AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782709642811
547 pages
J.-C. Lattès (03/04/2013)
3.52/5   33 notes
Résumé :
À Copenhague, une nuit, une femme se jette du haut d’un pont. Niels Bentzon, négociateur au sein de la police de Copenhague, n’a pas réussi à la dissuader de sauter. Qui est cette femme ? Que fuyait-elle ? Et que signifie l’énigmatique message écrit sur sa main ?
Niels ne tarde pas à découvrir que la victime n’était pas une simple déséquilibrée, mais une danseuse étoile, membre du ballet royal, qui avait disparu depuis deux jours. Et tandis que la ville est ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 33 notes
5
0 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis

gruz
  13 avril 2013
Après un premier roman, « le dernier homme bon », qui fut une formidable et inattendue réussite, « le sommeil est la mort » est le deuxième roman de A.J. Kazinski.
Derrière ce pseudonyme se cachent deux auteurs danois, également scénaristes. C'est donc une oeuvre à quatre mains (exercice toujours périlleux) qui nous est proposée.
Première constatation, le roman est volumineux (546 pages), de quoi s'attendre à une histoire ambitieuse.
Découpé en trois parties, le roman est une suite indirecte du premier bouquin des auteurs. Mêmes personnages principaux, mais il n'est pas indispensable d'avoir lu le précédent récit, les deux histoires étant (quasiment) indépendantes.
L'histoire est assez ambitieuse et suffisamment originale pour que le roman sorte du lot des productions actuelles. Elle tourne autour des mystères de la mort, de la réincarnation, tout en gardant toujours les deux pieds sur terre, avec un aspect scientifique bien présent (quoique...).
C'est un véritable thriller, la tension est présente. Les codes du genre sont respectés et les trois parties (même si elles sont inégales) portent l'histoire et font monter le stress crescendo.
Mais ce n'est pas qu'un simple thriller. Comme souvent dans les romans scandinaves, le récit est accompagné de vraies réflexions sur la société (voir les superbes romans de Roslund et Hellström par exemple, encore un travail à deux). Outre les réflexions sur la mort, le thème difficile de l'avortement est également au coeur de l'intrigue.
Trois parties. Une première un peu longuette et qui aurait mérité un allègement d'une bonne cinquantaine de pages à mon sens. Les deux suivantes passionnantes, et un final d'une véritable tension dramatique. Une dernière partie qui donne furieusement envie au lecteur de tourner allègrement les pages.
Un mot sur l'écriture : sobre, sans fioriture, entièrement axée sur le récit, mais tout de même suffisamment riche pour porter l'action et l'émotion de manière intelligente.
Au final, un cran en dessous du premier livre du duo, mais une histoire qui mérite véritablement le détour grâce à son duo de personnages écorchés et son intrigue originale.
Le thriller scandinave n'est clairement pas mort !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Zazaboum
  28 mars 2020
Enquêtes Niels Bentzon 02 : Lire impérativement le 1er avant !
J'ai lu le précédent après celui-ci parce qu'il y avait des choses que je ne comprenais pas ! L'EMI « Expérience de Mort Imminente » est la composante principale de ce roman.
Les enquêtes sur les meurtres sont menées d'étrange manière, l'enquêteur faisant ce qu'il veut quand il veut alors qu'il est classé maniaco-dépressif par sa hiérarchie ! En parallèle sa femme, astrophysicienne dépressive est enceinte et passe la moitié du livre à recréer un procès pour décider si elle se fait avorter ou pas, porteuse d'une maladie génétique qui avait poussé son fils ainé à se suicider !
Je ne sais pas quoi trop en dire, ce n'était ni intéressant, ni accrocheur même pas l'EMI qui reste malgré tout connotée religion. Sincèrement vous gagnerez du temps à ne pas le lire !
CHALLENGE PAVES 2020
CHALLENGE MAUVAIS GENRE 2020
Commenter  J’apprécie          170
shao69
  08 mars 2015
Troisième livre de la sélection du Prix du Lecteur qui se révèle être une belle découverte. Ce livre nous entraîne dans les limbes des expériences de mort imminente sur fond de meurtre. le roman est tout de suite captivant. Les auteurs – car ils sont 2 sous ce pseudonyme – ne nous plantent pas de décor, ils nous plongent directement dans l'horreur et la peur. La peur de la victime. On s'imprègne de l'univers pesant et angoissant dans lequel nous sommes transportés. Dès le début on ressent toute l'emprise psychologique du roman, à la fois à travers les pensées de la victime, du tueur, et de l'officier de police Niels. Les auteurs ne prennent pas de pincettes, la violence est là, omniprésente, cruelle et froide – sous les formes psychologique et physique.
On suit les pas de Niels, négociateur pour la police criminelle. C'est lui le meilleur, celui qu'on appelle quand une personne tente de se suicider pour la faire revenir à la raison, à la vie. Mais cette fois tout ne se passe pas comme prévu. Marqué il va se jeter corps et âme – voir plus – sur les traces du meurtrier. Cette personne n'est pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit d'un être qui tue pour ensuite réanimer sa victime. Par jeu? Par sadisme? Ou est-ce que cela ne cache pas d'autres desseins?
En parallèle on suit les interrogations sur le sens à donner la vie que se pose Hanna, l'épouse de Niels. La peur de transmettre une maladie peut-elle être plus forte que le bonheur de issu de la naissance? On est aspiré dans les pensées d'Hanna, qu'elle a construit comme un procès : argument, contre-argument, objections… Ces temporisations dans l'histoire font que l'on s'attache encore plus au couple Niels-Hanna.
Et puis il y a le personnage de Silke, jeune fille enfermée dans son mutisme après avoir vu sa mère mourir devant elle. Elle est internée en psychiatrie. Elle ne parle plus et garde en elle le nom de l'assassin. On a envie de crier pour elle, de se lever et de dénoncer le monstre, on se sent révoltés.
L'intrigue nous emporte dans l'univers des ballets classiques, des expériences interdites sur la mort imminente, et de ceux qui sont revenus à la vie. On est agréablement surpris par la tournure originale que prend l'histoire. Ajoutez à cela un passage qui nous donne à réfléchir et nous laisse perplexe sur la vie après la mort. Malgré la thématique, il ressort plus de l'espoir que de la tristesse de ce passage.
J'ai vraiment accroché à l'enquête on est sous tension. On sent l'obscurité environnante. On déchiffre la douce folie de certains et les vains espoirs des autres. Les pages s'enchaînent, le style est dépouillé d'artifices ce qui nous maintient en haleine. On se sent impliqué dans l'histoire.
Mon petit point positif:
Certaines critiques disent que l'on connaît trop tôt l'identité de la personne qui commet ces crimes. Pour ma part je ne trouve pas que cela soit négatif, au contraire cela donne un nouvel élan à l'intrigue, une autre dimension, plus humaine.
Lien : http://www.tamisier.eu/le-so..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RomansNoirsEtPlus
  26 mars 2015
La mort est sans aucun doute le thème principal de ce roman écrit par deux auteurs danois . L'enquête que mène Niels Bentzon la côtoie en effet en permanence : qu'elle prenne la forme d'une danseuse étoile suicidée , d'une jeune fille devenue muette suite à l'assassinat de sa mère ou du fils de sa compagne trop tôt disparu .Le livre s'aventure également aux confins des mystères de l'âme ou plutôt d'une certaine conscience après la mort qu'évoque également Socrate dans « Phedon » . Les deux scénaristes danois évoquent l'hypothèse d'une vie après la mort dont auraient été témoins les personnes ayant vécu une expérience de mort imminente , des êtres ayant « ressuscités » c'est à dire ayant pu être réanimés malgré un arrêt cardiaque , le mince lien argenté , que décrit si bien Bernard Werber dans les « Thanatonautes » , encore raccroché à l'enveloppe terrestre n'ayant pas été rompu .
Un récit captivant , une enquête palpitante , des personnages attachants qui donne vraiment envie de découvrir les autres romans de A.J.KAZINSKI.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
saroul
  21 mars 2015
Pourquoi Niels Bentzon, négociateur de la police a t'il ce jour là échoué sa mission? pourquoi n'a t-il pu sauver Dicte, danseuse étoile du Théatre royal?
Pourquoi sa femme Hannah s'enferme t'elle dans le silence, et envisage t'il peut être de la quitter?
QQui a tué la mère de Silke, jeune enfant murée dans un mutisme profond et hospitalisée en milieu psychiatrique?
tout cela se passe dans un climat assez lourd, et d'autres questions, peut on vivre après une réanimation précédée d'une mort 'imminente', peut-on avorter et quelles sont les interrogations que se pose une femme dans le doute
toutes ces questions seront traitées au fil et à mesure de le Sommeil et la mort.
fait il avoir des connaissance scientifiques? peut être pas, mais pas toujours facile d'évoluer dans cet univers particulier de recherches
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
Comme en prévision d’un temps où les bombes renverraient progressivement l’humanité dans le passé, où la civilisation moderne serait terrassée par un adversaire au formidable pouvoir de destruction. Un astéroïde. Un virus. Une arme chimique. Seulement vingt ans en arrière, pour commencer. Disparition d’Internet. Puis quatre-vingts ans en arrière. Plus de télévision. Plus de téléphone. Puis encore plus loin. À une époque où la société ne serait plus qu’un vague souvenir, où les hommes vivraient de nouveau de la chasse et de la cueillette et passeraient leurs nuits autour d’un feu sur lequel ils veilleraient attentivement de crainte de mourir de froid dans leur sommeil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2013
Nous autres, humains, croyons avoir le droit d’accorder la vie ou de donner la mort. Réfléchissez à notre relation à la mort. Nous n’hésitons pas à la favoriser. Or la mort n’a pas besoin de nous. Elle finit toujours par s’imposer d’elle-même. Aussi pénible soit la vie, ce n’est pas à nous d’infliger la mort. Celle-ci survient quand le moment est venu.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2013
Le sommeil ponctue l’éveil, qui lui-même ponctue le sommeil ; le bon devient pire, et le pire devient meilleur ; le grand devient plus petit et ne peut devenir plus grand que s’il a, à un moment, été plus petit. C’est ainsi que la vie naît de la mort, et inversement.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2013
Je sais exactement ce qui se passe lorsque nous parlons : les poumons expulsent l’air qui passe ensuite à travers les cordes vocales, ce qui crée des vibrations qui se transmettent aux cavités buccales avant de sortir par la bouche. C’est un voyage. Chaque mot que nous prononçons, chaque son que nous produisons a effectué un long périple avant d’atteindre les oreilles de notre interlocuteur ; un périple souvent vain, parce que les paroles glissent sur notre tympan comme des insectes sur le pare-brise d’une voiture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   20 mai 2013
L’insomnie peut avoir de graves conséquences pour notre santé. C’est lors de nos phases de sommeil profond que nos défenses immunitaires se développent. Soixante-douze heures sans sommeil peuvent suffire à rendre fous la plupart des gens.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
134 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre