AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081404465
192 pages
Éditeur : Editions Arthaud (19/04/2017)

Note moyenne : 2.6/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Louis est magnifiquement oisif. Sa vie est aussi calme qu’un lac sans vent. Jusqu’au jour où son père, juste avant de mourir, lui lègue un étrange objet : l’Ubiq. Un boîtier qui se porte sur l’avant-bras et qui, sur la pression d’un simple bouton, peut le transporter ailleurs, le dédoubler, le faire jouir du don d’ubiquité. D’abord craintif, intimidé, Louis se rend compte, contre toute attente, que l’appareil fonctionne.
Sauf que cet appareil, que nous rêveri... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
zagzaguel
  24 mai 2017
Louis ne travaille pas et passe son temps à peser les choses. Mais quand son père avant de mourir lui lègue l'ubiq, son oisiveté et son monde est totalement bouleversé. Car l'ubiq lui permet de se dédoubler. Oui mais voilà, lui qui ne fait déjà pas grand chose de sa vie a-t-il vraiment besoin de cet objet?
L'idée de départ m'était alléchante, mais j'ai vite déchanté. Bien sûr on comprend que l'auteur tente de démontrer que le bonheur est tout près et que cela ne sert à rien de le chercher ailleurs, que tout est sous ses yeux, que l'oisiveté est mère de tous les vices, bla bla bla...
Mais voilà, Louis est aussi attrayant qu'un mollusque accroché à un rocher. On n'a ni sympathie ni antipathie pour lui. Il utilise mal l'ubiq, certes, mais rien ne se passe si ce ne sont que des choses très prévisibles.
On s'ennuie en lisant ce livre, et rien ne vient troublé cet ennui. Anna peut être, la femme de Louis, qui attend...
Le style de l'auteur y est aussi pour quelque chose, à vouloir nous faire partager toutes les pensées de son personnage, il en perd la notion de non dit et d'implicite. Tout ce qui pourrait être de cet ordre est écrit entre parenthèses. Ah, les parenthèses, je n'en n'avais jamais vues autant dans un texte. Et là c'est vraiment agaçant!
Je crois que ce que j'ai préféré dans cette histoire, c'est son titre. Car finalement il y avait une sorte de promesse mystérieuse qui s'est envolée très rapidement. Et je ne parle pas de la fin, qui semble tout droit sortie de nulle part, comme si Patrice Leconte ne savait pas comment se sortir de son histoire.
Bref, je n'ai pas aimé pour le style, pour l'histoire, pour les personnages sans saveur. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nilebeh
  09 décembre 2018
Ce qui arrive à Louis lors du décès de son père, on en rêverait tous : subitement équipé d'un instrument mystérieux légué par le papa, objet qu'on accroche à son bras, pouvoir se dédoubler, faire en une journée le travail de deux, vivre à la fois les nécessités du quotidien et se régaler de moments de bonheur arrachés au néant. Sauf que. Louis ne profite de rien. Vu que sa vie numéro un est un désert d'oisiveté et un vide sidéral, sa vie numéro deux aura l'intérêt d'un arrêt sur « pause » interminable.
Il est riche à en crever de la vente et des royalties versées par les Chinois pour son invention d'un système de pesage d'une précision extrême. Il faut dire que pour peser, il pèse ! Tout, rien, des objets, et son obsession est de peser ses parties génitales. Mais là il se heurte au principe d'accrochage de l'objet sur son support. Et l'en libérer ne fait pas partie des options.
Le ton est donné, drôle, léger, plein d'humour et de citations discrètes de chansons.
Il n'empêche, le problème est posé : quand on ne fait rien, comment faire deux fois plus ? On dirait du Raymond Devos... !
Évidemment, on sent bien que cela ne va pas aller bien loin, l'histoire au bout d'un moment tourne un peu en rond, comme Louis lui-même. Et on se dit que Patrice Leconte aurait pu raccourcir son texte et en faire une nouvelle légère et difficile à peser comme une bulle de savon.
Agréable, tout de même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ptitmousse
  08 juin 2017
On commence par la couverture : très plaisante ; j'ai presque cru que c'était un livre jeunesse.
Rentrons dans le livre ; voilà un roman qui se lit vite, très vite. On est emmené, on ne s'ennuie pas, c'est plutôt agréable.
Après, j'ai quand même un certain nombre de réserves... Premièrement, voilà une idée, l'ubiquité, qui n'est pas une idée renversante non plus, idée un peu classique. du coup, je m'attendais à ce que le sujet soit un minimum réfléchi... En l'occurrence, certains aspects semblent avoir été négligés ; je ne comprends pas : lors des dédoublement, Louis se rappelle des choses vécues par ses deux versions ? Mais quid de la conscience de Louis ? Est-elle dédoublée ? En clair, que se passe-t-il dans sa tête lorsqu'il est double ? Une double conscience ? Comment ? Troublant...
Et puis, avec un tel sujet, il y aurait eu tellement mieux à faire. Tellement mieux que cette seule envie de sexe, envie jamais assouvie puisque notre anti-héros est tellement lamentable, fatiguant. Vraiment, ce livre ne fait pas rêver, et ne donne pas de frisson... Dommage !
Enfin, livre un peu immoral. Et une fin, comment dire, je ne trouve pas les mots... surprenante c'est sûr, décevante, rapide...
Et pour finir... léger abus des parenthèses.
Conclusion : détend, se lit vite mais peut beaucoup, beaucoup mieux faire.
Merci tout de même aux Editions Arthaud et à la masse critique de Babelio !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Plouf_le_loup
  30 septembre 2017
un roman très agréable. J'ai découvert par hasard que Patrice Leconte, que j'apprécie en tant que réalisateur, écrivait aussi des livres. Celui-ci est son dernier, et j'ai pris grand plaisir à le lire, à m'interroger avec Louis sur la finalité de l'ubiquité, et dans le fond, de la vie. Sur ce que permet l'absence de jugement extérieur, le secret, en un mot sur les limites imposées par la société et que l'ubiquité permet de dépasser si on le souhaite. Mais n'allez pas croire que le roman est un prétexte en carton pâte pour nous livrer ses réflexions, c'est un vrai roman, pas un essai du tout. Louis est un personnage lambda, un voisin de palier, son histoire passe du banal morne à l'incroyable, et je me suis enthousiasmée avec lui, même si parfois je l'aurais bien claqué ! C'est dire s'il est consistant ! lol ! Mais monsieur Lambda, en devenant deux, sera-t-il un vrai héros ? Ou restera-t-il monsieur Lambda en double, avec ses petites ambitions, ses petites mesquineries, sa petite vie quasi inexistante ?
Et donc, Louis, revenons à lui, essaie plusieurs intérêts de sa machine, teste, tente, ose, s'interroge. Et nous avec lui, et avec grand plaisir au travers de cette écriture fluide, simple, sans fioritures... Un très bon moment de lecture sans prétention mais plus profond qu'il n'y paraît au premier abord, et qui creuse son sillon de questions intimes, personnelles, sociales, ancrées dans le quotidien ordinaire. Un peu comme un film de Patrice Leconte...
En bref, un roman agréable, qui se lit très vite, même si il y a des questions de lecteur qui restent en suspens, et qu'on reste sur sa faim du côté perception qu'a Louis de l'ubiquité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Irenoux
  26 mai 2017
À la mort de son père, Louis hérite d'un petit appareil lui permettant de se dédoubler et d'être à deux endroits à la fois. Ainsi pourvu de ce don d'ubiquité, il va vivre de folles aventures... Ah bah non en fait. Ça c'est ce que j'aurais aimé. Mais la vie de Louis, avec ou sans l'ubiq, reste de vide. Quel gâchis ! File ton ubiq, Louis, j'en ferais quelque chose !
Un livre où il ne se passe rien, donc, et c'est bien dommage parce que l'idée était bonne et le style sympathique.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec   17 juillet 2017
Patrice Leconte, en toute sincérité, s’est vraiment diverti en imaginant les péripéties de Louis et son double, un roman excellent, très divertissant, qui respire merveilleusement bien.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse   08 juin 2017
Ce livre aussi fantaisiste que son auteur pose la question du monde virtuel et de l'utilité des technologies.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeDevoir   22 mai 2017
L’ensemble, un tantinet naïf, fait surtout l’éloge de la sagesse, seule capable, selon l’auteur, d’amener l’humain à localiser le bonheur là où souvent il ne pense pas aller le chercher.
Lire la critique sur le site : LeDevoir

Videos de Patrice Leconte (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Leconte
Patrice Leconte - Albert Marquet
autres livres classés : roman humoristiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16779 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre