AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Georges Briot (Illustrateur)
ISBN : 2916965025
Éditeur : les Penchants du roseau (17/03/2010)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Une récréation d’un monde commence-t-elle par une
comptine ? Jean-François Joubert le suggère en amorce de
Bleu Terre, balade poétique. Son verbe, doux et sensible, sera
ses conversations avec les êtres qui, entre estran et abysses,
peuplent les redoutables récifs où se fracassent les coques
égarées, les lames écumantes, sous le regard distrait de l’astre
de nuit. Les toiles de Georges Briot sont, dans leur
reproducti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
becdanlo
  27 janvier 2011
Un recueil poétique en forme de balades où l'auteur joue avec les mots jusqu'à l'enivrement... on pense à cette « quête de l'inconnu par le dérèglement de tous les sens » de Rimbaud. Il y a effectivement du « Voyant » chez Jean-François Joubert qui évoque des ailleurs à partir des couleurs qu'il associe avec bonheur :
« ...il voyageait dans un monde féerique, son âme aimait les étincelles de couleurs de ces poissons étranges qui offraient des ondes rouge vert phosphorescent, de l'artifice à implosions électriques… »
Bleu-Terre c'est aussi une ode au monde marin, les bateaux, les poissons... et puis une nostalgie d'un passé qui ne sera plus « Fantôme de nos mémoires » :
"Mon grenier, je t'aime comme une dépendance, une drogue alitée, toi, qui conservais, sans le savoir, toute la mémoire, tout ce passé. Toute cette sensibilité étalée sur le sol, ce désir de livrer sa conscience, de se livrer, de se donner, m'ont aspiré."
C'est au fond ce qui m'aura le plus marqué au cours de ma lecture : cette « sensibilité » qui engendre aussi la souffrance... et puis cette évocation d'Elle qui sourd de page en page.
J'ai eu l'occasion d'écouter une lecture mp3 de Bleu Terre que je recommande car la « mise en bouche » de Cécile Delalandre met bien en valeur la musicalité des textes.
Enfin, mention spéciale à Georges Briot pour ses aquarelles qui entrent très justement en harmonie avec les textes de Jean-François Joubert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
scillyofsailing
  17 février 2012
http://billets.domec.net/category/Livres/Bleu-Terre
Lien : http://billets.domec.net/cat..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
interstellarinterstellar   13 avril 2014
p94 oh calme

fragiles et innocents, des poissons jouaient. Ils guettaient, paisibles, la présence d'une main, triste aumône du marin poète à ses heures, glissant des vers sur son hameçon. Le fond de la faim, ce gouffre entre vie et mort...si le poisson souffre, c'est qu'il aura eu le tort, le goinfre, d'ouvrir la bouche.

p33 quatre saisons

l'automne arrive, sa lumière, ses couleurs. Le ciel s'inonde de terre de Sienne, de pourpres de soie, de lacs turquoises, et invite au voyage. J'aimerais m'asseoir sous un bolet diable et y soulever ton jupon, dynamite, amanite phalloïde, tu es mon poison, mon amour, et le temps n'y peut rien.

p101 le parfum

J'aimerais être une fleur que tu caresses du regard, puis devenir ton parfum. Des nuances de seringa qui se colleraient à ton cou, je te suivrais partout sur cette mer de chine où tu jetterais ton ancre. Ton corps serait mon nid, et sur ta peau je serais cette goutte que tu respires. Une perle du Sud qui s'écoule comme le temps sur tes reins. Dans le noir, je t'imagine brûlante.

p13

Mon père me l'a dévoilée, allongée, les bras sur le ventre, un anneau qui la perce.(...)J'ignore si cette vieille dame, auprès de laquelle je nage ou je pêche aimerait que l'on devine son existence, j'ignore si elle aimerait cette délivrance.(...) Elle est surprise permanente, femme sans nom, triste sorcière qui me hante. Parfois je l'observe sur la grève, immobile, sans soucis.(...)La sorcière plonge dans vos secrets, et il est impossible de la fuir: la vieille femme se fait sentir, elle se projette dans vos sens, et oriente vos démences. La voyez-vous, là, sur ce rocher? Elle pense, elle panse mes plaies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
les_penchants_du_roseaules_penchants_du_roseau   12 novembre 2010
La colombe se torche sur nos lumières de paix, triste étincelle, qui
se pose au pied de nos cités. Une idée fleuve parcourt mon dos
quand je pense à ceux qui jettent leur vie et embrasent les cieux de
croyance d’un ailleurs rose. Le paradis, pour eux, devient une idée
fixe, étoile éphémère, surbrillance quotidienne de ces bombes
humaines.
Commenter  J’apprécie          30
becdanlobecdanlo   27 janvier 2011
Mon grenier, je t'aime comme une dépendance, une drogue alitée, toi, qui conservais, sans le savoir, toute la mémoire, tout ce passé. Toute cette sensibilité étalée sur le sol, ce désir de livrer sa conscience, de se livrer, de se donner, m'ont aspiré.
Commenter  J’apprécie          30
les_penchants_du_roseaules_penchants_du_roseau   11 novembre 2010
Sur cette croix, tranquille, le regard posé sur la flambée de bois qui brûle ma carte géographique, je t’offre un pique-nique, une montagne de soupirs, et trois étoiles de verre.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jean-François Joubert (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Joubert
Crédit Quartierslibretv
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
779 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre