AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266216203
864 pages
Éditeur : Pocket (12/07/2012)
3.74/5   37 notes
Résumé :
Ve siècle de notre ère.
Thorn l'hermaphrodite est devenu l'homme de confiance de Théodoric, roi des Goths, qui revendique ses droits sur les territoires d'un Empire romain d'Occident vacillant.
De retour d'une mission auprès de l'empereur Zénon à Constantinople, Thorn tombe aux mains de Strabo, le pire ennemi de Théodoric. Une violence inouïe se déchaîne alors pour la conquête du pouvoir.
Confronté aux plus sombres et fascinantes rencontres de s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
boudicca
  04 juin 2015
Avec ce deuxième et ultime volume de « L'empire barbare », Garry Jennings poursuit sa fresque historique consacrée à la chute de l'Empire romain d'Occident et à l'ascension de Théodoric le Grand. On retrouve évidemment avec plaisir notre narrateur et protagoniste, Thorn, qui gravite désormais autour des grands de l'époque, qu'il s'agisse de l'empereur d'Orient Zénon, de Strabo, principal concurrent à la souveraineté du peuple Goth, et bien sur de Théodoric dont on assiste à irrépressible élévation. Autant d'illustres personnages dont notre héros sera amené à croiser le chemin tour à tour sous son apparence d'homme ou de femme. Car souvenez-vous que Thorn est loin d'être un être humain ordinaire : il est un hermaphrodite, à la fois homme et femme puisque possédant les organes génitaux spécifiques aux deux sexes. Loin d'être un handicap, cette dualité lui permet d'endosser tour à tour l'une ou l'autre de ces identités en fonction des circonstances. C'est bien sûr en tant que Thorn, maréchal de Théodoric, que notre héros se rendra en ambassade à Rome auprès des sénateurs et autres hauts dignitaires de l'empire et qu'il organisera la prise de Ravenne et la défaite d'Odoacre. C'est cependant en tant que Véléda, son pendant féminin, qu'il se laissera capturer comme otage par le cruel Strabo, ou qu'il infiltrera la redoutable tribu des Amazones.
Vous l'aurez compris, cette capacité à passer d'un sexe à l'autre offre au protagoniste de vastes possibilités. Comme dans le premier tome, il est cependant un peu agaçant d'entendre Thorn affirmer à plusieurs reprises que ses actes de compassion ou de pitié lui ont été dictés seulement par sa nature féminine. Depuis quand des sentiments tels que l'empathie ou la jalousie et des traits de caractère comme la superficialité ou la coquetterie sont-ils devenus l'apanage exclusif des femmes ? On prend malgré tout plaisir à suivre les aventures de Thorn qui consacre cette fois l'essentiel de son récit à l'ascension de Théodoric en Occident. Malgré quelques petits arrangements avec l'histoire « officielle » et un compréhensible manque d'objectivité de la part du narrateur, on sent une fois encore que Garry Jennings s'est abondamment et sérieusement documenté sur ce Ve siècle qu'il dépeint avec justesse comme une période de grande incertitude. Contrairement au premier tome, on sent malgré tout quelques moments de flottement dus peut-être moins à un ralentissement du rythme qu'à de grosses digressions. Je pense notamment au passage consacré à la recherche des origines du peuple Goth qui, sans être complètement dépourvu d'intérêt, arrive toutefois comme un cheveu sur la soupe et nous éloigne trop longtemps du coeur de l'action.
Un second tome un peu en dessous du premier en raison, sans doute, de la volonté de l'auteur d'étirer son récit et d'y ajouter des éléments historiques, certes intéressants, mais pas toujours essentiels à l'intrigue. « L'empire barbare » reste cela dit un diptyque très réussi nous plongeant efficacement au coeur du Ve siècle au côté d'un héros à la fois héroïne très attachant(e).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ChaK_
  22 octobre 2018
Serie terminée, me laissant un sentiment mitigé. j'ai été très déçu de la première moitié de ce second volume. Pas que cela soit mauvais en soi, mais historiquement très faible. On a encore une fois l'impression de lire un roman d'aventure fantastique sans être vraiment encadré et bien maintenu dans une trame historique réelle. On suit bien vaguement le règne de Theodoric, mais c'est un peu trop discret à mon gout, l'auteur laissant libre court à son imagination. J'aurais aimé être plus proche de l'Histoire.
Cependant, même si la trame me semble bien légère, globalement le travail de fond est remarquablement travaillée. L'auteur situe bien les peuples, précise un peu les relations entre elles et dépeint un portrait crédible de cette époque de "barbare". C'est une époque assez rare dans la littérature, et j'ai pris énormément de plaisir à découvrir ces Goths crédible et humains. J'achèterais indubitablement des livres sur le sujet.
La seconde partie du livre est quant à elle bien meilleur. Cette fois ci on entre de plein pied dans le règne de Theodoric, et même romancé et enjolivé c'est très agréable. Tout le livre aurait du être de cette trempe.
J'aurais cependant aimé que Jennings ne s'éparpille pas à nouveau dans ses délires sexuels, couchant sur papier ses fantasmes de façon fort détaillés. Des sauteries entre hermaphrodites, serieusement? Il y en a un peu moins que dans le premier tome cependant. Pas que ça me choque ou autre, mais ça n'apporte vraiment rien au roman. Ou alors de façon plus rare.
Mon principal reproche à Jennings est donc un trop grand laxisme dans sa conduite de l'Histoire, quand on écrit un roman historique on se doit d'être rigoureux. On ne peut pas inventer les amazones M. Jennings (les mythes restent des mythes, et même s'il cherchait à dépeindre les fameuses femmes guerrières Scythes ce serait un sacré anachronisme....), on ne doit pas faire mourir Theodoric ou d'autres personnages clefs de façon fausse ou même à de fausses dates. On peut selon moi prendre des libertés que dans les interstices laissés par L Histoire, mais pas dans les évènements clefs.
Pour les personnes ne cherchant pas le côté historique de la chose cela reste un bon roman d'aventure, très agréable à lire. Rajoutez facilement un bon point à la note.
Bref, Historiquement ça n'arrive à la cheville d'un La religion de Willocks par exemple, mais grâce à son cadre original et sa plume simple j'en retire une experience globalement positive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lilianelafond
  04 mars 2013
Dans la foulée, je viens donc de terminer le second tome de cette épopée....Je suis enchantée de ma lecture, qui m'a demandé une certaine attention car outre l'histoire il y a L Histoire....l'Histoire avec son grand H quand on suit Théodoric dans sa conquête de l'empire romain d'occident.
Extrêmement documenté, ce deuxième et dernier opus nous éclaire sur une époque rarement décrite.
La chute de Ravenne où s'est réfugié Odoacre, empereur romain sur le déclin, est un passage du livre qui nous rappelle que oui, on est dans l'Histoire et non la fantaisie. Les descriptions qui s'ensuivent de la république romaine, de son quotidien, les explications sur les rapports entre la Rome d'Orient de Justinien et Théodora et le nouvel empire arien de Théodoric, sans cesse impactés de considérations religieuses ou politiques, nous emmènent alors vers un véritable roman d'Histoire.
Et Thorn finit par s'effacer, après maintes et maintes péripéties, entraînant avec lui Veleda sur le chemin du crépuscule.
Il aura eu ce mérite de remettre sur son piédestal un des plus grands empereurs de l'Histoire, très souvent ignoré, mais qui méritait certainement, tel Alexandre de Macédoine, son qualificatif de Théodoric le Grand.
A lire sans modération. Et un grand coup de chapeau à Thierry Chevrier, traducteur de l'oeuvre.
Je conseille toutefois de lire dans la foulée les deux tomes sans trop attendre, car certains retours en arrière peuvent s'imposer en raison du grand nombre de personnages.
Par ailleurs, comme je le disais déjà pour le premier tome, sans doute faut il avoir quelques notions historiques sur cette période pour savourer ce roman absolument époustoufflant.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   30 mai 2015
Les Romains, les Huns ou n'importe quelle autre race d'hommes peuvent ravager une terre en long, en large et en travers. Ses diverses parcelles peuvent changer de maître de nombreuses fois. Le sol peut être irrigué de sang, jonché d'ossement, creusé de milliers de tombes, être couvert d'armures vouées à la rouille et à la pourriture... tout cela s'effacera et finira par disparaître en l'espace d'une simple vie humaine. Seule la terre ne change jamais. Un homme ne se doit d'être loyal qu'envers l'immuable terre dont il est issu, plutôt que d'obéir à ses dieux, ses rois ou à ses ancêtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191

autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2444 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre