AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213701400
288 pages
Éditeur : Fayard (30/08/2017)
3.42/5   30 notes
Résumé :
Dans une ancienne région minière des Appalaches ravagée par la pauvreté, l’ombre de Nitro Mountain s’étend sur la cohorte de laissés-pour-compte, junkies, piliers de comptoir et marginaux sublimes qui y vivent. Jones, un musicien bluegrass qui se donne avec son groupe dans des bars glauques, prend sous son aile Leon, un jeune homme paumé qui ne se remet pas de sa rupture avec la torturée et bouleversante Jennifer. Celle-ci a eu la mauvaise idée de tomber sous la cou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,42

sur 30 notes

le_Bison
  10 novembre 2017
Il y a des matins comme celui-ci où je me retrouve accoudé au comptoir d'un bar du fonds de l'Amérique, un bled perdu dans les ténèbres des Appalaches. Comme souvent, le juke-box déverse son mélange de country et de blues. Comme toujours, je me retrouve seul à tourner les pages d'une vie, il y a un gars sur scène qui joue de la guitare, des trucs à la Hank Jones, il y a un autre type qui porte un tatouage de Daffy Duck dans le cou. Une nana en mini habillée de santiags regarde le guitariste, les lèvres brillantes humidifiées par sa langue érotique, la main presque sur les couilles du tatoué.
Je sens que dans quelques secondes, minutes, heures, la baston va déchaîner son lot de violence, de sang et de bile. Cela finit toujours comme ça ces histoires qui mêlent le pouvoir de l'alcool, des drogues et des nanas bien roulées en santiags. Y'a pas à dire, aujourd'hui, je suis servi. J'ai tous mes plaisirs malsains sans bouger mon cul du tabouret du bout du comptoir. Une poupée m'apporte un shot, plus fort, plus violent, plus viril. Beau cul. L'heure de me défoncer la gueule au Durty Misty's. D'oublier cette vie de merde, cette putain de vie qui me cloue devant un verre et un bouquin, cette vie qui me fait tituber d'un côté à l'autre du caniveau, dont les effluves de pisse se mêlent au parfum de gerbe qui me reste en travers de la gorge.
A quoi reconnait-on vraiment un homme ? A sa capacité de pleurer, à celle d'encaisser les coups ou à celle de compter le nombre de bières qu'il s'enfile avant de ne sombrer dans le caniveau et de se vomir dessus…
A quoi reconnait-on un bon écrivain, en devenir ? Au fait de tourner les pages et de se retrouver perdu dans cette « Nitro Mountain », région minière désaffectée des Appalaches, et dans ce roman. C'est toujours le premier contact qui compte. Et comme première impression, je me suis senti dérouté, comme perdu dans le scénario. J'avoue, j'ai eu du mal au début, la gueule de bois, ou la gueule en vrac, pour accrocher à l'histoire, pour adhérer au comptoir, comme un sous-bock collé sur le zinc. Mais, à mon âge, je ne me refais pas, loin de là l'idée d'abandonner un pub alors que ma pinte n'est qu'à demi-consommée et que l'happy hour n'est pas terminée. J'ai persévéré, mon esprit est resté scotché au bar, une musique déversant toujours son flot d'accords, country toujours, cours toujours, les évènements déversant subitement un flot plus important de sang et de gnons, comme c'est trognon ce sang se déversant dans ce trou de balle, gros calibre, une bière se déversant toujours par le chemin le plus direct, de la pompe à mon verre, de mon verre à mon estomac, de mon estomac au caniveau. J'aime les circuits courts.
Lee Clay Johnson, nouvel auteur de cette Amérique profonde écrit là son premier roman. Pas parfait, mais pas non plus dénué d'intérêt. En devenir, donc, et probablement curieux de le découvrir dans quelques années dans un autre roman, toujours dans le coin, probablement que je n'aurai pas bougé de mon tabouret, accoudé seul au comptoir de n'importe quel bouge de la grande Amérique décadente. du sang, de la bière et du vomis, le triptyque incontournable de mes désirs littéraires. Pour peu qu'un gratteux à la guitare y déverse ses mélodies sur scène, je suis prêt à boire n'importe quelle bière, même fadasse, même chaudasse, comme les nanas. J'aime la poussière du Durty Misty's même si j'en espérais beaucoup mieux, en attendais probablement beaucoup trop.
« Rien n'est plus triste que la fin de l'happy hour. », toute la philosophie d'un homme triste....
Lien : http://memoiresdebison.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          529
gabb
  06 février 2018
Au rayon "Nouveautés" de ma médiathèque, sa couverture bleue nuit et son cerf aux bois incandescents m'ont tout de suite tapé dans l'oeil. Survol rapide du résumé : "région minière des Appalaches / marginaux sublimes / musicien bluegrass / truand sociopathe fascinant / entrée fracassante en littérature". Il ne m'en faut pas plus, j'emprunte !
Le bouquin, d'abord, et puis ces routes défoncées, ces chemins de traverse qui relient le Durty Misty's aux autres rades miteux de Bordon, patelin paumé emblématique du désenchantement américain.
Pour tous les poivrots du coin, hors ces camps retranchés point de salut ! Tout se passe ici, autour des comptoirs poisseux : les cuites collectives, les concerts improvisés, les trafics en tous genres, les plans dragues douteux et les plans drogues foireux, les échanges de bourre-pifs sur fond de musique country...
Pour son premier roman, si bleu au dehors et si noir au dedans, Lee Clay Johnson s'en donne à coeur joie avec ses personnages, qu'il maltraite et triture à l'envi. Léon le bassiste, Jennifer l'allumeuse, Turner l'ex-flic chatouilleux de la gachette, et bien sûr Arnett, l'affreux jojo ultra-violent et complètement fêlé : aucun ne parviendra à s'extirper indemne de la mélasse ambiante. C'est glauque et désespéré, un peu malsain parfois, ça pue la bile et la bière tiède : bref, on n'est pas chez Disney !
Les plus ronchons diront peut-être que l'histoire ne casse pas trois pattes à un canard (rien à voir avec le Daffy Duck tatoué dans le cou d'Arnett-le-psychopathe, notez bien !), qu'on l'a déjà lue mille fois... Je leur réponds que oui, moi aussi j'ai pensé à Donald Ray Pollock (tiens, encore un canard ?) et à son "Diable, tout le temps", que l'on retrouve ici la même faune crasseuse et les mêmes scènes sanglantes mais que le lecteur, pour peu qu'il ne soit pas trop émotif, se laisse néanmoins entraîner par le rythme infernal imposé par Lee Clay Johnson et n'en écarquille pas moins les mirettes !
Une bande-son sympatoche, une gueule de bois quasi-permanente, des soiffards si déglingués qu'ils en deviennent presque attachants et une visite guidée explosive des bars les plus cradingues de Bordon : voilà donc ce que vous réserve ce roman bleu nuit perfectible mais tordu à souhait.
Pour apprendre à conjuguer le verbe boire à tous les temps (à commencer par le présent de l'apéritif !).
Pardon. Je crois que je vais rentrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Killing79
  01 septembre 2017
Il y a des romans qui se veulent noirs, très sombres mais desquels une forme d'espoir peut émerger. « Nitro Mountain » ne fait pas partie de ceux-là ! En effet, ce premier roman est un véritable concentré de noirceur. Les bons sentiments y ont très peu leur place. Seule la nature humaine avec ses plus bas instincts est laissée en liberté dans cette aventure.
Dans un coin retiré et dévasté par la pauvreté, on est mis en présence de protagonistes plutôt raccords au décor. On y découvre des hommes et des femmes rongés par la précarité, qui font tout et surtout n'importe quoi pour s'en sortir. A chaque coin de bars, on croise des truands, des musicos, des saoulards, des drogués, des psychopathes… tout un ramassis de losers, toujours prêts à exploser. Et lorsque que les femmes, assez incontrôlables aussi, mettent leur étincelle dans ce baril de poudre, le résultat ne se fait pas attendre. La tension va grimper lentement provoquant l'escalade de la perversité et de la violence. Un évènement va en entraîner un autre jusqu'aux différents drames.
La plume de l'auteur est décousue et m'a parfois un peu troublé. Néanmoins, elle représente parfaitement le côté versatile et imprévisible de tout ce petit monde. Leurs marginalités créent une sorte d'instabilité constante. Elle maintient une pression sur le lecteur. On s'attend à tout moment à ce que ça parte en vrille.
Le premier roman de Lee Clay Johnson est une réussite pleine de promesses. La lecture est un peu hachée par le style, mais je garderai un bon souvenir de ce voyage oppressant et fascinant dans les coulisses de la désolation. Je vous donne tout de même un petit conseil avant de vous lancer dans cette aventure : Ne vous attachez pas trop aux personnages ! L'auteur les pousse dans leurs retranchements et comme on a affaire à une belle brochette de tarés, l'issue ne peut être que tragique !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
MELANYA
  12 août 2021
Voilà un auteur américain que l'on ne connaissait pas et qui, pour son premier roman, un roman noir « Nitro Mountain », a fait partie de la rentrée littéraire 2017.
J'ai d'abord été étonnée par le titre : pourquoi « Nitro » ? En effet, cela m'a tout de suite fait penser à la nitroglycérine, cette substance explosive et très corrosive.
Alors, je vais dire que, pour ma part, si le titre est explosif ainsi que le nom de cette montagne, j'ai trouvé que le récit l'était.
La pauvreté, les junkies, l'alcool et la drogue y règnent.
Dans ce paysage ravagé dans les Appalaches, l'auteur nous décrit formidablement bien tous les personnages : on y voit Leon qui a été abandonné par Jennifer et ne se remettant pas de cette blessure amoureuse, va être aidé par un musicien bluegrass, Jones. On y voit Arnett, un psychopathe qu'un ex-flic, Turner, va tenter d'arrêter, d'autant plus que la fragile Jennifer est tombée sous sa coupe.
Tout le récit est dramatique, brutal, souvent dérangeant (pour les âmes sensibles).
Les différents personnages sont bien décrits avec leurs faiblesses, leurs différents points de vue.
L'écriture est très simple. Ce thriller plein de suspense et d'action est également plein d'humanité.
L'auteur ne manque pas d'y glisser des remarques humoristiques ce qui fait sourire dans ce monde de désolation et où chaque vie est si fragile.
Mais il y a un plus, très important : la musique, la country-music, qui est très présente et on en parle souvent, non seulement avec Jones mais aussi avec toutes les chansons évoquées ou les groupes de chanteurs.
On peut même dire que l'on baigne dans cette musique et cela malgré les drames qui se jouent et se déroulent sans cesse.
Ce n'est peut-être pas une lecture reposante mais au contraire toujours sur le fil du rasoir, du suspense de bout en bout, une émotion qui prend aux tripes quand on lit ce qu'est la vie de chacun, mais c'est un roman noir qui donne une sacrée claque.
Je dois reconnaître que pendant un bon nombre de pages je n'ai pas été certaine d'adhérer à l'histoire car je venais de lire d'autres livres sur des thèmes moins dramatiques. Mais ensuite, j'ai été prise par le talent de l'écrivain.
D'ailleurs, parmi les quelques critiques que j'ai pu lire, j'ai préféré retenir celle de John Casey :
" Nitro Mountain est un roman formidable. Lee Johnson est un écrivain naturel. Il habite chacun de ses personnages : le bon, le mauvais, et ceux qui se balancent. le livre est drôle et fâché, puis plus sombre et drastique. Lee Johnson écrit si bien que toute l'histoire est un courant électrique. "

Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Electra
  13 novembre 2017
C'est dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire que j'ai reçu ce roman. Il me faisait de l'oeil depuis un petit moment, j'étais donc ravie d'être parmi les heureux gagnants, même s'il s'agit d'un roman noir.
Ce fut une lecture étrange et je suis assez partagée en rédigeant aujourd'hui ma chronique. Nous voici donc dans une région minière des Appalaches, où les mines ont peu à peu fermer et où la population se retrouve le soir dans les bars, sous l'ombre de Nitro Mountain. « Une cohorte de laissés pour compte, junkies, piliers de comptoir, vauriens et marginaux sublimes qui y vivent » nous dit l'éditeur. Dans l'un des rares bars à proposer des concerts, entre ventes illégales de drogues, prostitution et bagarres, Jones, un musicien bluegrass vient y donner un concert. Il propose à Leon, un jeune homme de la région de venir remplacer au pied levé son bassiste.
Le romancier, Lee Clay Johnson, nous présente ce jeune homme, très attachant, Leon. Ce dernier a rompu avec la magnifique mais torturée Jennifer. Celle-ci lui a préféré un truand notoire, Arnett. Ce dernier est un vrai psychopathe qui porte un tatouage de Daffy Duck. Il s'est installé au pied de la Nitro Mountain, dans une propriété qu'il garde farouchement.Leur relation est orageuse, faite de boissons, de drogues et de coups. Leon tente d'oublier la belle Jennifer, et accepte la proposition de Jones de partir en tournée avec eux. C'est enfin la chance qu'il attendait, l'opportunité de quitter cet enfer. Quitter cette vie où il doit encore crécher chez ses vieux et compter ses quelques dollars. Sans aucune perspective, la musique est son seul échapatoire. Mais Leon a un mauvais karma, nous sommes dans un roman noir, et une sale blessure au bras l'empêche de continuer la tournée. Jennifer réapparaît et l'appelle à l'aide, elle prétend qu'Arnett la retient prisonnière et demande à Leon de l'aider à l'éliminer.
Lorsque Leon disparaît mystérieusement, la police est informée ainsi que Turner, ex-flic, viré de la police pour avoir lui-même enfreint la loi. L'homme a troqué le revolver pour une arbalète et est bien décidé à aller mener l'enquête afin de regagner son insigne. Son meilleur pote, qui fréquente le bar où se produit Jones, décide de venir l'aider. Mais les choses ne se passeront pas, évidemment, comme ils le prévoient..
Je le confirme : nous sommes dans du noir, du très noir. L'auteur ne nous épargne rien. J'avoue que le début a été difficile, je n'ai pas été séduite par le style de l'auteur, je le trouvais même plutôt léger. Puis Leon est apparu, jeune, paumé et « diablement attachant » comme nous le vend l'éditeur. Et j'ai vraiment accroché à la première partie du roman. Malheureusement, la magie a disparu avec l'arrivée en scène du psychopathe Arnett. J'ai trouvé le personnage « too much », comme si l'auteur voulait nous en mettre plein la vue. Malheureusement, ce personnage et l'accumulation de scènes de violence gratuites n'ont eu que pour effet de m'éloigner du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Actualitte   09 janvier 2018
Au-delà du roman extrêmement noir et violent que nous livre Lee Clay Johnson, c’est dans une drôle d’Amérique qu’il nous plonge. Bien loin des néons et des lumières des grandes villes, c’est dans une région sinistrée Qu4il situe son roman.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   08 novembre 2017
Le monde est une cage remplie d’animaux affamés qui se rendent pas compte qu’ils ont juste à pousser la porte pour l’ouvrir. Alors, ouvrons-la, cette porte !
Au détour d’un virage apparaît dans le faisceau de ses phares un cerf inerte en travers de la route. Il n’a pas le temps de donner un coup de volant – d’ailleurs, c’est une bonne chose, sinon il se serait foutu dans le décor – et il percute l’animal dans un bruit sourd. Il continue à rouler, accompagné du raclement d’un truc qu’il traîne et l’odeur de viande brûlée qui entre par la ventilation.
Il s’arrête sur cette route de campagne, sur un plateau qui domine les ténèbres. Le chant des grillons et des cigales. Les phares de la voiture font ressortir le gris mort des érables, des chênes, des peupliers et des poteaux téléphoniques recouverts de kudzu, la route devant lui et la vapeur qui émane de la calandre de la voiture. Quand il sort, il voit une grande ramure et un corps de la taille d’un sac de paquetage, enfin, ce qui fut un corps, devenu fourrure et muscles entortillés, un abdomen éventré d’où se répand de l’herbe mâchée. Il plonge la main dans le cou de la bête. Ses doigts s’enfoncent, c’est encore chaud là-dedans, la mort est récente, il ressort ses doigts visqueux, inspecte la couleur à la lueur des phares, puis se passe les doigts autour des yeux ; il se peinturlure comme Bob avait coutume de le faire quand ils partaient en virée. Un guerrier au sang de cerf.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
le_Bisonle_Bison   12 octobre 2017
Le barman a versé du whiskey, de la bière et du jus de saumure de piments jalapeno dans un bocal bleu. Il a mélangé avec une paille à soda, a placé le bocal devant moi, puis a complété le tout avec un soupçon de bourbon dans le couvercle retourné du bocal.
" Tu bois la moitié, a dit le type. Après ça, tu siffles l'alcool fort. Et ensuite..." Il s'est interrompu, a regardé le mur de bouteilles derrière le bar. Il a écarté le petit doigt et le pouce et, avec les trois doigts bagués du milieu, s'est gratté le tatouage sur sa gorge. Un petit avion fait de canettes de bière était suspendu au plafond par du fil de pêche.
"Et ensuite, je bois le reste ? ai-je demandé.
- Non. Ensuite, rien à foutre, du reste."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
le_Bisonle_Bison   14 octobre 2017
Le vautour s'abrite dans un trou d'arbre avant que l'orage n'éclate. Enfin, quand le ciel se dégage et que la pluie se calme, il reprend son envol. Humant quelque chose au sommet de la crête, il se met à tournoyer, trouve un immense pin et se perche sur une de ses branches nues. Une silhouette dans les bois, en contre-bas. Le rapace tourne sa tête casquée d'une peau cicatrisée rouge, comme ébouillantée, vers l'odeur alléchante de charogne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
le_Bisonle_Bison   05 novembre 2017
Jones s’est toujours demandé si Larry était vraiment d’ici, et de le voir pleurer comme ça, il sait maintenant que oui. Quand les gens se mettent à pleurer, c’est leur véritable voix qui sort. C’est comme ça que Jones a appris à chanter.
Commenter  J’apprécie          220
le_Bisonle_Bison   06 novembre 2017
Le voyant du carburant indique qu’il lui reste un bon quart de réservoir. Le voyant d’huile est d’un orange faiblard, maladif. Il aura de la veine s’il coule pas une bielle. Tiens, et à propos, il aurait bien coulé une petite giclée à Jennifer avant de foutre le camp du motel, et ensuite il lui aurait bien fourré sa bielle dans le trou sanguinolent laissé par la balle.
Commenter  J’apprécie          133

Videos de Lee Clay Johnson (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lee Clay Johnson
Première partie de notre rencontre avec Lee Clay Johnson pour la sortie de son livre « Nitro Mountain » disponible aux Éditions Fayard.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère



Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
828 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre