AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070441458
Éditeur : Gallimard (02/02/2011)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 15 notes)
Résumé :

Après René Char (Commune présence), Henri Michaux (L’espace du dedans), Paul Éluard (J’ai un visage pour être aimé), voici en Poésie/Gallimard, L’encre serait de l’ombre, l’anthologie personnelle de Philippe Jaccottet. Un choix qui reprend l’ensemble d’un parcours, mais qui apparaît surtout comme la reprise continue d’une suite de questionnements. Car si la voix de Philippe Ja... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Wozniaksandy
  29 mars 2018
Ce volume regroupe des textes choisis par Philippe Jaccottet qu'il a écrits entre 1946 et 2008. Il s'agit d'une partie de ses carnets de notes, de ses poèmes et des textes en proses. On peut aussi lire des écrits inclassables qui semblent être des monologues.
La poésie de Philippe Jaccottet porte en elle un risque, met en lumière les oppositions qui naissent des mutations, tant dans le style de l'auteur que dans l'approche personnelle de son oeuvre. Elle libère l'extraordinaire style de Jaccottet, tant en prose qu'en vers, plus léger, concis, précis, rythmé...
Emotionnelle, portée d'images, d'odeurs et de sons champêtres elle s'impose comme le miroir de l'âme du poète en questionnement...
On savoure cette poésie magistrale qui sommeille en nous avec plaisir.
Philippe Jaccottet se lit, et s'apprécie.
Commenter  J’apprécie          50
Sinjord
  26 août 2013
Je ne connaissais pas Philippe Jaccottet avant d'ouvrir cette anthologie composée par le poète. Je dois tout d'abord lui dire merci, merci pour la justesse de ses mots, l'expression de ces sentiments si humains que je n'arrivais pas à formuler moi-même. Merci pour cette balade fantastique entre ombre et lumière, dans la contemplation de la nature et dans la sublimation de la douleur. Je craignais une poésie trop joyeuse et trop colorée, mais chaque poème contient, parfois sous un vernis de lumière, une face plus sombre plus ou moins cachée derrière les mots.

Je me dois ensuite de le remercier de m'avoir réconciliée avec le genre poétique avec lequel j'étais fâchée depuis quelques années. Je ne pense pas saisir toutes les nuances de ses mots mais son message m'est parvenu.

Je conseille évidemment la lecture de cette anthologie, pour ceux ou celles qui, tout simplement, cherchent à être surpris à chaque nouveau poème, à être séduit par l'esthétique d'un langage simple et frappant de beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
Lhumanite   30 juillet 2012
Avec lui, nous nous sentons à nouveau vivants, et comme assurés de nous-mêmes et du monde. Un peu moins lourds, un peu moins sérieux, un peu plus légers. Toujours plus résistants. Debout. Encore.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
LeFigaro   29 novembre 2011
C'est toujours difficile d'expliquer pourquoi est-on attiré par les écrits d'un poète. Parfois, même, on reste subjuguer par des mots, une phrase, un vers sans pour autant tout comprendre.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   20 décembre 2011
LUNE A L'AUBE D'ETE

Dans l'air de plus en plus clair
scintille encore cette larme
ou faible flamme dans du verre
quand du sommeil des montagnes
monte une vapeur dorée

Demeure ainsi suspendue
sur la balance de l'aube
entre la braise promise
et cette perle perdue
Commenter  J’apprécie          290
nadejdanadejda   20 décembre 2011
LE LIVRE DES MORTS (1956)

II (...) Ame soumise aux mystères du mouvement,
passe emportée par ton dernier regard ouvert,
passe, âme passagère dont aucune nuit n'arrêta
ni la passion, ni l'ascension, ni le sourire.

Passe : il y a la place entre les terres et les bois,
certains feux sont de ceux que nulle ombre ne peut réduire.
Où le regard s'enfonce et vibre comme un fer de lance,
l'âme pénètre et trouve obscurément sa récompense.

Prends le chemin que t'indiqua le suspens de ton coeur,
tourne avec la lumière, persévère avec les eaux,
passe avec le passage irrésistible des oiseaux,
éloigne-toi : il n'est de fin qu'en l'immobile peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gauthiermylenegauthiermylene   27 avril 2018
" Beauté : perdue comme une graine, livrée aux vents, aux orages, ne faisant nul bruit, souvent perdue, toujours détruite; mais elle persiste à fleurir, au hasard, ici, là, nourrie par l'ombre, par la terre funèbre, acceuillie par la profondeur. Légère, frêle, presque invisible, apparemment sans force, exposée, abandonnée, livrée, obéissante — elle se lie à la chose lourde, immobile; et une fleur s'ouvre au versant des montagnes. Cela est. Cela persiste contre le bruit, la sottise, tenace parmi le sang et la malédiction, dans la vie impossible à assumer, à vivre; ainsi, l'esprit circule en dépit de tout, et nécessairement dérisoire, non payé, non probant. Ainsi, ainsi faut-il poursuivre, disséminer, risquer des mots, leur donner juste le poids voulu, ne jamais cesser jusqu'à la fin — contre, toujours contre soi et le monde, avant d'en arriver à dépasser l'opposition, justement à travers les mots — qui passent la limite, le mur, qui traversent, franchissent, ouvrent, et finalement parfois triomphent en parfum, en couleur — un instant, seulement un instant. À cela du moins je me raccroche, disant ce presque rien, ou disant seulement que je vais le dire, ce qui est encore un mouvement positif, meilleur que l'immobilité ou le mouvement de recul, de refus, de reniement. Le feu, le coq, l'aube : saint Pierre. De cela je me souviens. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nadejdanadejda   20 décembre 2011
LES GITANS

Il y a un feu sous les arbres :
on l'entend qui parle bas
à la nation endormie
près des portes de la ville.

Si nous marchons en silence,
âmes de peu de durée
entre les sombres demeures,
c'est de crainte que tu meures,
murmure perpétuel
de la lumière cachée.
Commenter  J’apprécie          70
gauthiermylenegauthiermylene   18 mai 2018
Sûrement, quelque chemin que je suive encore, dans quelque labyrinthe que je me risque, si quelque fil d'Ariane doit m'en dépêtrer, ce sera celui de certaines paroles, non pas forcément grandes, mais limpides, comme l'eau des torrents. J'y ai bu avec mes mains d'enfant devant la bouche; je les ai franchis d'un court élan de mes pieds d'enfant, sur ces pentes à l'herbe rase et parsemée de pierres; si froids qu'ils semblaient jaillir du sein neigeux des montagnes, comme dans la « Lettera amorosa » : « per sentieri di nerve... » Si ce fil ne rompt pas, je n'aurai besoin de rien de plus, aujourd'hui et plus tard, « nune et in hora mortis nostrae ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Philippe Jaccottet (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Jaccottet
Valérie Garcia est professeur de lettres modernes au collège La Vanoise à Modane. Avec sa classe de 3e, elle a utilisé l'application de lecture numérique Glose (https://glose.com) pour proposer la lecture de quatre recueils de poésies sur le thème "Visions poétiques du monde". Les élèves devaient lire et étudier, un corpus de poèmes sur le thème du voyage poétique, qui comprenait par exemple "Le Bateau ivre" de Rimbaud, "Zone" d'Apollinaire ou "La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France" de Cendrars, avec en contre-point des poésies plus contemplatives de Jaccottet. Hormis ces points d'étape imposés, les élèves étaient libres de dégager leur propre parcours de lecture personnel dans chacun des recueils. On part de la lecture subjective et collaborative des élèves pour construire une lecture littéraire des poèmes.
Voici les avantages de Glose sur cette séquence de travail : * Glose favorise la continuité entre le travail à la maison et le travail en classe. * La lecture collaborative est facilitée par le dialogue dans les marges du livre. La démarche d'analyse s'appuie sur les réceptions individuelles des poèmes. * Les matériaux de lecture recueillis par les élèves au fil de leurs lectures ont débouché sur des écritures individuelles et collaboratives, de réflexion et de création, pour une appropriation plus personnelle des textes. * La lecture sur Glose offre une vue privilégiée sur la lecture réelle des élèves et facilite un suivi différencié. C'est aussi un retour sur sa propre activité enseignante pour vérifier les acquisitions et prévoir les ajustements didactiques nécessaires.
Vous enseignez ? Vous cherchez un outil pour vous aider à transmettre le goût de la lecture à vos élèves ? Glose est fait pour vous :) Dans notre librairie en ligne, vous trouverez plus d'un million de livres en français et en anglais : fiction, essais, éducation, sciences humaines, philosophie, etc. Des dizaines de grands classiques gratuits au programme des collèges et lycées sont disponibles. N'hésitez pas à nous contacter, nous pouvons vous accompagner dans la mise en place de l'outil au sein de votre classe ou de votre établissement. Pour nous écrire, c'est par ici : hello@glose.com Vous pouvez nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/GloseFrance Et sur Twitter : https://twitter.com/Glose_France
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature suisseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
750 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre