AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782875600264
47 pages
ONLIT ÉDITIONS (08/01/2013)
3.4/5   5 notes
Résumé :
« Avant de vivre l'expérience, je connaissais le mot de vue. Et il ne m'inspirait pas confiance. Sans doute parce que s'y trouve le préfixe out, comme dans « Qui est IN et qui est OUT ? », ou comme dans knock out? Outplacement (prononcer aoûtpléssmeunt) est un mot qui ne se traduit pas en français, ce qui ne l'empêche pas de trimballer une chaîne lexicale qui fait froid dans le dos : mettre dehors, déplacer, déporter (au sens de porter hors du cocon douillet de l'en... >Voir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
argali
  08 décembre 2013
Parmi le catalogue ONLIT, j'ai choisi ce livre d'Arnaud de la Croix, philosophe, éditeur, enseignant et écrivain belge dont j'ai déjà apprécié d'autres ouvrages.
Ici, il nous propose un récit basé sur des faits réels -un récit post-professionnel comme il dit- même si c'est difficile à croire.
« Outplacement » est un mot qui ne se traduit pas en français mais, comme il le précise d'emblée, « cela ne l'empêche pas de trimballer une chaîne lexicale qui fait froid dans le dos : mettre dehors, déplacer, déporter (au sens de porter hors du cocon douillet de l'entreprise, de déverser dans la rue, où les SDF meurent de froid). »
En Belgique, la loi contraint l'employeur qui licencie un employé de quarante-cinq ans et plus, à financer son outplacement. En échange, l'employé licencié est obligé de suivre une formation qui lui permettra ensuite d'émarger au chômage.
Nous nous retrouvons donc au coeur d'une formation de ce type, où une petite dizaine de chômeurs récents tentent de retrouver confiance en eux pour affronter le monde impitoyable des agences d'intérims. de la rédaction du curriculum à la façon de se présenter lors d'un entretien d'embauche, ils espèrent trouver trucs et ficelles pour mettre toutes les chances de leur côté, apprendre à se vendre, donner envie à l'employeur de les engager eux plutôt qu'un autre.
Pour supporter ces séances et parce qu'elles l'amusent ou le navrent, le narrateur a pris des notes tout au long de sa formation et nous livre ici son témoignage. Il nous présente Marianne, la formatrice, blonde, lisse, polie, jolie à regarder mais qui ne semble pas entrer en empathie avec ses stagiaires : Josée l'aînée du groupe, qui rit nerveusement pour cacher sa gêne ; Christian, le vendeur né ; Katie, au physique ingrat mais déterminée ; Robert, proche de la retraite et excédé… un échantillon représentatif des personnes que l'on rencontre dans ces formations.
On sourit une ou deux fois. On s'émeut, on compatit souvent devant ces personnes que la société jette sans scrupule, après des années de bons et loyaux service. La souffrance, la honte, la difficulté à rebondir… tout est décrit sans jugement.
Un avis cynique et hallucinant sur ces formations sans âme, sans respect, humiliantes même. Cinquante pages écrites dans une langue claire et forte, sur un ton lucide, sans concession, à lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bibliozonard
  31 janvier 2013
Ce que j'en dis:
Outplacer ou l'art d'éjecter un OUT rance. ..(rance = qui s'est altéré en devenant trop vieux.)
Un homme de la cinquantaine participe à un séminaire d'outplacement organisé par une société Just ce qu'il faut pour occuper les cheveux blanchis jusqu'à la pension. Cela ou des séances de tricot eurent été pareils. Toutefois, le bonhomme patient joue le jeu et donne son impression régulière sur la chose.
Après des présentations qui n'en finissent plus (à se demander s'il n'y avait pas erreur sur les personnes pour les encadrer comme dans une réunion des alcooliques anonymes, manquait l'applaudissement en fin de séance) et le partage de quelques trucs et astuces pour s'armer en tant qu'aventurier, papy fait de la résistance dans les bois de bouleau. Il faut s'adapter, se réinsérer... C'est bien évidemment une rude séance de survie qui commence.
C'est hallucinant. Les pseudos raisons (Elles ne sont même pas brillantes d'inventivités. C'est du cash, sans palabres. Adios y asta la vista ! Boum ! Au suivant) pour lesquelles, à mi – vie en moyenne, les travailleurs en tous genres sont répudiés, remerciés ignominieusement sans remords. Les bourreaux s'en lavant les mains et jouissant à l'idée d'une économie engendrée grâce aux bébés du circuit qui remplaceront les pères et mères Fouras. C'est alarmant, à l'heure où la population est vieillissante, il y en aura en masse des « garderires » du genre, des « pré-homes ». Quel est l'intérêt ? Franchement ? Après une carrière de manager. V'la t'y pas qu'on vient vous dire qu'un tel ou une telle à droit à une information sur une formation qui s'intitule : internet pour personnes âgées. C'est l'humiliation avant l'heure. Des sociétés intermédiaires y font leur beurre (pas toutes ? J'espère qu'il y en a de plus sérieuses, s'il vous plaît. My God ! Entendez mes prières !).
Des intérims du vide, des dérivés du forem, un mélange des deux quoi. Je pourrais les nommer « Des intérims forts, hem ! » ou bien « Just for ‘em ! ». Peu importe, ce sont de tristes endroits transparents nourris à la commission paritaire, quel délice, quelle honte.
Un personnage en ressort éveillé, certes, mais combien y arrive ?
Un seul mot: au secours (ça fait deux...). Tu as ou tu n'as pas. Punkt an de lijn.
Be in health or die…
Bien sûr, un témoignage d'une cinquantaine de pages à lire. Ecrit d'une verve claire, lucide et sage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
histfict
  16 décembre 2016
Lorsqu'un employeur licencie un travailleur de plus de 45 ans et que celui-ci répond à certaines conditions d'ancienneté, la loi belge oblige l'entreprise à proposer au salarié licencié un service d'outplacement, c'est-à-dire une formation de "reclassement professionnel" pour l'aider à retrouver un emploi.
Dans ce court récit, Arnaud de la Croix raconte les séances collectives auxquelles il a participé après avoir été licencié de son poste dans une grande maison d'édition belge, alors qu'il avait dépassé la cinquantaine. Ce témoignage désabusé brosse le portrait des formateurs et des participants avec une bonne dose d'humour et d'autodérision.
Bien qu'il s'agisse d'une lecture rapide et facile, « Outplacement » a le mérite de susciter une réflexion sur l'intégration des travailleurs de plus de cinquante ans sur le marché de l'emploi et sur la qualité trop souvent médiocre des systèmes mis en place par les pouvoirs publics pour « ré-activer » les chômeurs.
Commenter  J’apprécie          10
bibliobleue
  04 février 2013
Marylin, Christian, Katie, Robert sont déçus, en colère. Se retrouver ainsi sans travail à leur âge, c'est une injustice incompréhensible. Alors les cours de Marianne vont-ils porter leurs fruits ? Seront-ils en mesure de retrouver un emploi rapidement ?
Le récit d'Arnaud de la Croix est court, simple, grinçant, terrifiant et pourtant si proche de la vérité... Au secours ! le marché du travail n'est plus ce qu'il était.
Lien : http://bibliobleu.blogspot.fr/
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
histfict
histfict  
A notre âge, quand on se fait licencier, c'est comme si on repartait à zéro.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Arnaud de La Croix (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arnaud de La Croix
Avec Michel Quesnel, Vincent de Féligonde
Table ronde proposée par le journal La Croix
autres livres classés : chômageVoir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'Odyssée

Comment s'appelle l'île sur laquelle vit Ulysse?

Calypso
Ithaque
Ilion
Péloponnèse

10 questions
2162 lecteurs ont répondu
Thème : L'Odyssée de HomèreCréer un quiz sur ce livre