AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 221257049X
Éditeur : Eyrolles (16/05/2019)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Ana est écologue. Elle analyse l'impact des activités humaines sur l'environnement et la biodiversité. Alors qu'elle exerce son métier avec une exigence passionnée, elle commet un jour une erreur qui la conduit à tout remettre en cause... Elle quitte alors Paris pour rejoindre la vallée de la Clarée, où elle a grandi. Hébergée par son oncle Pasco qui tient un refuge en haute montagne, Ana retrouve peu à peu le goût d'une vie rude mais authentique.
Au contact... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  18 mai 2019
Quel plaisir , toujours aussi épatant, de découvrir un paquet-surprise
dans sa boite aux lettres... Ce qui fut le cas ce jeudi 16 mai 2019...
Un volume bien attractif , embellie d'une couverture chatoyante de
Boris Zaïon...
Voilà un texte qui ajoute des couleurs et des forces de bonne humeur dans le quotidien... tant le livre est rempli d'hommages simples mais communicatifs à la Nature, la Montagne, à la Vie, et nous nous attachons à la reconstruction de la vie malmenée de notre narratrice- héroïne cinquantenaire, Ana... ! ... Pour nourrir tout cela, quelques références passionnantes de lectures , que je regarderai attentivement , très vite !!
"S'il est une expérience à vivre pour celui qui a du vague à l'âme, c'est bien celle d'assister à l'éclosion du printemps dans un alpage de montagne. Impossible de résister. Les forces de vie sont partout et le grand aquarelliste du monde expose chaque année un tableau de plus
en plus sublime. (p. 99)
Je présente, en premier, tous mes remerciements et ma gratitude aux Editions Eyrolles et à Babelio, pour l'envoi de ce nouveau texte d'Eric de Kermel, dont j'avais lu avec un grand plaisir, en 2017, dans des thèmes différents, "La librairie de la place aux herbes"...
Revenons à ce dernier ouvrage qui met en scène une jeune quinqua, Ana, écologue, très impliquée dans sa profession; après une erreur importante, elle abandonne tout, écrit à sa direction pour corriger sa "bévue", donne sa démission... elle retrouve après des années, les montagnes de son enfance, ses amis de toujours, Pierrot, l'instituteur, son premier amour, ainsi que son oncle, Pasco, montagnard aguerri et responsable d'un refuge !
Ana vient soigner son "burn-out" dans ces paysages sublimes et familiers,
réussissant progressivement à l'apaiser....Ces retrouvailles vous réserveront quelques surprises !!!
Un retour aux sources très vivifiant...la renaissance d'une femme , ayant
réussi professionnellement; un grand fils, Félix, vivant au Canada; en
contrepoint, quelques compromissions et mensonges avec sa vie personnelle.... qui ont fini de la saborder en profondeur !
L'approche de son anniversaire, de ses 50 ans est le déclic pour faire un bilan de vie et rendre à son existence une authenticité quelque peu égarée, en cours de route !! - "Prendre le recul nécessaire pour distinguer l'accessoire de l'essentiel " (p. 111)
De fort belles descriptions de la montagne, de la flore comme de la faune.., de la marche comme "thérapie" des plus efficaces, physiquement comme mentalement !
Nul besoin d'anti-dépresseurs, le spectacle grandiose de "Dame-Nature" éblouit et guérit en douceur le mal à l'âme d'Ana !...
Un vrai bonheur de lecture qui nous offre des sujets de réflexion des plus actuels et pressants, tout en nous faisant le cadeau d' un dépaysement
garanti avec des grandes bouffées d'air montagneux...précieuses pour nous, citadins intoxiqués...et même pour moi, qui ne suis pas une "acharnée" de la montagne [ ***préférence native vers les côtes
marines sauvages !]...des observations détaillées, pleines de poésie de la montagne au fil des journées, avec des lumières changeantes... la faune très variée... dont les loups...qui occasionnent quelques rares échanges discordants...
La cohabitation des bergers, montagneux, et grimpeurs passionnés, de passage reste harmonieux, comme une bulle précieuse, hors de notre société de la vitesse et de la consommation à outrance !!..
Les émerveillements qu'Ana revit face à la magnificence des sommets
est aussi le prétexte parallèle de l'auteur de nous exprimer l'urgence de
préserver , protéger, aimer cette Nature qui souffre , s'abîme...
Un bilan de notre société, de nos comportements, pétris de négligences, de
nuisances...qui accumulent les dégâts, les maltraitances subis par notre
planète que nous allons transmettre aux générations futures , à nos enfants !!!
"Chaque paysage a sa grammaire. En montagne, les sommets sont des majuscules, les torrents des virgules qui permettent de rythmer le regard, chaque être vivant trace des phrases dans ce paysage. Certains s'accordent entre eux et créent de la poésie. L'homme est invité chaque jour à être poète ou vandale." (p. 181)
Même si le narrateur est une femme, on imagine aisément qu'Eric de Kermel y exprime beaucoup de lui-même et de ses convictions, par la bouche d'Ana... ! [ Lui-même très impliqué, engagé pour des comportements éco-responsables afin de rendre "respect et soins" à notre environnement, à notre terre !]
"Je suis mon plus grand prédateur comme l'humain l'est au niveau de la planète. Je suis celle qui a laissé s'abîmer ce qui était précieux car je le croyais acquis, tout comme l'humain a cru que les ressources naturelles pouvaient être infinies dans un monde fini.
C'est finalement avec ma fragilité que je renoue fragile comme une libellule. "(p. 30)
En lisant ce très beau texte [ même si parfois, il y a comme des insistances très pédagogiques...Ceci dit, c'est pour la bonne cause !!! ], une seule envie: s'échapper vers une belle nature sauvage ... respirer à pleins poumons, dormir à la belle étoile ...ouvrir grand ses "mirettes" et tous ses "sens" , profiter de l'accueil bienveillant et gourmand de l'oncle, Pasco, dans son fort sympathique refuge de montagne, aller découvrir les hauts plateaux du Vercors....!!!

***Reste après cette très plaisante lecture, la vive curiosité à l'approche de la rencontre avec Eric de Kermel, ce 28 mai 2019, à Babelio !...

[N.B : cette lecture m'a de plus comblé une sérieuse lacune personnelle: l'existence et la création en 2008 d'une banque mondiale de semences ***voir lien suivant:
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_mondiale_de_semences_du_Svalbard ]

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
tristantristan
  19 mai 2019
Névache, Val des près, le Mont Thabor, le lac des Béraudes : c'est la vallée de la Clarée qui sert de décor à cet ouvrage qui est une Ode à la nature et à son respect. Très bien écrit, court et chargé de références littéraires, ce document manque cruellement, selon mon ressenti, d'ambition. Il fourmille de voeux pieux et parfois même de lieux communs et n'appuie jamais là où ça fait mal. Dans ce roman, nous sommes au sein d'une famille (qui use, de surcroît, de téléphones et GPS). Alors qu'il n'est pas contestable que nous sommes trop sur la Planète, cet élément ne plaide pas, d'emblée, pour que l'on y trouve un renversement de la table. Car la nature n'est même plus pour ceux qui la respectent et l'aiment. Peuvent en témoigner des sites paradisiaques comme Essaouïra (Maroc) ou Playa del Carmen (Mexique) où le capitalisme et ses hordes de touristes consommateurs (ceux qui voyagent à 10 euros et prennent l'avion en tongues), ont réduit ces lieux à un tas d'ordures géant. Si l'on veut vraiment préserver la nature et vivre en harmonie avec elle, on ne peut plus rééduquer 6 milliards d'individus (un jeune ami drogué au cellulaire à qui je montrais récemment une tourterelle en liberté sur ma terrasse a vite fait la photo pour la mettre sur instagram ou snapchat ou whatsap et retourner à sa drogue favorite au lieu de contempler cet oiseau qui venait manger des graines que je lui donnais). A l'instar de Snake Plisken dans "Los Angeles 2013", j'attends celui qui éteindra l'électricité et donc la planète nous renvoyant au temps des loups de Montmirail. C'est ce que l'on mérite, car on en a trop fait. Et si nous n'avons rien à attendre des politiques (car "Il ne sert de rien d'espérer qu'ils résolvent nos problèmes car ce sont eux qui nous les créent"- attribué à Alain Madelin-), et du système économique encore moins, c'est quand même le rôle des penseurs de notre temps de sire stop aux cb, aux portables, à internet, aux usines polluantes sinon on coupe tout. Pas un ne le dit. Et même s'il n'a absolument aucune chance d'être entendu, moi, ça me ferait du bien de l'entendre car, à l'instar de Saint-Just qui, virilement, disait "Pas de démocratie, pour ceux qui ne la respectent pas", en ce qui concerne le respect de la nature, il n'y a plus de demi-mesures ou d'incantations possibles. Simple opinion, bien évidemment et merci aux courageux (euses) qui auront lu jusqu'au bout, même et surtout s'ils (elles) ne sont pas d'accord avec ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Sydola
  25 mai 2019
Ana, écologue, suite à un burn out quitte Paris pour retourner dans sa région les Hautes Alpes à la Clarée, afin de se retrouver, se recentrer.
Au milieu des siens et de l'environnement qui lui apporte l'équilibre et qui lui parle : proximité de la nature  et relation de l'être humain avec celle-ci.
Tout en continuant son "combat" de protection de la nature, elle va tenter de renouer avec ce qui est le plus important pour elle.
Il est intéressant de constater qu'un homme peut écrire un roman avec la voix d'une femme. Les ressentis du personnage principal me font écho. le recul est parfois si ce n'est souvent nécessaire pour comprendre ce qui se passe et avoir toutes les données. Et on s'aperçoit bien souvent que pour préserver son "confort" on peut s'oublier quitte à passer à côté du bonheur.
Ce roman entre la belle leçon de vie qu'il nous enseigne est aussi orienté vers le fait qu'il est important de lutter pour ses convictions sans pour autant juger négativement celles des autres. L'écoute est importante c'est ce qui permettra a la société d'évoluer dans le bon sens.
Ce livre m'a beaucoup plu, touché. Je le recommande
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ADAMSY
  25 mai 2019
Ana, écologue, fait un burn out suite à une affaire de pesticide pendant laquelle elle n'a pas été à la hauteur. C'est l'occasion pour elle de repartir dans les Alpes, sa région natale. Les souvenirs de jeunesse resurgissent. Un à un, les amis refait surface. la plupart n'a pas changé mais l'un d'entre eux a des idées qui dérangent, notamment au sujet des loups. Il est berger et les loups représentent un danger qu'il faut anéantir. Il s'oppose alors aux amoureux de la nature.
Ce n'est d'ailleurs pas le seul thème écologique qui est abordé et le roman est enrichissant.
Ana a aussi un secret bien gardé et quand on le comprend (sans qu'il soit dévoilé), on a évidemment hâte de le découvrir.
C'est bien écrit et parfois les mots s'envolent, au point qu'il faille s'arrêter pour mieux comprendre.
Beaucoup d'émotion à la fin. Un roman réussi.
Commenter  J’apprécie          30
parisienne12
  25 mai 2019
Une lecture à réserver à ceux à qui l'air, l'espace et les étagères remplies de produits bio manquent. Une série de clichés et de citations bien pensantes font de cette lecture un moment qui, au lieu d'être léger, se prend trop au sérieux et se regarde écrire. Bien sûr lire un tel livre peut faire reprendre espoir ou donner envie de prendre le temps pour aller respirer cet air à pleins poumons ou, par procuration grâce à cette lecture.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
ADAMSYADAMSY   25 mai 2019
Je suis un cristal de désespoir, celui qui n'adhère plus à rien et peut glisser à tout moment car rien ne le retient. Plus rien ne m'étreint, et je n'étreins plus rien.
Etreindre est pourtant indispensable à ma vie. Etreindre peut parfois faire mal, quand je me frotte à la falaise, aux embruns à l'avant d'un voilier, ou à la vie qui me chahute et me bouscule, mais tant qu'il y a une étreinte, il y a quelque chose de physique qui me pousse à agir, qui invite à la lutte, et qui me donne envie d'aimer aussi.
Etreindre, c'est serrer fort ce à quoi je suis attachée. Prendre de tout son corps comme on enlace celui que l'on aime sur un quai de gare. Le temps de l'étreinte est un temps d'union choisi. En perdant l'envie d'étreindre je ne ressens plus qu'un grand vide ; il n'y a plus rien que j'ai envie de prendre, ni de donner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ADAMSYADAMSY   25 mai 2019
Sur le chemin certains sont en crise de foi mais sans "e".
Une crise de foie, c'est quand on a trop mangé, une crise de foi, c'est quand on ne s'est pas assez nourri.
Sur le chemin, les mal-nourris se goinfrent de silence, ils abusent de chaque émerveillement, ils se tendent vers le ciel comme s'ils ne s'étaient jamais totalement dépliés.
Commenter  J’apprécie          10
parisienne12parisienne12   25 mai 2019
Il n'est pas donné à tout le monde le goût de la vie.
Commenter  J’apprécie          00
parisienne12parisienne12   25 mai 2019
Celui qui marche vite ne s'arrête pas pour cueillir.
Commenter  J’apprécie          00
fanfanouche24fanfanouche24   17 mai 2019
Ma mère est la première écolo que j'aie rencontrée. Elle n'a jamais jeté un sac en plastique, elle gardait l'eau avec laquelle elle lavait les légumes pour la donner aux plantes, elle roulait sur son vieux vélo (...) Décroissance, déconsommation, ma mère a inventé tous ces concepts avant Patrick Viveret. En réalité, ce n'est pas vraiment elle qui a inventé cela car ma grand-mère était ainsi et mon arrière grand-père aussi. Ces trois-là avaient depuis longtemps compris que la sobriété n'empêchait pas la joie et que bien souvent elle en était le chemin. (p. 62)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          205
Videos de Éric de Kermel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric de Kermel
Eric de Kermel sur la Conférence climat : "On a de bonne chance d'aboutir à un accord".
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
79 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre