AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacqueline Carnaud (Traducteur)
ISBN : 2070403513
Éditeur : Gallimard (04/11/1997)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Il est difficile de trouver un sujet qui ait donné lieu à des controverses plus nombreuses et plus brûlantes que le Troisième Reich. Les points de vue sont si variés et si divergents qu'il est parfois impossible de s'y repérer.

C'est pourquoi Ian Kershaw, spécialiste mondialement reconnu, a brillamment entrepris de faire le point sur les principaux problèmes posés par la dictature nazie et les interprétations qui en ont été données :

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
akhesa
  13 août 2014
Dans cet ouvrage,l'auteur retrace l'historiographie du nazisme vu par les historiens allemands de l'ex-RDA et de l'ex-RFA;en quoi consiste l'etude du nazisme?S'agit-il d'apprendre a connaitre le mal en le "comprenant"?De condamner un phenomene pervers qui,en raison de son caractere unique,ne pourra jamais se reproduire et a toujours disparu?De prendre conscience de la fragilite des democraties libérales modernes et de se convaincre de la necessite de se tenir perpétuellement sur ses gardes contre les menaces que font peser des stratégies,afin de reconnaitre et de prévenir une resurgence du fascisme?D'accomplir un acte de mémoire et de lancer un avertissement plein de haine et de colere?
Ce livre n'est pas facilement abordable,car l'auteur y utilise un vocabulaire qui nous oblige a reflechir au sens,au contenu de la phrase.Termes ayant un sens,une valeur historique,sociale,philosophique différents du contexte,du pays ou de la nation qui est responsable de genocide,que ce soit sous Hitler ou sous Stalline.
Le travail de Ian Kersaw est considerable,quant a l'historicisation et l'historiographie de la RFA et de la RDA,et maintenant de l'Allemagne europeenne.
Ce qui m'a derange,est qu'il donne son avis,son explication,son jugement et que le lecteur n'a d'autre choix que d'y adherer?Il fait tres fort ressentir que c'est lui l'expert du IIIe Reich,et que lui seul sait!!!
Beaucoup de questions sont emises,et sont restees sans reponse.Je trouve qu'il ne repond pas non plus auw différentes implications du IIIe Reich,quelque soit l'argumentation par laquelle on a envie de lire,de comprendre ce que fut ce IIIe Reich!Pour moi,il n'a pas su nous dire et repondre a sa question de depart
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
vincentf
  03 juillet 2010
Loin de répondre à la question posée par son titre, cet ouvrage permet à son lecteur de se poser les bonnes questions sur une période de l'histoire particulièrement problématique, puisqu'elle est constamment menacée par deux maux opposés, la banalisation et la sacralisation.
Ce que tente Kershaw, ou plutôt ce qu'il esquisse, c'est une synthèse des multiples et contradictoires interprétations du nazisme, de la structure de ce régime, de ses rapports à l'économie et surtout du rôle qu'y a joué Hitler, dont le texte montre bien le rôle crucial sans pour autant réduire le nazisme à l'hitlérisme.
Hitler, s'il donne, par son idéologie et par sa propagande dont on peut encore voir les échantillons dans ces discours aboyants qu'on nous montre parfois à la télévision, les buts et fondements de la politique nazie, ne prend que très peu de décisions. Il galvanise puis il laisse faire. Hilter a-t-il donné lui-même l'ordre d'exterminer les Juifs ? Il est bien difficile de répondre à la question. Aucun document ne le prouve. Cependant, il a clairement joué un rôle de prophète en déclarant que les Juifs allaient disparaître d'Europe avant de laisser faire les Einsatzgruppen qui massacraient tout sur le front de l'est. Une fois le génocide mis en route, il n'avait plus qu'à donner une légitimité à ce qui avait déjà lieu. Fonctionnement terriblement pervers, s'il en est, puisqu'il décharge tout le monde de sa responsabilité morale, Hilter parce que ça n'est pas directement sous son ordre que se fait le génocide, et les massacreurs, qui s'appuient sur la volonté du chef charismatique pour accomplir des horreurs inconnues jusqu'à ce jour.
Je me plains parfois de ne pouvoir évoquer cette période de l'histoire que sous son aspect moral. Kershaw répond en partie à ce problème en soulignant que cet aspect est central, que toute recherche sur le nazisme doit avoir pour point de mire Auschwitz, que l'on ne peut pas parler de la vie quotidienne sous le nazisme, même dans ces aspects "normaux", sans avoir à l'esprit, que pendant que la vie continue, que la modernisation de l'Allemagne se poursuit, des millions de personnes sont massacrées au nom de théories racistes et expansionnistes. C'est même en essayant humblement de comprendre comment ont pu coexister l'horreur et la banalité que l'on s'approchera du but non négociable de l'étude historique du nazisme, que cela ne se reproduise pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
anaellefreund
  15 juin 2016
Une très intéressante synthèse des travaux sur le sujet d' autant plus que l' auteur donne la parole aux historiens marxistes comme aux historiens conservateurs de droite.Il traite aussi de l' ambigüité des conjurés allemands de juillet 1944 qui n' étaient pas des démocrates et voulaient poursuivre la guerre sur le Front est contre Staline.Il montre que l' antisémitisme est un élément central de l' idéologie nazie.Le régime était aussi gangrené par la corruption.
Commenter  J’apprécie          30
SICCARD
  12 décembre 2018
Un livre clair, riche, admirable permettant de faire le point historiographique sur plusieurs questions liées au nazisme : ses rapports avec le monde économique, la place d'Hitler dans les rouages du pouvoir du IIIè Reich, son rôle dans l'holocauste, dans la politique étrangère...
Commenter  J’apprécie          10
laurentfeldiphone
  27 septembre 2019
Un résumé complet de l'état des études sur le nazisme dans les années 90.un peu daté.On y apprend que les auteurs du complot de juillet 1944 n'étaient pas vraiment des démocrates.un livre un peu compliqué à lire
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
akhesaakhesa   31 juillet 2014
L'holocauste fait eprouver a l'historien les limites de sa mission premiere,qui est de fournir une explication rationnelle a des evenements complexes par definition
Commenter  J’apprécie          90
SICCARDSICCARD   12 décembre 2018
Même si elle n'est pas très féconde, [la Querelle des historiens] n'est pas en soi un phénomène malsain. On peut au contraire juger positivement le fait qu'une période aussi douloureuse de l'histoire récente puisse être ouvertement débattue, surtout si l'on considère l'absence de tout examen de conscience de l'Autriche face à son passé nazi et l'absence de débat public dans une RDA enserrée, jusqu'aux bouleversements de 1989, dans le carcan du marxisme-léninisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SICCARDSICCARD   12 décembre 2018
Allant plus loin, Matzerath et Volkmann soutiennent que le nazisme fut structurellement déterminé par les conditions qui lui avaient donné naissance, à savoir une profonde révolte des valeurs traditionnelles contre une modernité revêtant la forme de "changements accélérés du système économique, social et politique, auxquels venaient se greffer une crise aigüe engendrée par la guerre, la défaite, l'inflation, la récession et la menace d'un autre système". Exploitant leur sentiment d'insécurité et leurs rancœurs, l'idéologie nazie représenta un "bon instrument de mobilisation des couches de la population les plus exposées aux problèmes de la modernisation".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SICCARDSICCARD   12 décembre 2018
... l'on est fondé à voir dans les deux systèmes [hitlérisme et stalinisme] une nouvelle conception et une nouvelle échelle de l'exercice de la force s'exprimant dans la puissance de l'Etat, dans un désir de tout contrôler et de tout manipuler, dans une mobilisation plébiscitaire de la population derrière ses chefs (à l'aide de techniques modernes) et dans le rejet absolu de toutes formes institutionnalisées d'appartenance ou d' "espace de vie" autres que celles fixées par le régime, bref, dans une tentative de politisation de tous les aspects de l'existence sociale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SICCARDSICCARD   12 décembre 2018
Toutefois, la signification singulière du nazisme pour l'histoire universelle réside avant tout dans la dualité d'une société où des processus "normaux" de modernisation s'accompagnaient de l'exploitation d'une main d’œuvre servile et de l'extermination, "conduite avec une rationalité industrielle", de tous ceux qui, pour des raisons idéologiques, étaient exclus de la "communauté nationale".
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Ian Kershaw (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ian Kershaw
Entretien avec l'historien Ian Kershaw à la librairie Millepages le 12 octobre 2016.
autres livres classés : nazismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1746 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre