AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234056756
Éditeur : Stock (07/04/2004)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :

" Pendant vingt ans, l'Éducation nationale m'a empêché de faire mon métier. À ma sortie de l'école normale, en 1977, j'étais un jeune instituteur progressiste et militant, convaincu de la supériorité de la méthode de lecture dite "naturelle". J'ai tout cru. J'ai tout fait, des groupes, des activités d'éveil, de la grammaire fonctionnelle, de la lecture naturelle, des mathématiques modernes, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ChroniqueDunCollegeOrdinaire
  29 juin 2019
Lorsqu'il publie ce texte, Marc le Bris est instituteur et directeur d'Ecole. Dans un style clair et limpide, il mêle anecdotes, réflexions personnelles et ouvertures théoriques. le propos est argumenté et reste mesuré, même s'il sait parfois faire preuve d'une verve revigorante.
Bien qu'il ait quelque un peu perdu de sa brûlante actualité (livre paru en 2004), ce dernier permet de nourrir la réflexion sur l'Ecole contemporaine. Les problèmes ne datent pas d'aujourd'hui, ni d'hier, mais d'avant hier.
Cette note de lecture se propose de résumer les thèses de l'auteur concernant l'apprentissage de la lecture et du calcul.
* * * LA FIN DU SYLLABAGE
Jadis, les instituteurs employaient la méthode dite syllabique : identifier les lettres présentes dans un mot, afin de pouvoir les combiner en syllabes. L'auteur évoque avec nostalgie la célèbre Méthode Boscher utilisée pendant des décennies sur les bancs des Ecoles de France.
« On dit à l'enfant le son que fait (habituellement) chaque lettre, on le lui fait retenir (il l'apprend!), puis il utilise ces sons pour arriver à les associer en syllabes. On l'entraîne alors systématiquement à combiner ces syllabes élémentaires : b et a font ba. On lui montre très vite les associations qui ne sont que des conventions pures (o et u, a et n…) et on lui fait apprendre de telle façon qu'il n'hésitera plus une seconde devant un oui ou devant un ou. »
Depuis lors, les experts en science de l'éducation ont accouché d'une nouvelle méthode appelée globale. L'auteur affilie celle-ci à un courant à la mode au sein des sciences humaines du début de XXème siècle, la Gesltaltheorie (ou Psychologie de la Forme). A l'instar du phénomène perceptif qui partirait du monde perçu globalement comme Forme, pour n'être analysé qu'après coup en atomes de sensations abstraites, le rapport naturel au langage devrait aller « du tout vers l'élément ».
« On donne des textes aux enfants, ils cherchent des indices du sens du texte dans les illustrations. Puis du sens deviné du texte, ils déduiront le bruit que font les lettres. »
Dans cette optique, la combinatoire syllabique devient anti-naturelle, et est donc supprimée. La frénésie du nouveau conduit à la détestation fanatique de toutes les méthodes d'autrefois : syllaber un texte à l'oral, apprendre par coeur et réciter devant la classe, maîtriser la dictée. On a relayé aux oubliettes des méthodes ancestrales, construite patiemment au cours d'un siècle d'instruction publique, fruits d'échanges et d'intelligence collective.
« C'est devenu la science des ânes car il faut apprendre et répéter, ânonner et chanter ; c'est scolastique. »

* * * LE MYTHE DE L'ENFANT DEMIURGE
L'auteur rattache la méthode globale à ce qu'il nomme le «  mythe de l'enfant créateur de son savoir ». La fameuse « analyse autonome, du tout vers l'élément » suppose de l'enfant d'être un véritable démiurge. A titre d'exemple, il cite le pédagogue moderniste O. Decroly : les enfants sont des « créateurs de cosmogonies » capables de « faire sortir l'ordre du chaos ». Ces délires poétiques des années 1920 s'incarneront concrètement dans la loi d'orientation de 1989 plaçant « l'élève au centre du système éducatif ».
Tandis que l'Ecole traditionnelle fonctionnait sur le modèle de la transmission (un maître qui sait (qui maîtrise) à un élève qui apprend (qui s'élève)), l'Ecole contemporaine fonctionne sur la logique de l'accompagnement (d'un enfant « acteur de ses apprentissages » par un « enseignant » réduit au rôle d'encadrement). Non sans sarcasme, l'auteur rappelle comment, durant ses années de formation à l'IUFM, les pédagogues faisaient l'éloge des l'inénarrables « situation-problème autocorrective » et des « conflits socio-affectifs » (débats animés par un enseignant, travail par petits groupes d'élèves).
Ce mythe de l'élève redécouvrant tout par lui-même nie l'histoire de l'Humanité. « Il a fallu trois mille ans à l'humanité pour qu'elle parvienne à décomposer les mots en leurs éléments ultimes, les lettres. Et on demande aux petits CP de déduire eux-mêmes, à six ans, et en six mois, ce génial travail de conception. ».
* * * LA MUSCULATION DES NEURONES
Le leitmotiv constant de l'auteur est : « pour qu'il y ait qualité, il faut la quantité ». Sa défense des méthodes traditionnelles part du constat que l'intelligence de l'enfant ne peut se développer qu'à partir (et après seulement) d'une « musculation » de la mémoire. Il faut que l'enfant apprenne, et apprenne beaucoup. Par la quantité, il organise, il structure, littéralement il com-prend. Seulement après, il affine les distinctions, précise son vocabulaire et renforce son raisonnement. Bien sûr il y a des élèves plus ou moins doués, mais en ce qui concerne l'apprentissage élémentaire de la langue, il n'est pas question de don mais de mémoire.
« C'est à l'Ecole primaire que reviennent les travaux systématiques, les entraînement d'haltérophile, la musculation des neurones, l'entraînement de la mémoire. »
* * * LE CAS DES MATHEMATIQUES
L'auteur établit un parallèle entre les réformes de l'enseignement du français et des mathématiques.
« Les « maths modernes à l'école » sont la méthode globale appliqué au calcul et la méthode globale ressemble bien à une sorte de « maths modernes » pour la lecture. »
L'auteur rappelle les courtes réformes bourbakistes des années 60-70, imposant une mathématique axiomatique et ensembliste. « On a enlevé les éléments les plus outrageusement impossibles, on a enlevé les bases exotiques, les ensembles, mais on a gardé l'abstraction des nombres, la défiance contre le calcul mental, le rejet de l'arithmétique, la volonté de retarder les techniques opératoires dans les programmes. »
On retrouve la même idéologie de l'enfant créateur de son savoir. Par miracle, il réaliserait seul ce « saut direct dans l'abstraction ». Par un constructivisme benêt, on croit que l'enfant peut arriver à son savoir de façon autonome (c'est-à-dire, en réalité, hasardeuse et imprécise). Pourtant, à l'instar de la très lente invention des écritures alphabétiques, « il a fallu plusieurs siècles aux Égyptiens pour arriver à l'abstraction du nombre pur ».
Au nom de la spontanéité créatrice de l'enfant, on rejette tout entraînement systématique. Pourtant, comme pour la lecture, le calcul est affaire de pratique et de mémorisation. C'est en pratiquant le calcul mental, partout, tout le temps, que peut émerger la notion abstraite de nombre. C'est en apprenant par coeur les tables de multiplication jusqu'à 15, que le sens de la double distributivité peut se manifester.
* * * UN AVEUGLEMENT SECTAIRE
Le constat de Marc le Bris est sans appel : la méthode moderne a développé un nouvel illettrisme. A l'époque, d'aucuns arguaient que l'enfant qui lit par « photographie globale » gagnerait en vitesse de lecture ! Pourtant l'auteur rappelle qu'on s'est mis à redoubler, plus que de raison, la classe de CP, pour cause de lacunes en lecture. On a observé une lecture défaillante et un usage imprécis du vocabulaire. Les ravages se sont fait sentir au collège lors du passage à l'abstraction et au raisonnement.
Qu'ont fait les sectateurs zélées de la méthode moderne ? Ils ont expliqué à qui voulait bien l'entendre que la méthode n'avait pas porté ses fruits par manque d'application systématique. C'est bien connu, un corps empoisonné guérira si on lui inocule du poison supplémentaire ! Jamais de remise en question. Jamais. Au contraire, la fuite en avant s'accélère.
« La pédagogie moderne est une religion, et ses cadres sont une secte (…)
– j'hésite entre le fonctionnement des sectes religieuses et celui des cohortes staliniennes – »
On rétorquera qu'on observe aujourd'hui une quasi-disparition des redoublements en CP. Certes, mais c'est qu'une solution miracle fut trouvée, avec l'introduction des cycles tri-annuels. On dit aux parents : ne vous inquiétez pas, votre enfant apprendra à lire à son rythme, en trois ans, au cous du « cycle 2 » : CP-CE1-CE2. En réalité, ce qui n'est pas acquis à un temps t, a peu de chance, surtout si on ne change pas la méthode, d'être acquis aux temps t+1 ou t+2.
En mathématiques, on observe les mêmes travers. Vocabulaire imprécis, difficultés à raisonner et à calculer « de tête ». Les élèves témoignent souvent des mêmes difficultés à respecter des règles grammaticales que des règles opératoires, des règles de conjugaison que des règles de priorités de calculs. Mêmes causes, mêmes effets.
« Imaginez une loi d'orientation de la médecine qui imposerait de tout soigner par homéopathie. La loi Jospin de 1989, c'est ça. »
Je ne suis pas dans le premier degré. J'ignore si la méthode syllabique et le calcul mental, la dictée, le « par coeur » ont refait leur apparition. du moins je doute d'un retour officiel. Pourtant je suis persuadé que ces pratiques existent toujours, incognito, à l'ombre des circulaires officielles et des inspections académiques Je salue ici tous ceux qui, hier comme demain, continue la résistance.
Cette note de lecture n'épuise évidemment pas un ouvrage qui mérite d'être lu pour lui-même. On y trouve notamment des réflexions sur la formation des enseignants (la description des études à l'IUFM est croustillante), les programmes, l'inspection académique ou encore la question de l'autorité (la venue du gendarme en classe est un moment d'anthologie).

POUR ALLER PLUS LOIN :
Sur les différentes méthodes d'apprentissage de la lecture :
http://www.lire-ecrire.org/analyses/debacle-de-lecole/la-lecture-et-lecriture/constatations-explications/lapprentissage-de-la-lecture.html
Sur la loi d'orientation de 1989 :
http://cache.media.education.gouv.fr/file/LISTE_TEXTES_MSP_2014/93/7/MSP60_1_302937.pdf
Sur l'organisation en cycles :
https://eduscol.education.fr/cid101628/cycles-et-horaires.html

Lien : https://www.agoravox.fr/aute..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Akatsha
  08 juin 2017
J'ai hésité à mettre 5 étoiles. Seulement, n'étant pas enseignante et n'ayant lu que cet ouvrage sur cet épineux sujet, je manque peut-être de recul.
Cependant, j'ai une fille qui finit actuellement son année de CP. J'ai commencé à grincer des dents quand elle a abordé la moyenne section de maternelle. Elle voulait apprendre à lire et à écrire à 4 ans. Ce n'était pas le bon moment en maternelle. On a donc abordé la lecture ainsi qu'un peu de calcul ensemble avant son entrée en CP. C'était une bonne expérience mais harassante puisque, n'étant pas enseignante, j'ai dû tâtonner pour trouver une méthode adaptée.
Nous étions ravies de son entrée en CP. Ma fille, pour apprendre, moi, pour laisser la maîtresse enseigner. En milieu d'année, désenchantement total. Ma fille ne progressait pas. J'ai dû reprendre mes recherches pour l'accompagner au mieux. Je suis donc tombée sur ce livre, qui décrit l'avènement de l'école moderne, qui explique le principe de la lecture globale ou semi-globale, la manière d'appréhender le calcul dans les écoles, comment les programmes se sont appauvris. C'est édifiant!
Ce livre permet aux parents un peu perdus dans les nouveaux cycles, programmes, méthode d'enseignement, livret scolaire peu compréhensible de s'y retrouver un peu. L'auteur est également très remonté et fait une sévère critique de l'éducation nationale.
Au final, Marc le Bris a répondu à bon nombre de mes questions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ChroniqueDunCollegeOrdinaireChroniqueDunCollegeOrdinaire   29 juin 2019
« La pédagogie moderne est une religion, et ses cadres sont une secte (…)
– j’hésite entre le fonctionnement des sectes religieuses et celui des cohortes staliniennes – »
Commenter  J’apprécie          30
ChroniqueDunCollegeOrdinaireChroniqueDunCollegeOrdinaire   29 juin 2019
« Les « maths modernes à l’école » sont la méthode globale appliqué au calcul et la méthode globale ressemble bien à une sorte de « maths modernes » pour la lecture. »
Commenter  J’apprécie          10
ChroniqueDunCollegeOrdinaireChroniqueDunCollegeOrdinaire   29 juin 2019
« Imaginez une loi d’orientation de la médecine qui imposerait de tout soigner par homéopathie. La loi Jospin de 1989, c’est ça. »
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : LectureVoir plus
>Education>Enseignement élémentaire>Lecture (17)
autres livres classés : évaluationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Marc Le Bris (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre