectone [Deuxième partie] 3:03 - Alectone [« … »] 4:58 - Nuit de juin 7:10 - Générique
Référence bibliographique : Edmond-Henri Crisinel, Alectone et textes en prose, Bibliothèque numérique romande, 2021. https://ebooks-bnr.com/crisinel-edmond-henri-alectone-et-textes-en-prose/
Image d'illustration : https://www.youtube.com/watch?v=KF17_6KXStg
Bande sonore originale : Carlos Viola - The Unknown
Site : https://thegamekitchen.bandcamp.com/track/the-unknown-2
#EdmondHenriCrisinel #Alectone #PoésieSuisse
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1056 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre