AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021028881
192 pages
Éditeur : Seuil (06/01/2011)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Sommes-nous en dictature ? Non. Sommes-nous en démocratie ? Non plus. Les puissances d’argent ont acquis une influence démesurée, les grands médias sont contrôlés par les intérêts capitalistes, les lobbies décident des lois en coulisses, les libertés sont jour après jour entamées. Dans tous les pays occidentaux, la démocratie est attaquée par une caste. En réalité, nous sommes entrés dans un régime oligarchique, cette forme politique conçue par les Grecs anciens et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Hardiviller
  12 juillet 2016
C'est un bon récapitulatif des turpitudes , des malhonnêtetés , de la corruption généralisée de nos prétendues élites , sous couverture ( prétendument ) démocratique .
Tous les faits sont bien sourcés ( c'est l'exigence d'un bon journaliste du Monde , il y en a encore quelques uns , qui veut ça ) : on pourra donc puiser là , de bonnes raisons de s'indigner , preuves à l'appui .
Mais si ce n'était que ça , il ne serait pas le premier et ne serait pas très original . Cet ouvrage comme d'autres décrit en détail les intrigues et les outils des riches d'une époque pour conserver et accroître leurs privilèges : tyrannie , empire , colonisation , terreur , propagande , mensonges , traîtrises , idéologie de la propriété et du travail forcé , instrumentalisation du chômage qui rend tout le monde docile , prise de contrôle de la création monétaire , puis des partis , donc des élus , financement des fascismes et des totalitarismes ( de gauche comme de droite ) , novlangue , storytelling , fabrique du consentement , diabolisation des opposants anti-oligarchiques significatifs , focalisation de l'opinion sur de faux ennemis ( appelés "barbares " puis " terroristes " , ou " extrémistes " ou " antirépublicains " ) , attentats sous faux drapeaux , lobbying , pantouflage , corruption , guerre ( 1)brutale quand la révolution menace trop les riches (2) permanente pour faire tourner les usines et pour entretenir un besoin de sécurité ( techniques classiques de la mafia historique : terroriser , puis se présenter en protecteur , en échange de la docilité et du travail forcé .
En plus de proposer un florilège personnel ( dense , court et fiable , donc utile à tous ) des pires corruptions et trahisons du moment , l'originalité du livre d'Hervé Kempf est surtout de mettre un nom : " OLIGARCHIE " sur cette corruption des pouvoirs politiques publics par des puissances économiques privées , et au passage , de nettoyer , de décaper un peu , mais pas assez sans doute , un autre nom galvaudé " DÉMOCRATIE " .
Critique d' Etienne Chouard .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ErnestLONDON
  08 octobre 2017
Le capitalisme finissant glisse vers une forme oublié de système politique qui n'est plus la démocratie (pourvoir du peuple par le peuple et pour le peuple) et pas encore la dictature (pouvoir d'un seul à des fins qui lui sont propres) : l'oligarchie (pouvoir de quelques uns, qui délibèrent entre eux des solutions qu'ils vont imposer à tous). Identifier le mal, c'est se donner les moyens de le guérir. C'est ce que propose Hervé Kempf avec cet ouvrage.
(...)
On pourra reprocher son optimisme naïf paradoxal à croire à un changement paisible et raisonnable alors qu'il vient de décrire et dénoncer avec beaucoup de précision un système politique confisqué par des intérêts particuliers, son analyse n'en demeure pas moins intéressante.
Article complet en suivant le lien.
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          110
felixgilles
  02 octobre 2011
Mets des mots sur le glissement de nos démocraties vers l'oligarchie
Définit clairement ce mode de gouvernement entre démocratie et dictature.
Un manque sur les solutions pour s'en sortir mais ça viendra
Commenter  J’apprécie          50
Iraultza
  18 juin 2013
Clair, simple et limpide, l'explication de Kempf sur l'état de notre système politique est sidérante.
"Le monde de la finance est mon ennemi" disait Hollande il y a encore peu. On comprend maintenant pourquoi c'était du baratin : ils sont copains comme cochon en réalité.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   16 octobre 2016
L’oligarchie, ce n’est pas la dictature, c’est le gouvernement par le petit nombre des puissants. Entre eux, ils discutent, réfléchissent, s’opposent, rivalisent. Ils font « démocratie », mais entre eux, sans le peuple. Et quand la décision est prise, elle s’impose, même si l’on y mettra les formes en habillant avec un art consommé la procédure électorale et la discussion publique.
La classe ouvrière a perdu sa conscience unitaire, le peuple ne se voit plus comme tel, la société ne se voit plus comme tel, la société se croit une collection indistincte d’individus segmentée en communautés ethniques, religieuses, régionales ou sexuelles.
L’oligarchie, elle, a une conscience de classe aiguisée, une cohérence idéologique sans faille, un comportement sociologique parfaitement solidaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MimimelieMimimelie   16 octobre 2016
L’Acropole d’Athènes est de ces lieux…..
Ici a jailli le miracle grec : sur le terreau de civilisations puissantes et énigmatiques, un peuple a imaginé que l’esprit humain pourrait penser par lui-même. Dégageant pour la première fois de la pierre des corps palpitants et beaux, il a créé la raison, la philosophie, et la politique. Déniant aux prêtres, aux rois et aux puissants l’autorité que ceux-ci prétendaient s’attribuer par nature, il a inventé la démocratie, et démontré pendant deux siècles qu’une communauté humaine se gouvernant elle-même dans la justice et l’égalité était source de beauté, de puissance, et d’équilibre.
Ô Périclès, Hérodote, Aristote, combien est vitale aujourd’hui votre aimable leçon ! Au pied de l’Acropole, les oligarques ont repris le pouvoir. Bouffis de morgue et de suffisance, ils pressurent le peuple, détruisent la nature, bafouent toute règle. Plus cyniques que le plus retors des sophistes, ils affirment qu’ils sont démocrates. Forçant l’Europe qui est née de votre génie, ils transforment cette maternelle maîtresse en une marâtre cupide.
Ô Solon et Clisthène, jamais il n’a été plus urgent qu’en ce jour de secouer le joug ! Jamais plus nécessaire de retrouver la source vive de la liberté et de la mesure !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
HevalHeval   17 décembre 2011
Même si les élections existent et peuvent changer les gouvernements, le débat électoral est un spectacle soigneusement contrôlé et géré par des équipes rivales de professionnels experts dans les techniques de persuasion. Le débat porte sur le petit nombre de dossiers sélectionnés par ces équipes. La masse des citoyens joue un rôle passif, voire apathique, en ne réagissant qu'aux signaux qui lui sont envoyés. Derrière le spectacle du jeu électoral, la politique réelle est définie en privé dans la négociation entre les gouvernements élus et les élites qui représentent de manière écrasante les intérêts des milieux d'affaires - p. 34-35
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
HevalHeval   17 décembre 2011
Ni la Trilatérale, ni la Bilderberg, ni les divers cénacles de ce type existant dans le monde ne constituent un complot. Il s'agit simplement d'une délibération entre pairs visant à conforter une analyse commune et à définir des lignes d'action. Le réseau des clubs oligarchiques tient lieu tout à la fois d'épreuve de reconnaissance statutaire, de place d'échange d'informations et fournit l'occasion de discussions approfondies. Comme le résume le politologue suédois Ulf Bjerekd, "des gens de pouvoir élaborent des consensus derrière des portes closes sur des enjeux politiques d'actualité".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
HevalHeval   20 décembre 2011
Comment pourrait-on décrire la situation politique? Les classes populaires, dépourvues de porte-voix politique et sans conscience collective, semble marginalisées, et vouées à exprimer leur frustration dans des révoltes qui justifieront un accroissement de la répression policière. Quant aux classes moyennes, elles se rendent compte qu'elles ont été bernées: après que, depuis quelques années, on a pris conscience de l'inégalité profonde qui caractérise les pays occidentaux, on découvre peut à peu que la démocratie n'est plus que le manteau jeté sur la volonté inflexible de l'oligarchie. Mais si le doute voire la colère mûrissent, c'est sans construction politique sur laquelle s'appuyer, sans vision de l'avenir. On ronchonne, mais dans le souci de conserver une situation jugée confortable. On murmure, mais sans pouvoir se défaire de la fragmentation individualiste qu'entretiennent en permanence la télévision et les médias. On a intériorisé l'idée qu'il n'y a pas d'alternative au système dominant et l'on qualifie d'utopie tout ce qui est différent. On ne se rebelle pas, parce qu'on ne sait pas quelle cause défendre. Les Occidentaux ne savent pas encore à quel point le monde a changé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Hervé Kempf (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Kempf
Raphae?l Kempf, "Ennemis d'Etat, les lois sce?le?rates, des anarchistes aux terroristes", en discussion avec Ugo Palheta Rencontre à la librairie La Brèche Page du livre : https://lafabrique.fr/ennemis-detat/
autres livres classés : oligarchieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre