AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290312957
252 pages
J'ai Lu (25/04/2001)
  Existe en édition audio
4.32/5   5120 notes
Résumé :
Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit employé dans une boulangerie. C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (705) Voir plus Ajouter une critique
4,32

sur 5120 notes

Missbouquin
  23 avril 2012
On imagine rarement comme il est difficile de parler d'un livre qui nous a bouleversé, qui nous a fait pleuré. Il m'a fallu ici près de deux semaines pour me décider à rédiger cet article sur Algernon.
Ce roman m'a d'abord un peu décontenancé puisqu'il est abordé sous l'angle de vue de Charlie, que l'on a poussé à raconter son expérience par des compte-rendu réguliers, avec ses propres mots. Les 10 premières pages sont donc bourrées de fautes d'orthographe … et puis, petit à petit, on voit son écriture s'améliorer, ses pensées s'approfondir. C'est au coeur même du texte, de ce récit que Daniel Keyes a inscrit l'évolution de Charlie, au fil des pages. Et c'est ce qui en fait un roman des plus touchants, qui m'est allé droit au coeur.
Au-delà de cette écriture et de cette construction particulière, le roman aborde de nombreuses questions brûlantes qui touchent à l'intelligence de l'homme. Comme le dit un des médecins : “Plus tu deviendras intelligent, plus tu auras de problèmes, Charlie.” N'était-il pas finalement plus heureux avant ? Il avait des amis, un travail. Quand il prend conscience qu'il devient plus intelligent, de nouveaux sentiments, des émotions nouvelles apparaissent : la première est la honte qu'il ressent, la honte envers l'ancien Charlie, toujours tapi en lui, que l'on a toujours pris pour un imbécile, dont on s'est moqué sans arrêt, sans qu'il ne s'en doute : “C'est facile d'avoir des amis si vous avez laissé les gens rire de vous.”
Ce déchirement est pourtant accompagné du plaisir d'apprendre, de maîtriser de plus en plus de concepts, de dépasser ses maîtres. Il se rend alors compte l'importance du savoir, même si cette découverte produit des bouleversements inattendus : “Je comprends que l'une des grandes raisons d'aller au collège et de s'instruire, c'est d'apprendre que les choses auxquelles on a cru toute sa vie ne sont pas vraies, et que rien n'est ce qu'il paraît être.”
En parallèle, il fait aussi l'expérience de ses premiers émois amoureux. le lecture comprend que l'ancien Charlie avait plus ou moins été bloqué dans sa puberté, puisqu'il n'avait pas été capable de comprendre ce qui lui arrivait et de le maîtriser. L'intelligence le rend donc à l'intégralité d'une vie réellement humaine.
Mais au final, il a l'intuition que l'intelligence n'est rien s'il n'y a pas le reste : l'amour, la douceur, la compassion. “L'intelligence et l'instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher [...] trop souvent la recherche du savoir chasse la recherche de l'amour. L'intelligence sans la capacité de donner et de recevoir une affection mène à l'écroulement mental et moral, à la psychose.”
L'intelligence ne mène pas au bonheur, est-ce là une des morales du roman ? Je n'en suis pas sûre car comprendre le monde apporte aussi à Charlie le bonheur; montrer à sa mère qu'il a pu évoluer, également.
Des Fleurs pour Algernon est un livre qui se ressent, qui se vit. Plus qu'un roman de science fiction, c'est un roman psychologique, qui peut toucher tout le monde.
Un livre d'une incroyable modernité, universel.
“Exceptionnel s'entend aussi bien pour un extrême que pour l'autre, si bien que j'ai été exceptionnel toute ma vie.”
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2524
marina53
  12 octobre 2012
Charlie Gordon é un atardé don le QI culmine à 70, Charlie é gentil avec tou le monde il veut simplement quon l'aime; Algernon, elle, é une petite souris de laboratoir.
Charlie travail dan une boulangeri, il fé les sals corvés, on le traite com un neuneu. Dan un gran laboratoir, des savans vienne de décuplé l'inteligence d'Algernon. Et si l'expérience pouvait ètre efectué sur un homme ? Charlie devien alor un instrument de laboratoir, com Algernon.
Ce trétemen apliqué sur Charlie et c'est toute sa vie qui é chamboulé. Il devien "quelqun"; il atteint un certin nivo d'intelligence, il compren les chose, les saisit et se ren vite conte du monde dan lequel il vi. Charlie finira par ne plu conprendre les gen, le monde qui l'entoure mais le plu tragic é qu'il finira par se perdre lui mème, par ne plus savoir qui il é. On s'inquiète bocou pour Charlie, pour son avenir. Réussira t il dan sa mission ?
Fascinant, troublant, émouvant, bouleversant, poignant, bref, autant de qualicatifs pour rendre compte de mon état d'esprit à la fin de ce roman. Il nous plonge dans le destin de cet homme, on le suit au jour le jour, au gré de ses évolutions.
Des fleurs pour Algernon est un véritable roman psychologique. L'auteur explore à fond son sujet.
Une oeuvre originale, poussée dans ses derniers retranchements.
Inoubliable et frapant... oups... frappant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          18516
Jmlyr
  25 août 2017
Algernon, je voyais ce nom passer et repasser, comme un appel. J'ai succombé. Des fleurs, je lui en lance à la pelle, des immortelles par milliers.
Chacun des mots parle à l'intime de soi, touche à l'être profond parce que le panel des questions existentielles abordées est très très large. Nous sommes tous des êtres uniques, nous le savons, mais se faire accepter n'est simple pour personne. Un enjeu dès la naissance, capter le regard de sa mère, parfois dès le ventre, communiquer sa présence, haptonomie et émotion garantie. Susciter l'admiration du père, la jalousie de la fratrie… Charlie a vécu une enfance particulière, avec ce combat commun à tous les parents d'enfants différents, de vouloir à tout prix les intégrer, quel que soit le handicap, physique ou mental, avant de parfois accepter une solution plus adaptée, pour le bien-être de tous quand cela s'impose. Lutte perpétuelle entre acceptation et rejet. Les enfants entre eux sont sans pitié, c'est aussi l'école de la vie ; difficile pour ceux qui ne sont pas dans les clous.
Charlie, j'ai mal à ton enfance.
Sans une once d'empathie, l'autre devient invisible, absent du décor, et quoi qu'il fasse, se rira de lui, qu'il soit stupide ou bien génie. Mais qui manque à ce point d'empathie ?
La tolérance est une question d'éducation, le respect s'enseigne depuis tout petit, sans grand discours, juste en montrant l'exemple.
La question de la différence est bien sûr le coeur du sujet, et si l'on pense que seuls les simples d'esprit ont à souffrir de l'exclusion, c'est une erreur. Qui parle des «  imbéciles heureux » ? L'expression est un peu cynique aujourd'hui, mais pas tellement loin de la réalité. Ils ne se poseraient pas tant de questions ; ils seraient. Point. Vivre. Être.Alors que les grands équipés du cerveau, ceux qui sont encombrés de neurones hyperactifs, souffrent de trop de lucidité sur la nature humaine, d'une acuité exacerbée, d'une compréhension fine de la nature. Charlie ne semble-t-il pas opposé à l'utilisation des animaux en laboratoire ? Petites souris, mais singes aussi. Et pourtant, on soigne le cancer grâce aux expériences sur les animaux. Cette question me taraude, on peut limiter les dégâts.
Charlie visite les lieux d'accueil pour enfants et adultes handicapés, nous glissant au passage une réalité toujours d'actualité : un manque terrible de places, puisque ce sont des maisons définitives, les places ne se libèrent jamais vraiment.
L'auteur ne nous épargne pas non plus la vieillesse, avec l'apparition des troubles cognitifs, que l'on observe chez sa mère. Quoi de plus perturbant qu'une mère qui ne vous reconnaît plus ? Nous le vivons dans la famille en ce moment. Pas facile d'entendre une mère répondre à son propre fils au téléphone «  bonjour, madame ». Accepter. C'est tout. Aimer quand même.
Avec cette question d'intelligence augmentée, ce livre décrivait le transhumanisme avant l'heure, pas loin de l'intelligence artificielle qui nous effraie un peu, et d'ailleurs ça me rappelle un livre que je n'ai pas encore lu : « Le jour où mon robot m'aimera » de Serge Tisseron… Intelligence artificielle et sentiments ???
Avant, on nous parlait de surdoués… surdoués de quoi ? C'est toujours par rapport à une échelle de valeurs, en comparaison avec les mêmes catégories de personnes. Mais on les pensait surdoués en tout. Maintenant, les tests de dépistage ont changé, et ont cloisonné les secteurs de la douance. On peut être excellent en littérature et mauvais en math, avoir une mémoire phénoménale et aucune aptitude à la physique, et pourtant être assimilé à un enfant ou un jeune dit « précoce ». Nous parlons parfois de « zèbres »… toute la difficulté étant de développer la composante émotionnelle de la personnalité, au même titre que le reste. La maturité affective ne se construit pas dans les livres, mais dans le rapport à l'autre. Or, le rapport à l'autre est difficile quand le sujet est différent. L'ensemble du livre l'analyse très bien, dans tous les contextes : famille, amis, amours, profession, voisinage, etc.
S'accepter soi-même est le premier chemin pour se faire accepter des autres. Que l'on soit simplet ou génie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          16033
HordeduContrevent
  28 septembre 2021
Des fleurs, des milliers de fleurs à la place d'étoiles, pour ce livre de l'américain Daniel Keyes. En brassées, en bouquets, en baquets, librement jetées au vent. Des fleurs de toutes les couleurs, blanches pour la pureté et l'épure du récit, rouges pour son incandescence, bleues pour sa profondeur, vertes pour l'espoir juste entrevu, très sombres pour la noirceur de l'âme humaine, des pétales mauves pour sa dimension spirituelle, des coeurs roses pour sa beauté. Des fleurs arc-en-ciel enfin pour la tolérance à la différence dont il se fait le chantre. Tant a déjà été écrit sur ce livre merveilleux, je me contenterais de m'étonner : pourquoi ai-je attendu si tardivement pour le lire ? Désormais avec moi sur mon île déserte, ce livre me permet de la colorer d'un large nuancier de sentiments et, surtout, à toujours veiller à saupoudrer douceur, compassion et amour aux personnes vulnérables que je rencontrerai, hélas seulement en rêve, esseulée sur mon île.
L'histoire est assez simple. Charlie, jeune homme de 32 ans, est un attardé doté d'un QI d'un petit garçon de 6 ans. Volontaire et très doux, il a été choisi pour subir une opération chirurgicale dans le but de le rendre plus intelligent. Cette opération inédite n'a jamais été faite sur un homme, seulement sur une souris au doux nom d'Algernon. Si cette opération réussit, elle permettra à l'avenir d'augmenter artificiellement l'intelligence de milliers de personnes comme Charlie, voire de rendre le monde très intelligent. Quelques jours avant l'opération il a été demandé à Charlie d'écrire, sous forme de comptes rendus journaliers, ce qu'il vit, ce qu'il ressent…Si ces comptes rendus sont d'abord infantiles et naïfs tant dans leur syntaxe, dans leur orthographe que dans la structuration de la pensée livrée, nous assistons peu à peu après l'opération, à travers précisément l'évolution de ces comptes rendus que nous sommes amenés à lire, à la transformation de Charlie dont l'intelligence ne cesse de progresser jusqu'à devenir incroyablement élevée.
« Si l'opération réussi bien je montrerai a cète souris d'Algernon que je peux être ossi un télijen quelle et même plus. Et je pourrai mieux lire et ne pas faire de fotes en écrivan et apprendre des tas de choses et être comme les otres ».
Au-delà de l'histoire dont le résumé tient finalement en quelques lignes, ce qui est étonnant et haletant est cette façon d'aborder les faits du point de vue de Charlie. Les comptes rendus laissent deviner en filigrane l'évolution incroyable, en peu de temps, du jeune homme. Tour à tour, nous sourions, nous avons le coeur serré, nous assistons, impuissant, à ce qui arrive : gagner en intelligence est finalement perdre en innocence et donc en bonheur… « Qui peut dire que mes lumières valent mieux que ta nuit ? » questionne le nouveau Charlie à l'ancien Charlie.
Cette construction brillante, remplie, l'air de rien, de questions existentielles, génère en effet une profonde empathie chez le lecteur. Comme si nous plongions dans son journal intime, nous éprouvons véritablement la détermination de Charlie, sa volonté de faire plaisir, ses incompréhensions et son impatience de « devenir un télijen », ses colères, l'éveil du sentiment amoureux et du désir. Nous observons, admiratifs, sa soif de connaissances et l'acquisition rapide de ces connaissances, de plus en plus approfondies, sa façon de raisonner qui devient de plus en plus complexe et structurée. Nous assistons, médusés, à la compréhension subtile de son passé et notamment du comportement maternel qui est source aujourd'hui de graves traumatismes, à l'éveil de son esprit de rébellion et de contradiction, voire à son intolérance pour toutes ces personnes qu'il prenait auparavant pour des génies et qui ne connaissent finalement que si peu de choses. Nous évoluons avec lui au fur et à mesure des comptes rendus. C'est brillant, c'est poignant, époustouflant tout en étant simple. du génie !
Le thème principal abordé par ce livre est bien celui de l'intelligence de l'homme. « Plus tu deviendras intelligent, plus tu auras de problèmes, Charlie ». On se demande, stupéfaits, s'il n'était pas plus heureux avant, avec ses amis (ses soi-disant amis) et son travail. En devenant plus intelligent de nouvelles émotions l'assaillent, il comprend combien sa mère a été cruelle avec lui, il éprouve de la honte envers l'ancien Charlie, toujours tapi sous le vernis d'éducation et de culture acquis, que l'on a toujours moqué sans même qu'il s'en doute, il se rend compte que la malice, le vol, les coups bas existent même envers des personnes bienveillantes. Il est conscient d'être un objet utilisé à des fins scientifiques et carriéristes. Il était peut-être bête avant mais heureux…d'ailleurs ne parle-t-on pas des « imbéciles heureux » ?
Autre thème, celui de la différence. Ce livre nous interroge d'une poignante façon sur le regard que nous pouvons porter sur des gens différents et vulnérables. Quelle position prenons-nous ? On ne peut s'empêcher de penser à nos propre réactions, notamment lorsque nous étions enfants, à nous qui avons peut-être harcelé, moqué ou au contraire défendu un enfant plus faible que nous…Par ailleurs, que ce soit en étant arriéré ou en étant devenu un génie, Charlie est différent et a du mal à trouver sa place dans la société. « Exceptionnel s'entend aussi bien pour un extrême que pour l'autre, si bien que j'ai été exceptionnel toute ma vie ».
Ce livre est l'incroyable quête existentielle de tout un chacun de sa juste place dans la société humaine, de l'acceptation de soi pour la trouver quelle que soit sa différence, tout le monde étant unique et donc différent à sa façon. Quant à l'intelligence, elle est relative et nous savons aujourd'hui combien cette notion revêt de multiples formes.
« Quelle est ma place ? Qui et que suis-je, maintenant ? Suis-je le produit de toute ma vie ou seulement des derniers mois ? ».
Et finalement, le message principal de ce livre, d'une humanité bouleversante, bouleversante aux larmes, est que l'intelligence est rien s'il n'y a pas l'amour, la bienveillance, la douceur, la compassion.
« L'intelligence et l'instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher (…) Trop souvent la recherche du savoir chasse la recherche de l'amour. L'intelligence sans la capacité de donner et de recevoir une affection mène à l'écroulement mental et moral, à la psychose.”
Pour conclure, cette image qui résume de manière la plus imagée et poétique ce livre à mon sens, l'histoire d'un ressac fulgurant : « Tout autour de moi est en attente. Je rêve que je suis seul au sommet d'une montagne, que je contemple le panorama – des verts, des jaunes, et le soleil à la verticale, qui réduit mon ombre à une boule resserrée autour de mes pieds. Quand le soleil baisse dans le ciel de l'après-midi, l'ombre se déroule et s'étire vers l'horizon, longue et mince, loin derrière moi… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13751
Nastie92
  01 septembre 2014
Je dis de certains livres : "sitôt lu, sitôt oublié". Celui-ci n'en fait assurément pas partie. Plus d'un mois après l'avoir achevé, j'ai toujours des passages entiers clairement en mémoire, et de nombreuses interrogations tournent encore dans ma petite cervelle.
Imaginez que vous soyez d'une intelligence limitée et que des médecins vous proposent de servir de sujet pour une expérience dont le but est d'augmenter vos capacités. Voyons un peu ce qui pourrait vous arriver.
- Vous ne comprenez pas vraiment ce qu'on va vous faire (normal, puisque votre intelligence de départ est limitée). Vous aimeriez ?
- Vous ne comprenez pas non plus ce qu'on attend de vous. Vous aimeriez ?
- Vous ne comprenez pas trop les transformations qui s'opèrent en vous. Vous aimeriez ?
- Vous ne contrôlez rien, vous subissez. Vous aimeriez ?
- Alors que votre intelligence se développe, vous vous rendez compte de qui vous étiez avant, et vous en avez honte. Vous aimeriez ?
- Vous comprenez parfaitement les gens et les faits, vous êtes devenu réellement très intelligent, c'est spectaculaire. Avoir une compréhension fine du monde et des êtres, pouvoir tout apprendre, tout savoir, ce doit être grisant tout de même. Oui, mais... parler économie, philosophie et autre à un niveau stratosphérique, ça vous éloigne du commun des mortels, jusqu'à ne plus pouvoir communiquer. Avant, vous étiez trop limité, maintenant, vous êtes trop savant. Vous aimeriez ?
- Vous comprenez que votre transformation est malheureusement réversible, et que vous allez rapidement redevenir celui que vous étiez au début. Et vous êtes horrifié à l'idée de tout perdre, à l'idée de redevenir le crétin dont on se moque, à l'idée de ne plus rien comprendre. Vous vivez le drame de celui à qui on annonce qu'il est atteint de la maladie d'Alzheimer alors qu'il est encore en pleine possession de ses facultés, et qui voit le gouffre s'ouvrir sous ses pieds. Vous aimeriez ?
Voilà ce qui arrive à Charlie dans ce livre.
Un petit extrait de Platon dès la première page ("la vue peut être troublée de deux manières et pour deux causes : quand on passe de la lumière à l'obscurité, ou bien le contraire, de l'obscurité à la lumière"), puis le lecteur se trouve embarqué dans une histoire bien étrange.
Charlie Gordon a été choisi comme cobaye dans une expérience novatrice dont le but est d'augmenter le QI d'une personne attardée. Tout se passe pour le mieux au début, Charlie passe de l'obscurité à la lumière, mais hélas, tout comme pour la souris Algernon qui subit la même transformation, arrivera le moment du retour à l'obscurité.
Le lecteur suit ce parcours à double sens à travers les compte-rendus que Charlie rédige quasi quotidiennement.
Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en entamant cette lecture dont le début m'a laissée totalement perplexe. Attention pour la phrase suivante, n'allez pas croire que j'aie fumé la moquette, ou que mon correcteur d'orthographe soit tombé en panne.
O débu Charlie fé plin de fote, il écri dé chose tré simple, o fur et a mesure il maîtrise mieut l'ortografe, le vocabulaire et la syntaxe, on sent sa compréhension du monde et des gens s'améliorer. Il se transforme complètement.
Voilà qui donne un aperçu de l'écriture du livre. Au début, Charlie écrit de façon phonétique des phrases courtes relatant des faits très simples. Il a des connaissances très limitées et ne comprend pas grand-chose à ce qui lui arrive. Les premières pages sont ainsi bien déstabilisantes, et je me suis demandée dans quoi je m'étais embarquée. Mais rapidement, grâce au traitement qu'il subit, Charlie évolue. le changement est spectaculaire et particulièrement bien rendu : orthographe, vocabulaire, syntaxe, complexité des phrases et de la pensée. Au fil des pages on suit les progrès, et l'on comprend rétrospectivement des passages qui étaient restés obscurs. Un tour de force d'écriture.
Mais l'intérêt de ce roman ne se limite largement pas à cet aspect. Si l'histoire peut paraître finalement assez simple, elle est incroyablement riche par les thèmes qu'elle aborde et les interrogations qu'elle soulève.
Peut-on profiter de la faiblesse de certains (animaux, déficients mentaux, etc.) pour les prendre comme sujets d'expérimentation ?
Jusqu'où peut-on imposer quelque chose à une personne "pour son bien" ?
Est-on plus heureux en étant plus intelligent ? Vaste question !
J'ai trouvé particulièrement intéressant de suivre la vision que Charlie a de lui-même, car dès qu'il devient suffisamment intelligent, il analyse sa vie de façon très lucide. Sa façon de se voir et de se juger évolue au fur et à mesure de sa transformation.
Voilà un livre qui m'a profondément émue. Une lecture intense qui m'a bousculée et fait ressentir des émotions diverses et variées.
L'histoire m'a fait penser au film "l'éveil" avec Robert de Niro et Robin Williams (paix à son âme), dans lequel un jeune chercheur administre un remède à un groupe de malades mentalement très affectés pour les faire en quelque sorte renaître. Leur évolution est tout à fait comparable à celle de Charlie, et par les images, le film amène aux mêmes interrogations que celles soulevées dans ce livre.
Pour conclure, je ne comprends pas du tout pourquoi Des fleurs pour Algernon est estampillé "science-fiction". "Science", oui. "Expérimentation scientifique", oui. Mais pour le reste, non. Certes, c'est une histoire inventée, on imagine : "et s'il se passait ceci...". Mais l'expérience médicale que l'on fait subir à Charlie n'est même pas détaillée, l'intérêt du récit n'est pas là. Ce roman ne décrit pas une hypothétique société futuriste. Il ne fait pas intervenir de créatures étranges. Tout est purement humain, profondément humain. Et c'est pour cela qu'il m'a autant émue.
C'est sûr, la petite souris Algernon va trotter encore longtemps dans ma tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1287


critiques presse (1)
Syfantasy   25 avril 2022
Cette histoire, devenue iconique dans la culture littéraire américaine contemporaine, est aussi un immanquable de Science Fiction, dont Isaac Asimov vantera le génie lors de la remise du prix Nebula pour son livre.
Lire la critique sur le site : Syfantasy
Citations et extraits (394) Voir plus Ajouter une citation
viou1108_aka_voyagesaufildespagesviou1108_aka_voyagesaufildespages   26 septembre 2013
Mais j'ai appris que l'intelligence seule ne signifie pas grand-chose. Ici, dans cette Université, l'intelligence, l'instruction, le savoir sont tous devenus de grandes idoles. Mais je sais maintenant qu'il y a un détail que vous avez négligé: l'intelligence et l'instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher. (...) L'intelligence est l'un des plus grands dons humains. Mais trop souvent, la recherche du savoir chasse la recherche de l'amour.(...) l'intelligence sans la capacité de donner et de recevoir une affection mène à l'écroulement mental et moral, à la névrose, et peut-être même à la psychose. Et je dis que l'esprit qui n'a d'autre fin qu'un intérêt et une absorption égoïstes en lui-même, à l'exclusion de toute relation humaine, ne peut aboutir qu'à la violence et à la douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          822
Endea54Endea54   25 janvier 2010
« L’intelligence est l’un des plus grands dons humains. Mais trop souvent, la recherche du savoir chasse la recherche de l’amour. C’est encore une chose que j’ai découverte pour moi-même récemment. Je vous l’offre sous forme d’hypothèse : l’intelligence sans la capacité de donner et de recevoir une affection mène à l’écroulement mental et moral, à la névrose et peut-être même à la psychose. Et je dis que l’esprit humain qui n’a d’autre fin qu’un intérêt et une absorption égoïste en lui-même, à l’exclusion de toute relation humaine, ne peut qu’aboutir à la violence et à la douleur »

« Je crois que j’ai changé durant ces semaines loin du labo, dis-je. D’abord je n’arrivais pas à voir comment faire, mais cette nuit, en errant à travers la ville, cela m’est venu à l’esprit. La bêtise c’était d’essayer de résoudre le problème tout seul. Mais plus je m’emmêle dans la masse de mes rêves et de mes souvenirs, plus je m’aperçois que les problèmes émotionnels ne peuvent être résolus comme les problèmes intellectuels. […] Sans que je sache pourquoi, je m’étais détaché émotionnellement de tout, des êtres et des choses. Et ce que je cherchais réellement, la nuit, dans les rues sombres –le dernier endroit où j’aurais jamais pu le trouver -, c’était un moyen de me rapprocher de nouveau des gens, émotionnellement, de faire partie de la foule, tout en gardant mon indépendance intellectuelle. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
annieannie   20 août 2008
Quelques citations d'Algernon :





« Quand j'étais arriéré, j'avais des tas d’amis. Maintenant, je n'en ai pas un. »
« Plus tu seras intelligent, plus tu auras de problèmes, Charlie. »
« Je suis un être humain, une personne, avec des parents et des souvenirs et une existence - et je l'étais avant que vous me poussiez sur un chariot dans la salle d'opération ! »
« L'intelligence sans la capacité de donner et de recevoir une affection mène à l'écroulement mental et moral, à la névrose, et peut-être même à la psychose. »
« Et je dis que l'esprit qui n'a d'autre fin qu'un intérêt et une absorption égoïstes en lui-même, à l'exclusion de toute relation humaine, ne peut aboutir qu'à la violence et à la douleur. »
« Tu ne sais pas ce que c'est d'avoir quelque chose qui se passe en toi, que tu ne peux ni voir ni contrôler, et de sentir que tout te file entre les doigts. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
Eric76Eric76   22 octobre 2015
- Il est normal ! Il est normal ! Il deviendra un adulte comme les autres, meilleur que d'autres ! (Elle voulait griffer la maîtresse mais papa la retenait.) Il ira un jour au collège ! Il deviendra quelqu'un ! (Elle continuait de le crier et de se débattre pour que papa la lâche.) Il ira un jour au collège et il deviendra quelqu'un !
Nous étions dans le bureau du directeur et il y avait un tas de gens, l'air embarrassé, mais le sous-directeur souriait et détournait la tête pour qu'on ne le voie pas.
Dans mon rêve, le directeur avait une grande barbe, et tournait autour de la pièce en me désignant du doigt :
- Il faut qu'il aille dans une école spéciale. Mettez-le à Warren, à l'Asile-Ecole d'Etat. Nous ne pouvons pas le garder ici.
Papa entraînait maman hors du bureau du directeur et elle criait et pleurait à la fois. Je ne voyais pas son visage, mais ses grosses larmes rouges tombaient sur moi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
LaBiblidOneeLaBiblidOnee   10 février 2015
Je suis "exceptionnel" - terme démocratique utilisé pour éviter les étiquettes infamantes de "doué" ou de "faible" (qui signifient "brillant" ou "attardé"), mais dès qu'"exceptionnel" commencera à avoir quelque signification pour quelqu'un, on le changera. Il semble que la règle soit de n'utiliser une expression que tant qu'elle ne signifie rien pour personne. "Exceptionnel" s'entend aussi bien pour un extrême que pour l'autre, si bien que j'ai été "exceptionnel" toute ma vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420

Videos de Daniel Keyes (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Keyes
"Des fleurs pour Algernon" : Daniel Keyes.
autres livres classés : intelligenceVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des fleurs pour Algernon de Léa

Qui est le personnage principal

Algernon
Dr strauss
Charlie Gordon

20 questions
2109 lecteurs ont répondu
Thème : Des fleurs pour Algernon de Daniel KeyesCréer un quiz sur ce livre

.. ..