AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Erik Orsenna (Préfacier, etc.)
ISBN : 221256614X
Éditeur : Eyrolles (23/02/2017)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 196 notes)
Résumé :
-Préface d'Eric Orsenna-


La libraire de la place aux herbes est un voyage initiatique au pays des livres.
Passez la porte de la librairie de la place aux herbes et laissez-vous envouter par les parcours de vie des clients de Nathalie.
Tendres, drôles ou tragiques, la libraire d'Uzès vous raconte ces histoires en même temps que la sienne et vous conseille ses coups de coeur littéraires.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (90) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  17 mars 2017
Un moment des plus heureux que cette lecture !!... Eric de Kermel, engagé fortement dans l'écologie...nous livre ici un joli moment rafraîchissant...et prodigue en thématiques,réflexions universelles avec bien sûr comme "noyau central" : cette étonnante fraternité des livres...
Une femme,Nathalie, ses deux enfants, devenus adultes, en a assez de la vie en ville, trouve dans la très belle cité d'Uzès (où elle passait des vacances avec son mari, Nathan et sa famille) une librairie à vendre...Elle débute avec grand entrain sa reconversion et sa seconde vie !
J'adore les sélections de livres de l'auteur, proposées par la voix de Nathalie, cette libraire très passionnée mais également par les voix de ses clients !

Ce livre, dans une période douloureuse, éprouvante, cafardeuse... m'a
fait un bien fou, double, par le récit,ainsi que par une sélection de textes des plus dynamiques, et éléments supplémentaires de "ressenti familier" : cette cité d'Uzès, que je connais quelque peu, et que je trouve pleine de charme dont cette place des herbes, originale...ainsi que l'évocation magique de "ma Bretagne" ( de Crozon, plus spécifiquement)
Un immense bol d'iode , d'air marin, d'ailleurs, mêlé à l'odeur toujours magique, irremplaçable du papier !
10 belles histoires de rencontres entre notre libraire, Nathalie et dix lecteurs.
De très belles histoires de personnes, avec des degrés d'émotions différents; des parcours de vie , avec des pauses de réflexion, de remise en cause de vie, de réconciliation familiale après des années de silence, de quête spirituelles, etc..
Le livre, la lecture , "points névralgiques", de pacification, d'apaisement, de
réconciliation avec soi et les autres...Une lecture très positive, dense, poétique, chaleureuse, qui raconte à travers la reconversion de cette femme-libraire, la nature, le bienfait des livres, et la belle qualité des relations avec les autres, magnifiée par cette passion commune
" J'ai souvent remarqué que dans une conversation, lorsque nous découvrons avec un ou une amie que nous avons aimé un même livre, il y a d'un seul coup une intensité nouvelle dans l'échange. Comme si nous avions vécu ensemble une expédition à l'autre bout du monde. " (p. 123)
Une lecture vivifiante, qui a une réelle qualité : éviter les poncifs, et la présentation d'ouvrages trop médiatisés...
Ces thématiques des livres- thérapie, librairies, agréables "cocons" , espaces
tour à tour de Liberté et d'échanges sont très en vogue, présentement...
J'en ai lu plusieurs ces derniers temps. Comme tout sujet à la mode, les résultats ne peuvent être que d'inégale qualité. Mais parmi ceux-ci, je mets bien à part ce livre d'Eric de Kermel, dont on ressent très vivement son amour conjugué de la nature, des jardins, des livres... avec un élan, des réflexions sur la spiritualité et sur ce lieu communautaire que j'ai découvert...SOLAN...
Sans omettre le grand nombre de textes "cochés" qui ont augmenté "terriblement" et fort joyeusement ma PAL....
Un immense coup de coeur...qui a habité et égayé mon quotidien de ces derniers jours, de la plus belle façon ! Une grande gratitude à l'auteur pour tout cela !
"Tout a commencé quand j'ai lu -Le Rivage des Syrtes- de Gracq. J'ai découvert que les mots n'étaient pas des outils parasites de la pensée des hommes. Qu'ils étaient plus que le lierre accroché à l'arbre, ils étaient l'arbre." (p. 169)


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          837
cardabelle
  16 mars 2017
Un petit livre qui m'a fait un clin d'oeil !
Et, je me suis laissée tentée: d'abord par sa couverture toute pleine de fraîcheur,par son titre fleurant bon le sud et ses senteurs, par la griffe d'Eric Orsenna ,par les critiques flatteuses des lecteurs et par la promesse d'une escapade à Uzès.
Mais, une fois sous les arcades de la vieille ville, l'enchantement n'a pas duré.
Le personnage de Nathalie ne m'a que moyennement séduite. Son côté bobo m'a, je dois dire, bien agacée et de ce fait , j'ai eu un peu de mal à adhérer aux portraits de clients.
Des clichés, un ton qui sonne souvent faux avec des dialogues parfois simplistes et convenus , des maladresses, des invraisemblances. Bref, une qualité littéraire qui ne m'a pas satisfaite .
De petites histoires ,des tranches de vie qui pourtant apparaissaient pleines d'intérêt et de richesse ont souvent eu raison de mon attention et de ma curiosité.
J'attendais des études de caractère plus élaborées car tout leur intérêt dépend de leur consistance.
Mais, malgré tout,la lecture me semblait bénéfique dans le sens où elle permettait de "visiter" vraiment les rayonnages de la librairie. En effet, un nombre impressionnant de références d'ouvrages parsèment le récit , parfait pour la découverte ou les souvenirs de bonnes lectures !
Alors, avec appétit, je me suis acharnée à relever au fur et à mesure titres et auteurs, pour m'apercevoir que tout est répertorié à la fin !!!
Bigre ! voilà qui ne va pas atténuer le sentiment d'avoir lu ( et acheté quand même !) un livre publicitaire pour la bonne vieille ville d'Uzès, charmante au demeurant ,pub pour ses boutiques, ses marchés (mercredi et samedi place aux Herbes : notez! ) et pub pour la librairie au coin de la place ...
En revanche, j'ai bien conscience que ma critique, elle ,n'a rien d'une pub pour le bouquin ; elle ne fait que traduire ma déception.
Mais, ce n'est qu'un avis et tous les goûts sont dans la nature !
( Ouf !!! je me suis un peu rattrapée ...)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4613
TheWind
  28 avril 2018
« C'est un bon exercice que de chercher la couleur dominante d'un livre, son odeur, son bruit... »
La libraire de la place aux herbes est un roman où le vert domine. le vert d'un paysage printanier qui se pare de mille nuances lorsque les moutons vont y paître. le vert des feuilles des grands arbres de la place aux herbes.
Le vert, comme couleur de l'espoir. Tonifiante, rafraîchissante comme la brise matinale, comme ce roman aux allures de feel good.
Son odeur est évidemment celle d'une librairie. Parfum des livres neufs qui ne demandent qu'à être ouverts après avoir été subrepticement caressés afin d'exhaler leur odeur propre...celle qui repoussera, celle qui enivrera le lecteur.
Ajoutons à cela le grincement doux d'un volet en bois qui s'ouvre au petit matin et se referme le soir, après une belle journée ensoleillée.

« C'est un lieu.Un lieu de lumière et de chaleur. Un lieu de partage et de confidences. Une géographie de fraternités. »
Oui, c'est ainsi que Nathalie, la libraire, conçoit son métier. Si Nathalie évoque sa passion des livres, elle nous parle surtout de ses clients : la jeune Cloé qui cherche à s'échapper du carcan culturel de sa mère, Leïla, la marchande de fromages qui ne sait pas lire, Bastien, fâché avec son père depuis bien trop de temps, Tarik un mercenaire blessé, Soeur Véronika ...et d'autres encore qui se confieront à Nathalie et qu'elle aidera. Cela peut surprendre d'ailleurs. Cette libraire qui se prend pour Joëlle Mazart « Pause-café » du coin. Mais pourquoi pas...

« Les livres attendent ces adoptions, ils savent être reconnaissants à celui qui les aime en lui donnant souvent ce qu'il cherche: de la tendresse et de l'émotion, du frisson et de l'exotisme, de l'intelligence et des pistes nouvelles pour comprendre ce monde et parvenir à y vivre. »
C'est aussi cela ce roman. Une sorte de « chemin de Compostelle » fait d'autant de livres jalonnant les étapes de la vie, qui amène le lecteur à une sorte d'introspection, à une réflexion spirituelle, à une certaine philosophie de vie. L'auteur, Eric de Kermel, directeur de Bayard Nature et Territoires est un fervent défenseur de l'environnement et c'est cet engagement écologiste et humaniste qui le porte à espérer un monde plus chaleureux empreint de bienveillance et de sollicitude envers la planète et ceux qui la peuplent.

« Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es. »
Cette citation figurant dans le livre est reprise sur la première page de couverture comme citation phare. Mais, à mon sens, c'est une phrase qui est plus là pour attirer le chaland car elle ne traduit pas vraiment la façon dont la libraire « s'occupe » de ses clients. Ce serait plutôt l'inverse : « Dis moi qui tu es et je te dirai ce que tu liras. »

De ce roman, je retiendrai surtout les réflexions autour des livres, ce qu'ils sont, ce qu'ils apportent à tout un chacun. Je retiendrai beaucoup moins les histoires personnelles des clients de Nathalie, qui même si elles étaient attendrissantes, m'ont paru un peu rapides et un peu surfaites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
petitsoleil
  21 mai 2017
Un livre feel-good, qui se passe dans une librairie, dans le Sud-Est de la France. Nathalie, professeur de français, en a vraiment assez de la vie parisienne, même si elle convient encore à son mari architecte. Elle a souvent passé des vacances à Uzès, et y découvre une librairie à vendre, place des Herbes. Elle va donc devenir la nouvelle libraire ...
Ce qui était surtout une nouvelle page de sa vie, pour s'occuper maintenant que les enfants sont grands, devient rapidement une grande passion, et Nathalie va aimer rencontrer des lecteurs très différents, parfois étonnants.
Des tranches de vie, certes toujours agréables, mais différentes, variées, qui rendent la lecture vivante.
L'histoire est certes romancée et romanesque, les personnages tous sympathiques, mais on se laisse embarquer avec plaisir, dans cette ode aux livres, aux lecteurs et aux librairies.
Commenter  J’apprécie          442
Eve-Yeshe
  15 juin 2017
Tout d'abord, j'ai aimé la façon dont elle parle d'Uzès, nous donnant immédiatement l'envie de tout plaquer pour aller y vivre, tant l'hommage qu'elle lui rend est puissant.
Ce livre est sympathique et joue un rôle de doudou car, au fil des histoires, l'auteur nous parle également de nous. On retrouve des thèmes autour de la nature, de l'écologie, du mal-être, du stress post-traumatique, des ruptures familiales, de la maladie, la vie et la mort, du couple…
On retrouve aussi des conseils pour mieux aborder la vie: l'importance de vivre l'instant présent, les idées de Pierre Rabhi, ou autre spécialiste du développement personnel ou d'une approche plus philosophique de la vie…
Au passage, on note un joli paragraphe à propos de l'incipit, qui est souvent une façon émouvante, d'entrer en contact avec l'auteur autant qu'avec le livre lui-même :
« L'incipit kiss, c'est le premier baiser… Salé, sucré, doux, amer, mou, fougueux, révolté, arraché, volé, frappé, caressé, sensuel, exotique, glacial, emmitouflé, vif… » P 43
J'ai apprécié la façon dont Nathalie, l'héroïne libraire, nous parle des livres et trouve toujours le (ou les) bon livre adapté à la bonne personne dans une situation particulière et j'ai retrouvé dans la liste des ouvrages qu'elle évoque des titres et des auteurs que j'ai lu ou prévu de lire. J'ai aimé flâner dans les rayons de sa librairie.
Seulement, à la longue, elle m'a un peu irritée avec son côté « maternel » ou infirmière, comme on veut, précisément quand elle se permet de dire à son amie d'arrêter ses anti-dépresseurs !
OK la lecture soigne mais attention à ne pas se prendre pour Dieu le père !
Cela passe plus facilement car elle mêle son histoire personnelle avec celle de ses clients, donc montre qu'elle aussi peut être vulnérable, qu'elle a aussi des problèmes avec ses enfants notamment sa fille (ah cette fameuse adolescence prolongée !).
L'auteur consacre chaque chapitre à un client différent, à une rencontre différente, et il a pris soin de les illustrer de beaux dessins, ce qui fait de ce livre un doudou…
A noter une jolie préface d'Erik Orsenna.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432

critiques presse (1)
LaCroix   28 avril 2017
Le quotidien d’une librairie, de ses lectures et la vie dans tous ses aspects.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (120) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   07 mars 2017
Car un livre, un vrai livre, vous bouleverse. Il réveille en vous le royaume des désirs, le peuple des possibles, l'indomptable Armada des "pourquoi pas" ?

Et de même que nous, êtres humains, sommes différents les uns des autres, de même aucun livre ne ressemble à un autre. Tel qui chamboulera l'un, fera bâiller l'autre. A chacun son enthousiasme. Chaque lecture est un voyage et un amour. (...)

Qu'est-ce qu'une librairie?

Bien plus, bien autre chose qu'une série d'étagères où se morfondent des ouvrages.

C'est un lieu.Un lieu de lumière et de chaleur. Un lieu de partage et de confidences .Une géographie de fraternités.

Un lieu qui lie.
Voilà pourquoi ce conte est d'abord un récit un récit de gratitude.

( Eric Orsenna , préface)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
fanfanouche24fanfanouche24   11 mars 2017
-Excusez-moi, mais je suis un peu intriguée, car les livres que vous choisissez semblent tout droit sortis de ma bibliothèque personnelle. Vous pouvez m'en dire un peu plus sur ce qui guide vos choix ?
-Oui, cela tient à des raisons différentes. D'une manière générale, je trouve que Bobin exprime avec des mots simples des idées merveilleuses. Il a compris bien avant moi que ce qui est compliqué ne rend jamais heureux. A l'inverse, il invite à regarder le vol d'une hirondelle ou un enfant qui va à l'école comme une histoire unique et sacrée. - L'Abyssin- m'a transporté dans une période que j'aurais voulu vivre car l'homme était à l'apogée de son histoire, croyant à un monde sans limites, où chaque voyage générait de nouvelles découvertes. quant à Barrico ["Soie"] c'est aussi un livre de voyage, pas seulement vers le Japon mais aussi dans la trame sensuelle des émotions. L'un des plus beaux récits amoureux que je connaisse. (p. 111)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24fanfanouche24   15 mars 2017
- Si, chère madame, nous avons été enrôlés par Pierre Rabhi, que vous connaissez sans doute. Initialement nous pensions qu'il allait nous dire à qui nous adresser pour gérer le domaine afin que nous puissions être tout à nos prières, mais en réalité il nous a interpellés en nous invitant à prendre soin de cette terre qui nous était confiée et de toutes les espèces vivantes qui s'y trouvaient. Il nous a même secouées, s'étonnant que les chrétiens aient de beaux discours sur la Création alors qu'ils sont bien peu mobilisés sur les questions écologiques. Cela a fait écho en nous, et nous avons décidé d'être religieuses et paysannes. (p. 156)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24fanfanouche24   12 mars 2017
Je suis atteint d'un cancer qui aurait dû m'emporter il y a quelques mois. Puis sont arrivés les livres. Chacun racontait la vie, la force de la vie, et sa beauté aussi. L'énergie qui m'avait quitté est revenue avec les livres, bien mieux qu'avec le cocktail énergétique et médicamenteux prescrit par les médecins. (p. 121)
Commenter  J’apprécie          410
fanfanouche24fanfanouche24   10 mars 2017
Les livres sont des espaces incertains. Il n'est pas sans risque de se laisser traverser par les pensées d'un tiers. Certaines vont s'accrocher dans nos branches et rester ainsi posées, grandissant avec nous, pour rejaillir plus tard comme des pensées enfouies dans les malles d'un grenier.
Parfois elles deviennent nôtres au quotidien, à tel point que l'on en oublie leur origine étrangère. (p. 100)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Éric de Kermel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric de Kermel
Eric de Kermel sur la Conférence climat : "On a de bonne chance d'aboutir à un accord".
autres livres classés : librairieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Éric de Kermel (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1977 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..