AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

William Olivier Desmond (Traducteur)
EAN : 9782757802793
352 pages
Éditeur : Points (08/01/2009)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 126 notes)
Résumé :
Personne n'a rien vu. Pourtant, un vendeur africain vient d'être abattu au beau milieu de Campo San Stefano, l'une des plus belles places de Venise. Qui pouvait bien chercher à éliminer ce pauvre bougre ?

Pourquoi le ministère de l'Intérieur fait-il pression sur le commissaire Brunetti pour qu'il abandonne l'enquête ? Peut-être à cause des diamants retrouvés parmi les affaires de la victime...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
umezzu
  28 novembre 2019
Donna Leon s'intéresse encore une fois aux laissés pour compte de la société italienne. Au cas présent il s'agit de ces groupes d'immigrés clandestins qui abordent les touristes aux abords de la place Saint-Marc pour tenter de leur vendre d'inévitables souvenirs et contrefaçons de marques.
Le meurtre d'un jeune africain, non identifié et non identifiable, exécuté de manière très professionnelle, pousse Brunetti à vouloir en savoir plus. Intérêt accru par son dessaisissement par Patta. le vice-questeur répond ainsi à des intérêts « supérieurs ». Qu'en est-il ? Que transportait ce jeune homme ?
Brunetti se débat encore une fois avec sa hiérarchie, et avec sa famille qui ne comprend pas vraiment son intérêt à rechercher la vérité sur la mort d'un clandestin. Comme d'habitude aussi, il ne faudra pas trop compter sur une fin morale...
Commenter  J’apprécie          270
sandrine57
  22 juillet 2014
Sur la Campo San Stefano, un homme a été froidement abattu, l'oeuvre de professionnels qui ont profité de la présence d'un groupe de touristes américains sur la place pour se glisser dans la foule, commettre leur forfait et disparaître discrètement. Mais qui donc s'est donné tant de mal pour éliminer un ''vu compra'', un de ces clandestins venus d'Afrique qui vendent des contrefaçons aux quatre coins de Venise ? Ces hommes sans nom, sans visage ne font généralement pas parler d'eux, sont rarement impliqués dans des affaires criminelles, essaient de ne pas se faire remarquer. Alors qu'a donc pu faire cet homme pour que des tueurs à gage lui règlent son compte ? Voilà les questions que le commissaire Brunetti se pose lorsqu'il est chargé de l'affaire. Son enquête démarre mal : on ne sait pas qui est la victime, son nom, son pays d'origine et ses ''collègues'' refusent de collaborer avec la police. Peu importe de toute façon puisque, très vite, le commissaire est dessaisi sur ordre du vice-questeur Patta, lui-même obéissant à des instances supérieures. Brunetti le sait, l'affaire va être étouffée...

Quatorzième enquête du flic vénitien, amateur de bonne chair qui affronte le froid hivernal pour enquêter sur la mort d'un africain anonyme tandis que dans le confort de son appartement sa petite famille traverse une crise grave que Paola son épouse essaie de régler au mieux. En effet, leur fille adolescente, lassée de ne jamais voir son père, s'indigne qu'il perde son temps à enquêter sur la mort sans importance d'un vu compra. Ignorance ou racisme, Paola réagit avec une vive et légitime indignation pour finalement s'inquiéter de l'équilibre psychique de sa fille car, comme chacun sait, il n'est pas bon de critiquer ouvertement ses enfants...Quoi qu'il en soit, ce n'est pas ses parents qui ont mis en tête de telles idées dans la tête de Clara, eux ne sauraient être racistes puisque pour tout dire, ils ne fréquentent guère d'étrangers. A Venise, chinois, africains et italiens ne se mélangent pas, chacun vivant sur sa propre planète. Finalement, le sujet n'est plus abordé chez les Brunetti pour ne pas traumatiser l'adolescente qui, après réflexion, se rendra compte d'elle-même de la stupidité de ses mots...ou pas.
Et l'enquête dans tout cela ? Et bien, elle est entre les mains du ministère de l'Intérieur ou bien de celui des Affaires étrangères, peu importe, puisque le but de tout ce beau monde est de l'étouffer au plus vite. Comme souvent, Brunetti, impuissant, doit plier devant plus fort que lui, l'Etat, la mafia, ou les deux.
Tout est bien qui finit...en queue de poisson dans cette opus poussif qui pourtant évoque quelques sujets épineux : l'entrée des clandestins en Italie, la vente et la distribution des produits de contrefaçon, l'indifférence coupable de certains face au sort des étrangers, mais sans les traiter en profondeur. Heureusement, Brunetti ne perd jamais l'appétit et Paola continue de le régaler de bons petits plats vénitiens...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Sylviegeo
  07 septembre 2016
Pour toutes les riches saveurs vénitiennes autant culinaires, architecturales qu' historiques, je reviens toujours à Donna Leon et au commissaire Brunetti. Donna Leon, le commissaire Brunetti et leurs enquêtes prétextes, nous forçant à se poser sur un problème social plus grand que nous.
Brunetti et sa fausse nonchalance . Brunetti et sa conscience bien éveillée, bien affutée. Brunetti, ses lectures des textes des anciens et ses conversations avec Paola, son épouse ou avec ses enfants Raffi et Chiara lors des repas de famille. Tout ça est sympathique, invitant.
Ici encore, le meurtre d'un vendeur ambulant, africain, sans papiers, aura des ramifications plus grandes que ce que peut imaginer Brunetti. Des enjeux qui nous
dépassent et sur lesquels nous n'avons que peu de prises.
Ici, il sera question des diamants de conflits, de ces mines qui ne connaissent pas de frontières et qui entachent les pierres précieuses de sang, des guerres civiles en Angola et ailleurs. Un problème économique et politique mondial?
Voilà pourquoi, malgré toute son empathie et sa compassion, Brunetti est dépassé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
bilodoh
  16 novembre 2013
Un petit tour à Venise où on retrouve l'inspecteur Brunetti, gastronome et amateur de littérature antique, avec son incroyable secrétaire qui connait tous les trucs de la piraterie informatique et sa femme Paola qui enseigne la littérature à l'université, mais a toujours le temps de concocter des petits plats.
Comme dans ses autres polars, Dona Leon traite d'un thème de l'actualité vénitienne. Ici, c'est l'ébène, ces immigrés africains qu'on tolère sur les places de marché et qui vendent leur camelote en dehors des heures d'ouverture régulières des boutiques. Bien entendu, pour approvisionner leur commerce, des entreprises locales sont complices dans un vaste réseau de corruption dont Brunetti tentera de démêler les fils.
Un bon polar sans prétention, avec un brin d'analyse sociale et une touche d'humour agréable!
Commenter  J’apprécie          150
Sharon
  05 février 2014
Venise est une belle ville. Les touristes affluent de tous les pays. Ils aiment son pittoresque, ses restaurants traditionnels, ses monuments connus du monde entier. Ils aiment aussi faire de bonnes affaires, et tant pis si les sacs achetés ne sont que des contrefaçons. Par contre, il n'était pas du tout prévu qu'un Vu comprà (noms donnés aux vendeurs à la sauvette) soit tué sous leurs yeux, de cinq balles dans la poitrine.
Une enquête est menée. Ou plutôt non. Enfin, si, elle est menée, mais pas par Brunetti, à qui l'affaire a été retirée. Des instances plus hautes sont sur le coup. Des instances plus compétentes surtout - pour étouffer les affaires, entendons-nous bien.
Brunetti n'est pas Kurt Wallander. Il mène son enquête de son côté, il prend conscience des risques qu'il a fait courir à ceux qui l'ont soutenu pendant toutes ses années mais... il reste un gentil policier un peu pépère, marié à la fille d'un aristocrate. Sa propre fille tient des propos racistes ? Qu'à cela ne tienne ! Après une première vague d'indignation, lui et sa femme, universitaire, prennent le partie de ne pas trop choqué le psychisme mouvant de leur adolescente de fille et de lui laisser comprendre par elle-même qu'il ne s'agit pas de s'indigner seulement pour les personnes que l'on connaît, mais aussi pour les autres.
De sang et d'ébène aurait pu être bien plus exaltant. Il se termine surtout sur un constat d'échec et d'impuissance. Je retiendrai néanmoins le personnage de Don Alvise, ex-prêtre, vrai homme de bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
luocineluocine   03 décembre 2009
Ils ne pouvaient être qu’américains. Les cheveux blancs tous les deux, ils donnaient l’impression d’avoir échangé leurs vêtements. La femme était habillée d’une chemise écossaise en flanelle et d’épais pantalon de laine, tandis que l’homme avait enfilé un chandail rose à col en V, des pantalons et des chaussures de tennis blanches. Ils avaient apparemment sinon le même coiffeur, du moins la même coupe de cheveux. On avait envie de que ceux de la femme étaient juste un peu moins courts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
GrouchoGroucho   09 avril 2015
Paola, bouche bée, en était à redouter que tous ses efforts en tant que parent aient lamentablement échoué, à se dire que l'enfant qu'elle avait mis au monde était un monstre. Elle regardait sa fille, son bébé, son ange de lumière et d'intelligence, se demandant si celle-ci n'était pas possédée par un démon.
.../...
- Oui, mais c'est seulement un vu comprà, dit Chiara.
C'est à ce moment là, que Paola était restée bouche bée.
.../...
- Qu'est-ce que tu veux dire, par "seulement," Chiara ?
- Juste, qu'il n'était pas de chez nous.
Paola essaya de trouver une nuance sarcastique ou une tentative de provocation dans la réponse de sa fille, mais il n'y en avait pas. Le ton de sa fille, en fait, paraissait tout aussi calme et dépassionné que le sien.
- Quand tu dis "chez nous," tu parles bien des Italiens ou de tous les Blancs, Chiara ?
- Non, des Européens.
.../...
- C'est la chose la plus ignoble et la plus dépourvue de cœur que j'ai jamais entendue à cette table et j'ai honte d'avoir élevé un enfant capable de dire ça.
.../...
- Qu'est-ce que c'est supposé vouloir dire ?
- C'est supposé vouloir dire que les vu comprà ne sont pas seulement quoi que ce soit. Qu'on ne peut les traiter ainsi, comme si leur mort ne comptait pas.
Chiara comprit bien les paroles ; plus important, elle sentit la force du ton de sa mère.
- Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire, protesta-t-elle.
- J'ignore ce que tu as pu vouloir dire, Chiara, mais ce que tu as dit, c'est que le mort était "seulement un vu comprà." Et il va falloir que tu me donnes beaucoup d'explications pour me faire croire qu'il y a la moindre différence entre ce que dit le mot que tu as choisi et le sens qu'il a.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SylviegeoSylviegeo   07 septembre 2016
Il s'arrêta auparavant devant la fenêtre et regarda les lointaines montagnes couvertes de neige: pures, hautaines, indifférentes pour l'éternité à la concupiscence et aux désirs des hommes.
Commenter  J’apprécie          150
Rodin_MarcelRodin_Marcel   02 mars 2015
De retour à son bureau, Brunetti se souvint que c’était le jour où Paola [son épouse, universitaire] ne retournait pas à l’université après déjeuner. Elle disposait ainsi de tout l’après-midi, soit pour corriger les travaux des étudiants, soit pour lire, soit encore pour regarder des séries télévisées vautrée sur le canapé - pour ce qu’il en savait. Comme ce serait merveilleux, se dit-il, d’avoir un tel travail. Cinq heures de cours par semaine pendant sept mois par an, et tout le reste du temps pour s’adonner à la lecture. Paola était néanmoins supposée siéger à diverses réunions de professeurs et à deux comités différents, mais elle n’avait jamais réussi à lui faire comprendre quels étaient les objectifs de ces comités, qu’elle paraissait par ailleurs toujours boycotter. Il lui avait demandé un jour, des années auparavant, pour quelle raison elle continuait à enseigner et elle lui avait expliqué que sa participation aux cours avait au moins l’avantage de mettre les étudiants en contact avec un prof qui faisait autre chose que se présenter devant eux pour leur lire un manuel qu’il aurait écrit dix ans avant. Devant cette description précise de ses années d’étudiant, Brunetti avait pris conscience d’avoir longtemps nourri l’espoir que les choses aient évolué depuis, au moins dans le domaine des humanités. (pp 167-168)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
myrtille67myrtille67   02 septembre 2012
"En principe nous devons les photographier à chaque fois, expliqua-t-il.
(....)
" On le ffaisait au début mais, au bout d'un moment on a estimé que c'était gaspiller son temps que de photographier un type qu'un arrêtait pour la sixième ou septième fois et qu'on saluait dans la rue" Il poussa le pile de documents dans la diection de Brunetti "on en est au point où on les tutoie et ils appellent par nos noms.
Brunetti attira les dossiersà lui 'Mais pourquoi continuer ?
- A les arrèter ?
Brunetti acquiesça
" Le Doctor Patta veut des arrestations, alors on va les arrêter. ça donne meilleure mine aux statistiques." P.87
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Donna Leon (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donna Leon
Donna Leon se dévoile en répondant, avec humour et sincérité, au questionnaire de Proust.
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Venise de Donna Leon

Le premier roman paru en France (1992) "Mort à la Fenice" est un roman à clef. Qui se cache derrière le chef d'orchestre très médiatique assassiné ?

Wilhelm Furtwängler
Antonio Toscanini
Herbert von Karajan
Agostino Steffani

13 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Donna LeonCréer un quiz sur ce livre

.. ..